BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Aller en bas

BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Brune J. Rockefeller le Lun 3 Jan - 12:00

    Brune Joan Rockefeller
    .





    Qui êtes-vous ?
    .

    NOM - Rockefeller
    PRENOMS - Brune Joan
    DATE DE NAISSANCE - 30 Mai 1992
    AGE - 18 ans
    ANNÉE - Cinquième année
    ORIGINES - Née-moldue.



    Eléments de sorcellerie
    .

    BAGUETTE - Une baguette de 29.5 centimètres, faite en ébène et comportant un poil de licorne en son cœur.
    PATRONUS - Un crotal.
    BIEN ou MAL ? Bien. Malgré sa capacité à s'auto-détruire et à entrainer les autres avec elle, jamais elle ne souhaiterait blesser volontairement quelqu'un.
    QUE SERA DEVENU VOTRE PERSONNAGE 18 ANS APRÈS ? 18 ans après ? Encore faudrait-il qu'elle ne se soit pas totalement détruite d'ici là.


    Hors-Jeu
    .

    PSEUDO - SVG
    AGE - 18 ans
    AVATAR - Blake Lively
    COMMENT AVEZ-VOUS CONNU CE FORUM ? - J'suis Liam ^^
    PRÉSENCE - 7j/7
    COMMENTAIRES ? Ça y est, j'ai craqué, j'ai fais mon DC xDD


Dernière édition par Brune J. Rockefeller le Mer 12 Jan - 22:35, édité 5 fois
avatar
Brune J. Rockefeller

♦ HIBOUX POSTÉS : 46
♦ ARRIVÉE : 03/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Brune J. Rockefeller le Lun 3 Jan - 12:00

Présentation libre
.






MAIS C'EST QUOI CE FICHU CARACTÈRE ?
Brune vue par son entourage.

Papa a dit... « Cette sauvage ? Je suis bien content qu'elle ne vive plus ici. Bon débarras. Et dire qu'avec ses caprices elle a faillit détruire mon couple. Saleté d'gosse ! On leur offre la vie, un toit, un avenir et eux, qu'est-ce qu'ils font pour nous remercier ? Ils anéantissent avec un plaisir sadique la moindre parcelle de notre vie. Mais je ne l'aurais pas laissé faire cette illuminée. Elle croit tous nous berner avec son pseudo malêtre dont, EN PLUS, je serais soit disant à l'origine ! Ah, c'est beau ça. Rien qu'une sale menteuse, une manipulatrice qui ne cherche qu'une chose : se faire passer pour une victime afin d'attirer la pitié des gens. Mais moi, elle n'a pas réussit à me berner. Je savais bien que c'était elle qui piquait mes bouteilles d'alcool. Bordel, et pas les moins chers la garce ! C'était devenu insupportable de vivre avec elle, cette espèce de débauchée suicidaire. Et dire qu'on arrive toujours pas à faire partir la tâche de sang qu'elle a faite sur le tapis de ma grand-mère. Vous vous rendez compte ? Il avait 40 ans ce tapis ! Et madame ne trouve rien de mieux à faire que de se vider dessus. Une emmerdeuse je vous dit, elle savait toujours ou attaquer les gens pour leur faire mal. Je me demande comment j'ai fais pour être le père d'un tel monstre. Je peux vous dire que les coups qu'elle s'est prise, elle ne les avait pas volés ! J'espère que là où elle est maintenant, les gens ne se font pas avoir et qu'ils la traitent comme il se doit. Comme un chien, une vermine. Ça lui fera les pieds tiens. »


Maman a dit... « Mon pauvre petit cœur... Quand je vois la vie que je lui ai offerte, j'ai honte d'être mère. Souvent, je me demande ce qu'elle serait devenue si je n'avais pas été aussi lâche. Si j'avais quitté son père et l'avait emmenée avec moi, loin de sa folie. Oui mais voilà, je n'ai pas trouvé cette force et je l'ai laissé tout subir à ma place. Je crois qu'elle est forte Brune. Malgré toutes ses faiblesses, quand je croise son regard je vois qu'elle est forte. Bien plus que moi en tout cas. Elle, elle n'a peur de personne. Pas même de son père. Je l'admire encore pour ça et je suis si heureuse qu'elle ait pu partir de l'enfer de cette maison, elle ne méritait que ça. Pouvoir enfin souffler, arrêter de tout endurer à la place des autres. Elle a un si grand cœur ma petite Brune, toujours prête à l'offrir aux autres. Mais quelle injustice ! Car trop de gens s'en sont servit pour l'atteindre. Comment ose-t-on briser une jeune fille de la sorte ? Je me rappel encore de toutes ces fois où je l'ai emmené en urgence à l'hôpital, et j'en frissonne encore. Je ne sais pas pourquoi je me voilais ainsi la face. Je l'entendais hurler pourtant, que ce soit 14h ou en plein milieu de la nuit. Rongée par des terreurs nocturnes, ses cris déchiraient le silence de la nuit, je les entends encore et j'ai mal. Je me rappel aussi de toutes ces fois ou je la retrouvais ivre dans sa chambre, ou devant la maison. Au bord de la folie, elle délirait complètement, victime des effets de l'alcool qu'elle avait ingurgité jusqu'à s'en rendre malade. Ma pauvre petite fille... A présent, j'essaye de me dire que son calvaire est terminé. Qu'elle restera marquée à jamais certainement, mais qu'elle ne souffrira pas d'avantage. Et alors là seulement, je peux entendre son éclat de rire, si cristallin, si innocent. Parce qu'elle est innocente. Brune n'est qu'une petite fille, semblable à une tulipe qui perd ses pétales au moindre coup de vent. Ma pauvre enfant. »


Petit frère a dit... « Je ne sais pas qui est ma sœur. Je sais que ça peut paraître terrible à dire, mais c'est la vérité. Mais bon sang, si vous saviez comme je l'aime ! Elle a toujours été là pour moi, me protégeant de tout et de rien, de la folie du monde, de la cruauté des Hommes et souvent, d'elle-même. Je sais que jamais elle n'a cherché à me nuire. Et pourtant, elle m'en a fait des crasses. Elle m'a mentie, m'a tendu des pièges pour que je me fasse attraper à sa place, ma manipulé, m'a monté contre certaines personnes. Mais je ne lui en ait jamais voulu. Parce que s'il y a bien une chose que je sais sur elle, c'est que c'est une personne bien et que jamais, non JAMAIS elle ne ferait du mal à quelqu'un volontairement. Elle est juste perdue, tel un animal blessé qu'on aurait lâché dans la nature, comme une proie qu'on jetterais dans la fausse aux ours. Je me rappel aussi de tous ces moments de complicités qu'on a eu. Ou elle m'aidait à me tirer d'affaire, ou on riait ensemble jusqu'à s'en briser les côtes. Brune, elle adore rire. Elle est faite pour rire. Ses yeux se plissent et pétillent, ses pommettes remontent et elle dévoile alors légèrement ses dents, produisant un son mélodieux et enivrant. On l'écouterait rire pendant des heures sans s'en lasser. Je vous l'assure. Je suis persuadé que si elle avait eu une autre vie, elle serait la fille la plus épanouie et la plus heureuse sur cette terre. Elle se contente d'un rien, tout la rend heureuse. Mais il est si facile de la briser pourtant. On ne dirait pas comme ça, car elle a un sacré caractère et ne se laisse jamais marcher sur les pieds. Mais si vous la prenez par les sentiments, elle se transforme alors en une vulgaire poupée de chiffon qu'on viderait au grès de nos envies. Mais je dois bien avouer qu'il est difficile de vivre avec elle. Ses sautes d'humeurs sont épuisant à la longue. On ne sait jamais comment elle sera demain et au quotidien, ça devient stressant. »


La voisine a dit... « Cette famille n'est pas nette, c'est moi qui vous le dit ! Le seul qui semblait normal, c'était le fils. Un gentil garçon. Mais alors leur fille, je vous dit pas la calamité ! Cette dingue à défoncé ma boîte aux lettres, je n'ai jamais comprit pourquoi. Ce qui est certain, c'est que j'ai vu plusieurs fois les flics ou les pompiers garés devant leur maison. Et c'était toujours pour elle. A mon avis, c'était une droguée. C'est bien connu, les jeunes se droguent tous maintenant, c'est la "mode". A mon avis, elle a fait une overdose et pas qu'une fois. Elle doit être complètement inconsciente pour recommencer ! A moins que ce ne soit pas ça... Enfin bref, ce qui est certain c'est que je plains ses parents d'avoir une fille comme elle. Au départ on se méfie pas, elle est toute souriante, aimable et agréable. La diablesse, elle vous entourloupe en un battement de cil. Je peux vous dire que quand je la croisais, je n'étais pas rassuré. Je suis sûre qu'elle complotait contre moi. Il paraît qu'ils l'ont envoyé en internat, loin de chez eux. Tant mieux, je me sens plus en sécurité à présent. Sans parler du fait que je ne suis plus réveillé à 3h du matin par ses cris dans la rue après qu'elle se soit mise la tête à l'envers. Aucune conscience ces jeunes. Et je vais même vous dire un truc... Je suis sûre qu'elle se prostituait ! »


Le professeur principal a dit... « J'aimais bien Brune et j'ai été très marqué par son histoire. Au départ, quand j'ai su que je l'avais comme élève je n'en étais pas vraiment enchanté. On parlait beaucoup d'elle entre professeurs, elle était imprévisible et difficile à gérer. Elle se bagarrait souvent et le reste du temps, elle dormait en cours. Je pensais qu'elle n'était rien d'autre qu'une "mauvaise élève", une perturbatrice. Mais j'ai vite comprit que ce n'était rien de tout ça. Brune était une victime qui cherchait à supporter du mieux qu'elle pouvait. Elle m'a dit un jour que j'avais été le seul adulte à la traiter normalement, à la comprendre et qu'elle m'en serait éternellement reconnaissante. J'ai vraiment été touché qu'elle se livre à moi ainsi et m'avoue ça. J'aurais aimé pouvoir l'aider encore plus que ça, mais elle était assez sauvage et dès que je pensais l'avoir apprivoisé elle me filait entre les doigts. J'ai rapidement su que si elle dormait en cours, ce n'était pas parce qu'elle s'en fichait, mais parce qu'elle était victime de terreurs nocturnes et qu'elle manquait de sommeil. Comment lui en vouloir véritablement après ça ? De plus, quand elle suivait elle était brillante ! Vive d'esprit et curieuse, c'était un plaisir. J'aimais la voir aller bien, elle me saluait en souriant, radieuse. Mais je ne me réjouissais jamais très longtemps, car il était possible que dans le courant de la journée je sois convoqué dans le bureau des CPE parce qu'elle avait frappé quelqu'un, ou détruit quelque chose. La pauvre, son corps était tellement marqué. J'ai longtemps cru qu'elle se faisait battre, mais apparemment non, c'était elle qui s'infligeait ça toute seule. Malheureusement, j'ai contacté l'assistante sociale trop tard, car l'année d'après, Brune était envoyé en internat et impossible de savoir où. Je me demande encore ce qu'elle devient et je m'inquiète souvent pour elle. Mais en vérité, le pire de tout, c'était quand elle rentrait dans ses crises de mutismes. La tête baissé, le corps complètement replié, elle ne disait plus rien et refusait de nous regarder. C'était terrible et je ne savais jamais comment réagir. Vraiment, je l'aimais beaucoup. »


Petit copain a dit... « Brune... Je ne sais pas vraiment ce que je dois dire d'elle. Il y a tellement de choses en fait ! Et malheureusement, beaucoup plus en négatif qu'en positif. Seulement voilà, le positif est tellement génial, que la critiquer est difficile et me laisse amer, je ne vous le cache pas. Néanmoins, je ne peux pas mentir sur sa personne. Sortir avec elle a été certainement l'épreuve la plus compliquée et douloureuse de ma vie -jusqu'à maintenant évidemment. Oui, je dis bien "épreuve". Car à vrai dire, le fait de sortir avec elle n'est pas compliqué. Brune se laisse séduire par le premier venu qui est gentil avec elle, ou qui lui fait croire qu'il l'aime. Elle est comme ça Brune, elle offre son cœur à tout le monde. Mais elle en offre trop, trop vite. Moi, ça m'a fait flipper. Après même pas une semaine de relation, elle était déjà là à parler d'avenir et à me dire qu'elle m'aimait. Le truc, c'est que je pense qu'au fond d'elle, elle était sincère. Mais voilà, elle n'a pas la notion du véritable "je t'aime". Elle, c'était limite du : Passe-moi le sel, je t'aime. Forcément, ça refroidis et ça rassure pas franchement. J'espère qu'un jour elle aimera vraiment et qu'elle pourra se rendre compte de ce que c'est l'amour, le vrai. Je ne lui souhaite que ça, elle le mérite réellement. Bon maintenant, abordons la partie moins rose de sa personne. On ne peut pas avoir une relation avec une fille comme elle. Il y a trop de souffrances, d'incompréhension, de non-dit et de destructions. A la fin, je n'en pouvais plus de surveiller la moindre partie de son corps pour vérifier qu'elle ne s'était pas encore infligé une quelconque torture. Vérifier qu'elle n'ait pas de bouteille dans son sac, l'empêcher d'aller en cours lorsqu'elle était ivre. Tenter de la calmer lorsqu'elle s'énervait sur le premier venu, cherchant aussitôt à passer toute sa rage, sa douleur et sa rancœur sur les autres en les frappant. Elle était "crainte" de tous, on l'appelait la folle. Et sortir avec elle ne fut pas brillant pour mon image. Mais il fallait avouer qu'elle avait un sourire si éclatant et une innocence telle qu'on ne pouvait pas ne pas fantasmer -en tout bien tout honneur- sur elle. Elle intriguait tout le monde, elle était un peu la fille la plus inaccessible tout en étant en même temps, la plus accessible. Mais être à ses côtés, c'est épuisant. Et elle nous embrouille si bien l'esprit que pendant quelques temps, j'ai baissé les bras et me suis laissé aller avec elle, m'abandonnant aux déboires de l'alcool. Heureusement, mes amis m'ont vite fait reprendre en main. C'est là que je l'ai quitté. Mon dieu, je me rappellerais toujours de l'expression de son visage lorsque je lui ai annoncé ça. J'ai eu l'impression de l'anéantir et ça ma brisé le cœur. Je m'en suis voulu terriblement, mais je n'avais pas d'autres choix. Elle entraine avec elle tout ceux qui l'approche, c'est effrayant. Je n'ai jamais su pourquoi elle était comme ça, mais je me doute que les raisons ne doivent pas être joyeuses et ça me peine pour elle. Il parait qu'aujourd'hui ses parents l'ont envoyé en internat... J'espère que là-bas on la traite bien et qu'on l'aide à s'en sortir, à aller mieux. »


Collégienne a dit... « Alors celle-là... Je vais faire vite. Elle avait presque pas d'amis. Tout le monde l'appelait la folle et ça lui allait super bien ! Faut dire qu'un jour elle se ramenait, toute gentille, toute souriante. Et le lendemain, elle cognait tout le monde, alors forcément... Moi je l'ai jamais eu dans ma classe, mais on m'en a parlé.. Elle changeait d'humeur toute les trois heures il paraît. Une fois, on m'a dit qu'elle était restée sans parler pendant 3 jours ! Non mais vous imaginez ? N'importe quoi. Celle-là je vous dit, il lui manquait une case. Elle faisait peur à tout le monde, même les mecs ne voulaient pas la provoquer tant elle frappait fort et avec une rage intense. C'était presque effrayant à voir. Oh attendez, je me rappel même qu'une fois elle a pété un câble en plein milieu de la récréation (j'ai jamais su pourquoi d'ailleurs) et elle s'est mise à se frapper contre un des murs de l'établissement en hurlant. Franchement, on devrait l'interner. »




SOIT BELLE ET TAIS-TOI
La beauté des choses existe dans l'esprit de celui qui les contemple.

« Brune, tu viens mon ange ? » ... « Brune dépêche toi voyons ! » .... « Ne m'oblige pas à monter ! Tu sais très bien que je suis fatiguée ! » On entendit subitement des petits pas dévaler l'escalier. Brune apparut dans l'entrée, revêtue d'un pantalon clair et d'un pull assez large. Les yeux de sa mère s'écarquillèrent devant ça. « Mais... Brune !! Tu t'es changée ? Je n'y crois pas ! Tu es infernale bon sang. Remonte vite te changer et remettre ta robe. C'est pas possible ! » Furieuse, sa mère le foudroya du regard. Elles étaient attendues à un repas important organisé par le patron de son père et la petite Brune avait apparemment décidé que la robe donné par sa mère ne lui plaisait pas. Du haut de ses 7 ans, l'enfant rétorqua : « Non ! Je n'veux pas mettre la robe ! Elle me sert et c'est trop court. » Brune aimait être libre de ses mouvements. Pouvoir vaquer à droite à gauche sans être gênée par quoi que ce soit. Avec l'immonde robe -qui se rapprochait plus d'un costume selon elle-, c'était tout bonnement impossible. Et puis, Brune était plus du genre garçon manqué à sauter dans les flaques avec de vieilles baskets usées. C'était bien plus drôle et confortable. Mais ses parents n'étaient pas de cet avis. Brune avait le malheur d'être une jolie poupée blonde et ils comptaient bien exploiter ça au maximum. Elle présentait bien -quand elle savait se tenir- et c'était important pour eux. Voyant que ses ordres n'aboutissaient à rien, la mère de Brune employa la menace ultime : « Si tu ne montes pas te changer tout de suite, je le dirais à ton père. » Soudainement au bord des larmes, l'enfant fit demi tour et remonta se changer, forcée et contrainte. Furieuse, elle redescendit quelques minutes plus tard, toute pimpante dans sa robe bleue électrique, faite de froufrous. C'est vrai qu'elle était belle comme ça. Une adorable petite fille. Mais Brune n'était pas une "adorable petite fille". Elle refusa d'ouvrir la bouche toute la journée, ne regardant personne. Sa mère s'excusait autant qu'elle pouvait auprès des gens à cause de son impolitesse, en sortant des phrases du genre : « Je suis confuse, mais Brune est très timide et elle est impressionnée car il y a beaucoup d'adultes. » Et les gens riaient, expliquant que ce n'était pas grave, et qu'elle était à croquer. Chose qui ne la rassurait pas vraiment d'ailleurs. Plongé dans une sorte de mutisme pour la journée entière, l'enfant maudissait en silence ce repas et tous ces gens qui y étaient convié. Elle voyait bien que la plupart riaient faux, que de nombreuses tensions existaient entre les gens. Ils avaient beau faire semblant, elle, du haut de ses 7 ans elle ressentait tout ça. Entre le fromage et le dessert, Brune s'éclipsa, fuyant tout ce brouhahas. Elle sortit et resta sur les marches toute l'après-midi. Il fallut attendre que 4 longues heures passent avant qu'un adulte vienne la chercher en lui disant que sa mère la cherchait depuis 20 minutes déjà. Juste 20 minutes ? Brune, plus triste que jamais ne décrocha pas un mot pendant 3 jours. N'inquiétant que très légèrement ses parents. Son père essayant de la faire parler par ses propres moyens. Moyens qu'elle ne supporte pas d'évoquer encore aujourd'hui.



C'EST POUR TON BIEN QUE JE LÈVE CETTE MAIN
Il faut couper le mal dans sa racine.

« Brune ?! BRUNE !! » La voix de madame Rockefeller raisonne dans la maison tandis qu'elle pénètre dans le salon en courant, à bout de souffle. Brune est installée sur le canapé, devant la télé. De dos, elle semble paisible, une enfant tout à fait normal de 12 ans qui passe son mercredi après-midi chez elle, avec son petit frère. Mais ce n'est pas du tout le cas. Sur la table, une bouteille à moitié vidée. Brune à les yeux dans le vague, elle ne perçoit plus grand chose. Et lorsque sa mère l'attrape et la secoue par les épaules, elle n'entend pas la mise en garde qu'elle lui hurle au visage : « Brune, bouge toi !! Ton père arrive, il est furieux ! Brune je t'en supplie, monte vite dans ta chambre ! BRUNE ! » Mais rien y fait. Brune finit par se dégager de l'emprise de sa mère et tente de se lever en râlant. Celle-ci attrapa sa bouteille et la fourra dans son sac à main pour la cacher. Mais Brune ne tient pas debout et s'écroule au sol, avançant alors à quatre pattes et marmonnant des choses incompréhensibles. Des bruits sourds viennent du garage on entend alors quelqu'un remonter l'escalier rapidement. La personne est furieuse, ça s'entend. La mère de Brune attrape son fils et l'emmène avec elle à l'étage, sachant pertinemment ce qu'il va arriver. « Où est-elle ??!! » C'est le père de Brune, il est en colère. Un professeur de son collège vient de l'appeler, se faisant du soucis pour Brune et voudrait rencontrer ses parents. Mais monsieur Rockefeller n'apprécie pas du tout. Il voit alors sa fille par terre, qui se traine comme une loque, ne sachant même pas où aller. Il se précipite vers elle en hurlant : « T'en as pas marre hein ?!! Ça t'amuse de nous faire chier jusqu'au bout ! Tu veux nous rendre fou comme toi hein ?! Salle gosse, tu nous emmerdes bon sang ! TU NOUS EMMERDES ! » Il l'attrape par les cheveux, violemment et lui secoue la tête comme si ainsi il allait la ramener à la raison. La première baffe s'écrase sur sa joue alors brûlante de douleur. Brune s'allonge par terre et se recroqueville aussitôt. L'alcool semble avoir disparu et elle prend parfaitement conscience de la situation. Et tandis qu'il la rue de coup de pieds, elle, elle hurle. Des cris déchirants, suppliants. Elle souffre tellement... Un coup de pied dans le ventre lui est fatal, avec l'alcool ça ne fait pas un bon mélange. Et l'inévitable se produit, elle vomit. Là par terre, devant elle, à bout de force, les muscles contractés par la douleur, le souffle saccadé, elle vomit. « J'y crois pas ?!! Tu le fais exprès c'est ça ?! Nettoie ! Tout de suite ! » Il lui attrape à nouveau les cheveux et lui met le visage dedans, en ricanant : « Ça t'apprendras à salir la maison que ta mère se tue à entretenir ! T'as aucun respect pour elle ! Sale égoïste !! » Il lui lâche violemment la tête par terre et s'en va, la laissant là, comme une pauvre fille. Elle reprend son souffle et dégage son visage de son vomit. Elle s'allonge alors et pleure doucement. Puis les sanglots se font de plus en plus forts et finissent en des cris violents. Elle passe ses doigts dans ses cheveux et tire doucement. Elle hurle de désespoir, de colère. Sa mère ne vient pas. Non, c'est Gabriel, son petit frère qui vole à son secours. Il nettoie le sol, puis le visage de sa sœur. Il n'a que 8 ans à l'époque. Puis, il attrape sa tête et la pose sur ses petits genoux. Il lui caresse la joue et lui parle pour l'apaiser. Les cris s'espacent et s'atténuent. Petit à petit, le silence revient, Brune se calme. Elle finira par remonter dans sa chambre et s'endormir. Mais elle sait que ça recommencera. Ça recommence toujours.




MA FILLE, CET ADORABLE MONSTRE
Si l'on est différent, il est fatal qu'on soit seul.

Brune a 14 ans. Enfermée dans la salle de bain, elle atténue la lumière et fait couler de l'eau brûlante à chaque robinet. Rapidement, la vapeur envahit la pièce. On ne voit plus rien sur le miroir, la température grimpe considérablement. Toute grignette à l'époque, elle retire doucement ses vêtements. Ses mains tremblent et son coeur se serre sous l'appréhension. Mais elle n'hésite pas, elle n'abandonne pas. Ce n'est pas la première fois qu'elle le fait, elle à l'habitude maintenant. Mais aujourd'hui, ça va être différent. Elle veut tenter autre chose. Que ce soit plus long, qu'elle ressente mieux. En sous-vêtement elle s'assoit par terre, s'adossant à la baignoire. Dans la main droite, elle a attrapé les lames de rasoirs de son père. Elle ouvre doucement la boîte. Il ne faut pas précipiter les choses. Surtout pas. Tout doit se faire lentement, calmement. Elle a bu, un peu. Elle se retrouve dans un état second, et la vapeur accentue cet effet. C'était comme si soudainement, elle se retrouvait dans un monde à part, en dehors de toute cette merde. La première lame en main, elle souffle. Puis, elle l'approche de sa jambe gauche et commence. A chaque coupure elle se mord les lèvres ou l'intérieur des joues devant la douleur assaillante. Elle se contracte, sa jambe tremble énormément, mais elle continue. Elle entendit des cris derrière la porte. Mais elle ne comprend pas ce qu'il dise, c'est loin, trop loin. Elle remonte le long de sa jambe, inlassablement. Et petit à petit, la douleur presque intenable pourtant, devient un plaisir et un soulagement. Elle sourit légèrement, ses lèvres sont pourtant devenues bleues. Ses gestes sont maladroits, mais elle continue encore et encore, comme si sa vie en dépendait. Et elle sait que sa vie en dépend d'une certaine façon. Elle sait que si elle continue, que si elle s'attaque à ses veines, elle risque de mourir. Encore une fois... Sa mère l'a déjà emmenée deux fois aux urgences pour ça. Mais son père refuse qu'elle se fasse aider d'une quelconque façon. Néanmoins, une assistante sociale commence à s'intéresser à eux. Son père panique, s'énerver et redouble de violence dernièrement. C'est devenu insupportable. Des filets de sang s'échappent de ses nombreuses coupures et coulent lentement le long de ses fines jambes. Elle remonte jusqu'à la cuisse et sursaute à chaque fois qu'elle plante la lame dans sa peau clair. Ça fait si mal ! Mais c'est si apaisait... Elle ne s'est même pas rendue compte qu'elle pleurait. Pas satisfaite, elle enfonce la lame plus profondément dans sa jambe. La douleur est alors intenable. Elle retire vivement la lame et échappe un cri. Pour calmer la douleur, il n'y a pas d'autre moyen que de se faire mal ailleurs. Elle plonge alors sa main dans l'eau de la baignoire. Eau brûlante. L'effet est immédiat, elle lâcha aussitôt la lame qui se perd dans la baignoire et cri de toute ses forces. Cette douleur la réveille. Elle retire sa main et la ramène contre sa poitrine en pleurant. Elle a mal, si mal. Elle entend alors tambouriner contre la porte. « BRUUUNE !!! JE T'EN SUPPLIE ARRÊTE !! BRUNE OUVRE MOI ! » C'est sa mère, qui complètement paniquée s'acharne contre la porte. Mais Brune ne bouge pas. Et même si elle le voulait, elle ne pourrait pas. Elle n'en a pas la force. Sa mère continue de crier. Tout ceci devient trop intense. Le bruit de l'eau, la vapeur étouffante, les cris de sa mère, la douleur, les bruits contre la porte... Brune a l'impression que sa tête va exploser. Elle pose ses deux mains sur ses oreilles et se met à crier : « Taisez-vous, taisez-vous !!! » La colère monte de plus en plus, son souffle s'accélère. Et puis, soudain, elle craque. Elle retire ses mains et redresse la tête et hurle de toutes ses forces : « STOOOOOOOOP !!! » Au même moment, la porte explose littéralement. Des bouts de bois volent de partout et la porte tombe en morceau sur le sol. Et soudain, ce fut comme si le calme revenait. Brune et sa mère reste perplexe, ne comprenant pas ce qu'il vient de se passer. Elles échangent un regard inquiet et perdu. Mais en voyant l'état de sa fille sa mère oublie vite cet incident et l'attrape dans ses bras, l'emmenant de toute urgence à l'hôpital.



TOUTE FIN ANNONCE UN NOUVEAU COMMENCEMENT
Le pire, c'est quand le pire commence à empirer.

« Mademoiselle Rockefeller. Je vous ai posé une question, j'attends une réponse. Et regardez-moi quand je vous parle ! » Un silence pesant régnait dans la classe. Brune avait remonté ses pieds sur sa chaise, collant ses genoux à sa poitrine, les yeux fixant sa table. Le prof commençait à perdre patience. Il avait pourtant l'habitude des réactions disproportionnées de Brune, mais là, il ne comprenait pas ce silence. Il soupira, à deux doigts de s'énerver franchement. C'est là qu'une élève s'interposa, éclairant la situation : « Ce n'est pas la peine monsieur. Elle n'a pas dit un mot depuis qu'on est rentré de vacances. » Le prof posa un regard désemparé sur Brune, abaissant les épaules. La blondinette quant à elle se mit à trembler. D'abord doucement et discrètement. Puis, de plus en plus fort. On entendit alors son souffle saccadé raisonner dans toute la pièce. Le professeur interrompit à nouveau son cours et tous les regards se portèrent vers elle. Son corps semblait agité de violentes convulsions à présent. Elle se leva brutalement, repoussant sa table dans la pièce. Comme possédée, elle se mit à tout renverser en criant des choses incompréhensibles. Tout le monde se leva, surprit. Le professeur ordonna à tout le monde sortir et les élèves ne se firent pas prier. Une fois la salle vidée, le professeur attrapa Brune qui ne s'arrêtait toujours pas. Le visage inondé de larmes, toute pâle elle voulu grimper les quelques marches qui menaient à l'arrière de la salle et elle tomba -difficile à dire si c'était volontaire ou non-, s'écroulant violemment dans les marches. Le professeur la saisit par les épaules et la secoua doucement. « Brune calmez-vous je vous en pris ! Tout va bien, respirez, calmez-vous. Brune ! Brune !! » La jeune fille se débattait, frappant le professeur. Et enfin, elle lâcha : « Je veux pas retourner chez moi !! JE VEUX PAS ! Je vais faire mal à Gabriel à cause de lui ! Je veux pas lui faire mal ! Je veux pas être une sorcière, je veux être normal !! Pitié, prenez-moi mes pouvoirs ou tuez-moi, j'en peux plus, ça cogne dans ma tête, j'étouffe !! Je veux pas retourner chez moi, je veux pas... » A bout de souffle, Brune finit par se calmer, relâchant la pression sur le professeur. Elle se laissa aller sur les marches, haletante.

Après ça, elle passa 15 jours à l'infirmerie, muette comme une carpe. Depuis, elle n'a plus jamais reparlé de cet incident et personne n'a jamais su de quoi elle parlait. Ce qui est certain, c'est que sa condition de sorcière ne lui plaisait pas et qu'elle l'a très mal vécu. Depuis, malgré ses grandes capacités elle refuse de travailler sérieusement et feinte de ne réussir à rien dans tout ce qui est magique.



Dernière édition par Brune J. Rockefeller le Mer 12 Jan - 22:27, édité 15 fois
avatar
Brune J. Rockefeller

♦ HIBOUX POSTÉS : 46
♦ ARRIVÉE : 03/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Sawyer L. Waldorf le Lun 3 Jan - 13:56



    L'appel du Dc c'est difficile d'y résister XD
    Bon courage pour ta fiche huhuhu cyclops








- DRAMA QUEEN -
I'm the master of my fate
I''m the captain of my soul




avatar
Sawyer L. Waldorf
- Almost Famous -

♦ HIBOUX POSTÉS : 719
♦ ARRIVÉE : 09/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Brune J. Rockefeller le Lun 3 Jan - 16:05

    J'avoueee Razz Razz
    Merciii monkey
avatar
Brune J. Rockefeller

♦ HIBOUX POSTÉS : 46
♦ ARRIVÉE : 03/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Adam Meyer le Mar 4 Jan - 11:00

Vive le craquage!
Bon courage pour cette nouvelle fiche!!
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Invité le Mar 4 Jan - 16:18

MA BRUNE QUE D'A MOI. ♥
Rah, j'ai hâte de lire cette fiche. *-*

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Brune J. Rockefeller le Mar 4 Jan - 17:37

    Héhé, ouai, vive les craquages Idea Exclamation
    Merci Adam monkey


    MON JOYEUXGAY cyclops ( Laughing )
    Mouahaha, je m'y attèle de suite, même si tu as déjà eu le droit à un avant goût Cool
avatar
Brune J. Rockefeller

♦ HIBOUX POSTÉS : 46
♦ ARRIVÉE : 03/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Invité le Mar 4 Jan - 18:51

Visiblement, toi aussi tu te prends des délires toute seule avec le pseudo. mrgreen
N'empêche, j'ai trop envie de rp avec cette Brune, pas brune mais blonde. *___*

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Tradd Cooper le Mar 4 Jan - 19:18

    Rebienvenue Brune la blonde. mrgreen
avatar
Tradd Cooper
Martyr
Prince charmant
Gendre idéal √

♦ HIBOUX POSTÉS : 1379
♦ ARRIVÉE : 16/02/2010
♦ HUMEUR : obsédé.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Brune J. Rockefeller le Mar 4 Jan - 19:57

MDR oui que veux tu mon ange, j'ai l'esprit divergeant Razz Razz Laughing
Héhé une blonde, pour ton plus grand malheur Exclamation

Merci Traaaddd mrgreen S'cool un, Brune la blonde jocolor *sbaf*
avatar
Brune J. Rockefeller

♦ HIBOUX POSTÉS : 46
♦ ARRIVÉE : 03/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Demetri Raynolds le Mar 4 Jan - 20:13

Re bienvenue Wink
C'est moi où les signatures sont de plus en plus haute ? xD


avatar
Demetri Raynolds
« Ne touchez pas à Zane. »

♦ HIBOUX POSTÉS : 1972
♦ ARRIVÉE : 11/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Brune J. Rockefeller le Mar 4 Jan - 20:27

Merciiii monkey
Oui, les bannières sont de plus en plus imposantes xD Mais je les trouvait tellement belles que j'ai pas pu résister queen
avatar
Brune J. Rockefeller

♦ HIBOUX POSTÉS : 46
♦ ARRIVÉE : 03/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Invité le Mar 4 Jan - 22:46

Bouge tes fesses, la blonde! (a) ♥

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Brune J. Rockefeller le Mar 4 Jan - 23:22

Huhuhu Laughing
Ce soir j'ai trop la flemme, avec mes 6 rps dans les pattes (plus les 8 d'hier xD) j'ai pas le courage de continuer ma fiche xD Mais je m'en charge demain Exclamation

Ah et d'ailleurs, cette citation ne te rappel rien ?
Si l'on est différent, il est fatal qu'on soit seul.
bounce
avatar
Brune J. Rockefeller

♦ HIBOUX POSTÉS : 46
♦ ARRIVÉE : 03/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Invité le Mar 4 Jan - 23:32

T'es nulle. (a) Mais c'est pas grave, dans quelques minutes tu auras de la lecture alors... --->[] Je voudrais déjà être demain, ceci dit.

OH. Tu sais, depuis tantôt je la lis et je la relis et je me dis "d'où je la connais celle-là?" et ça y est, tu viens de m'éclairer. TADECK. queen (je crois que je suis un peu amoureuse de lui. *out*) ♥️

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Brune J. Rockefeller le Mar 4 Jan - 23:38

Dit pas que je suis nulle d'abord pale De la lecture ?? T'as bientôt terminé ta fiche ? Question cyclops
Ceci dit, il est 00h36 donc d'une certaine façon on est déjà demain Suspect Allé, je vais au moins essayer de faire la partie avec son caractère, même si globalement tu sais déjà quel est-il ^^

VOUI queen bom
Ahahah xD Je te plains alors, parce que niveau asocial il battait tous les records cet emmerdeur Razz Razz
*non, je ne te vois pas, je ne te parle pas* Laughing *sbaf*
avatar
Brune J. Rockefeller

♦ HIBOUX POSTÉS : 46
♦ ARRIVÉE : 03/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Invité le Mar 4 Jan - 23:47

Non, j'arrête. Tu es géniale. Mais c'est parce que j'aime tes persos que je te brusque de la sorte. Je veux trop qu'on puisse se faire un rp de folie itou. ♥️ Sinon, oui, dans même pas dix minutes j'ai fini! Tu verras que ça craint. xD
J'y ai pensé qu'on était demain, mais je voulais pas te démoraliser. Alors j'me suis tû. ---->[] Oh mais te force pas ma belle. C'était une boutade. Je peux réfreiner ma passio dévorante pur ce que tu écris!

Non mais arrête, il était trop choux. queen
En fait je te parie tout ce que tu veux qu'avec Isy, ils se seraient mariés et auraient eu des bons monstres. ♥️ Des psychopathes incompréhensible. T'imagine le mixe entre l'asocial et la tarée de service? xD Huhu. ♥️

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Brune J. Rockefeller le Mer 5 Jan - 1:05

Arrête bordelou, t'es trop adorable quoi queen cyclops Regarde, voilà que je rougis comme des fesses de babouin queen Moi aussi j'ai hâte qu'on rp <3 Bon d'ailleurs, j'ai déjà posté un petit peu, j'espère que ça apaisera ta passion dévorante et t'aidera à patienter un peu Razz Razz

Bien sûr qu'il était trop chouuuuu pale Et il me manque ce grand dadet king Et je te parle même pas pour Isy No
OH VINDIOU ! Les gosses de malade quoi Razz Razz Le gros flippe !
" Les enfaaaaants c'est l'heure de dodoter ! Tout le monde dans sa cage et ne vous écrasez pas dans les escaliers, petits chenapans !" PTDRR
avatar
Brune J. Rockefeller

♦ HIBOUX POSTÉS : 46
♦ ARRIVÉE : 03/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Invité le Mer 5 Jan - 12:40

Les fesses d'un babouin... Merci pour l'image! Je dois dire que je ne me figurais pas bien la chose xD HAAAAAAAN. C'est un con son père. Mais son petit-frère à l'air trop coolos. J'ai patienté toute une nuit (que j'ai fait durée jusqu'à midi) afin de pouvoir lire la suite prodigieuse. Donc mon ange, va falloir s'y mettre. \o/

Oui. Il me manque aussi. C'est trop frustrant de pas savoir ce qui allait arriver après... ♥️
MDR. Je suis sûre que ce serait un truc du genre. xD Avec Iseult qui leur ferait des serments absurdes et soporifiques. Ahaha. Ils étaiet biau nos petits bébés. On avait bien travaillé ! *-* ♥️

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Brune J. Rockefeller le Mer 12 Jan - 22:36

Et voilà, ma fiche est enfin terminée !! Razz
avatar
Brune J. Rockefeller

♦ HIBOUX POSTÉS : 46
♦ ARRIVÉE : 03/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Adam Meyer le Jeu 13 Jan - 23:54

Alors, alors, alors.
C'est très bien, un peu torturé, avec un peu de chance tu pourrais me reprendre mon prix la prochaine fois, ça m'arrangerait xD
Tu parles pas du tout des intrigues, mais Brune a ses propres démons donc ça doit lui prendre un temps fou (a) et je sais que tu connais déjà suffisamment le forum.

Aller, t'es validée! Ce sera Poufsouffle pour toi! Amuses toi bien avec ce nouveau personnage!
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Brune J. Rockefeller le Ven 14 Jan - 0:12

MDR Razz Oui j'avoue que c'est un peu torturé tout ça xD Mais il est en vérité rare que je fasse des personnages aussi "simple" que Liam d'ordinaire looool Vous me voyez là sous mon véritable jour Cool *sbaf* Et pas de problème pour le prix ahah xD

Comment ça je ne parle pas des intrigues... ? Like a Star @ heaven pas tout compris Laughing

Yeaaah Poufsouffle Idea Merci beaucouuuuuup monkey
avatar
Brune J. Rockefeller

♦ HIBOUX POSTÉS : 46
♦ ARRIVÉE : 03/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BRUNE ❀ Oh la belle blonde ! (terminée)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum