I'm Lucky... or not |Adam|

Aller en bas

I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Garden Fear le Jeu 13 Jan - 0:34




    Depuis combien de temps n’avait-elle pas vu Adam ? Théoriquement, ils s’étaient vus trois jours plus tôt dans la pièce secrète avec Bonnie et Mason. Ils avaient agit comme d’habitude pour ne pas éveiller les soupçons et que leurs compagnons d’aventure viennent à savoir qu’ils étaient ensemble. Sinon ils leur arrivaient souvent de se croiser dans les couloirs mais ils échangeaient un simple sourire rapide ou parfois, ils s’arrêtaient pour discuter mais seulement lorsque c’était nécessaire et ils ne parlaient pas d’eux, jamais, les oreilles indiscrètes étaient partout à Poudlard. C’était assez dur parfois car Garden avait souvent besoin de contact physique, surtout avec Adam pour qui elle ressentait de plus en plus de chose, mais elle avait la désagréable et étrange impression qu’il l’évitait ces derniers temps. C’était ridicule, il n’y avait pas de raison à cela, c’était juste sa façon de se comporter habituelle et elle se faisait des films, voilà tout. Comme lors de l’explosion de la tour des Serdaigle. Bien que coincée avec Clyde, elle n’avait eu de cesse à penser à Adam et elle avait silencieusement prié pour qu’il soit loin de tout ça. Malheureusement, lui-même c’était retrouvé coincé dans les décombres, mais heureusement il n’eu rien de grave. Lorsqu’elle l’avait vu suite à cela, dans la pièce secrète où ils s’étaient tous les quatre réunis pour parler de cet incident, elle avait eu l’envie folle de lui sauter au cou de soulagement de le voir en bonne santé, mais elle ne pu que se résoudre à bien se conduire et à rester à sa place. Ils avaient beaucoup parlé de ce moment et pourtant Garden avait plus ou moins gardé le silence là-dessus, elle n’avait pas osé dire qu’elle s’était retrouvée avec Clyde Andrews alors que quelques semaines plus tôt, on lui prêtait une liaison avec ce dernier dans le futur. Elle avait eu peur qu’on ne la juge juste parce qu’elle s’était retrouvée seule avec lui alors qu’elle n’y était absolument pour rien et que c’était la force des choses tout simplement. Mais elle voyait déjà les reproches dans leurs regards et les paroles désobligeantes de Bonnie. Pour Adam c’était différent, elle savait qu’elle aurait pu se confier à lui là-dessus, il lui avait dit avoir confiance en elle concernant Clyde, mais puisque les occasions de se retrouver complètement seuls leur avait totalement échappé ces derniers temps, elle n’avait pas pu le lui dire, et puis si elle arrivait à se retrouver seul à seul avec le Serdaigle, ce ne serait certainement pas de Clyde qu’elle voudrait lui parler ! Elle voudrait juste se blottir contre lui et respirer son odeur autant que possible pour s’en imprégner et ne plus jamais l’oublier.

    Bien que la tête complètement remplie par toutes ses pensées et ses réflexions, Garden ne manqua pas de remarquer une silhouette plus loin dans le couloir et surtout, de la reconnaître ! Personne d’autre qu’eux n’était en vu, alors Garden en profita pour ouvrir la première porte à sa portée et pour se dissimuler dans l’encadrement de cette dernière, les armures longeant les murs du couloir l’y aidant parfaitement. Elle attendit que le jeune homme passe à sa hauteur pour le prendre par surprise en l’agrippant par sa chemise et en l’obligeant à entrer dans la pièce qu’elle referma en la claquant du pied et plaqua son beau captif qui devait être encore sur le sous de la surprise, contre le mur tout en écrasant avec précipitation et envie ses lèvres sur les siennes. Elle profita de ce baiser et de ce contact pour se rapprocher au plus près de celui qui faisait s’affoler son palpitant et ses sens. Elle ne se détacha de ses lèvres que pour le contempler. Pouvoir l’admirer lui était également impossible car si on la voyait le regarder avec un peu trop d’insistance, les langues se mettraient à déverser leur venin.

    « Désolée… Lui dit-elle à voix basse comme une enfant ayant fait une bêtise mais une petite étincelle illuminant ses yeux. J’imagine que tu n’aime pas te faire alpaguer de la sorte mais ça fait tellement longtemps qu’on ne s’est pas retrouvés ensemble, juste tous les deux. » Elle en profita pour de nouveau capturer ses lèvres et glisser ses mains dans ses cheveux d’ébène qu’elle aimait tant. Tu m’as manqué tu sais. » Avoua-t-elle finalement avec un petit sourire en coin. Elle espérait qu’il ne serait pas fâchait qu’elle ait pris une telle initiative, mais après tout, qu’y avait-il de mal à ça ? Elle avait bien fait attention à ce que personne ne soit dans les parages, et donc, ne les voit avant de l’entraîner avec elle. Elle n’aurait pas pris de risques inutiles. Quoi que pouvoir se blottir contre Adam n’était pas vraiment pour Garden quelque chose qu’on pouvait qualifier de risque inutile.









avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Adam Meyer le Jeu 13 Jan - 23:31

    Les évènements s’étaient enchainés, et ils n’avait pas eu de temps pour eux. L’explosion de la tour d’abord, puis le lancement des rumeurs et l’annonce de la création d’une résistance. Tout ça s’était produit sans qu’ils puissent en parler, seuls à seuls. C’était sous une impulsion commune et dans une intention partagée de clarifier la situation que les quatres préfets du futur s’étaient réunis après l’explosion. Adam avait été soulagé de voir Garden saine et sauve, même si rien dans son comportement n’avait trahi ce sentiment. Il était resté maître de lui-même, avait donné le chance, en acquiesçant à certains hypothèses, en donnant sa version des faits. Il était resté très pro’, quand son unique désir avait pourtant été de prendre Garden dans ses bras. Dès l’instant où leurs regards s’étaient croisés, il avait voulu la serrer contre son cœur, c’était la seule façon qu’il aurait trouvé de se calmer vraiment. Au lieu de ça, il s’était contenté de lui jeter des regards à l’allure banal pendant la réunion, s’assurant qu’elle n’avait pas d’hématomes trop importants ou de blessures traitresses. En réalité, il s’en voulait de ne pas avoir été auprès d’elle pendant l’incident. Ils étaient ensemble depuis peu à ce moment là, et encore pas de façon officielle, mais c’était à Adam et à nul autre que lui de soutenir Garden et d’être à ses côtés dans une telle épreuve. Il s’était alors promis de ne plus jamais lui faire faux bond. La réunion avait pris fin et Adam avait du reléguer ces pensées au second plan, pour davantage se concentrer sur la mission.

    Puis il y avait eu le changement de dortoir des serdaigles, et Adam avait été envoyé parmi les serpentards, tandis qu’il savait Andrews auprès de sa Garden.
    Alors faisant contre mauvaise fortune bon cœur, il avait entreprit de discuter avec Emalee, envoyée avec lui à Serpentard, et ils étaient finalement tombé d’accord sur le principe de se serrer les coudes, et de ne pas se juger trop hâtivement. La suite était floue dans l’esprit d’Adam. Restait cependant la certitude qu’il avait mal agis. Pas pour la mission, même pas tellement vis-à-vis de lui-même et de ses principes, mais par rapport à la personne qui comptait le plus pour lui actuellement: Garden. Sans en connaître l’explication exacte, il avait le sentiment de l’avoir trahi. Et cette impression le hantait. Il n’arrivait plus à croiser le regard de Garden dans les couloirs sans ressentir une gêne immense et l’impression qu’on lui agrippait le cœur pour l’enserrer comme dans un étau.

    Ce matin, une image lui était revenu. Mais à vrai dire, lui étant revenue au réveil, il se demandait si ça n’était pas tout simplement les restes de son rêve. Si tel était le cas, il pouvait encore se demander pourquoi il rêvait ainsi d’Emalee alors qu’il ne ressentait pas la moindre espèce d’attirance pour elle, mais qu’il aimait au contraire profondément Garden et ne voulait qu’elle. Mais même cette pensée, cette simple affirmation, le dérangeait. Il n’arrivait décidément pas à savoir ce qui clochait, et ça lui tapait sur les nerfs. Une chose était sûre, il ne valait mieux pas revoir Garden avant d’avoir mis de l’ordre dans cette affaire.

    Mais à peine s’était-il fait cette remarque, alors qu’il marchait d’un pas tranquille dans un couloir, qu’il se sentit brusquement happé. Il ne mit pas longtemps à en comprendre la raison. La porte fut refermée d’un coup sec et lui plaqué au mur par une belle demoiselle à la crinière blonde. Il n’eut pas le temps de manifester sa surprise que les lèvres de sa ravisseuse se collèrent contre les siennes. L’impatience de Garden était significative du temps depuis lequel elle attendait ce moment. Le moment où ils seraient enfin tous les deux, et que rien ne les empêcherait de profiter pleinement du fait qu’ils soient ensembles, même si ça restait officieux. En d’autres circonstances, Adam aurait été le premier à poursuivre Garden dans tous le château pour le moindre baiser volé. Mais ce n’était pas pour rien qu’il l’évitait ces derniers temps. Il ne voulait pas la confronter, il ne le pouvait pas. Il savait déjà que ça se terminerait mal. Il regrettait de n’avoir pas été plus prudent. Il n’aurait jamais du laisser Garden l’entrainer dans cette salle.

    « Désolée… » Pour seule réponse, il lui asséna un regard sévère. Elle n’imaginait pas ce qu’elle venait de faire. Elle minaudait comme une gamine qui aurait fais une bêtise, mais c’était tellement plus bête que ça! « J’imagine que tu n’aime pas te faire alpaguer de la sorte mais ça fait tellement longtemps qu’on ne s’est pas retrouvés ensemble, juste tous les deux. »
    Il n’eut, encore une fois, pas le temps de réagir avant qu’elle ne l’embrasse à nouveau et glisse les doigts dans ses cheveux. Elle était vraiment impossible! « Tu m’as manqué tu sais. » Ca ne faisait pas la moindre différence à ses yeux. Bien sûr qu’il lui avait manqué, c’était évident, et même un reclus du genre d’Adam était capable de s’en rendre compte. Mais il restait braqué sur ses positions. Garden avait fais une grave erreur en l’attirant ici.

    D’un geste sec, il saisit les poignets de la poufsouffle et l’obligea à retirer ses mains de ses cheveux. Se faisant, il l’incita aussi à se décoller de lui, et instaura presque une zone comme limite raisonnable entre leurs deux corps. Lorsqu’il prit la parole, il ne lâcha pas les poignets de Garden, pour s’assurer qu’elle reste bien concentrée sur le message qu’il souhaitait faire passer.

    « Je le sais très bien. Mais c‘est vraiment imprudent ce que tu as fais. Imagine que quelqu‘un t‘ai vu m‘attirer ici! Tu ne réfléchis donc jamais aux conséquences de tes actes? »

    La sévérité semblait décidément de rigueur, sur son visage et dans son ton. Garden affichait pourtant jusque là un air si jovial. C’était idiot, et il s’en voulait de lui infliger ça. Mais il fallait vraiment écourter cette entrevue, sans quoi ils risquaient bien de tout foutre en l’air. Et ça, Adam ne le permettrait pas. Il n’était pas prêt à perdre Garden. Alors la seule option envisageable était de la faire culpabiliser pour qu’elle ne se rende pas compte que le seul qui avais mal agis ici, c’était lui.

    « Je ne peux pas rester là. C‘est pourtant toi qui a décidé que nous ne pouvions pas être ensemble officiellement. Je ne comprends pas que tu puisses mettre si facilement ta décision en péril. »

    Et une salve de plus, pour s’assurer que Garden n’insisterait pas. Il lui semblait avoir fais le nécessaire. Tenant toujours solidement la jeune fille, il la força à reculer et la lâcha après lui avoir fais faire quelques petits pas de côté pour lui laisser le champs libre. Peut-être que la mauvaise idée de Garden ne les avait pas encore condamné, et qu’il était possible de s’en sortir sans trop de casse. Il posa la main sur la poignée de la porte, bien décidé à en rester là. Il ne savait toujours pas clairement ce qu’il avait fais, mais les lèvres de Garden sur les siennes lui avaient donné l’assurance qu’il l’avait trahie. Il en était certain désormais, il avait goûté à d’autres lèvres que celles de Garden entre temps.
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Garden Fear le Sam 15 Jan - 22:25




    Elle était tellement heureuse de pouvoir se blottir contre lui, de pouvoir sentir son odeur qui lui avait tellement manqué, sa chaleur contre elle. Elle ne remarque même pas que le Serdaigle ne la serrait pas de son côté contre lui et qu’il préférait garder ses bras le long de son corps. Comme s’il ne ressentait pas la même chose qu’elle à cet instant. Qu’il se fichait du temps qui les avait séparé ou pire encore, qu’il était juste distant et froid, qu’il n’avait plus ces sentiments pour elle, ceux qu’il lui avait avoué et qui l’avait faite s’ouvrir à lui contrairement aux autres. Tout ça, Garden n’en avait pas conscience, trop bien sur son petit nuage. Elle aimait se sentir aimé, pouvoir se serrer contre un homme pour chercher sa chaleur, mais avec Adam, elle avait pu se rendre compte qu’il y avait quelque chose de plus fort que ça. Elle pensait le lui dire, si cela venait sur le tapis ou si le moment se montrait propice pour cela. Elle n’allait pas sortir ça comme ça non plus ! Même si ça ne paraissait pas grand-chose pour qui que se soit d’autre, c’était important pour elle. Cependant, Garden déchanta bien vite et vit ses espoirs d’une rencontre douce et tendre avec Adam s’envoler au moment même où ce dernier s’empara de ses poignets d’un geste sec et brusque, ce qui la laissa complètement perdue sur l’instant. Il l’obligea à retirer ses mais de sa chevelure et l’éloigna de lui comme si cette proximité entre eux n’avait pas lieu d’être, comme si elle avait fait quelque chose de mal ou de déplacée.

    « Je le sais très bien. Mais c‘est vraiment imprudent ce que tu as fais. Imagine que quelqu‘un t‘ai vu m‘attirer ici ! Tu ne réfléchis donc jamais aux conséquences de tes actes ? »

    Garden baissa les yeux un instant, se sentant coupable comme une enfant que l’on réprimandait. L’avis d’Adam sur elle était assez important pour la jeune fille et ce qu’elle en retirait ici, c’était qu’il la trouvait inconsciente et puérile.

    « Je ne peux pas rester là. C‘est pourtant toi qui a décidé que nous ne pouvions pas être ensemble officiellement. Je ne comprends pas que tu puisses mettre si facilement ta décision en péril. »

    Garden releva la tête à ses paroles. Elle n’avait pas été si imprudente que ça ! Elle avait fait attention et lui semblait croire que se n’était absolument pas le cas ! A croire qu’il avait vraiment peu d’estime pour elle ou ses actes.
    Il la fit reculer et elle obtempéra, bien qu’à contre cœur, et se laissa presque pousser sur le côté pour que le Serdaigle puisse se dégager. Elle était encore sous le choc de cette entrevue qui, bien que extrêmement courte, fut catastrophique pour elle et son cœur qui la faisait souffrir en cet instant. Adam avait tellement été dur et froid avec elle qu’il lui rappelait celui qu’il avait été avec elle auparavant, et non ce garçon tendre et aimant du parc. Bien que perdue dans ses pensées douloureuses et incomprises, elle vit Adam poser la main sur poignet afin de quitter les lieux… et ce fut plus fort qu’elle, elle se jeta derrière elle, entourant sa taille de ses bras et se serrant contre son dos. Elle ne voulait pas qu’il parte, pas comme ça alors qu’il semblait fâché contre elle et si distant qu’elle se demandait si quelque chose ne le tracassait pas.

    « Je suis désolée Adam, mais je te jure que j’ai bien fait attention avant de t’attirer ici. J’ai regardé tout autour de nous pour m’assurer qu’il n’y avait personne. »

    Elle n’était pas si stupide que ça tout de même ! D’ailleurs son ton aurait du être plus dur et convainquant au lieu de trembler et d’être si faible comme si Adam avait les pleins pouvoirs sur elle et qu’elle lui était soumise.

    « Et puis tu étais autant d’accord que moi sur le fait de ne pas nous afficher ensemble. » Se justifia-t-elle un peu plus sûre d’elle car elle avait eu la désagréable sensation qu’il lui avait presque reproché.

    Elle le relâcha à peine, juste pour pouvoir agripper son bras et le forcer à lui faire face. Elle ne le laisserait pas s’en aller de cette manière.

    « Il n’y a pas de danger. J’ai fait attention, il n’y avait personne. Nous pouvons nous enfermer dans cette pièce pour être sûr que personne ne nous surprenne et pour sortir nous pouvoir le faire chacun notre tour à un lapse de temps assez espacé pour que si il y a du monde dans le couloir, se soit une autre fournée et qu’on ne remarque pas que nous étions ensemble. Sans compter qu’on peut toujours prétexter qu’on avait à parler. Les gens se cache sans arrêt dans ce château. »

    Que devait-elle dire pour qu’il ne fasse plus cette tête ? En ayant marre de devoir se justifier, elle poussa le garçon contre la porte assez brusquement pour le surprendre et repris,

    « Et puis mince Adam ! Qu’est-ce que je dois dire pour que tu enlèves cet air renfrogné de ton visage et que tu me prennes dans tes bras ? Si mes explications ne te suffisent pas et que tu trouves mon idée stupide, alors quand nous verrons nous ? Quand pourrons nous être seuls à seuls et profiter de la présence l’un de l’autre ? »

    Elle recula elle-même de deux pas alors qu’elle était déjà suffisamment éloignée de lui. Mettant les mains derrière son propre dos et baissant la voix tout comme les yeux, elle déduisit,

    « A moins que tu n’es plus envie d’être avec moi… c’est ça ? la dernière fois t’as suffit, tu en as convenu que je n’étais finalement pas celle que tu voulais ? »

    C’était quelque chose qu’on lui avait déjà dis et jamais elle n’avait trouvé ça douloureux, car cela lui empêchait de devoir elle-même mettre fin à une histoire. Pourtant, là, elle sentait que son cœur déciderait de battre ou non à sa réponse.









avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Adam Meyer le Dim 16 Jan - 14:46

    Ce n’était qu’un mauvais moment à passer. Pour l’instant, son cœur lui faisait mal et il avait envie de hurler, mais une fois sorti de cette pièce, il irait prendre quelques bouffées d’air frais et ça s’arrangeait. En attendant, il se sentait véritablement mal. Garden n’avait pas mérité qu’il la traite aussi sévèrement. Et si ce qu’il imaginait était vrai, il l’avais d’ors et déjà suffisamment bafouée pour ne pas, en plus, la traiter comme une moins que rien. Il s’en voulait, il se détestait pour ce qu’il venait de faire. Et au moment où il s’apprêtait pour de bon à tourner la poignée et à s’échapper, il sentit Garden se serrer contre son dos et enlacer sa taille. Une vague intense submergea alors Adam, et il fut incapable de la gérer. Sa main se figea sur la poignée, et ses paupières se fermèrent dans un mouvement brusque, laissant une expression peinée se peindre sur son visage.

    « Je suis désolée Adam, mais je te jure que j’ai bien fait attention avant de t’attirer ici. J’ai regardé tout autour de nous pour m’assurer qu’il n’y avait personne. »

    Sa voix tremblait, et Adam crut un instant que son cœur allait s’arrêter de battre. Garden insistait, mais d’une manière très personnelle, s’excusant et se justifiant, comme si c’était nécessaire. Elle aurait pu présenter n’importe quel argument, même le plus irréfutable, ça n’aurait rien changé. Car Adam s’était simplement jeté sur la première excuse qu’il avait trouvé pour se sortir de cette impasse en vitesse. Garden n’y était pour rien, alors ses justifications n’étaient d’aucune utilité.

    « Et puis tu étais autant d’accord que moi sur le fait de ne pas nous afficher ensemble. »

    Bien sûr, mais une fois encore, il s’était permis de sortir la première excuse qu’il avait trouvé, sans même chercher à la faire reposer sur la moindre vérité valable. Evidemment qu’il était d’accord. De toute façon, de son point de vue, mieux valait être avec elle de façon toute officieuse que de n’y être pas du tout.
    Elle le relâcha, mais Adam la connaissait suffisamment désormais pour savoir qu’elle n’en avait pas fini. Il rouvrit seulement les yeux au moment où elle agrippa son bras. Alors, il se retourna sans broncher, même s’il savait qu’il aurait dû la faire taire une bonne fois pour toutes.

    « Il n’y a pas de danger. J’ai fait attention, il n’y avait personne. Nous pouvons nous enfermer dans cette pièce pour être sûr que personne ne nous surprenne et pour sortir nous pouvons le faire chacun notre tour à un lapse de temps assez espacé pour que si il y a du monde dans le couloir, se soit une autre fournée et qu’on ne remarque pas que nous étions ensemble. Sans compter qu’on peut toujours prétexter qu’on avait à parler. Les gens se cache sans arrêt dans ce château. »

    Bien sûr, il lui faisait confiance. C’était ça le pire. Il savait qu’elle avait fais attention, tout comme ses propositions étaient valables. Et ça ne faisait qu’enfoncer un peu plus le couteau dans la plaie. Car en retour, il ne méritait pas sa confiance.
    Mais la surprise s’invita très vite sur son visage, lorsqu’elle le poussa brusquement contre la porte et s’exclama:

    « Et puis mince Adam ! Qu’est-ce que je dois dire pour que tu enlèves cet air renfrogné de ton visage et que tu me prennes dans tes bras ? Si mes explications ne te suffisent pas et que tu trouves mon idée stupide, alors quand nous verrons nous ? Quand pourrons nous être seuls à seuls et profiter de la présence l’un de l’autre ? »

    Elle recula, laissant Adam en proie à ses démons. Il ne la méritait décidément pas. Comment avait-il pu imaginer une seule seconde être capable de la rendre heureuse. Il l’aimait profondément, mais il semblait décidé à la faire souffrir, même involontairement. Pourquoi restait-elle avec lui? C’était le moment idéal pour arrêter les frais.

    « A moins que tu n’es plus envie d’être avec moi… c’est ça ? la dernière fois t’as suffit, tu en as convenu que je n’étais finalement pas celle que tu voulais ? »

    Les mains derrières le dos et les yeux baissés, elle en venait à la même conclusion que lui. Mais Adam y voyait là le signe que, tout comme lui, elle n’avait pas l’intention de prendre l’initiative. C’était pourtant le mieux pour elle. Il l’observa un instant, ainsi postée, et son cœur se gonfla. Dardant un regard perçant sur elle, il répondit enfin:

    « Tu rends les choses tellement difficiles. »

    Il fit un pas en avant, et fus bientôt suffisamment près de Garden pour faire ce qu’il avait envie de faire depuis trop longtemps. Il la prit dans ses bras et pressa sa joue contre ses cheveux. Il huma son parfum comme un grand bol d’air frais, et il sentit son esprit s’envoler et son estomac se détendre. Il la serra encore un peu plus, et ajouta:

    « J‘aurais toujours envie d‘être avec toi Garden, quoiqu‘il arrive. Et ce ne sont pas des mots en l‘air. Après tout, celui que je serais dans le futur aura toujours aussi envie de te protéger… J‘espère que ce sera désormais dans de meilleures circonstances. »

    Il respira encore une fois à plein poumon le parfum qui lui avait tant manqué. Mais ce faisant, il se revit subitement en position très compromettante, avec Emalee. Il lâcha alors subitement Garden et eut un mouvement de recul très peu naturel. Comment avait-il pu faire une chose pareille? Il n’avait pas seulement embrassé une autre, il avait été bien plus loin! Il tenta de masquer son effarement, mais son dégoût resta bien visible. Il était tourné vers lui, bien sûr, mais il comprit un peu trop tard que Garden pourrait l’interpréter différemment. Il tenta alors, tant bien que mal, d’effacer tout sentiment de ses traits, et fit en sorte de parler d’une voix claire et assurée.

    « Mais toi, tu ne devrais pas . Je ne mérite pas ta confiance, et ça n‘a rien d‘un excès de pessimisme. »

    A partir de là, il aurait mieux fais de conserver ses distances. Mais Garden était juste devant lui, et ça faisait si longtemps qu’il espérait profiter d’un moment seul avec elle. Les circonstances étaient certes désastreuses, mais il ne put s’empêcher de tendre son bras et de venir caresser doucement sa joue.

    « Je voulais fuir pour éviter d‘avoir à briser ce que j‘avais enfin réussi à obtenir. Mais je ne peux pas te mentir. Tu mérites mieux que ça, mieux que moi. »

    Ce fut avec une haine féroce pour lui-même qu’il jeta ce dernier mot. Son cœur lui faisait mal et il sentait que son crâne allait exploser. Il savait ce que son aveux impliquerait, il savait tout ce qu’il avait à perdre, à commencer par Garden. Mais il ne pouvait pas la fuir éternellement, ni lui mentir une seconde de plus. Il valait mieux mettre les choses au clair, quitte à tout détruire.
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Garden Fear le Mar 18 Jan - 15:55




    « Tu rends les choses tellement difficiles. »

    Elle avait attendu sa réponse le cœur en suspend, prête à toute éventualités mais pas forcément à les accepter. Que ferait-elle s’il lui disait qu’effectivement, il ne voulait pas d’elle ? Inconsciemment, Garden s’était investie dans cette relation bien que difficile et peut approfondie de par leur accord de la garder secrète aux yeux des autres, et pourtant… les lèvres, les bras, le regard tendre d’Adam la couvant ne cessaient de la hantaient jours et nuits. Il lui avait semblé tellement sincère la dernière fois, lorsqu’il lui avait avoué vouloir être avec elle qu’elle ne savait pas dans quel sens elle devait interpréter ses paroles. Dans quel sens rendait-elle les choses difficiles ? Elle ne pu réfléchir à cela plus longtemps car Adam s’était rapproché d’elle sans qu’elle ne s’en rende compte, bien trop plongée dans ses réflexions, et maintenant il la serrait dans ses bras avec tendresse et elle pu le sentir humer le parfum de ses cheveux avant de la serrer un peu plus contre lui et cela la rassura plus que tout sur le coup.

    « J‘aurais toujours envie d‘être avec toi Garden, quoiqu‘il arrive. Et ce ne sont pas des mots en l‘air. Après tout, celui que je serais dans le futur aura toujours aussi envie de te protéger… J‘espère que ce sera désormais dans de meilleures circonstances. »
    « Je ne savais pas pour le futur… » Avoua-t-elle quelque peu surprise. Jamais on ne lui avait dit qu’Adam serait là, à la protéger. On lui avait pourtant dit qu’il faisait partie de la résistance alors qu’elle serait au bras d’Andrews, mais pas qu’il ferait tout pour prendre soin d’elle… Les questions lui brûlèrent les lèvres mais Adam relâcha brusquement la jeune fille, un air de dégoût sur le visage. Quoi ? Qu’avait-elle ou dit pour qu’il lui retourne une telle expression ?

    « Mais toi, tu ne devrais pas. Je ne mérite pas ta confiance, et ça n‘a rien d‘un excès de pessimisme. »

    Garden fronça les sourcils et Adam tendit son bras vers elle afin de lui caresser la joue. Les choses lui échappaient complètement et ce fut ce qu’elle lui dit sans détour.

    « Je ne comprends pas Adam. Qu’est-ce que tu as ? Qu’est-ce qui se passe ? »

    Que pouvait-il s’être joué pour qu’il lui dise de ne pas lui faire confiance ?

    « Je voulais fuir pour éviter d‘avoir à briser ce que j‘avais enfin réussi à obtenir. Mais je ne peux pas te mentir. Tu mérites mieux que ça, mieux que moi. »

    La haine avec laquelle il cracha le dernier mot la surpris un peu plus et la conforta dans l’idée que quelque chose ne tournait vraiment pas rond. Elle ignorait ce qu’il se passait mais ce qu’elle savait, c’était qu’elle avait horreur de voir Adam parler de cette manière de lui-même, elle ne voulait pas le lui permettre car elle savait ce qu’il était, qui il était et il ne méritait pas tant de mépris dans la voix lorsque lui ou n’importe qui d’autre parlait de lui.
    Elle s’avança vers lui et attrapa ses joues en coupe entre ses mains, son regard bleuté cherchant à accrocher le sien pour ne plus le lâcher.

    « Ecoutes moi Adam, je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais c’est à moi de juger si je peux ou non t’accorder ma confiance et pour le moment tu l’as toute à toi, même après ce qu’il s’est passé avec la potion que tu m’as fait avalé, même après les choses désagréables que tu as pu me dire. J’aurai pu te rejeter pour ces raisons, mais je ne l’ai pas fait et tu sais pourquoi ? Parce que je sais que tu en vaux la peine et que j’ai de la chance que tu veuilles de moi et que tu me vois de la manière que tu me vois et non comme les autres. »

    Elle posa ses lèvres sur sa bouche et tenta de faire passer dans son baiser autant de douceur, d’affection, mais aussi de passion mais aussi une manière de la rassurer. Sans compter qu’elle avait rêvé l’embrasser depuis un moment et que tout à l’heure, il l’avait mise en appétit !
    Elle relâcha ses lèvres et son indexe vint tracer la force e la bouche du jeune homme avec tendresse avant qu’elle ne murmure,

    « Dis-moi Adam… racontes-moi ce qui s’est passé, ce qui te mets dans un tel état et après, se sera à moi, et uniquement à moi, de juger si je peux t’accorder ma confiance ou non. D’accord ? »

    La caressa sa joue d’un geste rassurant tout au long de sa tirade et attendit que le beau brun se décide à se confier, car elle sentait qu’il voulait le faire mais elle ne savait ce qu’elle allait découvrir, et même si elle voulait de tout son cœur pouvoir jurer lui laisser sa confiance quoi qu’il arrive, elle craignait aussi ne pas pouvoir tenir parole…









avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Adam Meyer le Mar 18 Jan - 19:23

    « Je ne comprends pas Adam. Qu’est-ce que tu as ? Qu’est-ce qui se passe ?
    - Je voulais fuir pour éviter d‘avoir à briser ce que j‘avais enfin réussi à obtenir. Mais je ne peux pas te mentir. Tu mérites mieux que ça, mieux que moi. »

    Il ne s’attendait pas à ce que Garden comprenne, lui-même avait du mal à rassembler ses pensées en un tout cohérent. Il ne connaissait pas la raison qui l’avait poussé à tourner le dos à Garden aussi facilement, mais c’était réel. Plus il tournait et retournait son impression en tête, plus il approchait de la vérité. Il avait partagé avec Emalee un moment et une proximité qui n’auraient jamais du être. Il était le premier à se condamner, et il était clair dans son esprit qu’il ne pouvait pas cacher une chose aussi énorme à celle qu’il prétendait aimer. Mais, décidément, elle ne l’aidait pas du tout. Car lorsqu’elle se rapprocha de lui et attrapa son visage entre ses mains, il se fit encore plus l’effet d’un sale traître. Elle capta bien vite son regard, et ce qu’il y eut le mit d’abord dans un état de misère effroyable.

    « Ecoutes moi Adam, je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais c’est à moi de juger si je peux ou non t’accorder ma confiance et pour le moment tu l’as toute à toi, même après ce qu’il s’est passé avec la potion que tu m’as fait avalé, même après les choses désagréables que tu as pu me dire. J’aurai pu te rejeter pour ces raisons, mais je ne l’ai pas fait et tu sais pourquoi ? Parce que je sais que tu en vaux la peine et que j’ai de la chance que tu veuilles de moi et que tu me vois de la manière que tu me vois et non comme les autres. »

    A ces mots, elle l’embrassa avec une tendresse et une passion mêlée, ce qui mit du baume au cœur d’Adam. Il continuait de penser que Garden avait tort de lui faire ainsi confiance, mais ses paroles l’apaisaient en un sens auquel il ne s’attendait pas. Toute sa vie, il ne s’était jamais fié qu’à lui-même et, malgré l’amour que lui vouaient ses parents adoptifs, il n’avait jamais attendu après personne afin de trouver sa force et son courage là où ils étaient. Mais aujourd’hui, Garden lui faisait prendre conscience qu’il n’était plus seul, vraiment plus seul. Car elle savait trouver les mots et les gestes pour l’aider à faire face. Elle croyait en lui pour eux deux.
    Ses doigts tracèrent le contour de la bouche d’Adam, qui la regarda avec un soupçon de force retrouvée alors qu’elle lui murmura:

    « Dis-moi Adam… racontes-moi ce qui s’est passé, ce qui te mets dans un tel état et après, se sera à moi, et uniquement à moi, de juger si je peux t’accorder ma confiance ou non. D’accord ? »

    La main de Garden ne cessait de caresser sa joue, et Adam lui adressa un sourire tendre tout en venant saisir son poignet.

    « D‘accord. »

    Il n’en dit pas plus, retirant doucement la main de Garden, en continuant à la regarder avec tendresse. Elle était compréhensive, tolérante et elle semblait être particulièrement prête à accepter n’importe quel aveux. Mais Adam doutait qu’elle s’attendait à ce qu’il s’apprêtait à révéler. Même pour Garden, ça faisait beaucoup trop à devoir pardonner. Il savait intuitivement ce qui allait se passer. Mais il ne se dégonfla pas pour autant. Même alors qu’il se comportait à nouveau comme un goujat, Garden avait fais preuve d’une volonté de fer pour le calmer et lui assurer qu’elle ne le jugerait pas trop sévèrement. Alors elle méritait bien son honnêteté, même si, une fois encore, Adam savait qu’elle avait dis ça uniquement parce qu’elle ignorait ce qu’il avait fais. Sans doute ne l’imaginait-elle même pas capable de lui faire une telle horreur? Lui non plus, et il ne se l’expliquait pas. Mais c’était trop facile de trouver une excuse. Ce qu’il avait osé faire était horrible, et il ne demandait aucune faveur.

    « Je ne pense pas qu‘il y ait de bonne façon de présenter ça. Et je ne me rappelle pas suffisamment les détails pour avoir une vue d‘ensemble réellement fidèle à te donner… » Il s’arrêta brusquement. Pourquoi avait-il employé ce mot? Ça le troubla autant que ça lui permit de rebondir, l’air néanmoins dépité. « Justement, ce qui s‘est passé c‘est que je ne t‘ai pas été fidèle. » Les mots se bloquaient dans sa gorge. Pourtant Garden méritait d’avoir une explication suffisamment claire, même si lui-même n’y voyait pas clair dans cette affaire, alors il devait se forcer. « Quand j‘ai été envoyé avec les serpentards, après l‘explosion de la Tour, j‘en ai embrassé une autre, et je pense même - non je suis sûr, avoir été plus loin avec elle. » Soutenir le regard de Garden devenait de plus en plus pénible, et ses yeux avaient tendances à fuir de tous les côtés. Pourtant, il finit par se bloquer sur elle, en ajoutant: « Beaucoup trop loin. »

    Il aurait du finir là-dessus et laisser Garden réagir, mais c’était plus fort que lui, il était incapable d’affronter son jugement. Il attrapa ses épaules, presque brusquement, et planta un regard affolé sur elle. Mais aucun son ne parvint à sortir de sa bouche. Alors, tout aussi brusquement, il la relâcha et fit quelques pas derrière elle, après l’avoir rapidement dépassée. Il baissa les yeux au sol tout en lâchant d’un ton amer:

    « Je n‘ai aucune excuse. Je ne sais pas ce qui s‘est passé précisément, mais ça s‘est produit, alors … tu as tous les droits de m‘en vouloir et de me détester. » Il balada son regard alentour en concluant à voix basse et méprisante: « Moi même je me déteste. »
    Et ses yeux tombèrent alors sur un magnifique miroir à l’encadrement finement dessiné.
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Garden Fear le Mer 19 Jan - 20:54




    Il ne pouvait pas décider pour elle. En tout cas, pas de ce qu’elle devait ressentir et encore moins lorsqu’elle ne savait pas de quel sujet il s’agissait exactement. Elle avait le droit de ne pas être plongée dans cette ignorance plus longtemps, de plus il lui semblait que rien de ce que qu’aurait pu faire Adam ne méritait qu’il perdre sa confiance ou qu’il soit si dur envers lui-même. Elle pensait qu’il était trop strict avec sa propre personne, il voulait tellement bien faire que le moindre faux pas lui paraissait mériter la condamnation, mais elle était persuadée qu’il dramatisait quelque peu. Adam n’était pas quelqu’un de mauvais, elle voyait mal ce qu’il pouvait se reprocher avec autant de mépris.
    Ses paroles et ses gestes durent le rassurer. Au moins suffisamment pour qu’il accepte de ce confier sur ce qu’il le rongeait et lui donnait une si peu haute estime de lui-même. Avec un sourire tendre – qu’elle lui renvoya – Adam s’empara doucement de son poignet dont la main caressait sa joue.

    « D‘accord. »

    Ce seul mot suffit à Garden qui se perdait dans le regard tender que lui adressait le jeune home, au point d’en oublier qu’il était sur le point de se confesser à elle.

    « Je ne pense pas qu‘il y ait de bonne façon de présenter ça. Et je ne me rappelle pas suffisamment les détails pour avoir une vue d‘ensemble réellement fidèle à te donner… »

    Le tout troubla Garden. Qu’il s’arrête aussi brusquement dans sa lancée, mais aussi qu’il lui ait dit ne pas se souvenirs suffisamment des faits pour les lui expliquait en détails étaient assez étranges. La seule fois où elle-même avait eu des trous de mémoires et qu’elle n’avait pas réussi à raccorder ses souvenirs correctement, c’était lorsque Adam lui avait fait boire une potion de vérité de leur époque mais qui avait mal fonctionné sur elle… enfin bref. Pour le moment tout ceci soulevait plus de questions que ça n’apportait de réponses.

    « Justement, ce qui s‘est passé c‘est que je ne t‘ai pas été fidèle. Quand j‘ai été envoyé avec les serpentards, après l‘explosion de la Tour, j‘en ai embrassé une autre, et je pense même - non je suis sûr, avoir été plus loin avec elle. »

    La bouche de Garden s’était ouverte sur un son qui ne sortait pas. Il avait embrassé une autre fille ? Mais qui ? et pourquoi ? sans compter qu’il disait qu’il avait été plus loin. Qu’est-ce qu’il entendait par là ? plus loin jusqu’où ? Son regard la fuyait, l’empêchant d’y trouver une réponse. En même temps, sa révélation l’avait tellement sonné qu’elle ne savait pas si elle parviendrait à y déceler quoi que se soit même s’il se montrait le plus lisible possible. Puis son regard revint finalement vers elle, alors qu’elle ne savait pas si elle pouvait en entendre davantage, mais voulant en même temps connaître la vérité.

    « Beaucoup trop loin. »

    Pour toute réaction, elle retira son poignet, lentement, qu’il tenait toujours dans sa main, comme pour rompre tout contact entre eux. Elle n’arrivait pas à le croire, et pourtant le fait qu’Adam la saisisse avec brusquerie par les épaules et plante un regard qu’elle aurait su juger affolé si elle n’avait pas tellement sous le choque de cette révélation. Comment était-ce possible ? Adam… il lui avait dit ressentir des choses si fortes pour elle, alors pourquoi l’avoir trahie de la sorte ? Elle aurait voulu comprendre mais resta trop hébétée sur l’instant pour poser la moindre question. Pour que son esprit ne reprenne une activité cohérente, il fallut qu’Adam ne la relâche tout aussi soudainement qu’il ne l’avait saisit et ne disparaisse de son champs de vision pour conclure d’un ton qui reflétait ses sentiments.

    « Je n‘ai aucune excuse. Je ne sais pas ce qui s‘est passé précisément, mais ça s‘est produit, alors … tu as tous les droits de m‘en vouloir et de me détester. Moi même je me déteste. »

    Elle chercha à comprendre les raisons de ce comportement. Adam n’était un coureur de jupon, et il disait ne pas se souvenir de tout ce qu’il s’était passé. Avait-il été victime d’un philtre d’amour ou d’un sortilège ? Garden avait du mal à croire qu’Adam ait pu faire une telle chose pleinement conscient. Les questions s’entrechoquaient dans sa tête jusqu’à déborder aux bords de ses lèvres d’une voix basse et incertaine.

    « Est-ce qu’on t’as fait boire une potion ou as-tu été victime d’un sortilège te poussant à agir ainsi ? » Demanda-t-elle en espérant que l’une des réponses soit la bonne. Elle ne pouvait pas croire qu’Adam ait pu la tromper comme ça, elle était persuadée qu’il y avait une raison, une ‘excuse’ même s’il ne voulait pas utiliser ce mot.

    Elle se retourna finalement vers lui et fit quelques pas pour le rejoindre. S’arrêtant à ses côtés, elle baissa la tête et laissa s’échapper une autre supposition à mi voix,

    « Ou bien, est-ce que c’est parce que nous n’avons encore rien fait tous les deux ? »

    Aurait-il été possible, malgré ce qu’il lui avait dit la dernière fois, que Adam en ait marre d’attendre d’approfondir sa relation avec Garden, ce qui l’aurait poussé à aller voir ailleurs ?

    Elle leva les yeux vers l’endroit où Adam les avait posé peu de temps auparavant et tomba sur un immense miroir. Sa forme et les lettres gravées sur son cadre ne lui donnèrent aucun doute sur l’identité de l’objet. Il était toujours au château à l’époque d’où ils venaient, et à chaque fois qu’elle s’était regardée dedans, elle n’avait fait que souffrir qu’en voyant son reflet aux côtés de son père qui les avait lâchement abandonné. Elle le détestait pour ça et pourtant, au plus profond d’elle, sans même qu’elle le soupçonne, elle désirait plus que tout qu’il revienne. Elle se demanda un court instant si les choses étaient toujours les même à présent. Mais l’instant ne se prêtait pas à ce genre de chose, elle souffrait suffisamment sans en rajouter avec ce miroir, et pour conclure sur ses paroles précédentes, elle ajouta :

    « Tu n’as qu’à demander Adam. Je n’ai jamais eu l’intention de te repousser tu sais. »

    Garden n’était pas une jeune vierge timide et intimidée par les hommes et si Adam voulait que leur relation aille plus loin, elle était plus que prête à le satisfaire. Elle aussi en avait envie, depuis assez longtemps maintenant pour qu’un seul baiser un peu trop appuyé ne la fasse complètement déraper et ne plus s’arrêter.









avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Adam Meyer le Jeu 20 Jan - 12:19

    Un tel miroir ne pouvait pas passer inaperçu et, à leur époque, la plupart des élèves de Poudlard connaissait son existence et y avait déjà observé leur reflet, par curiosité. Mais le plus sages, dont Adam se targuait de faire partie, s’était gardé de laisser libre court à leur curiosité. Le miroir du Risèd, tel qu’il était nommé, avait un effet pervers sur ceux qui s’aventuraient à se regarder à travers lui. Adam avait toujours estimé qu’une telle attitude était inutile, en comparaison du danger que ça représentait. Le miroir montrait quelque chose d’aussi subjectifs que les désirs, et rien d’autre. Ses propriétés n’apportaient rien, sauf d’éventuelles souffrances psychologiques. Alors c’était avec intelligence qu’Adam s’en était toujours tenu éloigné, considérant bien bêtes les élèves qui ne prenaient pas cette peine.

    « Est-ce qu’on t’as fait boire une potion ou as-tu été victime d’un sortilège te poussant à agir ainsi ? »

    C’était avec une facilité qui le déconcertait lui-même qu’Adam avait réussi à s’écarter de la situation dans laquelle il se trouvait. Mais la question de Garden l’y replongea de plein fouet. L’ennui, c’était qu’il ne se souvenait même pas de la façon dont il en était arrivé à embrasser Emalee. Il se rappelait vaguement lui avoir adressé la parole, tout comme il se souvenait être parvenu à un statut quo avec elle, car ils s’étaient tous deux engagés à laisser de côté leurs préjugés. Il voyait cette conversation comme à travers un fin brouillard. Et il était parfaitement incapable de faire le lien entre elle et le moment où ils s’étaient retrouvés allonger sur le lit, à s’embrasser et se caresser…

    Il secoua la tête pour en chasser ces souvenirs, tandis qu’il sentait plus qu’il ne voyait réellement Garden venir se poster à ses côtés. Il se sentait mal de lui infliger ça et, plus encore, il avait mal pour elle. Elle ne méritait pas ça. Elle était tellement … Garden.

    « Ou bien, est-ce que c’est parce que nous n’avons encore rien fait tous les deux ? »

    « Non! »

    La force de sa réaction parlait d’elle-même. Il avait, tout en s’indignant, tourné un regard troublé mais tranchant vers Garden. Comment pouvait-elle penser une telle chose? Non, ce n’était pas son genre. Au contraire, il était plus que disposé à attendre le temps qu’il faudrait, car il ne voulait pas laisser une chose aussi importante au hasard. Et puis, il avait du mal à considérer Garden de cette façon. Bien sûr, il avait envie de ses lèvres et sa peau l’attirait irrésistiblement, mais elle représentait tellement plus que ça. Et, quelque part, il avait peur de gâcher leur relation en sautant le pas. Pourtant, il semblait avoir développé une facilité hors du commun à le faire avec les autres. Toutes, sauf Garden.

    « Tu n’as qu’à demander Adam. Je n’ai jamais eu l’intention de te repousser tu sais. »

    Comment pouvait-elle aborder le sujet alors même qu’il venait de lui apprendre son infidélité? Ce n’était pas possible d’être aussi compréhensive et gentille! Et ce n’était pas seulement la tolérance de Garden qui le dérangeait; mais si elle ne le punissait pas elle-même d’une façon ou d’une autre, c’était à lui que reviendrait cette tâche. Car il serait incapable de se pardonner tant que justice n’aurait pas été rendue. Or, s’il ne se pardonnait pas, jamais il n’oserait plus regarder Garden en face.

    « Non, là n‘est pas la question. » Son regard réprobateur se posa à nouveau sur Garden, tandis qu’il était jusque là revenu se concentrer sur les contours du miroir. « Je ne vais pas parler de ça avec toi, alors que j‘ai eu cette intimité avec une autre. Tu dois obtenir réparation! » Il ferma les paupières un peu plus longuement que le nécessitait un simple battement de cil, et lorsqu’il les rouvrit, ce fut un regard tendu et éprouvé qu’il posa sur Garden. « Demandes moi n‘importe quoi. Je ferais tout ce que tu veux. »

    Sa voix tremblait et ses yeux s’agitaient entre les prunelles de Garden, tandis que le trouble avait tracé une ride au creux de ses sourcils. Adam n’avait pas souvenir de s’être senti aussi mal. Car il n’avait pas souvenir d’avoir jamais aimé quelqu’un de cette façon. Et il ne comprenait pas ce qui avait pu clochait. Il se remémorait d’ailleurs la première question de Garden, celle qui l’avait fais revenir à la réalité. Aussi, sans transition, il ajouta:

    « Je ne m‘explique pas ce qui s‘est passé. Et je ne peux pas supposer que la magie est intervenue, puisque je ne me souviens pas de l‘enchainement logique de la situation. Je ne sais pas ce qui m‘a pris, et je ne veux pas que ça ait d‘influence sur nous, mais … » Il plongea de façon plus certaine ses iris dans les beaux yeux clairs de son aimée. « Je ne peux plus te regarder, te toucher, sans la voir elle et ce que je t‘ai fais. » Et comme pour l’illustrer, même s’il n’en eut pas conscience, il détourna les yeux. « Je t‘aime. Mais c‘est au dessus de mes forces. » Il conclut là-dessus en reportant son regard sur le miroir un peu plus loin, et en croisant les bras. Il ne bougea cependant pas plus. Il espérait que Garden réagirait enfin … comme il s’y attendait?
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Garden Fear le Ven 21 Jan - 23:53




    « Ou bien, est-ce que c’est parce que nous n’avons encore rien fait tous les deux ? »

    « Non ! »

    Cette manière presque violente de lui répondre aurait du la rassurer sur le sujet, mais au lieu de ça, Garden insista en lui disant qu’il n’avait qu’un geste à faire, un mot à dire, et elle s’offrirait à lui. Pourquoi faire des manières ? Tous deux savaient ce que pouvait être les plaisirs de la chair et ils étaient attirés l’un par l’autre, sans compter qu’ils formaient un couple même si c’était officieusement. Il n’y avait donc rien de mal à cela. Tout était réunis même pour que la situation leur soit favorable. Même avec l’aveu de son infidélité car elle était persuadée que jamais Adam n’aurait agit consciemment. Elle ne pouvait pas y croire et cela excusait presque la trahison. Il n’était pas responsable de ses actes donc on ne pouvait pas lui en tenir rigueur. Il n’en avait pas désirait une autre, il n’avait pas couché avec une autre tout en sachant qu’il ferait du mal à Garden, il avait été empoisonné ou victime d’un sortilège, voilà tout. Elle semblait prendre les choses avec beaucoup de sérénité mais au fond ce n’était pas si simple que ça.

    « Non, là n‘est pas la question. » Reprit-il avec un regard limite réprobateur, comme si c’était elle qui avait fait une bêtise. « Je ne vais pas parler de ça avec toi, alors que j‘ai eu cette intimité avec une autre. Tu dois obtenir réparation ! Demandes moi n‘importe quoi. Je ferais tout ce que tu veux. »

    « C’est ridicule. » Laissa-t-elle échapper dans un murmure. Elle n’avait rien à lui demander là, tout de suite. Elle n’allait pas lui demander de sauter à cloche pied jusqu’à l’épuisement pour le punir, ou de s’auto gifler non plus. Elle voyait bien qu’il souffrait déjà bien suffisamment de cette situation, qui plus est, il était bien plus perdu qu’elle dans cette histoire. Elle savait ce que ça faisait de ne pas se souvenirs, de n’avoir que des brides de réminiscences et de se torturer avec des centaines de questions sur le pourquoi du comment.

    « Je ne m‘explique pas ce qui s‘est passé. Et je ne peux pas supposer que la magie est intervenue, puisque je ne me souviens pas de l‘enchaînement logique de la situation. Je ne sais pas ce qui m‘a pris, et je ne veux pas que ça ait d‘influence sur nous, mais … » Il accrocha son regard au sien, et quelque part elle sentit qu’elle n’allait pas aimer ce qu’elle allait entendre. « Je ne peux plus te regarder, te toucher, sans la voir elle et ce que je t‘ai fais. »

    Elle savait. Elle savait qu’elle n’allait pas aimer entendre les mots sortant de sa bouche et elle ferma les yeux comme pour les encaisser plus facilement, mais ça n’y changea absolument rien. D’autant plus que lorsqu’elle les rouvrit, ce fut pour voir le regard d’Adam la fuir, illustrant ce qu’il venait de lui dire.

    « Je t‘aime. Mais c‘est au dessus de mes forces. »

    Elle se sentie secouée par ses paroles. Il venait de lui avouer sans détour qu’il l’aimait… elle avait déjà entendu ses mots lui étant destinés, vrais ou faux, peu lui importait, mais là c’était différent. Elle croyait dans la déclaration d’Adam et une étrange chaleur lui enveloppa le cœur. Pourtant le reste de ses mots avaient eu aussi leurs effets sur elle… comment pouvaient-ils avancer ou même être un couple à peu près normal si lorsqu’il posait les yeux sur elle, il pensait et voyait une autre et dans un contexte tout ce qu’il y avait de plus intime qui plus est ? Comment se sortir de cette situation ? comment débloquer les choses ? Cela lui paraissait impossible dans l’instant, Adam semblait trop focalisé sur la jeune fille avec qui il avait dérapé…

    « Tu sais, ce n’est pas parce que je ne t’en veux pas que je n’en souffre pas… » Précisa-t-elle à mi-voix.

    Elle marcha, faisant quelques pas dans le silence, ne sachant pas exactement ce qu’elle faisait. Elle s’arrêta finalement devant le miroir aux propriétés magiques, comme si ce dernier pouvait le donner une réponse alors qu’il était évident que se ne serait pas le cas. En quoi voir son plus grand désir pourrait l’aider dans cette situation ? Surtout découvrir l’image de son père… cela ne ferait que la plonger un peu plus dans la tristesse. Cependant elle fut surprise par le reflet que lui renvoya le miroir. Il ne s’agissait pas de son père, mais d’Adam. Elle se retourna doucement pour voir si le Serdaigle n’était pas dans le champ de vision, ou s’il ne s’était pas approché d’elle sans qu’elle ne s’en rende compte mais non. Il était à la même place où elle l’avait laissé et plus sur le côté du miroir que dans sa trajectoire. Elle reporta son attention sur l’objet et le Adam qui y était à ses côtés lui offrit un sourire à la fois rassurant et aimant. Il posa sa main sur son épaule, l’entourant ainsi de son bras. Elle posa une main sur son épaule, là où le miroir lui reflétait celle d’Adam mais où il n’y avait rien en vrai que son épaule. Puis elle la posa sur l’objet, sur le reflet d’Adam, au niveau de son visage, comme si elle pouvait le caresser. Alors c’était ça qu’elle voulait plus que tout : être avec lui ? Quand les choses avaient-elles changées ?

    Elle se tourna vers le véritable Serdaigle et s’avança doucement tout en répondant à sa requête d’auparavant.

    « Tout ce que j’ai à te demander c’est la vérité… Dis moi si par rapport à tes souvenirs, tu as aimé être elle ? est-ce qu’il t’arrive de la désirer à nouveau ? et enfin : Qui était-ce ? »

    Elle planta un regard déterminé dans celui du garçon une fois face à lui et reprit,

    « Je sais que tes réponses pourront me blesser mais il faut que je sache Adam. Et après ça, quelles que soient tes réponses… » elle inspira profondément et ferma les yeux un instant comme pour se donner un peu de courage et continuer. « Après ça je veux que tu m’embrasse, mais un simple baiser. Je veux que tu m’embrasses comme tu ne m’as jamais embrassé… comme tu n’as jamais embrassé personne. Ca sera soit un adieu, soit une renaissance sur de meilleures bases. »

    Car si il lui disait ne pas pouvoir oublier cette autre fille, alors ils n’avaient plus aucune chance, plus aucun avenir ensemble.









avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Adam Meyer le Sam 22 Jan - 18:31

    Ses paroles pouvaient facilement passer pour brutales, il en avait conscience. Mais ce qu’il voulait, avant tout, c’était dire les choses telles qu’elles lui apparaissaient. Il ne cherchait pas à blesser Garden, il l’avait déjà fais, mais il voulait que ce soit clair. D’où sa conclusion catégorique, dans laquelle il confiait sans détour son amour à Garden, mais aussi son incapacité à faire face à la situation. Il s’estimait impardonnable et, ce faisant, les choses resteraient bloquées jusqu’à ce qu’il ne trouve une solution. Ou plutôt, jusqu’à ce qu’ils ne la trouvent. Car Adam avait beau énoncer les choses de façon très dure, il ne pouvait s’empêcher d’espérer que Garden serait à même de le sortir de l’impasse.

    « Tu sais, ce n’est pas parce que je ne t’en veux pas que je n’en souffre pas… »

    Il sentit son cœur manquer un battement à cette confession que lui fit Garden à mi voix. Bien sûr, elle souffrait, Adam le comprenait mieux que personne. Mais l’entendre le spécifier de vive voix était une autre chose. Il ne se souvenait pas s’être sentit aussi coupable de toute sa vie. C’était horrible à dire, mais même la mort de la gryffondor survenue plus ou moins par sa faute lui laissait une impression moins amère.

    Son regard tomba au sol presque malgré lui, tandis que Garden, elle, s’avança en direction du miroir. Adam doutait qu’elle ait vraiment songée à admirer le reflet qu’il était en mesure de lui renvoyer, mais il imaginait que l’idée lui venait à l’esprit désormais. Il releva la tête, mais à peine, juste assez pour observer Garden du coin de l’œil. Il ne pouvait qu’imaginer ce à quoi elle songeait en cet instant, et plus il la regardait, plus son cœur s’affolait. Il gonflait puis se brisait sans cesse, en un cycle perpétuel qu’il devrait désormais invariablement supporter. Et il l’avait bien cherché.

    Garden se tourna vers lui, et il redressa légèrement la tête en haussant un sourcil. Il se demandait bien à quoi rimait son manège, puisqu’elle touchait désormais sa propre épaule tout en regardant la glace. Au fond, il pensait avoir la réponse, mais il se demandait si c’était possible. Le voyait-elle dans le miroir? Et si tel était le cas, dans quelles conditions et quelle situation? Adam ne lui poserait jamais directement les questions, mais elles s’étaient désormais immiscées dans son esprit, et il aurait du mal à les en déloger. Néanmoins, il essaya de voir le côté positif. Garden les voyait surement ensemble à travers le reflet, c’était donc son désir le plus cher?
    Garden se tourna vers lui, alors qu’il se posait la question, et commença à le rejoindre.

    « Tout ce que j’ai à te demander c’est la vérité… Dis moi si par rapport à tes souvenirs, tu as aimé être avec elle ? est-ce qu’il t’arrive de la désirer à nouveau ? et enfin : Qui était-ce ? »

    Les questions de Garden étaient sensées, et intéressantes, mais Adam ne savait pas s’il aurait la force de lui donner les réponses qu’elle attendait. Il voulait se plier à la sincérité, ne pas avoir à mentir à Garden davantage, mais toute vérité n’est pas forcément bonne à entendre, et il venait d’ors et déjà de le constater.
    Elle planta son regard dans le sien lorsqu’elle fut enfin devant lui, et Adam tenta de le soutenir.

    « Je sais que tes réponses pourront me blesser mais il faut que je sache Adam. Et après ça, quelles que soient tes réponses… » Elle ferma les yeux et inspira profondément, tandis qu’Adam la regarda sans broncher, curieux de savoir comment elle comptait s’y prendre pour désamorcer la situation, car c’était forcément ce qu’elle s’apprêtait à faire, n’est-ce pas? « Après ça je veux que tu m’embrasses, mais pas un simple baiser. Je veux que tu m’embrasses comme tu ne m’as jamais embrassée… comme tu n’as jamais embrassé personne. Ça sera soit un adieu, soit une renaissance sur de meilleures bases. »

    Les yeux d’Adam se plissèrent. La proposition de Garden n’était pas insensée, mais c’était à double tranchant. Il n’imaginait pas pouvoir l’embrasser et faire en sorte que cela efface tous ses torts, alors il craignait de connaître déjà la tournure qu’allait prendre la situation. Mais, il voulait bien essayer, car répondre à ses questions, puis l’embrasser, pouvait aussi les sortir de ce traquenard.

    « Mes souvenirs sont flous, comme je te l‘ai déjà dis. Mais… je crois avoir aimé être avec elle. En fait, sur le moment, je crois l‘avoir vraiment aimé. » Sachant l’impact que de telles paroles allaient avoir sur Garden, il se corrigea immédiatement. « Mais ne te trompes pas, ça n‘avait rien à voir avec ce que je ressens pour toi. D‘ailleurs notre amour était sorti de ma tête, c‘était comme si tu n‘existais plus à ce moment là, comme s‘il n‘y avait plus qu‘elle. Mais l‘amour que je ressentais pour elle était … différent. J‘ai l‘impression, avec le recul, qu‘il n‘était pas réel, que la situation était comme biaisée. » Il avait beaucoup de mal à expliquer les choses comme il les ressentait, mais il se montrait aussi étrangement loquace. Il avait l’impression de tout pouvoir dire à Garden, même s’il ignorait si elle serait capable de tout encaisser. « Alors, ça pourrait être un sort ou le résultat d‘une potion, car je ne ressens rien pour elle. Dans mon cœur, il n‘y aura jamais que toi, et … » Il baissa les yeux tout en saisissant timidement la main de Garden. Puis il la regarda à nouveau, avec une peine insurmontable. « Si tu savais comme je m‘en veux, d‘avoir laissé quiconque te chasser de mon esprit! Surtout pour qu‘elle prenne ta place … Emalee, c‘est d‘elle dont il s‘agit. » Il était inutile de dire son nom, chacun savait très bien de qui il s’agissait. Une future folle furieuse et membre active de la bande à Clyde.

    Adam imaginait avoir bien du mal à embrasser Garden après de telles révélations, mais il le fallait. Ce test devait être passé, car il déciderait de l’avenir de leur couple.
    Alors, de façon presque solennelle, il porta sa main libre à la nuque de Garden, approchant ainsi leurs deux visages. Il la regarda un instant dans les yeux, avant de les fermer et de poser ses lèvres sur les siennes. Il en força bien vite la barrière, et fit jouer sa langue avec celle de son aimée. Dans ce baiser, d’une tendresse et d’une rudesse mêlées, il fit passer tout son amour mais aussi toute sa douleur. Il ne voulait pas la perdre, jamais, et il profita de ce baiser pour le lui signifier, alors qu’il s’agissait peut-être du dernier. Sa bouche s’enflamma à cette idée, et sa main remonta le long du bras de Garden pour venir rejoindre l‘autre à mi chemin entre son cou et sa nuque, tandis qu’il colla complètement son corps contre le sien. Il ne cessait de l’embrasser, et pas seulement parce que ça pouvait être leur dernier baiser ou parce que Garden lui avait demandé de le faire comme jamais, mais parce qu’il l’aimait. Et il ne voulait pas la perdre, c’était désormais aussi limpide que de l’eau de roche. Aussi clair dans son esprit que s’il voyait pour la première fois le soleil. Garden était Garden, et si elle était capable de lui pardonner des frasques qu’il n’avait pas pu commettre volontairement de toute façon, alors il pouvait lui aussi les chasser de ses pensées et cesser de se flageller.

    Il mit fin à leur baiser, presque brusquement, en y pensant. Et couva la poufsouffle d’un regard nouveau, tout en lui accordant un fin sourire.

    « Je ne peux pas te dire adieu Garden; car c‘est encore plus au dessus de mes forces.  » Il fit remonter une main dans ses cheveux, et attira son visage contre lui en la serrant de son autre main, descendue dans son dos. « Si tu peux oublier, alors j‘oublierais aussi, parce que tu es la plus importante. » Pas besoin de préciser par rapport à quoi, elle était plus importante que tout à ses yeux. Même plus que la mission, c’était dire. Il caressa doucement ses cheveux, et soupira d’aise, tandis que son regard tomba sur le miroir. D’aussi loin, il ne voyait que leur véritable reflet, mais Adam ne doutait pas que c’était aussi ce qu’il désirait. Garden était la meilleure chose qui lui soit arrivée depuis longtemps, et il n’était pourtant pas du genre à tomber dans le mélodramatique.
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Garden Fear le Jeu 27 Jan - 1:11




    A voir ses yeux se plisser, Garden se demanda si Adam répondrait favorablement à sa requête, après tout elle pouvait ne pas lui plaire. Lui demander la vérité ne devrait pas poser de problème en soit, mais cette histoire de baiser qui déboucherait sur un dénouement heureux ou non pouvait moins lui plaire. C’était compréhensible, elle ne lui disait pas ce qu’il allait advenir et le laissait dans le flou le plus total, mais elle ne savait pas ce qu’elle allait ressentir et si elle arriverait à tout encaisser et assumer une fois qu’elle aurait les réponses à ses questions.

    « Mes souvenirs sont flous, comme je te l‘ai déjà dis. Mais… je crois avoir aimé être avec elle. En fait, sur le moment, je crois l‘avoir vraiment aimé. » Aïe ! Première révélation douloureuse, et pas qu’un peu ! entendre Adam lui dire en avoir aimé une autre qu’elle lui faisait un mal de chien, pourtant on l’avait déjà quitté sous ce prétexte. Le « Je suis désolé mais j’en aime une autre, mieux vaut mettre fin à notre relation. Ce n’est pas toi, c’est moi. » Elle l’avait déjà entendu quelque fois et cela ne lui avait jamais rien fait car elle ne s’était attachée émotionnellement à un garçon, mais avec le Serdaigle les choses semblaient différentes et donc douloureuses…

    « Mais ne te trompes pas, ça n‘avait rien à voir avec ce que je ressens pour toi. D‘ailleurs notre amour était sorti de ma tête, c‘était comme si tu n‘existais plus à ce moment là, comme s‘il n‘y avait plus qu‘elle. Mais l‘amour que je ressentais pour elle était … différent. J‘ai l‘impression, avec le recul, qu‘il n‘était pas réel, que la situation était comme biaisée. »

    Même si c’était de nouveau des paroles difficiles à encaisser, cela ne lui semblait pas réel, comme il le disait lui-même. Si pour lui tout c’était passé comme il le disait, alors c’était qu’il y avait bien de la magie dans l’air. Dans ce cas comment lui en vouloir ? Elle-même sous l’emprise d’une potion s’était montrée très audacieuse et dévergondée envers le jeune homme alors qu’elle n’aurait jamais agit de cette manière dans la situation où ils se trouvaient à l’époque si elle n’avait pas absorbé quelque chose l’y poussant. Elle ne pouvait pas lui jeter la première pierre.

    « Alors, ça pourrait être un sort ou le résultat d‘une potion, car je ne ressens rien pour elle. Dans mon cœur, il n‘y aura jamais que toi, et … » Il prit doucement sa main, comme si il avait peur qu’elle puisse le refuser ce contact et la peine qu’elle pu lire dans ses yeux lui prouva combien il était submergé par le remord.

    « Si tu savais comme je m‘en veux, d‘avoir laissé quiconque te chasser de mon esprit ! Surtout pour qu‘elle prenne ta place … Emalee, c‘est d‘elle dont il s‘agit. »

    Elle l’aurait bien embrassé pour ses mots, ils étaient si doux à entendre. L’amour qu’il lui portait le gonflait le cœur, mais c’était avant d’entendre le nom de celle avec qui il avait fauté même sans le vouloir. Emalee… C’était comme si elle lui avait dit avoir couché avec Clyde sous l’effet de la magie ! Aurait-il le lui pardonner à elle ? Mais elle devait reconnaître qu’Emalee était différente de Clyde. Dans leur futur à eux, ils n’avaient jamais entendu parlé d’elle, elle avait pris de l’importance dans celui qu’avait révélé les étudiants venus d’un autre temps. Ils avaient changé son avenir avec leur venue – bien qu’elle ne sache pas comment – peut-être qu’il avait de nouveau changé lorsqu’elle avait appris ce à quoi elle était destinée car Emalee était une fille que rien ne laissait prédisposer à devenir une meurtrière folle furieuse, pas dans leur présent en tout cas. Cependant, elle ne put se focaliser davantage sur ses pensées concernant la Serdaigle car Adam, en posant sa main sur sa nuque et approchant leurs visages l’un de l’autre, accapara toute son attention. Il la fixa un instant et elle en fit de même ne sachant toujours pas où tout ceci allait les mener, puis il ferma les paupières et déposer ses lèvres sur les siennes. Le baiser s’intensifia aussitôt sous la directive d’Adam, qu’elle ne faisait que suive, mais autant il faisait passer de chose dans ce baiser qu’elle y répondait tant que possible pour qu’il puisse se rendre compte qu’elle éprouvait aussi toutes ces choses qu’il tentait de lui faire comprendre. Leurs corps se rapprochèrent et Garden leva les bras pour attraper sa chemise à hauteur de ses hanches et la serrer autant que possible entre ses doigts, comme si cela lui permettrait de le garder près d’elle. Mais malgré son désir, Adam interrompit leur baiser d’une manière si vive que Garden se demanda l’espace d’une seconde si elle n’avait pas fait quelque chose de mal ou si autre chose ne lui était pas venu à l’esprit, mais le sourire et le regard qu’il lui renvoya la rassurèrent quelque peu.

    « Je ne peux pas te dire adieu Garden; car c‘est encore plus au dessus de mes forces. »

    Elle ferma les yeux et savoura autant ses mots que la caresse de sa main dans ses cheveux, puis leur proximité retrouvée alors qu’il la serrait tout contre lui.

    « Si tu peux oublier, alors j‘oublierais aussi, parce que tu es la plus importante. »

    La plus importante… Garden resta un moment à ressasser ces mots dans son esprit tandis qu’Adam caressait ses cheveux, pour finalement faire glisser ses mains entre leurs corps et les poser sur le torse du jeune homme puis l’obliger à reculer alors qu’elle faisait pareil de son côté.

    « Tu sais, je comprends… pour Emalee. Elle est vraiment jolie et populaire, c’est normal vu sa gentillesse et tout ça. C’est une fille bien et je pense que si elle le veut, elle le restera. Alors je comprends que tu es pu être attirée par elle. » Dit-elle la tête baissée et d’une voix mal assurée.

    « Tu dis que je suis la plus importante mais n’est-ce pas parce que c’est plus ‘facile’ ? Je veux dire, je sais qui tu es, pourquoi tu es là… tu ne pourrais pas être en confiance avec une personne extérieure à tout ça, alors… peut-être que quelque part, c’est ton subconscient qui te fait penser que tu m’aime autant que tu le prêtant mais qu’en réalité c’est tout autre chose. » Elle avait envie… de pleurer, mais Garden avait depuis longtemps appris à retenir ses larmes lorsqu’il le fallait, aussi n’étaient que des yeux brillants qu’elle lui présenta.

    « Je ne dis pas que tu mens, juste que peut-être tu te trompe sans le savoir, alors… » Elle pris la main du Serdaigle et l’obligea à la suivre. Doucement, elle le mena vers le miroir mais puisqu’ils étaient tous les deux devant, la magie ne pouvait opérer. « Dis moi ce que tu vois Adam ? Franchement. Même si je ne doute pas que tu seras honnête. Si ça se trouve, ça n’aura rien à voir avec tes sentiments, mais si c’est le cas, autant le savoir tout de suite que je sois fixé et que tu puisses vraiment savoir ce que tu ressens. »

    Elle lâcha sa main et recula de quelques pas afin qu’il puisse être seul face au miroir. Une boule s’était formée dans son ventre car elle craignait que si il s’agissait bien de ses sentiments qui se reflèteraient et qu’elle n’y avait pas sa place, elle le perdrait alors qu’elle commençait à peine à croire aux hommes, en lui, à l’amour.









avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Adam Meyer le Sam 29 Jan - 15:43

    Garden, plus que quiconque dans ce château, savait qu’Adam n’était pas du genre démonstratif, et qu’il avait même un mal fou à mettre des mots sur des sentiments. Ce n’était pas son lot, voilà tout. Alors qu’il soit capable de dire de telles choses à Garden l’étonnait lui-même. Il essayait de se convaincre qu’elle avait un effet positif sur lui, mais il n’était pas certain que ce soit entièrement positif. Il avait toujours laissé les sentiments de côté, et ça lui avait plutôt bien réussi. Il ne s’était avoué ce qu’il ressentait pour Garden qu’assez récemment, et il se faisait l’effet d’être un vrai moulin à parole côté sentiments depuis. Peut-être que ce qui s’était produit avec Emalee avait été la manifestation inconsciente de sa peur. Il avait essayé de fuir la nouvelle relation qui s’installait entre Garden et lui. C’était plus compréhensible que l’intervention d’une potion ou d’un sort, car comment l’expliquer? Et puis, au fond, Adam ne voulait pas fuir ses responsabilités. Il ne méritait pas d’être excusé trop facilement.

    Et pourtant, il aurait aimé que cela soit possible après le baiser qu’il venait d’échanger avec Garden. Il ne doutait pas un instant de ses sentiments pour elle, cette phase d’incertitude lui était passée et il cherchait maintenant à aller de l’avant. Mais les circonstances ne l’aidaient décidément pas. Elles lui mettaient même plutôt des bâtons dans les roues, et Adam détestait ça. Il n’était pas contre les obstacles, il estimait que l’adversité pouvait le rendre plus fort, mais il y avait des limites. Etre sans arrêt stoppé dans sa course commençait sérieusement à l’échauffer. Il n’était pas du genre à baisser les bras, aussi il cherchait à bien faire avec Garden, mais si les ennuis continuaient à frapper à sa porte, il pourrait très vite cesser d’être tendre et de s’en accommoder.

    « Tu sais, je comprends… pour Emalee. Elle est vraiment jolie et populaire, c’est normal vu sa gentillesse et tout ça. C’est une fille bien et je pense que si elle le veut, elle le restera. Alors je comprends que tu es pu être attirée par elle. »

    Non, là n’était pas la question. Adam ne se souvenait pas avoir pris en compte ces qualités, à vrai dire il ne se souvenait pas de grand-chose.
    Garden les avait volontairement éloignés, et elle baissait désormais la tête, donnant l’impression à Adam d’être dépitée. Seulement, il ne s’attendait pas à ce qu’elle s’apprêtait à ajouter.

    « Tu dis que je suis la plus importante mais n’est-ce pas parce que c’est plus ‘facile’ ? Je veux dire, je sais qui tu es, pourquoi tu es là… tu ne pourrais pas être en confiance avec une personne extérieure à tout ça, alors… peut-être que quelque part, c’est ton subconscient qui te fait penser que tu m’aime autant que tu le prêtant mais qu’en réalité c’est tout autre chose. »

    Ses yeux brillaient d’un éclat qui fit vaciller le cœur d’Adam. Il aurait du s’attendre à ce que Garden émette ce genre de doutes, tôt ou tard, mais il ne l’avait vraiment pas vu venir. Pourquoi? Sans doute était-ce parce que jamais il n’avait lui-même pris la situation en considération. Il ressentait beaucoup de choses pour Garden déjà bien avant leur saut dans le passé. Il ne faisait aucun doute que leur relation n’en serait pas là sans toute cette aventure, mais en rien cela ne remettait en cause ses sentiments.

    « Je ne dis pas que tu mens, juste que peut-être tu te trompe sans le savoir, alors… »

    Il sentit la main de Garden se glisser dans la sienne, et se laissa emmener jusqu’au miroir. Pourtant, arrivé devant, tout son corps se crispa, et il ne put qu’attendre que Garden finisse.

    « Dis moi ce que tu vois Adam ? Franchement. Même si je ne doute pas que tu seras honnête. Si ça se trouve, ça n’aura rien à voir avec tes sentiments, mais si c’est le cas, autant le savoir tout de suite que je sois fixé et que tu puisses vraiment savoir ce que tu ressens. »

    Il baissa les yeux et la main de Garden quitta la sienne, avant qu’elle ne prenne du recul pour le laisser seul face au miroir. Un miroir à travers lequel il s’était toujours gardé d’observer son reflet. Il trouvait ça inutile et stupide, mais ce n’était pas tout. Mis au pied du mur, il devait avouer la vérité: il avait peur. Peur de ce qu’il pourrait découvrir, peur de ses désirs, et en particulier du plus fort d’entre eux. Adam s’était toujours méfié des désirs, pour lui ils n’étaient pas tous bons et salvateurs. Certains étaient destructeurs, et lorsqu’on avait le passé d’Adam, les chances étaient élevées d’avoir des envies démesurées. Lever les yeux et s’observer à travers le miroir était la dernière chose à faire. Adam ne le voulait pas, pour rien au monde il ne voulait faire face à son plus grand désir. Il avait trop peur de ce qu’il pourrait découvrir. Il ignorait ce que ça pouvait être, et cette ignorance lui faisait ainsi craindre le pire.

    « Je n‘ai jamais regardé là dedans. »

    Ses yeux étaient toujours résolument fixés sur le sol, et incapables de venir se poser sur le miroir. Il lui faudrait une volonté de fer pour y parvenir. Et la présence de Garden non loin ne suffisait pas. Pourtant, ça aurait été lui prouver sa bonne volonté. Elle apprécierait qu’il s’exécute et lui dise ensuite ce qu’il voyait. Mais si ça se révélait négatif, pour eux? Devrait-il mentir, afin de la protéger et d’éviter que leur couple ne se brise avant même de s’être véritablement établi?

    « Et si ça ne nous concerne pas? » Il tourna directement les yeux vers Garden, l’interrogeant du regard. Il essayait clairement de se défiler, mais pas pour les raisons que Garden pourrait imaginer. « Je ne veux pas te blesser, Garden. » Et il ne voulait pas non plus se blesser lui-même, car là était bien tout l’enjeu. Il savait qu’à cette époque et dans ces circonstances, la découverte qu’il ferait dans ce miroir pourrait le chambouler littéralement. Il y avait bien plus de risque à connaître son plus grand désir aujourd’hui qu’il n’y en avait jamais eu à son époque. « Et … tu sais bien que ce miroir ne nous montre pas tout. Il serait stupide de croire que ça peut régler le problème. » Par là, il n’entendait pas que Garden était stupide, même si c‘était ainsi que les choses sonnaient.

    Il plongea encore plus intensément son regard dans les yeux clairs mais ombragés de Garden, cherchant à y puiser le moindre réconfort. Mais plus il la regardait, plus il avait l’impression de la décevoir. Il ne faisait que se défiler, fuir. Elle ne lui demandait pourtant pas grand-chose, simplement de regarder dans un foutu miroir. C’était trois fois rien, et il serait toujours temps d’aviser ensuite. Seulement, l’appréhension d’Adam était trop forte. Plus forte que ne l’était Garden à ses yeux?

    Ce fut le déclic. Il riva son regard et toute son intention sur le miroir, chassant à cette occasion ses doutes et ses angoisses. Il resta un instant en suspens, espérant presque que les pouvoirs de l’objet n’auraient aucun effet sur lui, par merlin savait quel miracle. Et au bout d’un moment, il vit dans la glace une main se glisser dans la sienne, tandis que le visage rayonnant de Garden apparaissait à côté du sien. Il n’eut qu’à serrer légèrement la main en question pour comprendre qu’il avait affaire à un simple reflet, illustration de son désir. Et son cœur lui sembla plus léger à cette constatation. Mais il n’eut guère le temps de respirer qu’une nouvelle silhouette se dessina derrière son propre reflet. Les traits appartenaient à celle qu’il identifiait comme sa mère biologique, Tabatah Jennings. Elle le couvait d’un œil bienveillant en posant une main sur son épaule. A côté de Garden, apparaissait désormais Montana Jones, sa marraine, et celle qu’il considérait comme sa meilleure alliée, à n’importe quelle époque. Adam n’avait aucun effort à faire pour supposer que le tableau n’était pas complet, car il restait de la place sur sa droite, suffisamment pour que le miroir lui réserve quelques surprises. Et alors qu’il ne pouvait empêcher ses yeux d’accrocher le reflet de sa mère, un jeune homme apparut à ses côtés. Et il n’y avait aucun doute sur son identité. Paris Montgommery. Les yeux d’Adam s’élargirent, manifestant clairement sa surprise, autant que sa révulsion. Qu’est-ce que Montgommery venait faire dans une scène aussi idyllique? Il n’avait clairement pas sa place dans le tableau! Même le père indigne d’Adam l’aurait eu davantage … alors pourquoi n’était-ce pas lui qu’il voulait voir à ses côtés?

    Il recula sans y prendre garde, et secoua la tête tandis que le reflet se dissipait déjà. Il reposa les yeux sur le miroir, mais il était désormais trop loin pour que le charme fonctionne. Il resta pour autant bloqué dessus, incapable de faire un mouvement de plus. Il eut seulement le cœur à échapper dans un souffle:

    « Montgommery. » L’homme était décidément présent comme une ombre sur sa vie. Il avait tué sa mère, réduit à néant son enfance et laissé en lui des cicatrices qu’il ne soupçonnait même pas. Quel rapport y avait-il avec son plus grand désir? Adam ne comprenait pas ce que cela voulait dire. Mais ayant repris légèrement ses esprits, il détourna son attention du miroir pour poser les yeux sur Garden. « Je t‘ai vu. Tu n‘as aucun soucis à te faire, je ne mens pas quand je dis vouloir être avec toi. » Il n’y avait aucune chaleur dans ces mots, pas plus que dans son regard. Il fit volte-face, la porte désormais dans son angle de vision. Il tourna simplement la tête sur le côté, pour lancer une fois de plus à l’intention de Garden: « Il semblerait que j‘ai besoin d‘être entouré de ceux que j‘aime. Fais en ce que tu veux. » Il n’appréciait toujours pas avoir été obligé de regarder dans ce stupide miroir pour apporter la preuve de son amour. D’autant qu’il se retrouvait désormais plus que troublé par l’apparition de Paris. Il ramena son regard devant lui, à ses pieds, réfléchissant à voix haute: « Je ne comprend simplement pas ce que ce pourri vient faire dans l‘histoire. »

avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Garden Fear le Sam 29 Jan - 22:45




    « Je n‘ai jamais regardé là dedans. »

    Bizarrement, cela n’étonna pas Garden. Le miroir était libre d’accès dans leur futur et beaucoup de curieux s’y étaient aventurés, elle la première et plus d’une fois malgré le fait que ce qu’elle y voyait la blessait encore et toujours. Mais cela lui rappelait aussi que ce qu’elle éprouvait pour les hommes était fondé, car si son père ne les avait jamais quitté, s’il était resté avec sa mère et elle, alors dans ce miroir, ça aurait été un tout autre reflet qu’elle aurait perçu, mais jamais elle n’avait pu savoir de quoi il s’agissait puisque c’était lui qui était constamment là. Sauf aujourd’hui, pour la première fois, quelque chose d’autre s’était substitué au reflet de son père et c’était celui d’Adam. C’était bel et bien la preuve que malgré ce qu’elle pouvait penser ou croire, il était plus important à ses yeux que n’importe quoi d’autre, alors craindre de le perdre maintenant était pire que tout. Pour Adam c’était différent, elle se doutait que ce genre de chose ne l’avait jamais intéressé. C’était un homme qui savait ce qu’il voulait et qui n’avait pas besoin d’un miroir pour le lui montrer. Elle était certaine qu’Adam était sincère envers lui-même et qu’il n’avait jamais eu besoin de ce miroir. Pourtant, elle le poussait à s’y regarder aujourd’hui afin de se rassurer elle. C’était assez égoïste mais Garden qui commençait seulement à prendre conscience de l’importance d’Adam dans sa vie, ne voulait pas le perdre maintenant, cela serait bien trop douloureux et elle refusait de souffrir comme sa mère avant elle, en s’accrochant à des fausses illusions. Elle avait bien le droit de demander ça non ? Qu’il regarde, seulement quelques secondes, pour lui dire s’il voyait par malheur une autre. Mais ses yeux étaient résolument fixés au sol comme si quelque chose l’empêcher de s’exécuter, mais quoi ? La peur ? Peut-être qu’Adam avait peur de faire face à son plus grand désir ? Cela était une hypothèse assez plausible, autant que la première…

    « Et si ça ne nous concerne pas ? »
    « Dans ce cas tu n’es pas obligé de me dire ce que tu vois. Tu as le droit de conserver quelques secrets. » Elle tenta un sourire rassurant, se demandant s’il ne cherchait pas une excuse pour se défiler, mais Garden était plus coriace que ça !

    « Je ne veux pas te blesser, Garden. Et … tu sais bien que ce miroir ne nous montre pas tout. Il serait stupide de croire que ça peut régler le problème. » [/color] »
    « Je sais, mais ce n’est pas une raison pour ne pas le faire. Tu m’as dit que je pouvais te demander n’importe quoi. Alors s’il te plait, j’en ai besoin… »

    Sa voix se brisa sur ses dernières paroles, bien qu’elle ait tout fait pour que ne pas faire voir sa peine. Elle la ravala d’ailleurs, tentant de ne pas mettre d’autant plus de pression sur les épaules du Serdaigle. Ce dernier avait ses yeux rivés aux siens et ils restèrent à se regarder ainsi quelques instants avant que d’un coup, Adam ne détourne les yeux pour les fixer sur le miroir. Elle le fixa alors, attendant une réaction, n’importe laquelle, cherchant sur ses traits ne serait-ce qu’un trait se déformant d’une façon ou d’une autre pour l’aiguiller peut-être sur ce qu’il pouvait voir. Cependant, rien ne vint… jusqu’à ce qu’elle remarque un geste presque imperceptible de sa main, comme s’il désirait en serrer un autre. Elle pria elle ne savait quel Saint pour qu’il s’agisse de la sienne et non celle d’une autre. En tout cas Adam semblait avoir enfin vu son plus grand désir mais il ne bougeait pas pour autant et ne se confiait en moins. Qui avait-il ? Etait-il si étonné ? Choqué ? ou bien heureux de son reflet pour qu’il reste à se contempler ainsi ? Un soupçon de réponse lui vint lorsqu’elle vit les yeux d’Adam bouger sur le miroir comme si un élément nouveau venait d’apparaître. Elle attendit alors qu’il en ait complètement terminer plutôt que de le questionner sur ce qu’il voyait dès à présent bien qu’elle en mourrait d’envie, mais c’était quelque chose de solennel en quelque sorte… la première fois que l’on regarde dans le miroir… Alors elle préféra garder le silence et attendre qu’Adam ne fasse le premier pas, mais lorsqu’elle vit soudain ses yeux s’écarquiller, elle compris bien vite qu’un problème était survenu – il aurait fallut être aveugle ou stupide pour ne pas s’en apercevoir.

    Adam recula soudainement tout en secouant la tête comme refusant une évidence et lâcha dans un souffle presque inaudible ;

    « Montgomery. »

    Quoi ? Mais qu’est-ce que Paris, une des personne que Adam détestait le plus au monde, pouvait bien venir faire dans cette histoire ? Cependant, Garden ne pu en demander l’explication au Serdaigle qui préféra lui donner la réponse à la question qui l’angoissait tant.

    « Je t‘ai vu. Tu n‘as aucun soucis à te faire, je ne mens pas quand je dis vouloir être avec toi. »

    Elle frissonna, sentant à quel point il pouvait être froid dans sa voix, et dans la façon de la regarder, voir même glacial. Il fit volte face et elle se mordit la lèvre inférieure. Elle l’avait énervé. Elle l’avait poussé à faire quelque chose qu’il ne désirait visiblement pas et cela avait eu de mauvaises répercutions sur lui. Il avait sens doute vu des choses qu’il n’aurait pas voulu voir.

    « Il semblerait que j‘ai besoin d‘être entouré de ceux que j‘aime. Fais en ce que tu veux. »

    Son regard retourna devant lui, en tout cas ce fut ce que Garden cru ne le voyant que de dos. Craignant qu’il n’ait pris la décision de partir là-dessus, elle se précipita jusqu’à lui et le contourna le temps d’entendre brièvement sa dernière phrase sans la comprendre et en ne le cherchant pas non plus. Ce qu’elle voulait c’était s’excuser et surtout ne pas le laisser partir de cette manière alors qu’il était fâché. Elle se jeta presque à son cou des perles aux coins des yeux.

    « Excuse-moi. Je n’aurai jamais du te forcer à regarder dans ce miroir si tu n’en avais pas envie. » Elle le serra un peu plus avant de continuer. « Mais tu sais, j’avais peur… peur de te perdre. Tu vas sûrement me dire que je suis pathétique mais je n’ai jamais tenu à quelqu’un de la façon que je tiens à toi et toute cette histoire avec… elle… bref, je suis désolée. »

    Elle se détacha quelque peu de lui et déposa un baiser à la commissure de ses lèvres, avant de s’éloigner un peu plus et de le fixer dans les yeux.

    « Tu as bien parlé de Montgomery ? Tu l’as vu ? Si c’est le cas je ne comprends pas, on ne doit percevoir que notre plus grand désir dans ce miroir. Pourquoi y aurait-il Paris ? Tu le déteste plus que tout, même plus que Clyde. »

    Elle se doutait que lui-même devait se poser toutes ces questions mais il était hors de question qu’elle le laisse seul face à elles. Elle prit les mains d’Adam dans les siennes et planta un regard résolu dans le sien.

    « Tu penses que ça peut avoir un lien avec ton passé ? Tu étais trop jeune pour te souvenir mais peut-être que ton subconscient, lui, se souvient. Si c’est le cas Adam, sache que je suis prête à faire tout ce qui sera en mon pouvoir et même plus pour t’aider. Tu le sais n’est-ce pas ? »

    Elle délivra l’une de ses mains pour venir la poser sur sa joue et la caresser.

    « On pourra dire que je suis folle, stupide ou naïve, la vérité c’est que je sais que tu n’aurai jamais trahi ma confiance de la sorte en étant pleinement conscient de choses et surtout, je connais tes sentiments alors… je pense que nous devons passer outre ce problème et nous concentrer sur le cas présent. »









avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Adam Meyer le Dim 30 Jan - 0:19

    Son incompréhension était si grande, qu’elle en avait presque chassée le problème qu’il convenait de résoudre grâce au miroir. Emalee, et toute l’affaire qui l’entourait, n’était plus qu’une légère ombre dans un coin du tableau. Paris, lui était désormais l’élément le plus troublant. Adam avait beau retourner ça dans tous les sens, il ne comprenait pas ce que ce meurtrier venait faire sur la scène idyllique que lui avait montré le miroir. Était-il donc tordu pour désirer à ses côtés celui qui avait tué sa mère et modelé son passé? Adam ne pouvait pas croire qu’il s’agissait d’un espoir fou de voir sa mère et Paris réconciliés, dans le meilleur des mondes possibles, où le second n’essayerai pas de tuer la première et où il lui serait offert une vie enviable. Non, il n’était pas optimiste à ce point. Alors comment Montgommery s’était-il accaparé une place dans ce reflet?

    Adam n’eut pas l’occasion de s’y appesantir. Garden lui faisait maintenant front, et se jeta à son cou, les larmes aux yeux.

    « Excuse-moi. Je n’aurai jamais du te forcer à regarder dans ce miroir si tu n’en avais pas envie. »

    Adam la serra instinctivement par la taille, tandis qu’elle même affermissait sa prise. Il n’était pas en mesure de lui en vouloir réellement. Bien sûr, ce qu’il avait découvert dans le miroir impliquait bon nombre de questions et ça le mettait hors de lui, car il ne savait pas du tout quelles réponses leur donner. Mais Garden n’était pas à blâmer. Après tous, c’était son désir, il fallait qu’il l’assume et le comprenne de lui-même. Les réponses étaient forcément quelques parts, dans sa tête. Et même si ça le troublait, chaque nouveau défi était bon à prendre, pour un serdaigle chevronné tel que lui. Non, vraiment, il n’avait pas le cœur à en vouloir à ces yeux là.

    « Mais tu sais, j’avais peur… peur de te perdre. Tu vas sûrement me dire que je suis pathétique mais je n’ai jamais tenu à quelqu’un de la façon que je tiens à toi et toute cette histoire avec… elle… bref, je suis désolée. »

    Ce n’était pas à elle de faire des excuses. Toute la culpabilité lui revenait, elle n’avait pas à être désolée, non, vraiment. Et ses paroles rassurantes firent même gonfler le cœur d’Adam.

    « Désolé de quoi? Tu n‘as pas à l‘être, Garden. »

    Elle déposa un simple baiser au coin de ses lèvres, avant de s’éloigner davantage et de le regarder droit dans les yeux. Adam les confronta avec le plus grand sérieux, sachant pertinemment qu’il n’allait pas regretter ce qu’elle allait ajouter.

    « Tu as bien parlé de Montgomery ? Tu l’as vu ? Si c’est le cas je ne comprends pas, on ne doit percevoir que notre plus grand désir dans ce miroir. Pourquoi y aurait-il Paris ? Tu le déteste plus que tout, même plus que Clyde. »

    Évidemment. C’est là qu’était tout le fond du problème. Adam ne fit qu’opiner du chef, un regard sombre et la mine incertaine. Il était incapable de trouver une explication valable qui ne l’oblige pas à constater qu’il avait un esprit irrémédiablement torturé. Mais il était satisfait que Garden comprenne l’enjeu de sa découverte. Il avait l’impression, et au delà de ça la sensation, d’avoir enfin trouvé une oreille attentive.
    Comme en écho à cette pensée, Garden prit ses mains dans les siennes et lui obliqua un regard résolu. Adam aimait voir ce genre d’expression dans les yeux de la poufsouffle, car il y puisait une force dont il avait lui-même du mal à mesurer l’ampleur.

    « Tu penses que ça peut avoir un lien avec ton passé ? Tu étais trop jeune pour te souvenir mais peut-être que ton subconscient, lui, se souvient. Si c’est le cas Adam, sache que je suis prête à faire tout ce qui sera en mon pouvoir et même plus pour t’aider. Tu le sais n’est-ce pas ? »

    Il se contenta d’un sourire. Son subconscient? Pourquoi pas, mais quel rapport avec Paris? Subconscient ou non, il était le meurtrier de sa mère, en quoi n’importe quel autre acte de son passé pouvait-il racheter cette faute impardonnable et donner à Adam l’envie de l’avoir à ses côtés?
    Il sentit la main de Garden se poser sur sa joue, et son regard jusque là vagabond et soucieux se posa sur elle avec une certaine sérénité.

    « On pourra dire que je suis folle, stupide ou naïve, la vérité c’est que je sais que tu n’aurais jamais trahi ma confiance de la sorte en étant pleinement conscient de choses et surtout, je connais tes sentiments alors… je pense que nous devons passer outre ce problème et nous concentrer sur le cas présent. »

    Adam n’était toujours pas convaincu de mériter le pardon de Garden, et en cela « passer outre » pourrait se révéler plus délicat qu’il n’y semblait. Mais il voulait vraiment faire un effort. lui-même ne comprenait pas ce qui s’était passé, et il se faisait fort de le découvrir tôt ou tard afin de faire taire cette petite voix coupable dans son esprit.
    Ce qu’il savait, pour l’instant, c’était qu’il aimait Garden, plus que tout, et qu’il ne voulait pas lui faire du mal. Posant sa main sur celle qui caressait sa joue, il la couva d’un regard tendre avant de lui assurer:

    « Je me montrerais digne de ta confiance Garden, je te le promet. » Il lâcha presque ce dernier mot avec hargne, mais surtout avec ferveur. Il ne voulait plus décevoir Garden, jamais. Son regard triste était trop douloureux à soutenir et sa peine insurmontable. A partir de maintenant, il ferait en sorte de ne plus être à l’origine d’aucune larme sur ses joues ni d’aucune douleur dans ses traits. « Je ne te ferais plus jamais souffrir, consciemment ou pas. J‘agirais enfin comme je suis supposé le faire, en te protégeant et non en te faisant du mal. »

    Il détacha la main de Garden de sa joue, et d’une pression sur celle-ci, il la fit basculer contre lui, passant sa main libre dans son dos pour la serrer solidement. Il ferma les yeux et profita du doux parfum de Garden, un instant, encore un instant. Puis il dégagea son visage et espaça à peine leur deux corps pour plonger son regard clair dans le sien.

    « Tu as raison, on a bien d‘autres chats à fouetter. Même si je ne peux m‘empêcher de penser plus à toi qu‘à la mission. » Il rit à peine, avant d’ajouter: « Etonnant venant de moi, n‘est-ce pas? » Son visage s’approcha sensiblement de celui de Garden, jusqu’à se retrouver à une distance critique. « Tu as fais beaucoup de dégâts Garden. » Et il captura ses lèvres sans lui laisser l’occasion de réagir. Bien évidemment, par « dégâts », il entendait des changements positifs. Car il était désormais certain que Garden était la meilleur chose qui lui soit arrivée depuis longtemps. Et il ne pensait pas avoir jamais été aussi heureux que dans ses bras.
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Garden Fear le Mar 1 Fév - 20:35




    Il était tellement conciliant en lui disant qu’elle n’avait pas à être désolée. Pourtant Garden ne pouvait que se sentir mal. C’était elle qui l’avait forcé à regarder dans le miroir pour faire taire ses peurs, ou les confirmer, et même s’il lui avait dit qu’elle pouvait tout lui demander pour se faire pardonner lui, d’un acte de trahison inconscient, elle ne pouvait que se blâmer de le voir dans cet état et ce par sa faute. Ce fut pour cette raison – et bien d’autres – qu’elle lui proposa son aide. Elle ferait tout, absolument tout pour qu’il comprenne le fin mot de l’histoire et qu’il retrouve la tranquillité de l’esprit ! Peu importe qu’elle doive se salir les mains ou se mettre en danger, elle le ferait, même s’il lui disait que ce n’était pas la peine, qu’il ne la laisserait pas prendre de risques pour lui, elle ne l’écouterait pas. C’était d’ailleurs ce qu’elle s’attendait à entendre lorsqu’il recouvrir sa main de la sienne et le regarda avec tendresse.

    « Je me montrerais digne de ta confiance Garden, je te le promet. Je ne te ferais plus jamais souffrir, consciemment ou pas. J‘agirais enfin comme je suis supposé le faire, en te protégeant et non en te faisant du mal. »

    Elle l’aurait bien embrassé mais elle sentit que ce n’était pas le moment, d’autant plus qu’Adam détacha sa main de sa joue et qu’il la fit venir à lui d’une simple pression pour le serrer fermement tout contre lui. Elle profita du moment pour se blottir un peu plus contre lui et apprécier sa chaleur et son odeur, avant qu’Adam s’éloigne, juste un peu mais tellement à la fois, et plonge un regard perçant dans le sien.

    « Tu as raison, on a bien d‘autres chats à fouetter. Même si je ne peux m‘empêcher de penser plus à toi qu‘à la mission. »

    Il rit, et elle sentit son cœur se gonfler. Il était rare d’entendre Adam rire, pourtant il n’y avait pas de plus beau son selon elle !

    « Etonnant venant de moi, n‘est-ce pas ? »
    « Assez, oui. »

    Lui qui leur disait à tous de ne pas s’éloigner de la mission, de ne rien prendre en compte d’autre, même s’il s’agissait de sauver la vie de quelqu’un, de son frère à elle-même, il avait toujours dit que la mission était tout ce qui comptait, il était un peu le garde fou de ce groupe, les remettant – ou tentant de le faire – sur le droit chemin lorsqu’ils s’en écartaient un peu trop. Et là c’est lui qui disait avoir plus important que la mission en la personne de Garden. C’était tellement… flatteur et beau quand on connaissait Adam.
    Son visage s’avança du sien jusqu’à n’être plus qu’à quelques millièmes de centimètres et bêtement, Garden se sentit rougir. Voilà bien une chose qui ne lui arrivait jamais !

    « Tu as fais beaucoup de dégâts Garden. »

    Il emprisonna aussitôt ses lèvres. Le sens de la phrase ne lui échappa pas et elle compris ce qu’il voulait dire ce qui la flatta d’autant plus. Si elle, de par sa simple présence, juste parce qu’elle était elle, elle arrivait à donner du baume au cœur à Adam,à l’ouvrir et à lui faire découvrir autre chose que sa solitude et ses sarcasmes, elle ne pouvait pas être plus contente. Elle voulait… son bonheur. C’était bateau et un peu mièvre mais c’était réellement ce qu’elle désirait pour lui. Il avait tellement souffert par le passé qu’il avait bien le droit d’être heureux, et si c’était elle qui lui procurait ce sentiment alors soit !

    Elle mit fin à leur baiser en posant ses mains sur ses épaules tandis qu’elles glissaient dessus.

    « Je te retourne le compliment. » Lui dit-elle en lui offrant son plus beau sourire.

    Elle ne pouvait pas nier qu’Adam n’avait rien chamboulé en elle. Elle le trouvait différent des autres. Elle l’avait toujours vu ainsi mais il lui paraissait normal qu’en ce qui concernait l’amour et les femmes, il soit comme les autres, sauf qu’elle ne l’avait jamais vu avec une fille, d’où son choque, sûrement, lorsqu’elle l’avait découvert avec Bonnie, sachant pertinemment que ces deux là ne pouvaient pas se voir.

    « C’est fort, déstabilisant, mais tellement grisant à la fois. »

    Elle ne se souvenait pas avoir déjà ressenti ça auparavant, même si elle avait aimé être dans les bras d’autres, ce n’était pas comme avec Adam, il y avait autre chose, quelque chose de plus profond.

    « Mais nous devrions plutôt parler de ce que tu as vu, tu ne crois pas ? Si ton désir est d’être entouré de ceux que tu aimes, alors pourquoi Paris serait dans le tableau ? Quelque chose ne colle pas, enfin ça, tu le sais. N’y a-t-il pas une potion ou un sortilège permettant de revenir à des moments passés mais oublié, sans compter le retourneur de temps bien évidemment. Je crois qu’il existe une potion de notre époque, je l’avais lu il me semble quelque part mais la totalité des ingrédients m’échappent ! D’autant plus que certains d’entre eux étaient extrêmement difficile à avoir à cette époque comparée à la notre où il était plus fréquent de les utiliser dans les potions. »

    Elle avait l’impression de parler toute seule et surtout de tourner en rond sans vraiment apporter de solution. Aussi leva-t-elle un regard désolé vers le Serdaigle.

    « Je suis désolée Adam… je ne suis pas vraiment d’un grand secours sur ce point là. J’aimerai tellement t’aider pourtant. »

    Et ça la tuait de ne pas y arriver ! Il devait pourtant exister un moyen de savoir, de comprendre ce que Paris faisait sur ce tableau de famille parfait… Minute ! ‘Tableau de famille’ ? Garden posa cette fois un regard plus critique sur Adam s’apprêtant à laisser échapper une supposition qui ne lui plairait sans doute pas mais qu’elle ne pensait pas si stupide que ça, même si Adam risquait de dire le contraire. Car si elle avait raison, il y avait de quoi ne pas vouloir voir la vérité en face.

    « Et si… si c’était Paris ton père ? » Elle s’attendait à ce qu’il lui hurle dessus aussi enchaîna-t-elle rapidement. « Tu sais que c’est un coureur de jupon et qu’il aurait pu séduire ta mère comme les autres, sauf qu’elle serait tombée enceinte et comme il prône la suprématie des sangs-purs plus tard, peut-être qu’il a voulu exterminé ce qu’il voyait comme une honte pour lui… sauf que tu en aurai réchappé grâce à Montana. »

    C’était une théorie un peu dingue, il fallait l’avouer, c’est pour ça qu’elle le regardait avec un air de ‘s’il te plait, ne crie pas trop fort’ car elle était certaine qu’il allait mettre en l’air son hypothèse en oins de temps qu’il n’en faut pour dire Quidditch et qu’en plus il risquait de lui en vouloir.










avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Adam Meyer le Sam 5 Fév - 17:31

    Il était loin le temps où il désirait secrètement les lèvres de Garden. Désormais, il pouvait l’embrasser presque à loisir, si ce n’était un petit hic: ils devaient se cacher. Adam ne pouvait que le regretter, mais ce n’était pas comme s’ils avaient réellement le choix. Aussi il profita sans vergogne des lèvres de Garden, tandis qu’il l’embrassait comme en parfaite conclusion. Et même si ce n’était pas une première, même s’il avait déjà eu l’occasion de l’embrasser plusieurs fois, il ne pensait pas s’en lasser un jour. Il lui semblait évident que chacun de ses baisers seraient toujours particuliers et précieux. Aussi ne put-il empêcher un air attristé de planer un instant sur son visage lorsque Garden mit fin au contact.

    « Je te retourne le compliment. » Elle sourit et Adam ne put s’empêcher de lui faire écho. D’autant qu’un simple retour de compliment n’était pas rien venant de Garden. Ainsi, lui aussi avait fais beaucoup de dégâts? Son sourire s’élargit avec fierté. « C’est fort, déstabilisant, mais tellement grisant à la fois. »

    Il ressentait quelque chose de similaire, même s’il était incapable de le formuler avec des mots. Son amour pour Garden ne pouvait pas se résumer à ça, et il n’en avait d’ailleurs pas envie. Mais qu’elle mette ce type de mots sur ses sentiments à elle ne pouvait que lui faire plaisir. Car bon sang, on parlait de Garden là! Adam savait très bien pour l’avoir observée plus qu’il ne l’aurait du qu’elle ne mettait pas ce genre de mots sur ces sentiments en temps normal. Les garçons avec lesquels elle était sortie, jusque là, n’avait été que des passades. Et au fond, il craignait de n’être qu’une passade de plus au bout du compte. Il espérait sincèrement que son amour ferait la différence. Mais vu son comportement, ça risquait d’être plus ou moins compromis.

    « Mais nous devrions plutôt parler de ce que tu as vu, tu ne crois pas ? Si ton désir est d’être entouré de ceux que tu aimes, alors pourquoi Paris serait dans le tableau ? Quelque chose ne colle pas, enfin ça, tu le sais. N’y a-t-il pas une potion ou un sortilège permettant de revenir à des moments passés mais oublié, sans compter le retourneur de temps bien évidemment. Je crois qu’il existe une potion de notre époque, je l’avais lu il me semble quelque part mais la totalité des ingrédients m’échappent ! D’autant plus que certains d’entre eux étaient extrêmement difficile à avoir à cette époque comparée à la notre où il était plus fréquent de les utiliser dans les potions. »

    Elle avait raison de revenir sur ce sujet. C’était plus urgent, bien plus que de tergiverser sur leurs propres sentiments. Adam espérait tirer cette affaire au clair, et les conseils de Garden ne faisaient que renforcer sa volonté.

    « Je suis désolée Adam… je ne suis pas vraiment d’un grand secours sur ce point là. J’aimerai tellement t’aider pourtant. »

    Elle avait levé un regard désolé vers lui, qui tenta de le faire taire d’un air rassurant.

    « Et si… si c’était Paris ton père ? » Les yeux d’Adam s’écarquillèrent, sous l’effet de la surprise. Quelle idée saugrenue! « Tu sais que c’est un coureur de jupon et qu’il aurait pu séduire ta mère comme les autres, sauf qu’elle serait tombée enceinte et comme il prône la suprématie des sangs-purs plus tard, peut-être qu’il a voulu exterminé ce qu’il voyait comme une honte pour lui… sauf que tu en aurais réchappé grâce à Montana. »

    Non. Il ne voyait pas du tout les choses ainsi. Ce qu’avançait Garden n’était pas totalement stupide, mais Adam était convaincu qu’elle faisait fausse route. Il ne pouvait pas la blâmer d’avoir essayé, mais sa proposition était quand même un tantinet insultante!

    « Non, c‘est impossible. Enfin, je veux dire … » Il peinait à mettre ses idées en ordre, mais sa ligne directrice n’en restait pas moins claire dans son esprit. « Bien sûr, l‘idée n‘est pas complètement stupide, mais je sais que ça n‘est pas possible. » Il inspira un bon coup avant d’annoncer sur un ton sans appel: « Mon père c‘est Samaël Wilson. J‘avais surpris une conversation entre lui et ma mère biologique, alors je l‘ai entrainé dans une pièce tranquille pour discuter. Il n‘a pas nié, à aucun moment, il me donnait même plus l‘impression d‘avouer que le petit à l‘infirmerie était bien de lui. Alors… » Il baissa légèrement les yeux, comme honteux de ce qu’il allait ajouter. « J‘ai essayé de lui faire prendre conscience que son inaction allait leur être fatale, à son bébé comme à elle. Je sais que je n‘aurais pas du … » Il redressa complètement la tête et planta un regard profond dans les yeux de Garden. « C‘est contraire à tous mes principes, contraire au but même de notre venue ici, mais … je ne peux pas juste rester les bras ballants à attendre que ma mère se fasse tuer et que le bébé ne fasse que suivre le chemin qui a été le mien. Si je peux leur offrir mieux, j‘ai envie d‘essayer. Tout simplement. » Il marqua une pause et assura davantage sa prise dans le dos de Garden. « Je comprend maintenant ta réaction, pour Tradd. »

    Il déposa un baiser sur son front, sans réfléchir, simplement parce qu’il en avait envie. Ca dénotait bien le nouveau comportement qu’il avait tendance à adopter ces derniers temps. Il mettait de côté l’étude, la réflexion, l’analyse, et agissait. Il n’était pas sûr que ce soit le mieux à faire, mais c’était simplement ce qu’il y avait à faire. Il ne se voyait plus tergiverser des heures sur une question ou sur une autre, comme il le faisait auparavant. Car réfléchir au lieu d’agir était à l’heure actuelle le meilleur moyen d’envenimer les choses, car Andrews, lui, s’activait. Reportant à nouveau ses yeux et toute son attention sur Garden, il lui fit part du gros de son idée.

    « De toute façon, se poser des questions n‘est pas la solution. Car pendant que nous sommes là à chercher à résoudre un problème que nous n‘avons pour le moment pas les moyens de résoudre, Andrews ne fait que gagner plus de partisans. Il devient de plus en plus dangereux, pour tout le monde, et je ne suis pas sûr que la Resistance soit en mesure de le contrer efficacement. »

    Il soupira en agitant légèrement la tête de droite à gauche, signifiant son dédain et son agacement. Puis il posa tendrement sa main libre sur la joue de Garden, en la couvant d’un regard à la fois dur et plein d’affection.

    « Je vais essayer de régler mon problème avec Paris. Si tu trouves d‘autres infos sur la potion, ou si tu la trouves tout court, fais le moi savoir. Il est hors de question que j‘utilise le retourneur de temps à des fins personnelles. » Il laissa passer un instant de silence, avant de reprendre d’un air soucieux: « Tu en sais plus sur la Resistance? C‘est frustrant de voir que les choses ne se passent pas comme prévu et qu‘on est totalement ignorants! C‘est comme ce Gossip Magic, d‘où tient-il ses infos?! Peut-être qu‘il voit l‘avenir, ou quelque chose du genre… »

    Loin de lui l’idée de sous entendre que Montana pouvait être derrière tout ça. Il savait de façon claire et pourtant inexpliquée qu’elle ne pouvait pas être l’auteur des rumeurs. Mais alors qui? C’était une épine dans leur pied, car comment faire quoi que ce soit alors que quelqu’un semblait avoir des yeux et des oreilles partout? A moins de s’en servir à son propre avantage mais ça, ça n’était pas gagné.
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Garden Fear le Lun 7 Fév - 2:18




    Elle attendait avec une certaine angoisse, le moment fatidique où Adam ouvrirait la bouche et où il la traiterait de folle pour avoir osé seulement penser que son père pouvait être Paris Montgomery. C’était compréhensible, après tout, cet homme, ils le connaissaient comme le bras droit d’Andrews, un assassin qui ne jurait que par le sang des gens, il était donc assez difficile d’accepter – même avec des preuves à l’appuis, et qu’elle n’avait pas – que son père puisse être cet homme. Elle plissa les yeux lorsqu’elle vit ses lèvres s’entrouvrirent, prête à les fermer tout en accusant les brimades d’Adam. Elle avait conscience qu’elle n’avait pas été très subtile sur ce coup là, mais comment avancer une telle hypothèse autrement ? Avancer que le père de votre petit ami est peut-être un futur meurtrier… y’a-t-il réellement une bonne façon de le dire ?

    « Non, c‘est impossible. Enfin, je veux dire … » Tient… c’était plus calme et moins rude qu’elle ne l’avait imaginé. « Bien sûr, l‘idée n‘est pas complètement stupide, mais je sais que ça n‘est pas possible. » Le complètement avait de quoi lui rester en travers de la gorge car il signifiait qu’il trouvait tout de même ça stupide ! Ce n’était qu’une déduction logique ! Ce n’était pas parce qu’il pouvait se sentir vexée qu’elle ait pensé qu’il puisse avoir Paris comme géniteur qu’il devait obligatoirement trouver ça stupide.

    « Mon père c‘est Samaël Wilson. J‘avais surpris une conversation entre lui et ma mère biologique, alors je l‘ai entrainé dans une pièce tranquille pour discuter. Il n‘a pas nié, à aucun moment, il me donnait même plus l‘impression d‘avouer que le petit à l‘infirmerie était bien de lui. Alors… »

    La bouche de Garden s’entrouvrit. Mais Adam ne semblait avoir fini avec ses révélations et d’ailleurs son air coupable l’intrigua un peu plus.

    « J‘ai essayé de lui faire prendre conscience que son inaction allait leur être fatale, à son bébé comme à elle. Je sais que je n‘aurais pas du … »
    « Adam… » Murmura-t-elle. Elle était tellement bien placée pour comprendre le sentiment qui l’habitait et les raisons qui l’avaient poussé à agir de la sorte. Elle ne pouvait pas l’en blâmer, elle était la première à vouloir changer plus que Clyde dans le passé.

    « C‘est contraire à tous mes principes, contraire au but même de notre venue ici, mais … je ne peux pas juste rester les bras ballants à attendre que ma mère se fasse tuer et que le bébé ne fasse que suivre le chemin qui a été le mien. Si je peux leur offrir mieux, j‘ai envie d‘essayer. Tout simplement. » Il resserra ses bras autour d’elle et Garden se blottie contre lui pour qu’il sache qu’elle comprenait. « Je comprends maintenant ta réaction, pour Tradd. »
    « Tu n’as pas à te justifier, je ne te juge pas. »

    Il déposa un baiser sur son front et elle ne su pas si c’était l’effet de ses paroles ou bien tout autre chose qui l’avait poussé à ce petit geste, mais en tout cas, elle apprécia.

    « De toute façon, se poser des questions n‘est pas la solution. Car pendant que nous sommes là à chercher à résoudre un problème que nous n‘avons pour le moment pas les moyens de résoudre, Andrews ne fait que gagner plus de partisans. Il devient de plus en plus dangereux, pour tout le monde, et je ne suis pas sûr que la Résistance soit en mesure de le contrer efficacement. » Garden garda le silence. Elle ne savait pas trop quoi répondre sur ce qu’il lui disait et elle fut détournée par son regard et sa main posée sur sa joue.

    « [color=lightblue]Je vais essayer de régler mon problème avec Paris. Si tu trouves d‘autres infos sur la potion, ou si tu la trouves tout court, fais le moi savoir. Il est hors de question que j‘utilise le retourneur de temps à des fins personnelles. [/clor] Ca, elle s’en doutait le connaissant… Mais déjà Adam changeait de sujet. « Tu en sais plus sur la Résistance ? C‘est frustrant de voir que les choses ne se passent pas comme prévu et qu‘on est totalement ignorants! C‘est comme ce Gossip Magic, d‘où tient-il ses infos?! Peut-être qu‘il voit l‘avenir, ou quelque chose du genre… »

    Elle prit sa main posée sur sa joue et porta sa paume jusqu’à ses lèvres où elle déposa un baiser avant de répondre.

    « Je ne sais rien en ce qui concerne Gossip Magic. J’ai pensé qu’il pouvait s’agir de Montant, mais je dois lui reconnaître, même si je ne l’apprécie pas vraiment, qu’elle n’est pas une commère et que je la vois mal jouer ce genre de jeu. »

    Une petite moue s’installa sur le visage de Garden qui n’aimait pas ne pas avouer qu’une personne qu’elle ne portait pas dans son cœur puisse être quelqu’un de bien. Mais elle avait réfléchi sur ce Gossip Magic car elle avait peur d’une chose, qu’il découvre leur secret.

    « Moi non plus je n’aime pas ça. Il a déjà fait entendre que certains dans le château n’étaient pas dans la bonne époque. J’ai peur qu’il découvre pour nous et nous dévoile au grand jour. Ca serait catastrophique pour la mission. » Elle se tordit les doigts et se mordilla la lèvre inférieure. « Becker serait bien contente de nous faire la morale et Mason… il sera tellement déçu par mon comportement. Il me fait confiance et si je fais tout foirer, ça en sera fini. »

    Elle tenta de se calmer, pour revenir à leur sujet. Se lamenter alors même que la catastrophe n’était pas arrivée ne servait à rien, aussi tenta-elle de se reprendre après avoir prit une bonne inspiration.

    « Pour la résistance, je pense en savoir plus. Je crois que Tradd en fais parti et même qu’il est l’une des têtes pensantes du groupe, ce qui m’inquiète je l’avoue. J’espérais qu’avec tout ce qui avait changé sans qu’on s’en rende compte, qu’il soit sauvé, mais il se met délibérément en danger simplement en faisant partie de ce groupe. »

    Elle s’inquiétait pour lui. Elle voulait le sauver mais il fallait croire qu’il avait une prédisposition pour le danger.

    « Je pense, que je vais me joindre à eux mais je ne sais pas vraiment si c’est une bonne idée. Bonnie peut-être ? Ou toi ? Tu pense qu’une personne de ta connaissance pourrait en faire partie et t’y faire entrer ? »

    Elle avait peur, elle ne pouvait le nier. L’avenir de Tradd se jouait sur un fil et en demandant à Adam de se joindre à la résistance afin de savoir ce qu’il s’y passait et qui il y avait n’était pas non plus sans risque. Qui savait ce qu’il pouvait se passer ? Après tout, l’avenir avait été tellement chamboulé qu’ils ne pouvaient plus se reposer sur ce qu’ils savaient, car tout ceci n’existait plus. La crainte et l’appréhension de Garden n’étaient pas difficiles à reconnaître sur son visage. Elle se sentie tout d’un coup faible et sans pouvoir face à la situation et elle avait besoin de… réconfort.

    « Adam ? » Demanda-t-elle à voix basse. « tu veux bien me serrer plus fort contre toi ? J’ai besoin de te sentir contre moi. »

    Elle lui aurait bien demandé de l’embrasser aussi et plus même, mais elle ne voulait pas qu’il le prenne mal. Cependant Garden avait besoin de se sentir rassurer et dans ces moments là, ça voulait aussi dire, de se sentir aimée.









avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Adam Meyer le Lun 7 Fév - 11:56

    Garden avait l’air de bien accueillir ses propos, s’il on exceptait l’allusion qu’il avait faite concernant sa remarque. Et lorsqu’elle prononça son nom, au moment où il lui avouait avoir tenté de changer le passé sous un angle personnel, Adam ne sentit que de la bienveillance dans sa voix. Avoir Garden auprès de lui était une véritable bénédiction. Et Adam avait beau ne pas être croyant, il avait l’impression d’avoir à faire à un ange. Elle ne le jugeait jamais, et ne voyait pas ses faiblesses comme telles. Quelque part, c’était rassurant et assez grisant d’avoir à ses côtés quelqu’un capable de voir le meilleur en lui.
    D’ailleurs, les mots que glissa Garden alors qu’il avouait comprendre désormais ses motivations concernant Tradd faisaient bien écho à ses pensées. Elle ne le jugeait pas, jamais. Il fallait bien ça après tout pour être capable de lui pardonner l’aveux qu’il avait fais un peu plus tôt.

    Il termina en lui demandant si elle en savait plus sur la Resistance, et en évoquant Gossip Magic, persuadé qu’ils devaient parler de tout ça seuls à seuls, et ne pas se contenter des réunions avec les deux autres préfets de leur époque. Garden prit la main qu’il avait posé sur sa joue pour en embrasser la paume, et Adam se surprit à penser que c’était une très mauvaise idée, même s’il adorait toutes les menues marques d’affection qu’elle lui offrait, et justement pour ça.

    « Je ne sais rien en ce qui concerne Gossip Magic. J’ai pensé qu’il pouvait s’agir de Montana, mais je dois lui reconnaître, même si je ne l’apprécie pas vraiment, qu’elle n’est pas une commère et que je la vois mal jouer ce genre de jeu. »

    Une grimace légère s’immisça sur le visage d’Adam. Après tout ce qu’elle avait fais pour lui - ou plutôt ce qu’elle s’apprêtait à faire temporellement parlant, il n’appréciait pas le commentaire de Garden concernant Montana. En fait, il ne comprenait pas ce qu’elle avait contre elle, si ce n’était des préjugés aberrants. Mais au moins, elle reconnaissait que ça n’était pas du tout son genre d’agir comme le faisait Gossip Magic, et Adam ne put s’empêcher de souffler un peu âprement:

    « Ca c‘est certain. »

    « Moi non plus je n’aime pas ça. Il a déjà fait entendre que certains dans le château n’étaient pas dans la bonne époque. J’ai peur qu’il découvre pour nous et nous dévoile au grand jour. Ça serait catastrophique pour la mission. » La bouche d’Adam se tordit à cette constation. Évidemment que ce serait catastrophique, aussi il fallait espérer qu’elle ne le découvre jamais, ou qu’elle ait plus consistant à se mettre sous la dent, ce qui méritait d'être gardé à l'esprit. « Becker serait bien contente de nous faire la morale et Mason… il sera tellement déçu par mon comportement. Il me fait confiance et si je fais tout foirer, ça en sera fini. » La gorge d’Adam se noua. Mason lui faisait bien l’effet d’un abruti, décris comme ça, s’il tenait rigueur à Garden de suivre son cœur. C’était un lion après tout, il n’était pas sensé être un minimum compréhensif et passionné?, sans vouloir tomber dans le stéréotype.

    « Pour la résistance, je pense en savoir plus. Je crois que Tradd en fais parti et même qu’il est l’une des têtes pensantes du groupe, ce qui m’inquiète je l’avoue. J’espérais qu’avec tout ce qui avait changé sans qu’on s’en rende compte, qu’il soit sauvé, mais il se met délibérément en danger simplement en faisant partie de ce groupe. »

    L’inquiétude qui se lisait sur le visage de Garden ne laissa pas Adam indifférent. Il comprenait très bien qu’elle s’inquiète, lui-même craignait pour la survie de sa mère, alors il était bien placé pour la soutenir. Mais il se contenta pour l’instant d’un sourire triste, convaincu que Garden n’en avait pas fini.

    « Je pense, que je vais me joindre à eux mais je ne sais pas vraiment si c’est une bonne idée. Bonnie peut-être ? Ou toi ? Tu pense qu’une personne de ta connaissance pourrait en faire partie et t’y faire entrer ? »

    Il haussa un sourcil, mais ne répondit pas immédiatement. En fait, l’idée de rejoindre la Resistance ne lui était jamais venue à l’esprit. Il n’était pas de ces personnes qui adhèraient facilement à un mouvement ou à un autre. D’ailleurs, sa présence dans le groupe des quatre ne tenait qu’aux circonstances, et au choix d’un intervenant extérieur. Alors, il ne se voyait vraiment pas rejoindre la Resistance, même pour faire semblant, et peut-être surtout pour ça, car il ne se savait pas suffisamment bon acteur pour faire mine d’embrasser les idéaux utopiques de quelques jeunes insouciants.

    « Adam ? » La voix faible de Garden le fit sortir de ses réflexions, et il fixa sur elle un regard soucieux. « Tu veux bien me serrer plus fort contre toi ? J’ai besoin de te sentir contre moi. »

    Un sourire fin se dessina sur les lèvres d‘Adam, mais il n’y avait aucune joie dans celui-ci. Le ton de sa voix, et son regard, donnait l’air si fragile à Garden qu’il ne ressentait aucune envie de sourire à pleines dents. Il sentait bien qu’elle avait besoin d’être rassurée, et discuter de ces indices qui prouvaient à quel point leur mission se révélait plus longue et périlleuse que prévue devait y être pour beaucoup. Mais pas seulement. Elle se disait peut-être, au fond d’elle, que leur relation était vouée à l’échec. Adam comprendrait si elle avait de telles pensées; mais il ne se voyait pas accepter sans rien faire. Après un instant en suspens, il reprit soudain vie et serra Garden au plus près de lui, et aussi fort qu’il le lui était possible sans craindre de lui faire mal. Il posa sa tête contre ses cheveux, et leur odeur lui fit le plus grand bien. Lui non plus n’était pas rassuré, et il n’avait pas peur que Garden le sache, ce qui relevait du miracle. Mais il savait aussi qu’ils ne pouvaient pas craquer tous les deux en même temps. Si Garden voulait s’autoriser un instant de faiblesse, alors il la rassurerait et se montrerait fort pour deux, même s’il s’agissait d’une assurance de façade. Tout en divaguant, il avait serré toujours plus fort Garden contre lui, et il prit conscience que l’étouffer ne constituerait pas un bon moyen de la rassurer. Alors il desserra son étreinte, en faisant glisser ses mains dans son dos. Juste assez pour pouvoir la contempler, et continuer de la tenir solidement par la taille.

    « C‘est toi qui devrait infiltrer la Resistance Garden. Tu es la seule du groupe à en avoir vraiment les moyens et la capacité. Mason pourrait, mais avec son égo surdimensionné, j‘ai peur qu‘il finisse par faire de l‘ombre à ceux qui ont monté le groupe. Et puis, je te fais confiance à toi.  » Il approcha ses lèvres de la joue de Garden et y déposa un baiser tout en simplicité. « Je sais que tu peux réussir les yeux fermés. » Cette fois ci, il embrassa Garden sur le front, et revint planter son regard dans le sien, un sourire conspirateur mais sincère accroché aux lèvres. « Et je préfère te savoir auprès de Tradd que de Clyde. » Il avouait sans problème ne pas être à l’aise avec le fait qu’elle puisse se rapprocher de Clyde, même si a priori, l’idée était abandonnée. Mais il ne voulait pas pour autant qu’elle pense qu’il cherche à la protéger parce qu’il la sous-estimait, ni qu’il tentait de la manipuler; aussi il approcha sensiblement ses lèvres de celles de Garden, et ajouta dans un souffle: « Parce que je t‘aime. » Il n’était plus nécessaire de prendre de détour, et il posa doucement ses lèvres contre les siennes en fermant les yeux. Il commença à l’embrasser lentement, puis avec plus d’empressement, raffermissant sa prise sur les hanches de Garden pour la coller à lui. Il n’était plus question de quitter ces lèvres, tandis qu’il faisait désormais jouer sa langue avec celle de son aimée. L’une de ses mains remonta en glissant entre leurs deux corps pour atteindre la gorge de Garden et finalement retenir sa nuque. La seconde bougea à peine, pour se caler dans son dos, la tenant toujours fermement et étroitement contre lui.

    Il se décida finalement à délaisser la bouche de Garden, glissant ses lèvres contre sa joue, pour atteindre son cou, où il déversa un florilège de baisers aussi brûlants qu’appliqués.
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Garden Fear le Mar 8 Fév - 21:36




    Elle avait toujours eu besoin des hommes, de leurs bras pour se sentir en sécurité dans ce monde, même si sa confiance en eux était limitée, c’était ainsi car elle savait qu’elle ne pouvait pas changer leur nature. Pourtant avec Adam c’était différent. Elle se sentait bel et bien en sécurité dans ses bras mais ce n’était pas simplement parce qu’il faisait parti de la gente masculine mais parce qu’il était lui. Sa présence, son assurance, son charisme… tout en lui faisait que Garden se sentait protéger par sa force de caractère. Alors lorsqu’il s’exécuta et la serra contre lui, elle poussa un soupire de bien être. Il pouvait la serrer aussi fort qu’il le désirait, d’ailleurs elle avait l’impression qu’il ne le ferait jamais assez, que leurs corps ne seraient jamais proches pour la satisfaire amplement et ce même alors qu’il resterait son étau presque d’acier sur elle. Pour combler ce manque constant, elle se blottissait contre lui mais très vite il desserra son étreinte. Pas de grand-chose, mais suffisamment pour que Garden s’en rende compte et qu’elle ait l’impression d’avoir froid en ayant perdu de sa chaleur à lui. Cependant il ne la relâcha et ses mains serrèrent fermement sa taille comme si elle risquait de lui échapper. Quelle idée.

    « C‘est toi qui devrait infiltrer la Resistance Garden. Tu es la seule du groupe à en avoir vraiment les moyens et la capacité. Mason pourrait, mais avec son égo surdimensionné, j‘ai peur qu‘il finisse par faire de l‘ombre à ceux qui ont monté le groupe. Et puis, je te fais confiance à toi. »

    Une petite moue contrariée s’installa sur ses traits. Mason n’avait pas un ego surdimensionné, il avait l’âme d’un leader, c’était différent, mais elle savait que ce genre de réflexion pouvait ne pas plaire à Adam et la dernière chose qu’elle voulait s’était de le mettre en colère ou de déclencher une dispute. Elle sentit d’ailleurs qu’elle avait eu raison de se taire lorsque les lèvres d’Adam vinrent se poser sur sa joue, tout en douceur.

    « Je sais que tu peux réussir les yeux fermés. »

    Il l’embrassa cette fois sur le front et Garden ne empêcher un sourire de planer sur ses lèvres. Il avait dit qu’il lui faisait confiance. Il l’avait déjà fait dans le parc, mais ce qu’il lui faisait surtout plaisir c’était qu’il sois si sûr qu’elle puisse réussir quelque chose avec simplicité. Cela changeait de toutes ces fois où il avait dit que la mission confiée par Mason était stupide et que Garden avait sentit qu’il remettait ses capacités en causes.

    « Et je préfère te savoir auprès de Tradd que de Clyde. » Son visage s’approcha inévitablement du sien et elle se demanda si elle-même, sans s’en rendre compte, elle n’avait pas bougé de son côté.

    « Parce que je t‘aime. »

    Elle avait déjà entendu ces mots, d’autres mais lorsque c’était Adam qui les prononçait, elle ne pouvait s’empêcher bizarrement de sourire et ce fut avec un plaisir non feint qu’elle accueillit ses lèvres contre les siennes. Ce fut d’abord tendre et doux, avant que rapidement Adam ne se fasse plus pressant. Elle ne pouvait que le suivre dans ce baiser étourdissant et grisant et lorsqu’il la colla un peu plus à lui, elle n’opposa aucune résistance. Elle voulait ce contact, elle en avait besoin et il lui semblait que jamais elle ne pourrait se passer du goût de ses lèvres, ni même de ses mains l’entourant, la protégeant. Elle aurait pu gémir de frustration lorsque sa bouche quitta la sienne mais ce fut pour mieux la couvrir de baiser au creux de son coup. Ce fut donc bel et bien un soupir qu’elle poussa mais un de satisfaction. Ses mains remontèrent dans ses cheveux et ses doigts s’y perdirent avant de se refermer dessus. Elle sentait peu à peu la chaleur l’envahir et il n’y avait aucun doute sur la nature de cette dernière.

    « Adam… » Murmura-t-elle. « Tu n’as pas idée de l’effet que tu me fais. »

    A peine ces paroles dites, elle le repoussa quelque peu, juste suffisamment pour pouvoir agripper sa chemise à hauteur de ses épaules et de le pousser pour le coller au premier mur se présentant derrière lui, sans vraiment de délicatesse mais une certaine sensualité tout de même. Elle l’embrassa alors à pleine bouche, ne cherchant pas refreiner ce désir qui commençait à la consumer. Elle passa ses mains entre leurs deux corps et s’empressa de défaire les boutons de sa chemise à lui avant de s’attaquer aux siens sans jamais quitter ses lèvres et lorsque qu’elle eu terminé sa tâche, elle se serra de nouveau contre lui, leur peu pouvant se toucher, se frôler. Elle quitta ses lèvres d’un presque rien et embrassa la mâchoire avant de lâcher.

    « Promet-moi que tu ne la reverra pas. »

    Ses baisers s’égarèrent dans son cou. Pour elle il était évident qu’il reverrait Emalee puisqu’ils étaient dans la même maison, mais elle voulait dire par là qu’elle ne voulait pas qu’il lui parle, qu’elle la fréquente. Elle pouvait passer outre, ou du moins tenter de le faire mais elle n’arriverait pas les voir ensemble ou même juste les imaginé et même ce si ce n’était qu’amical. Il lui était aussi évident qu’Adam accepterait, et pourtant rien n’était moins sûr.











avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Adam Meyer le Mar 15 Fév - 20:13

    Jamais auparavant il n’avait connu quoique ce soit de comparable avec personne. Garden était unique à ses yeux, et il ne voyait pas comment cela pourrait changer. Son léger soupire de satisfaction réussit à lui en tirer un, qu’il étouffa dans son cou. La situation les avait beaucoup aidé jusque là, même si c’était assez sinistre de voir les choses ainsi. Et si Adam savait pertinemment ne pas être au bout de ses peines, il espérait pouvoir compter sur Garden à partir de maintenant. Son soutien lui apparaissait indispensable, à lui l’indépendant averti. C’était dire l’évolution qu’il avait subi ces derniers mois, et l’effet positif de la poufsouffle.

    « Adam… Tu n’as pas idée de l’effet que tu me fais. »

    En fait il s’en doutait un peu; car il aurait pu dire la même chose à son sujet. Mais elle ne lui en laissa pas l’occasion, l’éloignant juste assez pour agripper sa chemise et l’écraser contre le premier mur venu, avec une sensualité assumée.
    Elle emprisonna ses lèvres et il ne lui vint pas à l’esprit de protester. Au contraire, il attrapa ses hanches pour la serrer contre lui, tandis qu’elle entreprenait déjà de déboutonner sa chemise. Elle passa immédiatement à la sienne, sans reprendre son souffle. Et l’une des mains d’Adam remonta dans le cou de Garden, tandis que l’autre la pressait contre lui à peine sa tâche terminée. Il sentit dès lors le contact subtil et satiné de la peau de Garden sur son torse en partie dénudé. Son rythme cardiaque s’accéléra, sans qu’il n’ait aucun contrôle dessus, et ça le perturba tout en le ravissant. Il se sentait entraîné dans un mouvement sur lequel il n’avait aucune prise.
    Mais il dut ronger son frein, lorsque Garden délaissa ses lèvres et souffla après avoir déposé un baiser contre sa mâchoire:

    « Promet-moi que tu ne la reverra pas. »

    Elle reprit sa course en explorant son cou, mais le mal était fais. Il agripa solidement ses épaules pour la tenir à distance raisonnable de lui, plongeant ses yeux bleus dans les siens. Il les scruta à la rechercher du moindre signe, d’un indice qui serait susceptible de l’aiguiller. Mais le regard de Garden était celui qu’il avait toujours connu, et aimé.

    « Et toi fais moi confiance. »

    Il aurait volontiers fais toutes les promesses du monde à Garden, mais il ne se sentait pas en mesure d’en promettre davantage. Car maintenant qu’il s’y était brûlé, il savait trop bien à quel point la magie pouvait fausser la donne. Il ne voulait pas se répandre en promesses, simplement pour lui faire plaisir, et risquer, au bout du compte, de la faire davantage souffrir en les brisant. Elle méritait mieux, comme son honnêteté. Et il la lui montrerait par ses actes, et non par un amoncellement de belles paroles.
    Sa main caressa sa joue, et il lui sourit sans fard.

    « Je t‘ai déjà promis de ne plus te faire souffrir. Si me voir avec Emalee est une source de souffrance, alors je ne l‘approcherais plus. Mais, tu sais, après ce qui s‘est passé, ni elle ni moi n‘allons franchement nous sauter dans les bras. »

    Il eut un rire amer. Mieux valait en rire qu’en pleurer, après tout. Garden n’avait vraiment aucune crainte à avoir. Ca ne faisait pas partie de ses plans de revoir Emalee ni de chercher à éclaircir les choses. Tout ce qu’il voulait pour l’instant, c’était chasser ces flash déroutants de son crâne et oublier toute cette histoire.
    La main qu’il avait laissé sur l’épaule de Garden s’en échappa pour descendre dans son dos et la rapprocher de lui. La proximité était bien plus naturelle entre eux, et la maintenir éloignée relevait presque du calvaire à ses yeux. Il avait toujours désiré Garden de loin, mais il avait longtemps suspendu ses gestes, et ses marques d’affection depuis peu restaient encore superficielles. Mais en cet instant, il ne cherchait rien d’autre qu’à la sentir contre lui. Sa main glissa de sa joue jusqu’à sa nuque, sur laquelle il fit pression pour approcher son visage du sien. Il cueillit ses lèvres avec une lenteur consommée, un éclat dans le regard jusqu’au dernier moment. Puis il l’embrassa sans retenue, permutant leurs places en la plaquant à son tour contre le mur. Ne cessant jamais de l’embrasser avec ardeur, il attrapa les pans de son chemisier pour le faire glisser de ses épaules et le laisser s’écraser par terre. Cherchant à terminer ce qu’elle avait entrepris, il se débarrassa sans ménagement de sa propre chemise et l’envoya vaguement au sol. Puis il attrapa le cou de Garden de ses deux mains pour donner plus de force à ses baisers empressés et déjà très éloquents.

avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Garden Fear le Sam 19 Fév - 20:02




    Il fallait croire qu’elle avait dit quelque chose qui ne fallait pas, car malgré un début très prometteur, Adam la saisit par les épaules et l’éloigna de lui alors qu’elle se répandait en baisers dans le creux de son cou – c’était bien une première pour elle. Il plongea alors son regard dans le sien et resta ainsi un certain temps, comme s’il cherchait à déceler quelque chose, peut-être d’anormal chez elle mais elle ne voyait pas quoi. Etait-ce sa requête qui le faisait se comporter ainsi ? Pourtant il n’y avait rien d’extraordinaire de demander à son petit ami qu’il ne revoit plus la fille avec qui il l’avait trompé ! même sous l’effet d’une potion, cela restait douloureux de l’imaginer avec une autre alors qu’eux même n’avaient pas dépassé un certain point et qu’en plus ils ne se voyaient presque pas puisqu’ils dissimulaient leur relation dans le but de préserver leur mission.

    « Et toi fais moi confiance. »

    Ca c’était facile à dire ! Elle lui faisait confiance avant aussi et voilà où ils en étaient ! Bon, il n’était pas vraiment responsable mais le fait était que s’il ne lui promettait pas de ne pas la fréquenter c’était qu’il comptait le faire et qu’il ne voulait pas être accusé de lui avoir menti si elle s’en apercevait. Et puis, elle lui faisait confiance à lui, mais bien moins à Emalee. Qui lui disait que ce n’était pas elle qui avait fait avaler cette potion à Adam ? et si après tout ça, elle voulait se l’approprier ? Garden en était folle de rage rien que d’y penser et se fut la main caressante d’Adam sur sa joue qui la calma.

    « Je t‘ai déjà promis de ne plus te faire souffrir. Si me voir avec Emalee est une source de souffrance, alors je ne l‘approcherais plus. Mais, tu sais, après ce qui s‘est passé, ni elle ni moi n‘allons franchement nous sauter dans les bras. »

    Il eut un rire sans joie et les lèvres de Garden s’étirèrent dans un petit sourire sans conviction. Elle était incapable de dire ce que l’avenir allait leur réserver, elle ne pouvait que le craindre. Elle avait pensé Adam sincère sur ses sentiments et elle le croyait toujours, mais qui lui disait qu’une autre potion ne ferait pas des ravages ? et Emalee ? même si elle était toute aussi victime qu’Adam dans cette histoire, elle restait celle avec qui il avait fauté. Ils avaient passé un moment intime ensemble et… mais elle aussi avait connu d’autres hommes et ce n’était pas pour autant qu’elle en désirait moins Adam ou plus un autre. Pourtant elle ne pouvait s’empêcher d’avoir cette boule au creux de l’estomac. D’avoir peur qu’Adam finisse par nourrir des sentiments pour la Serdaigle. Elle avait l’habitude que ses histoires tournent court, mais supporterait-elle qu’Adam l’abandonne et ce pour une autre ? Elle n’en mettrait pas sa main à couper.

    En parlant de main, celle d’Adam quitta l’épaule de Garden pour glisser dans son dos et le serrer à nouveau contre lui. Sa seconde main s’échappa de sa joue pour venir se loger dans son cou et y faire pression afin de ‘l’obliger’ à s’approcher un peu plus de lui et de l’embrasser. Elle put voir jusqu’au dernier moment, un éclat briller dans ses yeux, comme la convoitise qui le consumait. Son baiser fut sans retenu, il laissa s’exprimer son désir et elle se retrouva bien vite dans une position inversée, elle contre le mur et lui la bloquant, alors que c’était le contraire encore une fraction de seconde auparavant.
    Elle put rapidement sentir les mains d’Adam attraper sa chemise et la lui retirer complètement avant d’en faire de même avec la sienne. Elle n’eut pas besoin d’ouvrir les yeux pour le savoir, elle reconnaissait les gestes et surtout, elle pouvait à présent, sentir complètement le torse d’Adam contre son corps.

    Ses mains dans son cou donnant plus de profondeur à ses baisers déjà bien connu de Garden. Elle se laissa prendre un moment, savourant, se délectant, profitant. Avant de poser ses mais sur les épaules du Serdaigle et de l’obliger à se reculer. Elle prit le temps de reprendre son souffle avant de répondre aux questions qu’elle imaginait muettes d’Adam

    « Attends… Je… je ne veux pas faire comme ça. » son regard contourna celui d’Adam pour balayer la pièce et lui faire comprendre de quoi elle parlait, avant de revenir à lui.

    « Ce n’est pas que je suis prude ou quoi que ce soit dans ce genre. Je l’ai déjà fait dans des endroits plus insolites que celui-là. » Elle se mordit brièvement la langue en se disant que ce n’était pas le genre de chose que l’on disait à son petit ami. « Enfin, ce que je veux dire c’est que, je veux faire ça bien avec toi. Je voudrais que ce soit plus… spécial. »

    Elle leva un regard entre l’excuse et le mal aise vers lui en espérant qu’il comprendrait, qu’il la comprendrait.
    Ses mains remontèrent des épaules d’Adam jusqu’à encercler son cou alors qu’elle se serrait contre lui et elle murmura doucement,

    « Je tiens vraiment à toi Adam. »

    Voilà pourquoi elle voulait que leur première fois soit différente, mais peut-être aussi parce qu’elle avait encore du mal à digérer l’affaire ‘Emalee’ et que, bien qu’elle en ait envie, elle ne voulait pas se donner à lui après tout ceci surtout alors qu’il n’avait pas été capable de lui promettre de ne plus la voir. Mais ça elle n’en dirait rien car elle ne voulait pas qu’il la pense top jalouse ou qu’il se sente lui-même piégé.










avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Adam Meyer le Sam 26 Fév - 23:18

    Ses lèvres pressées contre celles de Garden et sa langue s’amusant sans retenue avec la sienne, tous les soucis dont-ils avaient discutés peu de temps avant lui paraissaient déjà loin. Ce n’était pas qu’il ne leur accordait plus le moindre intérêt, mais seulement qu’il avait d’autres choses en tête désormais. Aussi les mains de Garden contre ses épaules, le repoussant sans ménagement, lui firent faire une sacrée chute jusqu’à la réalité. Son regard clair et alarmé lui fit d’ailleurs brutalement et totalement retrouver ses esprits.

    « Attends… Je… je ne veux pas faire comme ça. »

    Elle balaya la pièce du regard pour lui faire comprendre son sentiment. Adam déglutit, mais ne protesta pas. Il s’était laissé un instant emporté dans son élan, et il regrettait que Garden le prenne de cette façon. Il observa un silence presque religieux, tandis qu’elle ajoutait:

    « Ce n’est pas que je suis prude ou quoi que ce soit dans ce genre. Je l’ai déjà fait dans des endroits plus insolites que celui-là. »

    Les lèvres d’Adam se crispèrent, mais une fois encore, il garda le silence.

    « Enfin, ce que je veux dire c’est que, je veux faire ça bien avec toi. Je voudrais que ce soit plus… spécial. »

    Ses lèvres, toujours tendues, se fendirent en un sourire léger, tandis qu’il accueillait l’aveu de Garden avec un éclat particulier au fond des yeux. Lui aussi, il voulait que ce soit spécial avec elle. Il ne voulait pas que ça ressemble aux deux fois qu’il avait vécu depuis son saut dans le temps, et qui avaient totalement échappé à sa volonté. Garden était unique à ses yeux, alors elle méritait mieux qui quiconque. Il se demandait seulement s’il était capable de lui offrir ce qu’elle méritait.
    Il sentit Garden l’attirer contre elle, et il esquissa un sourire légèrement contraint.

    « Je tiens vraiment à toi Adam. »

    C’était évident, sinon elle lui aurait claqué la porte au nez depuis longtemps. Mais il se demandait si elle tenait suffisamment à lui. Le sexe n’était pas le problème, du moins pas réellement. Ce qui posait problème, c’était ce qu’il serait susceptible de signifier et de faire remonter à la surface. Au fond, ils n’étaient surement pas prêts à sauter le pas tous les deux. Il fallait que la situation se tasse, que ses frasques soient réellement et complètement pardonnées, avant de pouvoir aborder une nouvelle phase de leur relation. Adam n’était vraiment pas du genre à se prendre la tête pour une fille; mais Garden bénéficiait nécessairement d’un traitement de faveur. Si elle voulait attendre que le lieu et la situation soient plus indiqués, il ne pouvait pas vraiment le lui refuser. Aussi, déposant un fragile baiser sur son front, et l’encerclant de ses bras musclés, il daigna enfin s’exprimer:

    « Je comprend. Et ne te sens pas désolée, c‘est tout à fait normal. »

    Après ce que j‘ai fais. Il ne l’ajouta pas. Nul doute que Garden lui en tenait forcément rigueur. Malgré l’estime dans laquelle il la tenait, et la vision épurée qu’il avait d’elle, il savait qu’elle était tout à fait en droit de lui en vouloir et que, ce faisant, elle lui en voudrait encore un moment. Il avait peur que cet évènement stupide et imprévisible n’ait brisé quelque chose. Ou plutôt, il s’en doutait. Garden ne pourrait plus jamais le voir de la même façon. Lorsqu’elle l’avait découvert avec Bonnie, ça avait davantage éveillé quelque chose en elle, mais désormais, la boucle avait été exécutée; et ce n’était pas une erreur qu’il était permis de commettre deux fois.

    Il enfoui son visage dans les boucles blondes de son adorée, et y étouffa un soupir las en la serrant davantage contre lui. Qui savait quand il pourrait à nouveau goûter à ce parfum, et même s’il le pourrait encore? Il tenta de chasser la tristesse de ses traits avant de ramener son visage face à celui de Garden, desserrant ainsi légèrement son étreinte.

    « Je vais y aller. Attend un peu avant de suivre. Et sois prudente. »

    Il sourit à peine, avant de l’embrasser une dernière fois. Il se détacha d’elle, et rallia la porte sans un regard en arrière. Son visage était fermé, ce qui avait au moins le mérite de dissimuler sa tristesse. Dans un instant, il se retrouverait dans les couloirs de Poudlard et devrait croiser tout un tas de visages déplaisants. S’il se retournait ne serait-ce que légèrement, il serait incapable de se résoudre à la quitter. La main sur la poignée, il soupira de façon inaudible pour Garden. Et il ouvrit la porte la mort dans l’âme. Il avait avouer ses tords à Garden, mais c’était le seul point positif. Car il sentait bien que le plus dur restait devant eux. Il referma négligemment la porte derrière lui, avant de partir d’un pas rapide dans une direction quelconque. Les choses suivaient une logique de plus en plus tortueuse et critique.
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm Lucky... or not |Adam|

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum