Visions ft Neal

Aller en bas

Visions ft Neal

Message par Invité le Mer 19 Jan - 15:14





NEAL & TRISTAN
Visions
I would sell my soul to know it all
But I held the keys all this time.



    Je pousse un profond soupire et laisse ma tête reposer contre l’accoudoir du fauteuil dans lequel je me suis avachis. Je fixe le salon de la salle commune et regrette qu’il ne soit pas semblable à celui de la grande salle. Pour seul paysage, j’ai les pierre et les poutres de bois massifs dont je suis du regarde les tracés sinueux. Si je tente de me concentrer sur ce genre de détails c’est parce que j’en ai marre de penser. Je n’ai pas mon pareille pour me casser la tête pendant des heures sur des problèmes aussi insignifiant puissent ils être mais la ; je suis fatigué. Je roule sur le coté et fixe cette fois le tapis dont je connais les motifs par cœur. Cela à quelque chose de rassurant mais c’est également terriblement ennuyeux !!! Je ne cesse de me faire du souci pour Kara et pour Nell, elles sont toutes les deux si fragiles à leur façon. Je devrais m’entourer de personnes plus solides mais je suis fasciné par tout ce qui est …abîme. Je ne suis pas convaincu que le mot soit correct mais c’est ce que cela m’inspire la, sur le coup. Et je sais que c’est du à mon besoin de réparé et de protéger. Je lève les yeux au ciel, je suis une cause perdue.

    J’entends des pas et des voix se dirigées vers moi et je choisi cet instant pour bondir sur mes deux pieds. La salle commune était si calme que j’aurais du me douter que cela ne pourrait pas durer. J’hésite à prendre le chemin du dortoir mais contre toute attente, je quitte les lieux et disparaît dans les couloirs des sous sols. Je passe une main dans mes cheveux, les ébouriffants au passage et je choisi de m’avancer au hasard des couloirs. Au bout de plusieurs minutes j’entends un gloussement derrière moi. Je plisse les yeux, pas certains d’avoir bien entendu et je scrute les alentours. Un soupir profond s’échappe de derrière une tapisserie. Je fais un pas de coté et aperçois deux silhouettes entortillées. Le garçon à son pantalon sur les chevilles et OH ! Alors que je comprends subitement ce qui se passe, je reste figé une seconde sur place avant de m’enfouir à toute jambe. Je ne sais pas très bien ce que je ressens mais je veux mettre le plus de distance possible entre eux et moi. Je…n’avais jamais vu ça et je suis moi-même coincé dans mon éternelle position de puceau. J’ai beau lutté mais je n’arrive pas à trouver la bonne personne, ni même à savoir si j’aime les filles ou les garçons. Je ralentis enfin ma course et secoue lentement la tête, j’ai la nausée. Et si ils m’avaient vu ?

    Ma tête tourne et alors que je remonte les escaliers vers le hall d’entrée, je m’accroche fermement à la rampe pour ne pas chavirer. Pourquoi cela me mets dans un tel état ? J’entends les bruits de la foule et réalise alors que les élèves quittent la grande salle, le repas du soir est terminé et je l’ai manqué. De toute façon je serais incapable d’avaler quoi que ce soit après…ça ! Je traverse la foule, je ne sais pas ou je vais mais j’emprunte les escaliers montant vers les étages. Je continue de m’éloigner « d’eux » le plus possible. Je suis d’ailleurs ravi de n’avoir reconnu aucun visage, je serais mort de honte en les croisant par la suite ! Qu’est ce que je déteste ces couples qui s’aiment et qui batifolent alors que moi, je reste désespérément seul ! Un grognement s’échappe de ma gorge. Je continue de monter, lorsque j’aperçois une silhouette familière. Cette nuque, je pourrais la reconnaître entre mille tellement j’ai passé du temps à l’observée. Neal ! Aussitôt mon cœur manque un bon dans ma poitrine. Ce mec est le canon par excellence. Mystérieux, complexe...Il à tout pour me plaire ! J’accélère le pas et une fois encore je ne réfléchis pas. Arriver en haut des escaliers, je passe mon bras sous le sien et l’entraîne rapidement à ma suite.

    Tristan -Suis moi !

    Je sais qu’il va détester ça mais j’en ai tellement bavé avec lui que j’estime pouvoir agir de la sorte. Notre relation est plutôt étrange mais on peut dire que je n’ai peur de rien venant de lui ! Je l’entraîne dans les couloirs, l’éloigne de sa trajectoire initiale. Je ne sais pas ou je vais et subitement, je choisi d’entrer dans une pièce. J’ouvre la porte et pousse Neal à l'intérieur avant de le suivre et de refermer derrière moi. Mon regard se pose alors automatiquement dans le sien et je déclare…

    Tristan -C’est quoi ton signe astrologique ? Je tente d’établir des compatibilités entre les élèves de Poudlard…

    Non mais je suis vraiment le dernier des abrutis ?!? En plus, je suis persuadé que mon teins doit avoir viré au vert. Je me sens mal, ma tête tourne à nouveau. Je ne suis décidément vraiment pas remis de mes émotions. Je ne prête aucune attention à la salle qui nous a recueillie. Neal doit me prendre pour un fou de l’avoir traîner la juste pour lui dire ça et il n’a pas tord. Je recule de quelques pas et prends appuis contre le mur de pierre. Mes mains glissent sur mon visage et alors que je ferme les yeux, je ne vois qu’une image. Celle de ce couple et de leurs ébats. Dégoûté, fasciné… ? Perturbé, c’est certain !





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Visions ft Neal

Message par Neal Monroe le Sam 22 Jan - 17:35

Un tas de feuilles froissées s’entassait tout autour d’un corps allongé qui semblait somnoler. Je me sentais vidé de mon énergie, moi qui l’avais dépensé sans compter pour tenter de reproduire un visage familier qui me torturait sans réellement le faire. Cette fille qui n’était rien pour moi et qui pourtant arrivait à me faire perdre les pédales au point d’essayer désespérément de faire un dessin potable la concernant. Je suis un bon dessinateur mais toutes mes tentatives semblent vaines lorsqu’il s’agit de la dessiner elle. Je me redresse soudainement, comme pris d’une inspiration soudaine, qui s’évanouit pourtant dès que le crayon vint dans ma main. Je lançais tout haut un juron avant de jeter l’éponge. Cette fois encore, je ne parviendrais pas à dessiner Brune Rockfeller et c’est probablement mieux ainsi. J’imagine que mon esprit essaye de se défendre contre lui-même, contre elle. Je n’ai pourtant aucun sentiment envers elle, ce n’est qu’une de ces greluches qui se met dans les problèmes. Pourtant je ne peux m’empêcher de me comporter comme un stupide gryffondor, un imbécile chevalier servant. D’un geste assuré, je vins m’emparer de toutes ces esquisses ratées pour les brûler d’un petit coup de baguette magique. Encore du temps perdu pour rien, qui m’avait pourtant permis de découvrir une chose à laquelle je ne m’attendais pas. Il m’arrivait d’échouer, chose rare s’il en est. Je lançais un nouveau juron qui se transforma pourtant en soupir lorsque mon ventre émit un grognement de contestation. Tout à ma recherche d’art, j’en avais oublié de manger le midi même et mon estomac semblait sujet à la famine. Je quittais donc mon sanctuaire d’une journée pour me diriger vers la grande salle et donc vers un repas bien mérité !

Il se déroula rapidement, je n’avais pas vraiment envie de parler ce soir là et j’avais surtout très faim. J’avalais tout ce qui passa à ma portée, dégustant à peine ce que j’avalais. Mon esprit tout entier était tourné maintenant vers la nuit à venir et mes probables cauchemars qui ne manqueront pas l’occasion de me tourmenter. Depuis quelques mois, je me sentais incroyablement faible à l’approche de la nuit, même si ça n’était que dans ma tête et pas physiquement. Peu pressé de retrouver ma chambre, je quittais pourtant la table des serdaigle alors que la plupart des élèves étaient encore en train de manger. Je n’avais nul intérêt à m’attarder ici et un bon livre égaierait certainement ma soirée mieux que mes doutes et mes peurs, je savais même quel ouvrage saurait me détendre en cette fin de journée. Pourtant, malgré mon entrain pour le livre à venir, je montais les escaliers d’un pas lent et mesuré. Mon dortoir ne m’était guère accueillant après tout et l’envie de m’y réfugier devenait moindre au fur et à mesure de ma montée.

Soudain, alors que j’étais encore en train de jurer contre moi-même à cause de ma faiblesse, je me sentis emporté dans un tourbillon d’enthousiasme. Je ne résistais pas à la poigne qui s’était emparé de mon bras, après tout elle m’éloignait de mon destin premier. Cependant, une moue vint sur mon visage lorsque je reconnus enfin la personne qui m’emportait ainsi. Tristan Grint… Le pot de colle, la glue perpétuelle, l’enquiquineur… Cependant cette fois là, malgré tout son agacement d’être encore le jouet de ses frasques, il se sentit étrangement reconnaissant. Echapper grâce à lui à des cauchemars prématurés et inévitables, imposait une certaine reconnaissance, même s’il s’agissait là du gars le plus collant de Poudlard. Je poussais d’ailleurs un soupir sans pour autant me dégager de lui, après tout j’étais curieux, pourquoi m’emmenait-il dans un coin reculé du château ? Ou du moins un coin que je ne connaissais que très peu. Finalement, nous arrivâmes dans une pièce énorme, ou plutôt Tristan me poussa dans une pièce énorme, que je n’avais pourtant jamais visitée, comme si je n’étais au château depuis quelques semaines à peine. Je savais depuis toujours que Poudlard réservait des surprises, mais des salles de cette taille là, ce n’était pas coutume.

« C’est quoi ton signe astrologique ? Je tente d’établir des compatibilités entre les élèves de Poudlard… » Pendant quelques secondes, je restais interdit, fixant le jeune homme d’un air presque ahuri. Il m’avait alpagué pour ça, juste ça...
« Je rêve… De toutes les conneries que tu m’as faite, celle là est certainement la plus idiote. Tu m’as amené jusqu’ici pour connaître mon signe astrologique ? » Je passais ma main dans mes cheveux tout en poussant un soupir audible. Ce gars ne finirait donc jamais de me faire tourner en bourrique ?
« Je ne le connais même pas en plus ! Comme si ça marchait ce truc là de toute façon. La compatibilité ? Et pourquoi pas le destin pendant que t’y es ? C’est que des conneries tout ça ! »

Sans que je puisse m’en rendre compte, j’avais tout ça très à cœur. Le destin et tout ce qui s’y rapprochait n’étant que de la connerie, ça je le sais depuis longtemps, depuis la mort de mon frère, de mes parents. Le destin ce n’est rien d’autre qu’un grand n’importe quoi pour jeunes pucelles en chaleur. En gros, un échappatoire pour Tristan, mais je me retins d’en faire la remarque tout haut. Je gardais ça sous le coude, pour le cas où le poufsouffle commencerait à devenir vraiment dérangeant avec ça !
avatar
Neal Monroe

♦ HIBOUX POSTÉS : 111
♦ ARRIVÉE : 05/01/2011
♦ ANNÉE : sixième année

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Visions ft Neal

Message par Invité le Mer 2 Fév - 14:06











    « Je rêve… De toutes les conneries que tu m’as faite, celle là est certainement la plus idiote. Tu m’as amené jusqu’ici pour connaître mon signe astrologique ? »

    Je ne décolle pas les mains de mon visage. J’ai cette impression étrange de fonctionner au ralenti. J’inspire profondément au même moment que je peux entendre le profond soupire poussé par Neal. Puis je l’en blâmer ? Je ne crois pas. Mes mains glissent dans ma nuque et je me contente de hocher vaguement de la tête.

    « Je ne le connais même pas en plus ! Comme si ça marchait ce truc là de toute façon. La compatibilité ? Et pourquoi pas le destin pendant que t’y es ? C’est que des conneries tout ça ! »

    Il ne le connaît pas ? Mais qui ne connaît pas son signe astrologique ? J’affiche une grimace d'étonnement que je m’empresse de chasser au plus vite. Qu’il pense que c’est des conneries, je n’en ai rien à faire. Et puis j’ai du mal à réfléchir, tout mon corps est en ébullition. Je me concentre alors sur les lèvres de Neal, sa nuque ensuite…Étonnamment, cela a le don de me calmer. Il est ….parfait. Je détourne subitement mon regard de lui et alors que je reste en appuis contre le mur de pierres froides, j’entame de lui répondre.

    Tristan -Oh ! Tu prends les choses trop au sérieux ! Je fais ça…parce que je trouve ça drôle pas parce que j’y vois une vérité absolue !

    Je lui adresse un vague sourire alors que je viens de lui servir la réponse la plus honnête possible. Je ne peux d’ailleurs m’empêcher de me demander pourquoi cela semble lui tenir à cœur et pourquoi il réagit si vivement. Je pourrais lui poser des questions mais ce serait probablement une terrible idée. Je sais bien que Neal me trouve déjà trop envahissant, alors si en plus je tente de m’introduire dans sa vie privée, je ne préfère imaginer le résultat. Je me mords la lèvre inférieure. Au moins tout cela à le don de me distraire et je commence à me sentir mieux. Mon teint vert doit avoir repris ses couleurs rosies et la nausée n’est plus aussi forte. J’inspire et me redresse. Je me sens stupide ! Pour ne pas changer ! Il faut que je parle, que je fasse quelque chose ou il est évident qu’il va partir. Je fais un pas en avant et j’ouvre la bouche…

    Tristan -En réalité, je t’ai traîné ici parce que j’avais besoin de me distraire…Tu ne devinera jamais ce que je viens de voir !

    Je mène rapidement mes mains sur ma bouche et affiche un air offusqué. Mais pourquoi je parle de ça ? Probablement parce je ne réfléchis pas assez avant de parler et parce que c’est tout ce que j’ai trouvé à dire. Je hausse les épaules ! De toute façon, je n’ai rien à perdre. Je sais que Neal à déjà ses petites idées sur moi et je ne suis plus à ça prêt. Au finale, je crois que j’ai presque envie de me confier à lui. Je me sens proche de lui, bien plus qu’il ne peut l’imaginer. Cela doit être à cause du nombre de soir où je me suis endormis en imaginant ses lèvres contre les miennes et ses mains sur ma peau. Je rougis aussitôt ! Il n’est pas le seul à hanter mes rêves et surtout, comme lorsque je suis éveillé, il m’est impossible de choisir entre filles ou garçons. Par tout les trolls ! Je suis ravi qu’il ne puisse pas entendre ce qu’il se passe dans ma tête. Je laisse retomber mes bras le long de mon corps et tout en faisant quelques pas de coté, je reprends la parole. Puisque j’ai commencé, il est trop tard pour reculer !

    Tristan -J’ai surpris ce couple ! Je n’ai pas tout de suite compris mais il était occupés à…euh…enfin tu vois…faire euh la chose…

    Je m’éclairci la gorge. Je ne suis pas du genre à jouer autant les prudes mais Neal à le don de me déstabiliser et surtout, je redoute de l’entendre éclater de rire. Je m’empresse donc de continuer.

    Tristan -Je n’ai jamais …et euh je n’avais jamais vu euh…Enfin comme tu peux le voir, je suis complément perturbé. Et quand je t’ai aperçu, j’ai vu une occasion de m’enlever tout ça de la tête et j’ai foncé...

    Oui voila, je voulais me distraire mais tout ce que je fais, c’est tout lui raconter. Achevez moi s’il vous plait ! Il va se moquer de moi, c’est inévitable ! De toute façon, il est de notoriété publique dans Poudlard que je suis puceau et que je me réserve pour « la bonne personne ». Je suis l’éternel indécis, l’insatisfait de service. Je pousse un profond soupir et tout en prenant soin d’éviter de croiser le regard du Serdaigle, je laisse mon regard se balader au hasard de l’énorme pièce qui nous sert de refuge.







Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Visions ft Neal

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum