And nothing's gonna change [Dayton]

Aller en bas

And nothing's gonna change [Dayton]

Message par Invité le Dim 6 Fév - 23:35

    Même l’homme le plus énigmatique au monde avait des divertissements. Non pas que Connor soit énigmatique, loin de là, mais il se pouvait que certains aient du mal à le cerner. C’était vrai qu’il était prétentieux, chieur et macho. Mais oh ! Fait surprenant, il lui arrivait de se bouger de temps à autre, et pas pour rien. Voyez-vous, ce jeune homme était poursuiveur de son équipe. Celle de Serpentard bien entendu. En se levant ce matin-là, Connor savait qu’il devrait se rendre au terrain de Quidditch pour une séance d’entraînement. Oui, enfin … cela devrait arriver seulement si Connor mettait assez de bonne volonté pour se lever. A l’instant où nous parlons, le jeune homme était en plein rêve. « Debout Connor ! On a entraînement ! » Comme seule réponse, Connor gémissait une espèce de grognement indéchiffrable pour le genre humain. Sa couette était si confortable … « Mais lève-toi espèce de flemmard ! » Une fois n’était pas coutume, son camarade chambre lui enleva la couette pour qu’il est une bonne raison de se lever. Encore heureux qu’il ait été seul dans son lit. Connor avait en effet la fâcheuse manie d’être en assez bonne compagnie durant la nuit. Fâcheux pour certain, mais pas pour Connor qui renvoyait ces demoiselles à leur place une fois le travail fait, pas besoin de vous faire un dessin.

    Après avoir traité son camarade Serpentard de tous les noms pour lui avoir affligé un réveil aussi brutal, Connor dû se résoudre de se lever. Heureusement qu’il aimait le Quidditch. En effet, depuis tout petit, il s’amusait déjà avec un balai (qui n’allait pas plus haut que cinq mètres) et un souaffle miniature dans le jardin du manoir familial. La belle époque de l’innocence. Mais l’innocence était désormais loin. Et il semblait même définitivement parti. Après une douche pour un réveil plus en douceur, et avoir enfilé ses vêtements et accessoires de Quidditch, sans oublier sa baguette dans la poche de sa veste, il prit son balai d’une main qu’il trimballa à l’épaule d’un air nonchalant, cet air qui faisait craquer un bon nombre de ses camarades féminines Serpentard présentes dans la Salle Commune au moment où il la franchissait. Avant de traverser le parc pour rejoindre le terrain de Quidditch, Connor passa dans la Grande Salle et prit une tranche de pain grillé qu’il grignota en route.

    A cette heure matinale, le parc était peu peuplé. Quelques courageux se baladaient pour profiter de l’air frais du matin. Comme à son habitude, Connor ne faisait pas attention aux autres. Du moins, il ne faisait pas attention aux gens qui ne méritaient pas son attention. Et ce n’était pas une bande de matinaux qui allaient le divertir de son chemin.
    Le voici enfin arrivé au terrain de Quidditch. Le fait qu’il était le dernier arrivé ne l’avait pas fait sourciller d’un millimètre. Bref, après les habituelles conversations du matin qui n’allaient jamais bien loin, l’équipe de Serpentard fût bientôt au complet pour l’entraînement. Connor enfourcha son balai et s’envola dans les airs. L’entraînement se passa sans encombre. Après une rapide passe de souaffle entre les poursuiveurs comme échauffement, ils passèrent à un match qu’ils faisaient avec toute l'équipe. Connor se plaisait à être dans les airs. Il y avait tout d’abord ce sentiment de liberté apprécié par tous joueurs de Quidditch, puis ce sentiment qui rendait Connor inaccessible et en même temps confiant. Il était rarement aussi sûr de lui qu’avec ce sentiment de compétition qui lui donnait la rage de vaincre.

    Finalement, la matinée passa rapidement. Si rapidement que le jeune Whitley fût presque déçu de descendre de son balai aussi brusquement. Comme il y avait toujours malheureusement une fin pour les bonnes choses, l’équipe de Serpentard se réunit une dernière fois sur le terrain pour parler de leur stratégie habituelle, les bons et mauvais points de l’entraînement du jour. Connor n’écoutait que d’une oreille. Les conseils chez le Serpentard, ça rentrait par une oreille, et ça sortait par l’autre. Ils finirent donc par se séparer. Cependant, ses coéquipiers, et c’était bien connus étaient d’une gentillesse à toute épreuve, leur avait confié la tâche de ranger la malle où l’ont mettait les différentes balles, sorte de « punition pour être arrivé en retard. » Après un « bande de bouseux » qui venait du cœur, Connor se dirigeait vers la cabane à balais, là où l’on rangeait également la malle. Ce n’était pas le fait de transporter la malle qui le dérangeait (il n’avait qu’à utiliser un sortilège de lévitation) mais c’était juste le geste en lui-même, macho qu’il était.

    Il referma la porte de la cabane après avoir enfourné la malle à l’intérieur. En se retournant précipitamment tout en soupirant d’un air las, son visage se crispa peu à peu. Non loin de la cabane se trouvait une silhouette qui s’approchait. Et une silhouette qu’il n’aimait pas car il ne la reconnaissait que trop bien. C’était Dayton Sommers, préfet de Gryffondor. Bah ça c’est la meilleur. « Et merde, qu’est-ce que tu fous là Sommers ? J’étais heureux jusque-là, j’pensais que j’aurai pas à supporter ta tronche aujourd’hui. » Connor, détester Dayton ? Quelle idée farfelue avez-vous là … Oui bon, il était vrai que les deux élèves en question étaient du genre à ne pas se supporter. Un détail, rien de grave … Mais après tout, que faisait Sommers près du terrain de Quidditch ? Il n’était pas joueur de l'équipe minable de Gryffondor, il n'avait donc aucune raison de d'aller sur le terrain pour s'entraîner ! Connor était persuadé que Dayton ne tiendrait pas deux secondes sur un balai. Alors, qu’est-ce qu’il foutait par ici ? Le pire, c'était qu'il semblait n'y avoir personne d'autre à l'horizon à part les deux sorciers. Connor se mit à penser que s'il voulait changer la tête de Sommers en celle d'un troll, il n'y avait personne pour crier au loup ... Dommage qu'il n'ait pas la formule nécessaire. Cela n'explique pas la présence du Gryffondor pour autant. A croire qu’il le cherchait pour les embrouilles. Ouais, ça devait être ça, il était en manque de sa dose de Whitley quotidienne. Aussi loin qu'il s'en souvenait, la seule raison pour laquelle Connor adressait la parole à Sommers, ce n'était que pour le provoquer. Le Gryffondor lui-même ne faisant que le chercher la plupart du temps, en tout cas c'était la façon de voir les choses du Connor. Et cela serait mentir que de dire qu'il ne prenait pas un malsain plaisir à l'agacer à tout bout de champ. Limite s'il ne trouve pas ça amusant de le voir se mettre en rogne contre lui. Et cela est devenu bien plus amusant depuis la révélation de ces sois-disant visiteurs du futur.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: And nothing's gonna change [Dayton]

Message par Invité le Lun 28 Fév - 12:59

Enfin un jour de repos. Tout le monde et particulièrement Dayton l’avait attendu avec impatience. Pour une fois il avait pu passer une soirée tranquille auprès d’Emerson et il en avait même oublié les soucis qui l’étreignaient depuis quelques temps. En gros, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes… Parfois il se demandait pourquoi tout ne pouvait être toujours aussi simple. Le préfet des Gryffondors avait donc profité à fond de cette soirée qui semblait étrangement protégée par un quelconque maléfice. Par Merlin, qu’est-ce que ça pouvait faire du bien ! Mais comme toute chose a une fin, Dayton a dû voir partir celle qu’il aimait. Certains l’auraient certainement charrié en lui reprochant de ne pas avoir essayé de la retenir, d’aller plus loin, de se lâcher. C’était mal connaître le jeune homme. Il n’était pas du genre à faire faux bond à ses principes. Si Emy n’en avait pas envie parce qu’elle avait entraînement de Quidditch le lendemain et qu’elle devait se coucher tôt, alors il respecterait sa décision. Mais ce n’est pas pourtant qu’il ne profita pas de sa soirée. En effet, tard dans la nuit, il continua à jouer au poker avec quelques Gryffons de cinquième année, et l’on entendit résonner pendant plusieurs heures leurs rires et leurs éclats de voix derrière les murs de Poudlard. Et il y avait un détail de taille à ne pas négliger : le jeu allait bon train non seulement grâce à la conivialité ambiante, mais aussi grâce à la présence d’alcool. Le brun ténébreux aurait-il oublié son rôle de préfet moralisateur ? Non, mais il y avait des jours où on avait envie de tout mettre de côté, et ses amis présents ce soir-là n’eurent pas besoin d’en faire beaucoup pour le convaincre que pour une fois, il pouvait bien faire une entorse au règlement. Et puis, Dayton était un homme sérieux, mais qui savait se faire plaisir quand il le voulait…

Lorsqu’il s’effondra sur le lit, il était presque cinq heures du matin. Ses paupières ne tardèrent pas à recouvrir ses prunelles noires, et il sombra dans un sommeil profond. Comme toujours ces temps-ci, ses rêves furent agités. Le plus souvent, il se voyait seul errant dans la brume, des voix lui murmurant des mots plus ou moins compréhensibles… Il n’arrivait jamais à atteindre la fin de cet univers sombre, reflet de ce qui se cache au plus profond de son âme, et en réponse à ce désarroi, il sentait les battements de son cœur s’accélérer. Perdu dans le pays des songes, il cherchait des réponses à des questions qu’il n’arrivait même pas à formuler. Heureusement pour lui, cela ne devait pas durer. Une douce chaleur l’entoura alors que sa respiration reprenait un rythme normal. Doucement, ses yeux s’ouvrirent, et tandis qu’il clignait des yeux un bref miaulement appris au Gryffondor que son chat venait de s’offrir une place de luxe sur la couette de son maître.

« Y en a un qui se refuse rien, hein ? »
Un sourire naquit sur le visage de Dayton alors qu’il se redressait doucement. Mais il ne s’attendait pas à ce que sa tête lui rappelle aimablement ses exploits de la soirée passée…

« Ah, ma tête… Tss, idiot… J’aurais jamais du boire autant… » Il grimaça et soupira longuement. Se levant en essayant de faire le moins possible de gestes brusques, il offrit une caresse à son chat, avant de se diriger péniblement vers la salle de bain. Une fois sur pied, il décida d’aller jusqu’au terrain de Quidditch où devait certainement s’entraîner l’équipe de Gryffondor, ou du moins, c’est ce qu’il pensait… Entre le moment où Emy le lui avait dit et maintenant, il y a eu quelques bières… Bref, fin prêt, il sortit et se dirigea nonchalamment vers le stade de Quidditch.

Dayton fronça les sourcils. C’était lui où il ne voyait personne sur le terrain ? Fouillant dans sa mémoire, il essaya de se rappeler exactement ce que lui avait dit Emerson, mais rien ne vint… Il pesta contre lui-même et se rapprocha, se disant qu’il verrait peut-être quelqu’un à côté des vestiaires. Soudain, il fut attiré par un mouvement sur sa gauche. Quelqu’un venait de sortir de la cabane où étaient entreposés les équipements nécessaires au jeu.

C’était bien la dernière personne qu’il s’attendait à voir ici. Connor Whitley.

Instantanément, Dayton enclencha un mécanisme d’auto-défense. Un regard noir en direction du Vert et Argent, il le laissa parler. Si Day ne supportait pas Connor ? Oh oui, mais il était le seul à ne pas s’apercevoir qu’il avait tendance à s’acharner sur lui. Pour éviter de voir la vérité en face. Car si Connor l’énervait autant, c’était parce qu’il le provoquait en utilisant des faits réels. Notamment cette histoire de futur commun avec Emerson. Dayton ne pouvait simplement pas imaginer que sa petite-amie finisse avec cet imbécile imbu de sa personne… Et c’est bien pour cela qu’il était bien la seule personne avec qui il n’était pas raisonnable… S’immobilisant, il l’observa en train de sortir du local et ignorant la remarque qu’on lui fit, lança d’un air ironique :

«Et toi ,ta sale tronche arrive à me gâcher la journée en moins d’une seconde… »

Ses yeux brillèrent alors qu’il offrit un sourire cynique au Serpentard.

«Le grand Connor qui sort du local à équipements ! Dis-moi, quel effet ça te fait d’être le larbin pour une fois ? J’espère que tu vas t’en remettre ! Tu me diras, ce ne serait pas une grande perte…
Tu m’excuses, mais j’ai quelque chose de plus important à faire que de me prendre la tête avec toi.»


Bin voyons, comme s’il n’aimait pas provoquer Connor… Tournant légèrement la tête vers le terrain, il chercha du regard les joueurs de Gryffondor, tout en gardant à l’œil son souffre-douleur. Car il fallait bien le dire, c’était ce qu’il était. Dayton grimaça légèrement : sa tête n’arrêtait pas de le torturer…

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum