Bal masqué

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Garden Fear le Mar 19 Avr - 22:45




    Lorsqu’il porta enfin sa main à sa joue, je me rendis compte de ce que je venais de faire et je me mordis la lèvre inférieure de remord. On ne pouvait pas dire qu’il ne l’avait pas cherché mais tout de même… je n’étais pas de nature violente et je pensais que j’avais poussé le bouchon un peu loin en le giflant. N’avais-je perdu tout mon sang froid pour me permettre un tel geste ? Pourtant on m’avait déjà l’occasion de faire des miennes mais c’était la première fois que j’osai aller aussi loin.

    « Hormis ma joue, je ne vois pas en quoi je suis gonflé. Mais ça va, je comprend que tu sois incapable de gérer un tel échec, alors dégage toi de cette responsabilité autant que tu veux mais … Tu ne leurres que toi. »

    « Mais tu te moques de moi, ce n’est pas possible ! Dis-moi en quoi je suis fautive dans ce cas ! »

    Je m’emportais à nouveau, je voulais savoir ce qu’il pouvait bien me reprocher alors que j’étais certaine de n’avoir commis aucun faux pas… ou peut-être que si. Je l’avais pas mal évité ces derniers temps, peut-être était-ce de ça dont il parlait ? Peu importe ce n’était pas aussi grave que ses fautes à lui ! et mon recule était compréhensible !

    « Au fond, peu importe à qui incombe la faute. Ce qui est triste … »

    Il se tut et même si cela n’avait pas été le cas, mon attention fut tout autant détournée de notre conversation – ou plutôt, dispute – que la sienne suite à un bruit sourd qui fit se tourner toute la salle vers les grandes portes. La musique cessa également et en regardant autour de moi je cru reconnaître quelqu’un, mais cela était impossible vu le sortilège que les professeurs avaient placé, je devais me faire des illusions. Le regard d’Adam et le mien se croisèrent alors.

    « Quelque chose cloche. »

    Non, sans blague ! Mais je me retenais bien de formuler à haute voix mon sarcasme tant le visage tendu d’Adam me frappait.

    « Pourquoi fermer les portes? Et je viens de voir Emalee, j‘en suis sûr! »

    Je posais mon indexe sur mon menton, petit réflexe lorsque je réfléchissais à un problème et il ne me fallut pas vraiment beaucoup de temps pour trouver quelques suppositions.

    « J’imagine que les professeurs les ont fermé pour éviter que certains ne s’aventurent en dehors de la pièce et qu’ils ne découvrent leurs identités, comme nous. Ca peut être aussi une précaution, au cas où il se passerait un acte similaire au bal de Noël, pour que les assaillants ne puissent pas fuir, ou entrer s’ils ne sont pas encore là, voir qu’ils abandonnent leurs plans en se sentant piégés… Enfin, c’est toi le Serdaigle, j’imagine qu’à présent que nous ne sommes plus ensemble, tu vas de nouveau trouver tout ce que je dis stupide. »

    Je haussais les épaules nonchalamment alors que cette idée était assez désagréable en soit. A l’époque où je ne faisais qu’apprécier Adam, je supportais déjà mal ses réflexions et le mépris qu’il semblait m’accorder. Maintenant que mes sentiments pour lui étaient bien plus fort, cela serait encore plus difficile à encaisser.

    « Quant à Emalee, tu l’as sûrement vu parce que tu avais envie de la voir. Ce n’était peut-être pas elle, à moins que tes sentiments pour elle ne soient tellement fort qu’ils aient pu passer outre le sortilège un bref instant. »

    Et ça c’était encore plus pénible à digérer ! Incapable de m’en empêcher, je posais une main sur le bras d’Adam, levant vers lui un regard bien moins dur et torturé.

    « Dis-moi… qu’est-ce que j’ai fait de travers pour que tu dise haut et fort que je suis responsable de cet échec ? Je pensais pourtant avoir bien fait les choses… ou alors est-ce que j’ai trop bien voulu faire au point de t’agacer ? C’est parce que j’ai trop voulu m’immiscer dans tes affaires personnelles ? Tu sais, ce n’était pas pour mettre mon nez là où je ne devais pas, c’était simplement parce que je voulais être là pour toi et t’apporter mon soutient… Je peux m’améliorer tu sais, je peux changer si c’est ce que tu veux… »

    Je ne savais plus quoi dire, j’étais persuadée d’avoir atteint le stade pathétique que j’avais pourtant voulu éviter.

    « Mais ce que tu veux, c’est Emalee… »

    Ma voix se brisa en prononçant ce prénom pourtant si doux. Je pouvais faire bien des choses pour Adam mais le problème c’était qu’il ne désirait pas que je fasse quoi que se soit si ce n’est reconnaître des erreurs dont je n’avais pas conscience et très certainement m’écarter de son chemin pour qu’il puisse avancer avec la Serdaigle.










avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Invité le Jeu 21 Avr - 20:41





    « Est-ce que tu es obligé de parler si fort? »

    Je haussais les épaules d’un air qui montrait bien combien je me moquais de que l’on puisse nous entendre ou non. Après tout, personne n’était censé savoir qui nous étions et donc notre discussion restait anonyme. J’avais du mal à croire que n’importe quelle commère ou personne mal intentionnée puisse perdre son temps à écouter les conversations qui se déroulaient autour d’elle alors qu’elle n’avait aucune connaissance de l’identité des personnes qui l’entourait. C’était une belle perte de temps ! même pour Gossip Magic.

    « Ne t'attends pas à des remerciements de ma part. Je commençais à reprendre goût à ma liberté. »

    « Justement, je n’allais te laisser reprendre tes anciennes habitudes. Il faut bien que tu te rentres dans le crâne que tu ne peux rien faire pour m’échapper si tu ne veux pas voir tes vilains petits secrets dévoilés… même si je ne les trouve pas si atroce que ça. Enfin c’est peut-être à cause de mes origines, c’est du moins ce que tu dois penser. Un sang aussi impur que le mien ne peut pas comprendre ce qu’il y a de mal dans tout ça, à part le fait que tu te pourrisse la vie afin que personne ne soit au courant et que tu es constamment sur tes gardes, au point même de pactiser avec la personne que tu exècre le plus sur cette terre. »

    J’eu un sourire qui ne fit que s’élargir au fil de mon discours et surtout sur la fin. Je savais qu’elle me détestait uniquement à cause de mes origines, mais je savais aussi que je ne la laissais pas totalement indifférente. J’avais pu voir que je lui faisais de l’effet, que je la troublais même et pas seulement parce que mon parfum apaisait son odorat trop développé.

    « Enfin, tu vas bientôt pouvoir aller retrouver tous ces zigotos sur la piste de danse, l’heure est presque finie. »

    J’avais dans l’idée de la laisser tranquille un petit moment. J’aurai pu la torturer toute la soirée, jusqu’à l’usure, mais il faut croire que j’étais bien plus gentil qu’on voulait bien le croire, surtout avec elle qui était une vraie peste à mon égard et ne me ratait jamais, encore plus avant que je ne découvre son secret et que je lui en fabrique un autre. Cependant, elle me semblait vraiment lasse et épuisée alors un peu de paix ne lui ferait pas de mal, même si je lui avait donné une bonne semaine pour cela, je n’étais pas un tyran ! Quoi que… Mais alors que la première heure s’achevait d’abord de façon tout à fait normal, nous n’eûmes pas le temps de quitter l’arrière de la table qu’un bruit sourd attira mon attention, et certainement celle du reste de la salle. Les portes imposantes de la Grande Salle venaient de se fermer brusquement et j’imaginais non sans mal qu’il serait impossible de les ouvrir, pas la peine d’essayer. Certainement un nouveau coup des professeurs pour éviter que nous quittions la pièce. C’est vrai que j’avais vu quelques élèves sortir et ne pas revenir. Le problème étant que nous devions être tous réunis pour que leur plan de ‘rapprochement’ marche, ils venaient très probablement de les sceller afin de nous empêcher de sortir. Je soupirais à cette conclusion.

    « Et moi qui voulais aller me griller une clope dehors, c’est foutu… »

    La poisse… Je jetais un coup d’œil à côté de moi, vers Delilah et mon sourire revint presque par enchantement, chose qu’elle ne manquerait certainement pas de remarquer.

    « Tu viens danser avec moi ma chère ? Bien entendu il est hors de question que tu refuses… »

    Cette fois, mon sourire n’avait rien de sympathique mais avait retrouvé tout son côté Serpentardesque. Je lui avançais mon bras pour qu’elle le saisisse certain qu’elle ne commettrait pas l’erreur de le refuser.






Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Clyde Andrews le Dim 24 Avr - 1:03


    Ah, les Bals. La tradition favorite sûrement la plus futile de notre cher Poudlard...! Rien de tel pour mettre en humeur notre Serdaigle aigri préféré. Il avait été proprement étonné d'apprendre qu'un nouveau Bal serait donné à cette date... Une date lambda, qui n'avait rien de spécial, rien à fêter. Voilà qui n'était pas dans les habitudes de notre chère école si conservatrice de faire des exceptions, de surprendre. Toutefois, le thème restait relativement bateau... Un Bal costumé. Allons donc, se croyaient-ils revenus à l'âge d'or de l'aristocratie ? Alors qu'il ne restait quasiment plus de sang pur pour les honorer de leur présence...? C'était plutôt de mauvais goût, de célébrer comme des nobles dans ce château remplis de sang-de-bourbe et autres basses couches de la société. M'enfin, il fallait positiver et se dire qu'iil y aurait au moins un Prince qui serait de la fête : lui.

    Car oui, Clyde s'y rendait. Pourquoi ? Pour se pavaner, bien sûr. Se montrer. Mais aussi, pour profiter de l'évènement pour se rapprocher de certaines personnes influentes, s'il le pouvait. Sûrement aussi parce qu'il espérait secrètement s'y amuser... Et y voir sa belle, plus magnifique que jamais. Et surtout, au bras de qui elle serait... Mais il préférait se dire que ces raisons là étaient secondaires. Qu'il s'y rendait pour satisfaire ses ambitions avant tout, et qu'il ne s'était pas ramolli, n'avait pas perdu de vue son but ultime... Conquérir Emalee. Heuuu, POUDLARD, bien sûr. Quel drôle de Lapsus... Et puis, un Bal, sérieusement ! N'en avaient-ils pas assez, des Bals ? Les débordements du précédent ne leur avaient-ils pas suffit ? Peut être était-ce pour prouver qu'ils pouvaient en mener un sans ? Mais en étaient-ils réellement persuadés... Là était la question que Clyde se poserait plus tard en découvrant tous les subterfuges mis en place pour un malheureux Bal... Ainsi que les ratés qui en résulteraient Mais là n'était pas encore le sujet, puisqu'il en était encore à ironiser à propos de l'annonce d'un nouveau Bal. Un Bal auquel il faudrait porter un masque... Cela ne lui avait pas posé de soucis la première fois, rappelez vous, alors pourquoi se serait-il plaint cette fois-ci ? Parce qu'il ne comptait pas profiter du fait d'être anonyme pour faire un coup d'éclat ? C'aurait pu être un moment parfait pour ça... Mais Clyde devinait qu'après la première attaque, les Professeurs seraient sur leurs gardes. Et une semaine, c'était plutôt court pour préparer un coup digne de ce nom... De toute façon, les occasions de faire du mal à cette école ne manquerait pas, il en était certain. Et si elles venaient à manquer, il les créerait, rien de plus simple.

    Clyde ne donna aucune directive claire à ses collaborateurs pour cette soirée, leur disant simplement de s'amuser et, s'il le pouvait, en profiter pour étendre leur réseau de connaissance... Cela pouvait toujours servir. Mais il insista bien sur le fait de ne pas trop se faire remarquer, allant même jusqu'à le répéter deux fois au cas où certains n'auraient pas compris la première. Puis, comme tout le monde, il se prépara. Pour cela, il revêtit son plus beau costume italien, un de ceux que son 'Oncle' avait spécialement fait taillé pour lui. Un tissu d'un noir tirant sur le pourpre très élégant, monté sur une simple chemise blanche en soie, c'était parfait, simple et classe à la fois. Fin prêt, attendit d'être pile à l'heure pour descendre, histoire de n'être ni le premier ni le dernier. Son masque chaussé, une main dans la poche et l'autre trainant le long du corps, ne demandant qu'à tenir un verre, il s'aventura dans la salle parmi les personnes présentes... Et il comprit alors de suite que les Professeurs n'avaient en effet rien pris à la légère en organisant ce Bal. Un simple coup d'oeil qui fit le tour de la pièce le renseigna de suite : hormis les masques, tout le monde semblait plus ou moins désorienté. Les groupes habituels n'étaient pas formés, ni les couples... Et beaucoup restait seul près du bar, comme s'ils étaient méfiants. Cela se trahissait dans leurs attitudes. Hors ils ne pouvaient pas tous être devenus des Clyde Andrews bis durant la nuit... Le fait était donc qu'ils ne se reconnaissaient pas. Pas plus que Clyde ne reconnaissait qui que ce soit non plus, à vrai dire, malgré son sens de l'observation. Un sourire amusé vint trôner sur ses lèvres. Ils avaient donc mis la barre un peu plus haut que d'habitude, ben voyons... Il faudrait lui faire penser à les féliciter !

    Ne comptant pas rester immobile sans rien faire, et comprenant qu'il lui serait difficile de pourvoir ses plans pour la soirée, Clyde s'approcha tranquillement du bar à son tour afin d'avoir au moins la compagnie d'un verre, pour commencer. Une fois en possession de son du, Clyde allait se fondre dans la foule quand une chevelure blonde à l'autre bout du bar l'interpella... La silhouette et la gestuelle lui semblaient familière, sans qu'il ne put dire de qui il s'agissait précisément. Foutu sort. Se pouvait-il que ce soit... Emalee ? Il devait approcher pour s'en assurer... Même si rien ne garantissait qu'il obtienne réponse à son interrogation. Déjà, si elle ne le jetait pas dès qu'il arrivait, il ne s'agirait probablement pas d'elle... Vu comment il l'avait traité la dernière fois qu'ils s'étaient parlés - ce dont il avait d'ailleurs un peu honte, sisi - elle aurait même eu le droit de le gifler. Mais sans le reconnaître, il y avait peu de chance qu'elle se le permette... Un mal ou un bien, il n'aurait su le certifier ! Plus il approchait et plus la jeune femme vers qui il se rendait se mit à sourire, ce qui faillit décourager le Serdaigle, ayant soudain peur qu'il s'agisse de Garden, mais il ne se dégonfla pas et vint se poster, avec son verre, aux côtés de la jolie blonde inconnue pas si inconnue. – Que me vaut un si charmant sourire ? Minauda-t-il en la fixant, cherchant à déceler le moindre indice qui l'aurait renseigné sur elle, que ce soit un bijou ou simplement une mimique... Mais il ne trouvait désespérément rien. L'identité de son interlocutrice continuait à lui échapper et, pour noyer sa frustration, il but une première gorgée du breuvage qu'il s'était octroyé. Drôle de goût... Il n'aurait su dire de quoi il s'agissait, mais soudain, il se sentit plus... Léger. Bizarre cette boisson... – Il me semble vous connaître, bien que je n'ai pas la moindre idée d'où... Mais au diable les impressions, que pensez-vous des boissons ? Celle-ci est étrange sur les papilles mais, elle me laisse une sensation plutôt agréable. Je ne saurais pourquoi. Pas plus qu'il ne savait pourquoi il se mettait à dire ces âneries... C'était l'identité de cette jeune femme qu'il était venu chercher et voilà qu'il baragouiner sur une boisson. N'était-il donc pas capable de mieux pour lancer une conversation, par tous les Saints ? – Désolé si je vous ennuie, il semblerait que j'ai laissé ma bonne éducation au placard ce soir. Très jolis yeux, par ailleurs. Pas autant que ceux d'Emalee mais... Oh mon Dieu, mais à qui venait-il de dire ça ??? Il y avait définitivement quelque chose de pas net dans son verre, peut être... De l'extrait de Vérita-sérum ?! Dans la précipitation suivant ce constat, il jeta le contenu derrière lui sans se soucier de qui pouvait bien s'y trouver, alarmé, avant qu'un cri de protestation ne l'avertisse qu'il l'avait effectivement jeté sur quelqu'un. Se retournant, prêt à se confondre en excuses s'il parvenait à se retenir de rire, Clyde allait faire face à sa malheureuse victime quand soudain, un claquement retentit et fit se tourner toutes les têtes vers les portes. Fermées magiquement, devina-t-il. C'était embêtant, ça. – Oh la looooose... S'entendit-il s'exclamer sans toutefois être sûr qu'une telle hérésie soit vraiment sortie de sa bouche - ce qui était pourtant bel et bien le cas - quand soudain, une nouvelle révélation lui apparut : Emalee ! Elle était là ! Là, devant eux, elle approchait ! Il venait de la voir, il en était sûr ! Comment était-ce possible ? Et alors... à qui parlait-il...? Ses yeux rejoignirent rapidement son interlocutrice et c'est avec surprise qu'ils se posèrent sur Leslie Jeffers, et il fit un bond en arrière. Fuir, il fallait qu'il fuit d'ici, et vite ! Avant qu'il ne dise d'autres choses qu'elle pourrait utiliser contre lui pour se venger de son acharnement à vouloir la détourner du droit chemin vers le couvent ! Déjà qu'il lui avait dit qu'elle avait de jolis yeux... Ça suffisait comme dégats pour ce soir !

    Faisant aussitôt volte-face, Clyde s'élança dans la foule, en direction d'Emalee... Mais le temps qu'il se reprenne, elle n'était déjà plus là. La foule s'était reformée, aussi dense et méconnaissable qu'avant. L'apparition avait disparu, et il en eut un pincement au coeur. Alors qu'il s'arrêtait, dépité, une silhouette passa en trombe à côté de lui et le frôla, rejoignant la direction qu'il venait de quitter. Et il n'aurait su expliquer pourquoi, mais il y eut un déclic, comme si sa boussole interne venait de lui dire : suit la flèche, elle indique cette fille. Sans réfléchir, il lui emboita le pas. Une fois à sa hauteur, il prit une inspiration puis se pencha par dessus son épaule pour murmurer, taquin et provocateur à souhait : – Votre coeur est-il à prendre ? Si c'est le cas j'aimerais bien m'en emparer... Si ce n'était pas celle qu'il croyait, il espérait bien qu'il s'en rendrait vite compte. Mais si c'était elle alors, pourvu qu'elle le reconnaisse... Et, si elle ne le faisait pas, alors, pourvu qu'elle lui laisse le temps de lui faire comprendre qui il était !
avatar
Clyde Andrews

♦ HIBOUX POSTÉS : 764
♦ ARRIVÉE : 26/02/2010
♦ ANNÉE : /
♦ HUMEUR : Sarcastique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Invité le Dim 24 Avr - 15:08





    Je soupire bruyamment. J’aurais mieux fait de rester dans mon dortoir. Si je ne peux même pas reconnaître mes potes et tenter d’oublier mes ennuis auprès d’eux, je ne vois pas ce que je fou la. C’est pareil pour les filles qui me plaisent. Chaque chevelure brune m’inspire Poppy et chaque sourire espiègle me fait penser à Cléo mais dès que je m’attarde, je suis déçu de constater que je me trompe à chaque fois. Du bout des doigts, je torture le pied de ma chaise et en gratte la peinture. Si seulement je pouvais faire pareil pour tout ceux qui sont ici…gratter la peinture et voir apparaître leurs véritables visages. Je me sens frustré et alors que je m’apprête à me lever, un poids s’abat sur moi ou plus précisément sur mes genoux. Mon instinct pourrait me pousser à chasser brusquement l’intrus mais je l’accueil dans sa chute. La vigilance que j’ai acquise à force de traîner dans les enclos des dragons fait que je suis plutôt vif dans mon genre et bien que d’apparence distrait, je suis sur mes gardes. Une mèche de longs cheveux me chatouille le visage et avant même d’avoir eu le temps de détaillée la demoiselle, qu’elle se relève brusquement.

    «Pardonnez-moi, je suis vraiment confuse. Puis-je vous offrir cette danse pour me faire pardonner? »

    Je reste silencieux et plisse les yeux alors que je tente de mettre un prénom sur ce visage, cette silhouette mais…rien ! Je n’y parviens pas, comme si c’était la première fois de ma vie que je croisais cette demoiselle. Un frisson me glisse alors le long de la nuque. Tout cela à subitement quelque chose de terriblement excitant et mystérieux. Je me sens grisé et je ne peux réprimé le large sourire qui se dessine sur mes lèvres. Aurais je trouver une raison de rester ici ? Il est trop tôt pour le dire mais au moins, partir ne me semble plus être ma principale priorité. Alors qu’elle me vouvoie, je choisi d’opter pour un ton familier que me correspond tellement mieux. J’apprécie la politesse mais je ne suis pas du genre à faire des ronds de jambes. Je suis un mec un vrai ! Pas de ceux qui font le baisemain et prétendent trouver les étoiles dans les yeux de leur partenaire. Je ricane pour moi-même et brise finalement le silence.

    Corey - Tu es toute pardonnée et il me semble de toute façon que cette soirée est bel et bien lancée sur le thème de la confusion. Je m’ennuyait à en mourir et tu viens de me sauver de cette terrible menace.

    J’adresse un clin d’oeil à la demoiselle et aussitôt je me souviens de son invitation à …danser. Je grimace, voila bien une chose qui n’est vraiment pas faite pour moi ! Ok je parviens à mettre un pied devant l’autre mais le seul endroit ou j’assure sans maladresse c’est sur mon ballet. Pour moi danser, cela reviens à sauter partout complètement bourré et mon t-shirt à la main. Alors que et cherche un moyen d’échapper à cette requête, je choisi d’opter pour l’honnêteté. Je ne sais pas qui elle est, elle ne sait pas qui je suis, alors pourquoi mentir ou ne pas rester soi même ?

    Corey - Si tu veux te faire pardonnée et cela bien que tu n’en aie pas besoin ! Évite de m’inviter à danser ! Cela reviendrait à nous mettre en danger tout les deux tellement…je suis nul. Et surtout je ne suis pas assez bourré pour ça !

    Je me redresse brusquement et m’empare de deux verres sur une table non loin de nous. Je reviens et en offre un à …je ne sais toujours pas son prénom et un part de moi n’a pas envie de le lui demander, j’ai envie de préserver le mystère. Juste encore un peu! Je m’apprête à reprendre la parole lorsque la musique s’arrête brusquement, les portes claquent avec violence et rapidement, il est facile de constater que nous sommes tous enfermés ici. La bonne blague ! Je n’aime pas ça du tout ! Je fronce les sourcils, tout cela n’annonce rien de bon et je ne supporte pas que l’on me prive de ma liberté. J’inspire mais j’ai l’impression que l’air me manque déjà. Je serre les dents et m’empare délicatement de la main de l’inconnue que je serre dans la mienne. Est-ce Sawyer que je viens d’apercevoir la bas, près de la porte ? Je prie pour qu’elle n’ait pas pris conscience de ma présence ici. Je fais brusquement face à ma nouvelle camarade. Je vide alors d’une traite le gobelet que je tenais en main et resserre mon étreinte autour de la main fragile et délicate de l’inconnue.

    Corey - Nous sommes enfermés, coincés…moi, je suis claustrophobe…Je crois…Je…Reste avec moi, surtout ne t’éloigne pas ! Fait moi penser à autre chose ….

    Et voila que je me transforme en petite merde pathétique ! Qu’est ce qui me prend de lui dire ça ? Je ne suis pas du genre à exposer mes faiblesses au premier venu. Moi qui aime me montrer viril et protecteur parfois même macho et grande gueule Voila que je me sens obligé de demander à une inconnue de me porter secours. J’inspire et je sens mes poumons toujours en manque de plus d’air.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Emalee Gilliam le Dim 24 Avr - 16:41

    Étais-je en colère contre Clyde? Surement oui. Il était étrange de se trouver dans cette immense sale, partagée entre l'envie de le trouver, de l'avoir près de moi, et celle de le gifler avant de partir. Aimer ou haïr? Au fond, n'avais-je pas déjà la réponse à cette question? Après avoir passé la journée entière à me préparer, j'étais à présent à deux doigts de faire la peau à une fille qui ne faisait que discuter avec lui. N'étais-ce pas la preuve criante d'un amour incontrôlable? J'étais pourtant loin d'être ce genre de filles hystériquement jalouses. Peut être Clyde avait-il raison... Peut être n'étions nous pas faits pour être ensemble, aussi triste cette conclusion puisse-t-elle être. L'amour était la plus belle chose dans une vie, il bouleverse tout, change la donne et les âmes. Mais même l'amour le plus puissant ne peut unir deux êtres destinés à rester éloignés. Alors que je stoppais ma progression vers l'endroit où j'avais cru, quelques minutes plus tôt, apercevoir Clyde, je restais un instant plantée là, ne sachant trop que faire. Après un soupir, je décidais de tourner les talons, s'il m'étais impossible de fuir cette salle, il serait intelligent de fuir Clyde, de le laisser vivre sa vie, loin de toute souffrance. Pivotant, tournant à présent le dos à celui que je prenais pour Clyde, je n'arrivais cependant pas à me décider à avancer. Comme si mon corps entier comprenait que l'éloignement n'était pas la solution.
    – Votre coeur est-il à prendre ? Si c'est le cas j'aimerais bien m'en emparer...
    Fronçant les sourcils, je ne me retournais pas pour autant. J'avais passé la soirée dans les bras d'autres jeunes hommes, attendant enfin celui qui possédait les pleins droits sur mon coeur, mais il n'était pas venu. J'étais plus que fatiguée par tout ce petit jeu. La musique avait reprit de plus belle, et la danse également, mais je n'avais plus envie de danser, de rire ou de feindre le plaisir. Je n'en avais aucun. La voix qui venait de m'interpeller ne me disait trop rien. Je soupçonnais d'ailleurs les professeurs d'avoir également brouillé les voix de chacun, car je n'en reconnaissais aucune. Préparant déjà une bonne réplique de rejet, je me retournais finalement vers le jeune homme. Alors que mon visage ne laissait rien transparaître, je ne pu réellement l'expliquer d'ailleurs, mon corps entier se tint immédiatement en alerte. Ses yeux ne pouvaient être ceux d'un autre. Prétendre connaître avec certitude l'identité du beau brun, à l'air fier et pourtant si doux, aurait été prétentieux. Je ne pouvais que me fier à mes sensations, mon instinct. Je ne pouvais empêcher mes sens d'humer le parfum subtile de l'homme me faisant face. M'approchant, toujours impassible, je lui accordais un sourire distant, ne laissant jamais transparaître le trouble qui se diffusait peu à peu à travers mon corps entier.
    « Et bien, vous êtes donc un homme bien téméraire. »
    Avec un sourire malicieux, j'avançais de quelques pas, le laissant seul et espérant qu'il ne me suive. Je ne pu qu'être soulagée de m'apercevoir qu'il le fit. Replaçant nonchalamment la rose dans mes cheveux, je lui accordais un regard distrait, alors qu'il entrait dans mon jeu. S'il s'agissait de la bonne personne, je le saurai avec certitude dans peu de temps, si non, il me suffirait de lui fausser compagnie après avoir trouvé une excuse valable.
    « Malheureusement, mon coeur n'est déjà plus en ma possession depuis longtemps... - m'approchant de lui, à une distance cette fois plus qu'équivoque, je laissais mon doigt parcourir le peu de joue non couverte par le masque, avec une expression de provocation sur le visage - donc vous devriez passer votre chemin. »
    M'éloignant à présent peu à peu, je le laissais quelque peu seul, attendant une réaction qui pourrait me permettre avec certitude d'identifier celui que j'avais attendu depuis ce début de soirée.
avatar
Emalee Gilliam

♦ HIBOUX POSTÉS : 362
♦ ARRIVÉE : 18/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Adam Meyer le Sam 30 Avr - 19:46

    Désormais, plus le moindre signe ne trahissait la présence d’Emalee. Je l’avais aperçue l’espace d’un bref instant avant qu’elle ne s’évapore, mais j’étais certain de ce que j’avais vu. D’ailleurs, je pouvais mettre ma main à couper qu’elle m’avait tout autant reconnu. Je serrai le poing que je venais mentalement de désigner, même s’il n’était pas question de le voir coupé. Et tandis que je cherchais une explication valable à ma soudaine lucidité, Garden me coupa l’herbe sous le pied.

    « J’imagine que les professeurs les ont fermé pour éviter que certains ne s’aventurent en dehors de la pièce et qu’ils ne découvrent leurs identités, comme nous. Ca peut être aussi une précaution, au cas où il se passerait un acte similaire au bal de Noël, pour que les assaillants ne puissent pas fuir, ou entrer s’ils ne sont pas encore là, voir qu’ils abandonnent leurs plans en se sentant piégés… Enfin, c’est toi le Serdaigle, j’imagine qu’à présent que nous ne sommes plus ensemble, tu vas de nouveau trouver tout ce que je dis stupide. »

    En fait, absolument pas. Toutes ses suppositions me paraissaient sensées, ce qui n’était pas peu dire me concernant. Et puis, même si je décidais de garder le silence là-dessus, je ne voyais pas Garden différemment. Qu’importe que nous ne soyons plus ensemble, et que mes problèmes personnels m’accaparent, mes sentiments pour elle resteraient inchangés. Je n’avais même pas besoin de me le promettre ou de le certifier sur l’honneur, je savais que je ne pourrais plus la voir autrement, et ce depuis le jour où j’avais accepté mes sentiments pour elle.

    « Quant à Emalee, tu l’as sûrement vue parce que tu avais envie de la voir. Ce n’était peut-être pas elle, à moins que tes sentiments pour elle ne soient tellement forts qu’ils aient pu passer outre le sortilège un bref instant. »

    Mon front se plissa un instant, alors que je faisais mine de réfléchir à l’idée. Mais la main de Garden sur mon bras fit s’évanouir les faux-semblants. Je ne pus alors que la fixer d’un air intrigué.

    « Dis-moi… qu’est-ce que j’ai fais de travers pour que tu dises haut et fort que je suis responsable de cet échec ? Je pensais pourtant avoir bien fait les choses… ou alors est-ce que j’ai trop bien voulu faire au point de t’agacer ? C’est parce que j’ai trop voulu m’immiscer dans tes affaires personnelles ? Tu sais, ce n’était pas pour mettre mon nez là où je ne devais pas, c’était simplement parce que je voulais être là pour toi et t’apporter mon soutien… Je peux m’améliorer tu sais, je peux changer si c’est ce que tu veux… »

    Ses paroles me torturaient, mais elle était surement loin de s’en rendre compte. Garden était d’une bonté inouïe, à tel point que je la savais incapable de me faire ainsi souffrir volontairement. Ca avait été suffisamment dur de la repousser, et de la pousser même jusqu’au point de rupture. Je ne donnais pas cher de ma peau si elle continuait à me parler sur ce ton et à me regarder avec ces yeux là.

    « Mais ce que tu veux, c’est Emalee… »

    Sa voix se brisa et ça ne m’échappa pas. Mon cœur accusa douloureusement le coup, tandis que j’essayais de me convaincre de saisir la perche. Emalee était le filon idéal, car Garden s’était persuadée d’elle-même qu’il y avait quelque chose de fort entre nous. Je n’avais eu qu’à exploiter ses propres doutes, ça avait été facile.

    « Je ne te demande pas de comprendre, simplement d‘accepter. »

    Je baissai un instant la tête, dans ce qui pouvait apparaître comme une posture honteuse, mais n’était en réalité que le signe de ma détresse. Il fallait que je trouve le courage de lui dire des choses suffisamment blessantes pour qu’elle lâche l'affaire. Et je savais que j’en étais capable, car j’y avais toujours été prédisposé en ce qui la concernait. Avant que je n’assume ce que je ressentais, rabrouer Garden et lui lancer des piques amères n’était pour moi qu’un jeu d’enfant. Oui, mais voilà, j’aimais Garden et j’avais appris à la connaître désormais, ce qui me poussait à l’aimer encore davantage que je ne m’en serais jamais cru capable. Alors serais-je ce type d’homme capable de la faire souffrir tout en parvenant encore à se regarder en face? Je redressai la tête, la mine désormais confiante.

    « Il n‘y a rien que tu puisses faire Garden. Tu l‘as dis toi-même, tu savais que ça ne durerait pas. Alors ne fais pas l‘enfant, arrêtes de rêver toute éveillée et prends plutôt conscience du monde qui t‘entoure. Un jour tu me remercieras pour ce que je fais ce soir, Garden. »

    Je dégageai mon bras de l’emprise de Garden pour pouvoir saisir son poignet. Je l’attirai contre moi et la saisis par la taille. Mon regard se planta au sien avec efficacité, alors que je ne perdais pas une seconde pour ajouter:

    « Ca a été distrayant, le temps que ça a duré. Mais l‘épisode Emalee m‘a fait comprendre à quel point tu n‘avais pas ta place dans mon cœur et à mes côtés. De toute façon, nous n‘avons jamais vraiment été un couple, et je ne fais pas seulement référence au fait de s‘afficher comme tel.  » Un sourire étira mes lèvres, me permettant de conclure avec audace: « Une dernière danse, mon cœur? »
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Leslie Jeffers le Dim 1 Mai - 10:51

Leslie souriait avec un peu trop d'entrain sans doute, mais elle n'y pouvait rien, ses lèvres s'étiraient toute seule et exprimait la joie inhabituelle qui s'était insinuée en elle sans qu'elle n'y puisse rien. Effet du sortilège d'allégresse ingénieux lancé par les professeurs pour aider l'atmosphère à être et à rester dans la jovialité. C'est donc d'un sourire pas assez pieux et un peu trop engageant que Leslie accueillit le grand brun qui se planta devant elle. Ce jeune garçon brillait comme un néon vert, quel mal pouvait-il donc y avoir à lui sourire ? C'était peut être Raven... Enfin, il y avait peu de chance, Leslie étant persuadée qu'elle l'aurait instantanément reconnu si cela avait été le cas, mais savait-on jamais. Les apparences étaient trompeuses ce soir. Et puis, lui aussi il lui souriait largement. Il ne pouvait s'agir que de quelqu'un qui allait égayer sa soirée, sans doute aucun. Une fois à sa hauteur, le jeune homme, sans se départir de son assurance, choisit la carte du charme. « Que me vaut un si charmant sourire ? » Phrase qui n'élargit que davantage le sourire de Leslie dont le rouge monta aux joues. Heureusement qu'elle portait un masque ! Apparemment, il ne l'avait pas reconnu, ou n'était pas complètement assuré de son identité puisqu'il la scrutait avec attention. Elle faisait de même, car si la voix lui avait semblé familière, elle ne pouvait pas dire avec certitude de qui il pouvait bien s'agir. Pas de Raven, c'était certain, elle la connaissait trop bien dans le moindre de ses accents pour que celle-ci ne l'eut pas trahi. Ses déductions se confirmèrent lorsqu'il reprit la parole. « Il me semble vous connaître, bien que je n'ai pas la moindre idée d'où... Mais au diable les impressions, que pensez-vous des boissons ? Celle-ci est étrange sur les papilles mais, elle me laisse une sensation plutôt agréable. Je ne saurais pourquoi. » Oh ! Alors lui aussi avait peut être bu un filtre ? Peut être aurait-elle dû le prévenir que les boissons avaient été polluées. Elle leva la main vers lui pour intervenir mais se ravisa finalement, se mordant la lèvre. Il était un peu trop tard, maintenant qu'il y avait trempé les lèvres, c'était fichu pour éviter le piège... Tendu par qui, d'ailleurs ? Cela restait un mystère. Mais Leslie pensa, très justement, que cela aurait été bizarre qu'une telle initiative vienne des professeurs. « Désolé si je vous ennuie, il semblerait que j'ai laissé ma bonne éducation au placard ce soir. Très jolis yeux, par ailleurs. Pas autant que ceux d'Emalee mais... » Leslie avait de nouveau rougi lorsque le nom d'Emalee lui fit quitter instantanément le rouge de ses pommettes et baisser instantanément les yeux, bafouillant. « Oh non, vous ne m'ennuyez pas, je réfléchissais juste à... Les verres. Y'a des choses dedans. » Elle avait changé de sujet pour essayer de cacher sa gêne. Bien joué ou non, elle avait maintenant un pressentiment sur l'identité de son interlocuteur et s'il s'avérait vrai... La confidence qu'il venait de lui faire avait toute son importance ! Emalee était son amie ! Et pour avoir parlé d'elle en ces termes, cela ne pouvait être que... Adam ! Mais oui ! Qui d'autre ? Leslie reporta son regard sur le jeune homme lorsqu'un claquement sec la fit sursauter. Toutes les têtes, dont la sienne, se tournèrent alors vers les portes qui s'étaient assez violemment refermées tandis qu'Adam s'exclamait, sans plus faire d'effort de vocabulaire . « Oh la looooose... » Leslie acquiesça, secouant la tête. Pourquoi fermer les portes ainsi ? On cherchait à les empêcher de sortir ? La préfète fronçait les sourcils, perturbée, cherchant les professeurs dans la foule pour savoir si l'initiative venait d'eux lorsque son regard croisa le visage... d'Adam ?! Comment pouvait-il être là bas et à côté d'elle en même temps ? Subitement, son regard retourna se ficher sur son voisin de buffet et elle écarquilla les yeux, portant une main stupéfaite devant sa bouche. Heureusement que son rouge à lèvres avait assez de tenue, sinon, elle s'en serait étalé partout. Son regard croisa celui de Clyde Andrews et ils se reculèrent d'un seul homme. Clyde tourna alors les talons et se fondit dans la foule sans qu'elle ne cesse de bugger sur sa silhouette, toujours auréolée de vert, qui s'éloignait. Comment était-ce possible qu'il eut été vert, lui, ce personnage irritant et condescendant, sans déconner ? Vert ! Couleur signifiant évidemment qu'il l'appréciait, puisque ce foutu filtre de perception lui montrait les sentiments des autres envers elle ! Y'avait un sacré soucis là ! Le filtre était inversé ou un truc du genre, alors ? Ce n'était juste pas possible autrement, franchement... Elle ne put le suivre qu'un instant, ne le reconnaissant subitement plus bien qu'elle ne l'aie pas quitté des yeux. Son cœur battait tellement vite qu'elle se sentait au bord de l'arrêt cardiaque. Ce jeu des masques ne lui plaisait plus tant que ça, finalement. Cette mauvaise surprise l'avait vacciné. Complètement perdue, Leslie se retourna vers le bar et attrapa un nouveau verre au hasard qu'après avoir vaguement senti pour s'assurer qu'il ne contenait rien, elle s'enfila d'une traite. Il avait un goût normal. Ouf... Puis, elle en saisit un autre et réitéra, pour se remettre de ses émotions. « Dommage qu'on ne puisse plus sortir, tiens... » Souffla-t-elle, toute allégresse envolée.


Dernière édition par Leslie Jeffers le Mer 11 Mai - 8:00, édité 1 fois
avatar
Leslie Jeffers
ICE COLD PREFECT;
cracked heart & snowflakes tears

♦ HIBOUX POSTÉS : 226
♦ ARRIVÉE : 28/03/2010
♦ HUMEUR : Revancharde.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Invité le Mer 4 Mai - 13:57

▬ A Sawyer.



    Le bal, quelle magnifique occasion de me rapprocher de Coralie. A condition bien entendue que je la retrouve parmi tous ces visages masqués. Cela ne devrait pas être bien compliqué, je passais la plupart du temps à l'observais, j'arrivais à la reconnaître de dos, je n'aurai sans doute aucun mal à la trouver. Cependant une fois entré dans la Grande Salle, tout me sembla moins certain d'un coup. Tout d'abord, il y avait plein de blondes, des tas de blondes, trop de blondes. Comment allais-je pouvoir repérer Coralie dans ce rassemblement de blondes ? Je m'avançais dans la foule, jetant des regards à chaque personne, pour être sûr de ne pas passer à côté de celle que je désirai voir. Dans ma tête, tout était brouillée, des idées plus folles que les autres me venaient à l'esprit. Je pensais à monter sur une table, faire une déclaration d'amour publique à Coralie, j'imaginais aussi qu'elle passait la soirée à m'éviter bien soigneusement, ou alors qu'elle n'était pas venue au bal, clouée au lit par la varicelle. Différents scénarios de ce genre là défilaient dans ma tête. Je m'arrêtais, cependant,à ce qui me semblai être le meilleur moyen, et le plus raisonnable, de trouver la Serpentard. Il suffisait simplement d'aller parler à la gente féminine. Je finirai bien par reconnaître Coralie en discutant. Bien, par qui allais-je commencer ? Je vis au centre de la salle, une fille qui malgré son masque resplendissait, elle était blonde et avait l'air d'être sûre d'elle, voilà une personne correspondant aux critères. Je m'avançais vers cette jeune fille, vérifiant rapidement que mon masque était bien en place. Je pris un verre au passage, ne sachant même pas ce qu'il contenait, et le tendis à l'inconnue. « Tu dois avoir soif, à force de … Rester debout ainsi. » Ma phrase à peine achevée, la musique cessa brusquement. Les portes de la Grande Salle venait de se fermer. Je ne m'en inquiétais pas plus que ça, je pensais naïvement que cela faisait partie du déroulement de la soirée. Je me reconcentrai sur l'inconnue à qui je venais d'adresser la parole. J'espérais ne pas me prendre un vent tout de suite, je m'attendais à cette éventualité, mais je préférais penser qu'elle accepterait mon verre et qu'elle continue la conversation. Pour mettre toutes les chances de mon côté, je lui pris la main et y mis la boisson. « Promis, je ne l'ai pas empoisonné, tu ne risques rien. » Oui, moi je n'avais rien mis dedans, mais je ne sais pas ce qu'il contenait quand même. M'enfin, il n'y avait pas de vendeurs de drogue à Poudlard, il ne devait rien y avoir de dangereux. Puis, le liquide semblait avoir une couleur tout à fait normal.




HJ: J'ai dépassé la date, j'espère que ça ira :/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Sawyer L. Waldorf le Sam 7 Mai - 19:35





    Prédateur ! Voila mon état d’esprit ! Je suis en chasse et j’ai bien l’intention de toucher une cible. Il en va de ma fierté. Jje ne veux pas que tout le château pense que je n’ai rien de mieux à faire que pleurer sur la façon dont Liam à oser me planter. Non ! Je veux qu’on me croie forte, je veux redevenir la Sawyer que j’étais avant qu’il ne parvienne à…m’attendrir. Un long frisson me glissa dans la nuque. A force de me voiler moi-même la face peut être que les autres n’y verront que du feu. Je me mords la lèvre inférieure. J’ai beau lancé des signaux suggestifs, j’ai l’impression d’être transparente. C’est certainement du au fait que personne ne me reconnaît mais c’est terriblement irritant. Je déteste devoir faire le premier pas mais je ne vais tout même pas rester planté ici toute la soirée. Je m’apprête à quitter mon poste d’observation lorsque je sens un regard sur moi. Je tourne la tête et aperçois ce jeune homme qui se dirige droit vers moi. Quelque chose dans son attitude m’est familier mais il m’est pourtant impossible de l’identifier très clairement.

    « Tu dois avoir soif, à force de … Resté debout ainsi. »

    Quoi ? Il a remarqué que je restait plantée la comme une gourde ! Je grimace mais rapidement je suis distraite par l’arrêt brusque de la musique et le claquement violent des portes de la grande salle. Un nouveau frisson me secoue les épaules. Et si quelque chose ne tournait pas rond ? Par-dessous mon masque, je scrute les réactions aux alentours. Personne ne semble paniqué, je vais imaginer n’importe quoi. Je sors de ma rêverie à l’instant où le jeune homme s’empare de ma main et y glisse le verre qu’il a apporté.

    « Promis, je ne l'ai pas empoisonné, tu ne risques rien. »

    J’affiche un air faussement suspicieux avant de glousser et de répondre du tac au tac.

    Sawyer -Tu pourrais y avoir ajouter une bonne dose d’alcool ! Dans le seul but de pouvoir abuser de mon corps en fin de soirée.

    Tout en parlant je laisse ma main glisser le long de ma poitrine et de ma hanche. Je ris à nouveau.

    Sawyer -Et tu n’aurait pas tords !

    Je suis probablement ridicule et afin de cacher mon embarras, je me jette sur le verre et en vide la moitié d’une traite. Je fixe ensuite le jeune homme droit dans les yeux. Ce regard me dit quelque chose…mais quoi !?! L’espace d’une seconde ma gorge se serre, je sais que de toute façon derrière ce masque il est impossible que ce soit Liam. Il est loin, il m’a laissée derrière lui et sans le moindre remords. Je me sens mal, j’ai besoin d’attention, besoin d’affection. Je saisi le bras du jeune homme et me colle contre lui avant de lui murmurer à l’oreille.

    Sawyer -C’est extrêmement frustrant de ne reconnaître personne ! Mais en même temps cela à quelque chose de terriblement excitant !













- DRAMA QUEEN -
I'm the master of my fate
I''m the captain of my soul




avatar
Sawyer L. Waldorf
- Almost Famous -

♦ HIBOUX POSTÉS : 719
♦ ARRIVÉE : 09/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Gemma Langley le Dim 8 Mai - 15:53

    Lorsque mes yeux se posèrent sur le miroir, je fus prise d’un léger vertige. L’évènement de ce soir était tout ce dont une fille de mon âge pouvait rêver. Et moi, Gemma Langley, me retrouvais en pôle position des filles qui vendraient leur âme pour une jolie robe et le cavalier idéal. Du moins était-ce le cas quelques mois encore auparavant. Le dernier bal m’avait vu redoubler d’ingéniosité, et j’avais été à la hauteur de ma réputation. Celui qui arrivait, en revanche, ne bénéficiait pas du même attrait à mes yeux. Bien sûr, j’avais choisi avec soin ma robe, et coiffé habilement mes cheveux. Mais si je me retrouvais au final avec une allure digne de l’occasion, le cœur n’y était pas. Loin de moi l’idée de faire sensation, au contraire; si j’avais l’occasion de me fondre dans le décor, ce serait avec une joie sans nom. Il restait néanmoins un brin de Langley en moi, ce qui m’empêchait de fuir purement et simplement le bal. Voilà pourquoi je finis par arriver devant l’entrée de la Grande salle, Julia à mes côtés. Elle devait rejoindre Tristen sur place, mais je voyais bien dans ses yeux qu’elle ne comptait pas me lâcher de si tôt. Julia avait toujours été très perspicace, et le fait que je ne sautille pas dans tous les sens ou que je n’aie pas opté pour la robe la plus criarde ne la laissait pas indifférente. Quoiqu’il en soit, j’appréciais qu’elle n’affiche pas son inquiétude comme d’autres l’auraient fais, allant jusqu’à prendre ma température pour s’assurer que je n‘étais pas malade.

    Après un instant d’hésitation, je soupirai et mis finalement un pied dans la Grande salle. Je ne pus guère faire plus de quelques pas, car les portes se refermèrent aussitôt derrière moi. Il me fallut un moment avant de réaliser que Julia ne se trouvait pas à mes côtés. La triste vérité me frappa alors de plein fouet. La pauvre avait été coupée dans son élan, et privée de la merveilleuse soirée qui l’attendait. Réfléchir au pourquoi du comment mon amie avait été refoulée à l’entrée ne m’intéressait pas. Tournant le dos à ces portes odieuses, je fendis la foule, à la recherche d’une personne précise. Il me fallait retrouver Tristen et lui expliquer que sa copine ne pourrait pas le rejoindre. Cette simple constatation mentale me révolta, et je grimpai d’autant plus sur l’échelle de la crispation que, partout où je tournais mon regard, je ne voyais que des inconnus. Je n’avais jamais été très physionomiste, et ces masques ne m’aidaient pas. Mais je commençais également à trouver ça louche. D’abord les portes qui se fermaient, me privant de ma meilleure amie, et ensuite cette foule de yeux inconnus qui me regardaient d’un air moqueur… mais où donc avais-je atterris? La salle me voulait-elle du mal? Si ça continuait, j’allais tomber nez à nez avec ma pire ennemie, et alors je serais définitivement fixée!

    Mes pas m’amenèrent instinctivement vers le buffet. Je n’avais pas spécialement envie de boire ou de grignoter, simplement c’était encore un des rares endroits où l’on ne dansait pas et où je pouvais avoir un minimum de visibilité. D’ici, je pouvais scruter la foule à la recherche du serdaigle. Mais je n’obtenais pas un meilleur résultat, au contraire; j’avais encore plus la sensation de n’être entourée que par des étrangers. Et, pourtant, à l’instant où je me fis cette réflexion, je captai des gestes singuliers et je crus distinguer des visages familiers, ainsi que des voix pour les plus proches. Mais cette assurance s’éclipsa aussi vite qu’elle m’était arrivée, et tous autour de moi retrouvèrent le statut d’inconnus.

    « Dommage qu'on ne puisse plus sortir, tiens... »

    Je tournai les yeux vers la jeune fille qui avait parlé. Elle semblait tout juste avoir englouti plusieurs verres, et une ombre soucieuse passa un instant sur mon visage. Je me repris rapidement, avant de lui répondre, tout en sachant très bien qu’elle ne s’était pas adressée personnellement à moi.

    « Oui, c‘est assez agaçant. » Je me tournai complètement vers le bar et jetai un coup d’œil curieux sur les verres qui s’étalaient devant moi. « Est-ce que ça fonctionne au moins? » Je ramenai mon regard sur elle, avant de préciser pour qu’elle comprenne ce que j’entendais par là: « Boire t’aide à éviter de penser à ce qui t‘ennuis ici? »

    Ma main frôla un gobelet, je haussai un sourcil tout en continuant de regarder l’inconnue. J’avais du mal à croire que je parlais vraiment à une inconnue, et pourtant j’étais incapable de lui donner un nom, même de façon hypothétique. Ce que je voyais de son visage ne me disait rien, pas plus que sa voix n’avait éveillé le moindre souvenir en moi. Soit j’étais tombée, comme par hasard, uniquement sur des personnes que je ne connaissais pas depuis que j’étais entrée dans cette salle, soit quelque chose clochait. Et mon esprit sceptique me poussait davantage à opter pour la seconde solution.


    « Je sais pas si ça vient de moi, alors je préfère te poser la question. Est-ce que tu as vu un visage familier depuis que tu es là? Même en exceptant les masques. »




avatar
Gemma Langley
Objectif Raven !
(Plan 1 : dégager Leslie la pétasse)

♦ HIBOUX POSTÉS : 643
♦ ARRIVÉE : 28/10/2009
♦ ANNÉE : 2ème année

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Duane Cleveland le Dim 8 Mai - 22:24

    La réaction de l’inconnue ne m’échappa pas, même si je n’en comprenais pas la raison. Elle aurait du être enchantée qu’un être tel que moi daigne lui adresser la parole… A bien y songer, sa réaction était sans doute du à son inexpérience. Son masque cachait habilement une partie de son visage, et même si ce qui restait visible était plutôt prometteur, j’avais peut-être affaire à une fille banale qui n’avait pas l’habitude de se faire aborder. Mon explication était en tous cas suffisamment valable pour que je ne me formalise pas de sa réaction.

    « Il faudra le deviner par vous-même. Nous sommes là pour ça non ? »

    J’avais crains qu’elle me ponde une réponse du genre. Bien sûr, les masques étaient là pour que nous ne puissions pas nous reconnaître et cette soirée avait apparemment été placée sous le signe d’un rapprochement inter-maisons, loin des apparences et des carcans sociaux. Oui mais voilà, ça ne me plaisait pas du tout. Et comme je le faisais toujours lorsqu’une règle n’était pas à mon goût, j’étais bien décidée à tricher. Après tout, n’était-ce pas normal de contourner une règle lorsqu’elle n’était pas bonne - autrement dit lorsqu’elle n’était pas de moi?

    Quoiqu’il en soit, l’inconnue filait déjà. Je pris sur moi de la suivre, car sa proposition me laissait un arrière goût d’inachevé. Après tout, je ne pouvais pas décemment la laisser fuir sans avoir appris qui elle était, question d’orgueil. Il me fallut jouer légèrement des coudes, car certains n’eurent pas la présence d’esprit de me laisser passer. D’ordinaire, étant plutôt populaire, on s’écartait sur mon passage, mais à l’évidence personne ne me reconnaissait. C’était le signe que je n’étais pas le seul touché par cette confusion. Et à bien y réfléchir, je trouvais ça plutôt bien vu de la part des professeurs. Car malgré les masques, des petits malins comme moi tenteraient toujours d’échapper aux règles du jeu. Nous imposer une confusion magique tenait du génie.

    Je retrouvai l’inconnue alors qu’elle s’apprêtait à quitter la salle. Malheureusement pour elle, les portes se refermèrent sous son nez, attirant la plupart des regards. Je fis quelques pas pour la rejoindre, et la saisit par le bras pour la forcer à se retourner vers moi. Mon visage trahit alors la surprise que je ressentis et se figea. Je reconnaissais subitement ces yeux, et ce petit sourire satisfait, tout comme je retrouvais où j’avais déjà vu cette robe auparavant. Lisy. J’avais face à moi la petite peste qui profitait de la situation dans laquelle je me trouvais et me faisait me sentir aussi pathétique que ma mère en avait le pouvoir. Je lâchai brusquement son bras, dégoûté du moindre contact avec elle. Mes lèvres tremblèrent un instant, alors que je songeais à mes soupçons au sujet de la serpentard. Depuis l’explosion de la Tour, j’avais été obsédé par l’idée de retrouver le responsable, et en réunissant quelques indices, j’en étais arrivé à soupçonner lourdement la vipère. Je ne l’avais jamais eu en face de moi jusque là, alors n’était-ce pas le moment?

    « Lisy. Je m‘étonnes que tu oses encore te montrer après ce que tu as fais. »

    Bien sûr, je n’étais pas certain qu’il s’agisse d’elle. Après tout, il existait parfois des indices dont il fallait se méfier. Mais j’étais du genre à aimer confondre les gens pour le moindre pas de travers. D’autant qu’il aurait été stupide de posséder quelque chose contre cette harpie et de ne pas s’en servir.

    « Et ne fais pas l‘innocente; tu sais très bien de quoi je parle. » Un sourire fin étira mes lèvres, avant que je n’ajoute dans un haussement de sourcil accusateur: « La Tour. »



"Toujours ce désir
Qu'il nous faut assouvir
L'envie de séduire
Ou l'envie de détruire
Que se soit par omission
Conviction, ambition
Le mensonge nous ronge"
avatar
Duane Cleveland

♦ HIBOUX POSTÉS : 221
♦ ARRIVÉE : 24/09/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par The Time-Turner le Dim 8 Mai - 22:30



Évènement n°3 : Une initiative désastreuse
La levée provisoire du sort de confusion n’échappe pas à l’ensemble du corps enseignant. Certains soupçonnent déjà des élèves particulièrement doués en magie d’avoir fais le coup, mais d’autres penchent plutôt pour une erreur de leur part. Même si la confusion produit de nouveau tout ses effets, ce n’est pas au goût de tous les professeurs. Un en particulier, le plus jeune d’entre eux, estime qu’il faut réparer l’erreur. Après tout, ils ne peuvent pas s’être donné tant de mal pour assurer l’anonymat de chacun et permettre que certains passent à travers les mailles du filet. Le plus sage serait d’attendre, en espérant que cela ne se reproduise pas et que le but de la soirée ne soit pas trop altéré. Mais il n’en est pas question pour lui. S’isolant de ses collègues, il lance alors un sort sur tous les élèves présents dans la salle, afin qu’ils oublient avoir reconnu certains de leurs camarades. Malheureusement, quelque chose ou quelqu‘un fait une fois de plus obstacle à la magie, et un phénomène étrange se produit. Les élèves, n‘oubliant absolument pas le léger dysfonctionnement, en viennent plutôt à oublier une toute autre chose. Pour certains, un fait mineur, pour d‘autre une information capitale. Quant au professeur, il oublie tout bonnement avoir lancé son sort, et ignore donc ce qu‘il a engendré.



Récapitulatif :
  • Les portes sont toujours scellées, il n‘est donc toujours pas possible de quitter la salle ou d‘y entrer, sauf à tomber sur une potion qui le permettrait.

  • Ceux qui ont reconnu certaines personnes lorsque le sort de confusion a été levé en sont toujours parfaitement conscients.

  • En revanche, chacun a oublié un fait marquant, ou moins marquant, d’un passé récent ou éloigné. (ex: Neal a oublié qu’il avait prêté un livre à Keaton ou Leslie a oublié son aventure avec Skyler) Essayez de ne pas choisir un fait avec trop de répercussions, ou si vous le faites, soyez prêts à faire marcher vos méninges.

  • Durée du troisième tour : du 9 mai au 19 mai IRL, ce qui correspondra à 1h00 en rp (21h à 22h). Il n'y a pas d'ordre de passage imposé; vous êtes encouragés à poster autant de fois que possible durant ce laps de temps!
avatar
The Time-Turner
Grand Manitou de la Baguette

♦ HIBOUX POSTÉS : 209
♦ ARRIVÉE : 05/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://time-turner.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Leslie Jeffers le Mer 11 Mai - 9:27

« Oui, c‘est assez agaçant. » Lui répondit une inconnue, apparemment en phase avec ses pensées. Mais qui d'autre aurait bien pu lui répondre, hein ? Elle ne reconnaissait personne ! C'était donc comme si elle ne connaissait personne. Comme si elle était seule au monde au milieu de cette foule sans visage... Levant les yeux vers la brune qui s'intéressait à elle, elle la détailla rapidement pour tenter une énième fois de déceler à qui pouvaient bien appartenir cette jolie chevelure brune et ce regard d'une douceur surprenante. Puisque celle-ci lui apparaissait monochrome, elle n'avait vraiment pas assez de cartes en main pour en apprendre plus sur elle. Et de toute façon, si elle ne s'était pas transformée en néont, comme Clyde et Adam, c'était qu'elles ne devaient pas se connaître plus que ça. De vue tout au plus. Enfin, si le philtre n'avait pas été trafiqué, parce que Clyde, peinturluré de vert, c'était quand même une sacré bonne blague ! « Est-ce que ça fonctionne au moins? » Surenchérit la demoiselle alors que la préfète cessa net de la dévisager, sans comprendre, ce qui força son interlocutrice à reformuler sa question. « Boire t’aide à éviter de penser à ce qui t‘ennuis ici? » Leslie regarda d'un air morne le fond de son verre. La dernière goutte glissa contre les bords et elle en suivit le trajet de ses prunelles translucides et maussades. « Absolument pas. » L'aveu s'était échappé de ses lèvres dans un soupir. Se rabattre sur le buffet était même de loin la pire idée qu'elle avait eu pour aller mieux. Elle aurait dû tenter d'aller danser ou, éventuellement, se planquer sous la table en attendant d'être libérée de cette fichue salle et de ce fichu filtre ! Mais boire n'était clairement pas la solution appropriée dans son cas. « Au contraire, même. Mon estomac me pèse, maintenant. » Nouveau soupir, long et las. Elle ne s'était plus alimentée de la sorte depuis des lustres et son organisme avait sans conteste le plus grand mal à se faire à ce changement radical. Parler à des inconnus n'était pas non plus dans ses habitudes, mais se faufiler sous la table maintenant qu'elle avait engagé la discussion allait s'avérer un peu compliqué, alors autant changer de plan. Leslie reposa son verre vide sur un plateau prévu à cet effet et sourit à sa comparse sans grande conviction. L'attention qu'elle lui portait était à la fois appréciable et déroutante. Sa paranoïa, suite au fail avec Andrews, avait refait surface. Mais après une brève analyse en son for intérieur, l'esprit très carthésien de Leslie en vint à une conclusion très simple : cette jeune fille devait simplement être gentille et généreuse, rien de plus. Elle l'avait vu agir des plus bizarrement et était venue s'assurer que ça allait pour elle. C'était même louable de sa part. Le sourire de Leslie avait pris du corps lorsque l'adorable brune reprit la parole. « Je sais pas si ça vient de moi, alors je préfère te poser la question. Est-ce que tu as vu un visage familier depuis que tu es là? Même en exceptant les masques. » Le sourire de Leslie s'effondra aussitôt. Oui, elle avait reconnu une personne, et c'était bien ça, le problème ! Passant sa main derrière sa nuque, elle leva les yeux au ciel. Le plafond, la décoration, et tout ce qui passa à portée de ses yeux était magnifique, mais cela ne l'empêchait pas d'être toujours aussi chamboulée. Il n'aurait plus manqué qu'elle tombe sur Skyler pour qu'elle soit complètement vernie ! Reportant son regard sur la demoiselle, elle finit par croiser ses bras frêle sur sa poitrine rehaussée par son corset. « Oui. J'ai aperçu Adam Meyer par là bas. » Elle indiqua du menton l'endroit où elle l'avait vu pour la dernière fois, bien qu'il pouvait complètement être ailleurs maintenant. « ...Et j'ai croisé Clyde Andrews. » Elle essaya de prononcer ce nom avec le ton le plus neutre possible, mais l'embarras de leur rencontre était toujours présent. Difficile d'oublier le dernier regard, effrayés, qu'ils avaient échangé, alors que l'instant d'avant, ils se souriaient de toutes leurs dents. D'ailleurs, c'était vraiment bizarre, ce changement radical... Déroutée, la préfète décida de faire part de ses doutes à voix-haute. « C'était étrange. L'instant d'avant, je ramais pour déchiffrer son visage, et soudain, l'évidence s'est imposée à moi. Puis tout aussi soudainement, la confusion est revenue. » Pensive, elle jeta un regard où on lisait toute sa perplexité à celle qui lui tenait désormais compagnie. « Toi aussi, alors ? » Ses mains allèrent machinalement se planter sur ses hanches; c'était un de ses tics qui la caractérisaient quand elle se sentait proche d'un dénouement. Et présentement, elle sentait qu'elle allait comprendre quelque chose d'important.
avatar
Leslie Jeffers
ICE COLD PREFECT;
cracked heart & snowflakes tears

♦ HIBOUX POSTÉS : 226
♦ ARRIVÉE : 28/03/2010
♦ HUMEUR : Revancharde.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Clyde Andrews le Ven 13 Mai - 1:11

Spoiler:
@Emalee : J'ai fait comme si Clyde avait oublié une partie de leur rencontre dans le dortoir... J'espère que ça te va. Je me suis dit que ça corserait les choses mrgreen
    – Et bien, vous êtes donc un homme bien téméraire. Lui répliqua-t-elle alors, ce qui le fit sourire. Effectivement, il avait été incroyablement sûr de lui sur le moment ; il ne s'était pas posé de questions, il avait foncé... Pourtant, cela pouvait très bien être une erreur. Il aurait pu se raviser, lui d'ordinaire si prudent, et se dire que ce qu'il s'imaginait n'était qu'une réponse de son esprit à un désir attendu depuis longtemps. Pourtant, il n'en avait rien fait. Elle s'avança et il lui emboîta le pas, s'appliquant à regarder chacun de ses gestes. – Malheureusement, mon coeur n'est déjà plus en ma possession depuis longtemps... donc vous devriez passer votre chemin. Son doigt qui sinua sur un morceau de sa peau découverte le fit se mordre la lèvre alors qu'il prenait la mesure de ses paroles. Son refus provoqua en lui un flot d'émotions intenses, et il eut soudain envie de prendre ses lèvres entre les siennes. Toutefois, il n'en fit rien. Si c'était elle, elle ne le reconnaissait probablement pas... Alors si c'était Emalee et qu'elle avait joué ce jeu avec un autre homme que lui... Son coeur bondit dans sa poitrine et il se força à se maîtriser. A réfléchir. A ne pas sauter aux conclusions et tout faire foirer, comme d'habitude. Si elle disait que son coeur était pris, alors se pouvait-il que ce soit... Par lui ? Elle lui avait dit qu'elle l'aimait... Non ? Ils s'étaient avoués mutuellement leur amour, aussi improbable que cela lui semblait chaque fois qu'il y repensait... Aussi improbable que cela semblait tout court, au fond. Pourquoi une fille comme Emalee Gilliam aurait-elle bien pu l'aimer lui ? Elle était clairement très différente de lui. Quelque chose clochait, comme si un changement imperceptible venait de se produire en lui. Il avait du mal à croire que ce soit vrai, et le souvenir de cette rencontre forcée dans leur dortoir lui semblait soudain flou, presque... Iréel. Comme s'il l'avait rêvé. Se pouvait-il qu'il ait tout imaginé parce qu'il avait souhaité très fort qu'une chose de la sorte se produise ? Il n'était pas de ce genre là, pourtant. Mais l'Amour changeait les gens, disait-on... Il avait des certitudes mais il n'arrivait plus à savoir sur quoi elles se basaient. Il était venu vers elle parce qu'elle était la seule qu'il ait voulu comme ça. Maintenant, il doutait. N'était-il pas en train de faire fausse route ? Non... Il la voulait... Et elle le voulait aussi. Ils n'étaient peut être pas fait pour être ensemble mais ils s'aimaient... Non ? A moins qu'il ait voulu s'en persuader, et qu'elle en aime en réalité un autre... Une réalité trop dure à accepter qu'il avait voulu occulter. Pourquoi soudain était-il si dur de penser, de parler ? Qu'est-ce qu'il espérait ne pas s'être trompé ! – Désolé de m'être montré si arrogant... Mais si vous le permettez, laissez au moins être votre protecteur... Ainsi que de votre coeur, à défaut d'être l'élu. Hasarda-t-il alors, n'osant pas trop s'avancer, restant à une distance raisonnable au cas où ce ne fut pas elle... Mais malgré la barrière des masques et du risque, il ressentait le besoin de rester près d'elle. Car même s'il était incapable de la reconnaître, il ressentait un écho avec cette personne. Une force qui le poussait vers elle, l'attirait, lui donnait envie de la prendre dans ses bras et de la serrer contre elle. Alors, à moins qu'on lui ait jeté un charme d'attraction, ou qu'elle se le soit jetée elle-même, cela devait être elle. Cela ne pouvait qu'être elle. Même si ce n'était pas du tout rationnel et que cela ne lui ressemblait pas de se laisser porter par une impression, il avait envie de déroger à sa façon d'agir habituelle. Il n'avait plus aucune envie d'être ce mec froid et calculateur, il voulait simplement être honnête, une bonne fois pour toute. Et tant pis s'il se prenait un énorme râteau, son égo s'en remettrait... Même s'il lui faudrait sûrement un peu de temps. C'est pourquoi il se pencha en avant pour lui murmurer : – Sur le moment, j'ai pensé... que j'étais celui qu'il vous fallait. Avoua-t-il alors, plongeant son regard translucides dans ses yeux pour laisser un sourire énigmatique glisser sur ses traits. Cela pouvait paraître stupide, mais tant pis. Au pire des cas, il finirait la soirée dans un coin, seul avec sa déception... Et le spectre de la jeune femme qui planerait au dessus de lui, comme avant.
avatar
Clyde Andrews

♦ HIBOUX POSTÉS : 764
♦ ARRIVÉE : 26/02/2010
♦ ANNÉE : /
♦ HUMEUR : Sarcastique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Invité le Mer 18 Mai - 19:53

Lisy allait faire un pas en dehors de la Grande Salle lorsque les portes se fermèrent soudainement. Hein ? Que se passait-il ? Elle recula soudainement, horriblement surprise. Son regard noir balaya toutes les personnes qui la regardaient d’un air amusé et qui, finalement, posèrent leurs yeux sur les deux grandes portes closes. Le jeune homme qu’elle avait quitté quelques instants auparavant la saisit par le bras. Quel pot de colle, elle espérait qu’avec les masques, elle pourrait enfin respirait. Il semblait qu’elle ait eu tort. Le pire fut certainement l’expression de surprise qu’il eut en la regardant. La reconnaissait-il ? Pour sa part, Lisy ne voyait pas du tout de qui il pouvait s’agir. Certes, il lui était familier. Mais tout le monde dans cette foutue salle lui semblait familier !
Cela ne la déstabilisa pas pour autant et elle resta digne en face de lui, le dos droit et le regard perçant. Qu’il dise quoi que ce soit d’incorrect et elle lui arracherait les cheveux, malgré le sentiment d’allégresse qui dominait dans la pièce. S’il savait qui elle était, il devait certainement aussi savoir de quoi elle était capable.
Vingt-et-une heure sonnait.

    Lisy. Je m’étonne que tu oses encore te montrer après ce que tu as fait.


Quel ton froid ! Un peu plus de chaleur, était-ce trop demandé ? Et de quoi parlait-il ? Elle ne comprenait pas ce qu’il insinuait. Elle restait donc immobile face à lui, arquant sol sourcil droit, dos aux deux portes qui restaient éternellement fermées – ce qui avait le don de l’irriter – et attendait qu’il étale l’affaire, puisque vu tout ce qu’elle avait fait, elle n’arrivait pas réellement à deviner de quoi il l’accusait. La Tour des Ravenclaw ? Impossible, elle avait pris soin de ne laisser aucun indice, chose apprise à l’orphelinat lorsqu’elle volait une miche de pain ou sortait à l’aube avec Jeffree. Le fait qu’elle ait enfoncé la gueule d’Alexander Jean dans de la nourriture parce qu’il avait essayé vainement d’imiter quelque chose qu’elle n’avait pas fait ? Avouez qu’elle avait raison de le faire. L’attaque du bal à Noël ? Ça datait depuis trop longtemps, il fallait venir se plaindre plus tôt. Ou encore… Non, elle ne comprenait vraiment pas de quoi il pouvait parler.

    Et ne fais pas l’innocente, tu sais très bien de quoi je parle. La Tour.


Ah, ça ? Lisy haussa les épaules en secouant légèrement la tête. Elle s’en moquait, que pouvait-il bien faire ? Rien. Il n’avait aucune preuve et s’il s’avérait qu’il en avait, elle n’avait qu’à effacer sa mémoire comme elle l’avait fait au préfet l’autre jour. Rien de plus simple puisqu’elle avait sa baguette sur elle. Puis, au pire, il lui restait sa botte secrète. Pour l’instant, rien de plus intelligent que… De l’approuver ou faire semblant d’avoir perdu la mémoire ? Il s’avérait qu’elle avait bu du véritasérum et qu’elle ne pouvait dire que la vérité, qui sortit par surprise de sa bouche.

    Oui.


Une pause. Sa voix avait semblé s’être enrouée, comme si elle n’avait pas parlé depuis plusieurs heures. Elle était étonnée de sa réponse, bien qu’elle ne le montra que par une crispation momentanée de ses lèvres. Elle garda néanmoins ses yeux plongés dans ceux de son interlocuteur pour tenter de deviner qui se cachait derrière son masque. Qui était-ce ? Sa voix, ses yeux, son petit sourire, tout lui était familier, et comme c’était frustrant, oui, comme c’était frustrant d’avoir la réponse sur le bout de sa langue.

    Oui… Oui… Et alors ?


Un sourire s’élargit sur sa bouche. Et alors ? Elle semblait ne dire que ce qu’elle pensait réellement, ce n’était pas normal. Elle n’aurait jamais sortit « Et alors ? » en temps normal, que s’était-il donc passé ? Elle aurait prononcé quelque chose de beaucoup plus réfléchi, comme des menaces pour le pousser à se taire ou pour l’effrayer. En quelques sortes, cette réponse l’arrangeait : bien que Lisy ne l’avait pas du tout prévu, elle allait totalement ou du moins, en grande partie déconcerter son mystérieux interlocuteur.

    « Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre » ! Ricana-t-elle.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Gemma Langley le Jeu 19 Mai - 17:15

    « Absolument pas. Au contraire, même. Mon estomac me pèse, maintenant. »

    Mes lèvres s’étirèrent à peine. Je n’étais pas une experte en la matière, mais pour mes brèves et peu nombreuses expérimentations, je gardais plutôt un mauvais souvenir de l’alcool. Mon interlocutrice était certainement plus âgée que moi, mais la confusion était telle que j’avais du mal à ne serait-ce que mettre un âge sur son visage. Je n’étais déjà pas tellement douée en temps normal, mais là autant me demander de passer la corde au cou à Curtis, c’était de l’ordre de l’impossible!

    Ma question sembla troubler celle dont j’ignorais totalement l’identité; elle passa une main derrière sa nuque dans une représentation convaincante de la fille perturbée. Je ne savais pas exactement quoi penser de son cinéma, mais sa réaction s’était fais suffisamment brutale pour que j’en vienne à douter. Le problème venait-il de moi ou non?!
    Elle reporta toute son attention sur moi, et croisa les bras comme pour se conférer un peu d’aplomb.

    « Oui. J'ai aperçu Adam Meyer par là bas. »

    Mon regard suivit la route qu’elle lui désigna. J’aurais été bien incapable de reconnaître quiconque. D’autant que je n’étais pas très physionomiste. Je voyais vaguement à quoi il devait ressembler, c’était un serdaigle plutôt agréable à regarder, mais je ne m’étais jamais réellement arrêtée sur lui; quiconque n’était pas Raven avait très peu d’intérêt à mes yeux.

    « ...Et j'ai croisé Clyde Andrews. »

    Je la regardai à nouveau, et elle paraissait une fois de plus assez perturbée. Je commençais à m’inquiéter de son cas, même si j’avais peut-être simplement à faire à quelqu’un de très émotif.

    « C'était étrange. L'instant d'avant, je ramais pour déchiffrer son visage, et soudain, l'évidence s'est imposée à moi. Puis tout aussi soudainement, la confusion est revenue. »

    Mes sourcils se froncèrent d’eux même sous le masque. Ce qu’elle racontait était étrange, je le lui accordais, mais ça n’avait surtout aucun sens. L’évidence me frappa de plein fouet, la magie était forcément derrière tout ça, pour que ce soit aussi louche et perturbant. Restait à savoir si j’étais visée nominément? Après tout, je n’avais vraiment reconnu personne, peut-être que cette fille avait simplement été touchée par le sort par ricochet, lorsque je m’étais trouvée dans les parages… Ca paraissait assez égocentrique, même pour mon esprit, alors mieux valait que je ne le dises pas à voix haute, pas comme ça en tous cas.

    « Toi aussi, alors ? »

    Je hochai simplement la tête, alors que l’autre postait ses mains sur ses hanches en une attitude qui ne me parlait pas spécialement.

    « Sauf que je n‘ai vraiment reconnu personne, pas même l‘espace d‘une seconde, tu vois. C‘est assez frustrant, et j‘ai été séparée de ma meilleure amie dès le début, elle est restée coincée de l’autre côté des portes. » Je soupirai avant de hausser les épaules avec dépit. « Il y a de la magie là dessous, ou je ne m‘appelle pas … »

    Comment déjà? Mes yeux se bloquèrent un instant, puis s’affolèrent, bientôt accompagnés par mes lèvres qui se mirent à trembler, avant que tout ne s’arrête, me laissant bouche bée et les bras ballants. Comment avais-je pu oublier mon nom? Je savais pourtant très bien qui j’étais, seul le nom que l’on me donnait m’échappait. C’était vraiment perturbant, plus encore que de ne reconnaître personne. L’air hébété, je fixai l’autre fille dans les yeux, avant de déclarer sans détour:

    « J‘ai oublié mon nom. »




avatar
Gemma Langley
Objectif Raven !
(Plan 1 : dégager Leslie la pétasse)

♦ HIBOUX POSTÉS : 643
♦ ARRIVÉE : 28/10/2009
♦ ANNÉE : 2ème année

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par The Time-Turner le Dim 22 Mai - 21:16



Évènement n°4 : Bas les masques!
Les effets du sortilège d’oubli ne semblent pas vouloir se dissiper, produisant tantôt des incompréhensions, tantôt d’excellentes occasions pour ceux qu’il a atteint. Mais les professeurs n’ont pas réellement le temps de se préoccuper de cet étrange phénomène dont ils ne connaissent pas l’origine : le temps passe, l’heure de la tombée des masques approche. Les plus malins se sont bien rendu compte que les différents évènements ayant marqué la fête débutaient à chaque nouvelle heure, et c’est avec une pointe d’excitation – ou d’anxiété, selon les cas – que ceux-là se tournent vers la grande horloge indiquant 23h… en vain. Arrive enfin l’instant que chacun attendait : à minuit, le directeur lève gracieusement sa baguette et, sous le coup d’un sortilège informulé, les masques s’effritent sans bruit, laissant apparaître la surprise, l’effarement ou le ravissement sur les visages dévoilés des élèves. Au même instant, des traits lumineux percent la nuit noire par dizaines et explosent en des feux d’artifices multicolores que le plafond enchanté de la Grande Salle reflète avec exactitude. Les spectacles dure de longues minutes… au bout desquelles les portes sont toutefois toujours closes, obligeant les élèves à celui ou celle ayant partagé leur soirée; ce n’est qu’à 1h qu’elles les libéreront.



Récapitulatif :
  • Les masques sont tombés; chacun découvre l’identité de la personne ayant partagé sa soirée.

  • Les portes sont toujours scellées, il n‘est donc toujours pas possible de quitter la salle ou d‘y entrer, sauf en tomber sur une potion qui le permettrait.

  • Le sortilège d’oubli est lui aussi toujours d’actualité.

  • Durée du quatrième tour : du 22 mai au 5 juin IRL, ce qui correspondra à 2h00 en rp (22h à 24h) au bout desquelles le bal sera clôturé. Il n'y a pas d'ordre de passage imposé; vous êtes encouragés à poster autant de fois que possible durant ce laps de temps!
avatar
The Time-Turner
Grand Manitou de la Baguette

♦ HIBOUX POSTÉS : 209
♦ ARRIVÉE : 05/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://time-turner.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bal masqué

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum