blablabla

AccueilFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer



 

Partagez | 
 

 (finie) JEFF - passengers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
TAKE CARE ♣ THIS IS
Nicholas Carr !


avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 169
♦ ARRIVÉE : 17/04/2011
♦ ANNÉE : 7th

MessageSujet: (finie) JEFF - passengers.    Mer 20 Avr - 18:33

« Bon. Je me représente tous ces petits mômes qui jouent à je ne sais quoi dans le grand champ de seigle et tout. Des milliers de petits mômes et personne avec eux je veux dire pas de grandes personnes – rien que moi. Et moi je suis planté au bord d'une saleté de falaise. Ce que j'ai à faire c'est attraper les mômes s'ils s'approchent trop près du bord. Je veux dire s'ils courent sans regarder où ils vont, moi je rapplique et je les attrape. C'est ce que je ferais toute la journée. Je serais juste l'attrape-cœurs et tout. D'accord, c'est dingue, mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. D'accord, c'est dingue. » JD Salinger


JEFFREE SONNY DARLINGTON
poste vacant; personnage inventé





      Identité ;

    NOM - DARLINGTON
    PRENOMS - Jeffree, Sonny
    DATE DE NAISSANCE - 11 - 11.
    AGE - 19 yo.
    ANNEE - Sixième.
    ORIGINES - Moldues.

      Eléments de sorcellerie ;

    BAGUETTE - 27 centimètres, longue et flexible. En bois d'acajou elle contient un ventricule de dragon, où peut-être un crin de licorne... A vrai dire Jeff ne s'en souvient plus très bien. Il était bien trop excité par cette magie, nouvelle pour lui, émanant de ce simple "bout d'bois" pour prêter attention à ses composants. Il est bien conscient que c'est sans doute son objet le plus précieux, mais autant dire qu'il a une grosse tendance à la perdre, retrouver, faire tomber dans tous les sens... Malgré tout, c'est une baguette qui a su se montrer très répondante à son maître, notamment dans l'art de la métamorphose et de la Défense contre les Forces du Mal.
    PATRONUS - Un toucan.
    BIEN ou MAL ? - Il aurait tendance à vous dire qu'il s'en fiche, qu'il n'aime pas se catégoriser, comme il n'aime pas catégoriser le monde. Mais quitte à se ficher, il serait évidemment un représentant d'une forme de "Bien".
    ET DANS 18 ANS ? - Dix-huit ans plus tard Jeffree aura pratiquement délaissé sa vie de sorcier. A sa sortie de Poudlard il partira à la découverte de ses origines et peu à peu s'installera dans une routine. Entre petits boulots et nouvelle vie il se défera un peu de cette dépendance à Lisy. Cependant, à trop vouloir se créer une nouvelle vie il ne fera rien de concret de celle-ci. Barman dans un bar branché de Londres il connaîtra une moldue qu'il épousera à ses 22 ans, avec laquelle il aura un enfant et dont il divorcera lorsque la situation dans le monde magique s'envenimera encore plus. Il sera alors obsédé par la recherche de Lisy. A ce stade de sa vie il aura gagné beaucoup d'argent suite au tournage de trois films, étant repéré dans le bar où il bossait. Il s'installe alors dans des auberges sorcières, partant à la recherche de ses anciens camarade, tentant d'accumuler les informations sur ce qu'il s'est passé dans ce monde qu'il a fui à la sortie du château. A force de fouiller il obtient peu de réponses et de nombreuses questions. Il écrira un article violent qu'il enverra à un journal clandestin. Les évènements s'enchaînant rapidement il prendra part à une forme de Résistance dont il sera une forme de porte parole, avec sa "grande gueule". Il se met rapidement des gens à dos et commence à obtenir des réponses. Puis il disparaît, du jour au lendemain. On ne saura jamais si c'est parce qu'il sera devenu l'une des nombreuses victimes de cette Guerre, ou simplement puisqu'il a retrouvé Lisy.

      Le moldu derrière l’écran ;

    PSEUDO - si'.
    AGE - 18 yo.
    AVATAR - Marlon Teixeira.
    COMMENT AVEZ-VOUS CONNU CE FORUM ? – ça remonte à bien trop longtemps pour que mon petit cerveau s’en souvienne (a)
    PRESENCE – Là je pars juste une semaine sans internet du 23 au 30 juillet, après quoi j’aurai toujours internet. Mais en septembre avec la reprise des cours ma présence sera largement irrégulière… Etudes oblige !
    COMMENTAIRES ? Forum toujours aussi beau ! <3



Dernière édition par Jeffree Darlington le Lun 15 Aoû - 15:56, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Nicholas Carr !


avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 169
♦ ARRIVÉE : 17/04/2011
♦ ANNÉE : 7th

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Mer 20 Avr - 18:35



L’aurore aux doigts de rose.


.


Il devait être tout juste six heures lorsqu’une ombre s’infiltra docilement dans le couloir des garçons. Elle marchait à pas de velours, non par peur qu’on ne découvre sa petite manigance, mais simplement dans l’espoir que personne ne vienne ruiner cet instant. Toujours aussi silencieuse, la fillette tourna la poignée de la chambre numéro trois ; celle-ci céda sous un cliquetis grondant. Enfin la petite s’engouffra dans la pièce.
Cinq minutes plus tard les deux comparses quittaient les chambrées. Jeff avait tout juste eu le temps de s’enfiler un sweat et ses chaussures par-dessus son pyjama avant de se faire traîner dehors par Lisy. Il n’avait aucune idée de l’heure qu’il était ni de la raison de cette prise de pouvoir de Lisy sur sa personne d’aussi bonne heure. Il aurait eu envie de protester un instant, expliquer gentiment à son amie qu’il aurait apprécié la compagnie de son oreiller encore quelques heures, mais à vrai dire il ne savait pas quel jour on était – avaient-ils cours ? ou était-ce le week-end ? – : la seule certitude étant celle que si Lisy l’avait réveillé, il devait y avoir une bonne raison. Jeffree avait une confiance aveugle en elle. Le garçon laissa s’échapper un soupir avant de rattraper de ses petites jambes d’enfant les quelques enjambées qui le séparaient son amie.
    J – On va où ?
    L – Shh.

A quoi bon, il savait bien qu’elle ne vendrait pas la mèche de si tôt. Qui ne tente rien n’a rien… Moui. Le garçonnet n’insista pas, glissant simplement sa main dans celle de Lisy, se contentant de la suivre de sa démarche encore pâteuse de l’aube. L’orphelinat n’était pas infini, après tout, et la fillette ne tarderait pas à les conduire où elle voulait. Jeff, lui, n’était pas franchement rassuré. Il avait beau être un enfant équilibré et courageux vis-à-vis d’autres orphelins, le silence et la froideur des couloirs qu’ils traversaient seuls à toute allure le laissaient sur ses gardes. Après tout, qui étaient-ils ? Deux gamins qui atteignaient tout juste la poignée d’une porte : elle avec ses petites robes d’écolière et lui ses grosses boucles qui lui tombaient sur les yeux. Ils avaient à peine six ans et croyaient déjà que le monde leur appartenait. On parle d’insouciance, innocence de l’enfance, moi je dirais plutôt bonheur. Ils étaient certes orphelins, mais cette grande structure les protégeait de dehors, de ce monde féroce prêt à les engloutir. Ils s’auto-suffisaient, ne se posaient pas encore les vraies questions. Les ‘pourquoi ?’ ne tarderaient pas à se pointer, mais pour l’instant que pouvaient-ils réclamer… Que pouvaient-ils réclamer de plus quand une vue aussi magnifique se dessinait devant leurs yeux ? Lisy les avaient conduits à un balconnet haut-perché et sur la pointe de leurs pieds les bambins se tenaient en équilibre, les mains agrippées à la surface de pierre froide, espérant saisir un maximum de cette vaste étendue qui les surplombait. L’horizon était englouti par l’aurore. Une aurore aux doigts de rose. L’obscurité s’estompait progressivement face au soleil du printemps, peignant ainsi des tâches de bleu, violet et rose dans ce ciel halé de la journée naissante. Splendide.
    J – C’est beau.

Un sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu’il saisissait le regard à la fois satisfait et émerveillé de Lisy. Comment savait-elle qu’à cet instant précis, à cet endroit précis, aujourd’hui ils auraient assisté au plus beau tableau que le Monde avait su leur donner ? Jeff se remémora un instant son contentement lorsqu’il avait ouvert son cadeau à Noël dernier, découvrant sous l’emballage le dernier Action Man. Ce jour là, Lisy et lui, sous le poids du déjeuner de Noël, la satisfaction des cadeaux, s’étaient estimés heureux, réellement heureux. Mais ils étaient alors bien loin d’imaginer ce qui les attendait aujourd’hui face à une telle vue. Non, on ne parle plus de bonheur quand on voit les yeux d’un enfant briller de mille feux.
Mais c’était sans compter la survenue d’un évènement imprévu : un grognement féroce survenu de l’estomac du bambin vint déchirer ce silence matinal.
    J – Ho !

Les deux se mirent à rire, tandis que Lisy ébouriffait les cheveux de Jeff. Au final, tout instant est éphémère, et des chefs d’œuvre comme celui-ci ils étaient certains d’en revoir un jour, tous deux, réunis comme lors de ce début de printemps de leurs six ans. Et sans plus attendre, mains dans la main ils repartirent pour guetter l’heure du petit-déjeuner. Ce serait leur secret.




Arrêt sur images.


.


Lorsqu’il vit la voiture tourner au bout de la rue et disparaître dans le brouillard matinal Jeffree sut qu’à partir de ce jour son existence allait changer. Il sentit la lourde main amicale du directeur se poser sur son épaule, simple geste de réconfort – ou serait-ce de compassion ? – envers ce garçon dont il pensait saisir la souffrance et le désarroi. Le départ de Lisy n’était pas un simple départ, c’était une perte à part entière pour Jeff. La perte d’une amie, d’une sœur, du seul soutien concret qu’il avait pu trouver dans cet orphelinat. Mais Lisy avait obtenu ses réponses, elle avait appris sa vérité, la vérité sur sa vie, sur la disparition de ses parents, et sur l’existence d’une famille qui allait enfin pouvoir la recueillir. La roue avait tourné. Après tout, c’est là le destin de tout orphelin. Du jour au lendemain ils peuvent découvrir une vérité sur laquelle ils ne s’étaient jamais réellement questionnés. Il n’y a pas situation plus instable que celle d’orphelin. La situation de celui qui peut voir brusquement une famille inexistante à ses yeux réapparaître, ou simplement voir des inconnus prétendre au rôle de parents.
Sans s’en rendre compte il s’était retrouvé dans le hall de l’institut. L’homme lui tendit un chocolat chaud fumant que Jeff avala doucement, en se dirigeant vers sa chambre. Ce ne fut qu’une fois assis sur son lit que l’enfant sentit les larmes chaudes couler sur ses joues. Lisy était partie, il ne la reverrait sans doute jamais plus, et lui se retrouvait au point de départ. Seul.


    J Encore ?
    Mr. C. – Oui Jeffree. Habille-toi bien, nous t’attendrons dans le hall cet après-midi à quinze heures.


Plusieurs années étaient passées depuis le départ de Lisy. Le bambin aux boucles couleur d’ébène avait grandi, son visage rond s’était affiné sur un corps encore maigrelet d’enfant. Jeffree avait désormais dix ans. Il n’avait pas quitté l’orphelinat durant ces quatre années. Pourtant les parents intrigués par ce gamin au teint hâlé et aux grands yeux malicieux ne manquaient pas. Jeff, de son côté exprimait un refus catégorique face à l’adoption. A la fin de chaque rendez-vous, lors de l’entrevue fatidique avec le directeur, celui-ci n’obtenait que des réponses négatives de la part du petit Darlington. Non, non et non il ne voulait pas aller dans cette famille. Il ne s’y sentait pas à l’aise, les enfants lui lançaient des regards hostiles, l’endroit paraissait putride, il y avait une famille de paraguayens cachée dans la cave… Tant d’excuses inventées pour justifier à Mr. C. sa décision. Au fond, le problème ils le connaissaient tous les deux : Jeffree attendait Lisy. Quatre ans qu’elle était partie et au fond l’enfant espérait, à chaque fois que le directeur l’appelait dans son bureau, que celui-ci lui annoncerait l’arrivée de son amie. Oh, certes, entre-temps le bambin qu’il était à ses six ans avait su s’affirmer, se faire une place dans cet orphelinat, des amis. Il avait désormais ces yeux malicieux, ce grand sourire rieur et toujours ces boucles qui lui tombaient sur les yeux. Le jour de ses sept ans, Jeff avait appris la vérité sur son passé. Il avait été donné à l’adoption à sa naissance. Une histoire bien simple : son père était un jeune musicien brésilien qui avait connu Henrietta Darlington lors d’un voyage de celle-ci outre-Atlantique. Une histoire d’amusement, des vacances qui s’achevèrent rapidement pour la britannique. Elle rentra dans sa campagne anglaise avec un lot surprise dans son bas-ventre. Elle avait alors dix-neuf ans, allait rentrer à l’université d’Oxford en Septembre. Jeffree naquit et fut délivré à l’orphelinat. Henrietta ne revint jamais sur sa décision et son père, lui, ne sut jamais de son existence.

Cette simple histoire avait aidé Jeff à accepter son existence. Maintenant il avait une vision claire des évènements. Il avait été le fruit d’une courte passion qui s’était achevée aussi vite qu’un coucher de soleil. Au lever de soleil suivant, il était né. Rien de plus. Etrangement, cet abandon ne fut pas aperçu par l’enfant comme tel. Il l’accepta assez bien. Un jour, peut-être irait-il à la recherche de cette tribu Darlington dont il portait le nom. Au fond, ils ne l’avaient pas dénaturé. Jeffree Darlington faisait bel et bien part de ce monde en tant que tel. Il n’avait qu’une seule ambition maintenant, retrouver Lisy pour tout lui raconter.



Tu n'es pas normal.


.


Sonny descendit de la voiture en courant. Il passa sans s’arrêter devant le directeur qui l’attendait devant la porte d’entrée puis rejoignit sa chambre dont il claqua la porte bruyamment. En un regard il convainquit Thomas – avec qui il partageait la pièce – de sortir. Une fois assis sur son lit une espèce de boule d’excitation explosa dans tout son corps. Des frissons le saisirent puis il commença à sentir des picotements le long de ses membres. Après quelques minutes ce mélange d’euphorie et de surprise s’estompa et la fatigue lui tomba dessus. Incrédule, Jeffree porta les mains à son visage, puis il les scruta, l’une après l’autre. Rien n’avait changé. Pourtant il n’avait pas rêvé, les assiettes s’étaient bel et bien brisées, les unes après les autres, après qu’il les ait touchées. Si ce n’avait été qu’une assiette on aurait pu croire à de la maladresse… Mais le set familial complet ?!
Le gamin tendit une oreille, il entendait des bruits dans le couloir, des paroles affolées, énervées ; d’un autre côté la voix calme et posée du directeur qui tentait de rassurer les parents. « Il n’a sans doute pas fait exprès », disait-il « Jeffree n’est pas de ceux-là. Ce n’est pas un mauvais garçon. ». Un sourire se dessina sur ses lèvres, un jour Mr C devrait se résoudre, si ce n’était pas lui qui inventait des histoires pour ne pas atterrir dans une famille, c’était des phénomènes inexpliqués qui le sortaient du pétrin.
    XX – Ecoutez, je ne met pas en cause la soit disant méchanceté du gamin, mais je vous assure qu’il n’est pas normal. Quel enfant brise une assiette simplement en la touchant ? C’est incompréhensible. Il doit être perturbé. Ce n’est pas normal.
    XY – Oui… Ecoutez Mr le directeur, je pense que nous attendrons un peu avant de retenter l’expérience avec d’autres orphelins. Nos enfants nous attendent à la maison et nous devons leur expliquer que non, Jeffree n’est pas un magicien. Non mais sérieusement, de la magie… !

« Ce n’est pas normal » se répétait-il dans la tête. Pas normal. D’un coup un sentiment de malaise saisit Jeff. Oui, elle avait raison, rien de tout cela n’était normal. Mais quitte à mettre en cause la normalité, autant en revenir aux sources ! Ce n’était pas non plus normal de se sentir aussi abandonné qu’il l’était. Pas normal qu’il soit obligé de feindre une existence et un bonheur parfait face aux familles qui défilaient pour l’adopter. Comme s’il était possible de tout remettre à zéro. Non, il n’existe pas de bouton « Reset » dans la vraie vie. Un bruit sourd. Une brûlure soudaine à l’avant bras. Jeffree émit un cri. La lampe du plafond venait d’exploser et des débris brûlants de verre s’étaient plantés dans son bras.


    T – Jeff t’as du courrier !

On était quelques jours après l’accident, le onze novembre. Aujourd’hui Jeff fêtait ses douze ans. Dans sa chambre un paquet était déposé sur le lit, encore tout empaqueté. Il était tôt, à peine dix heures et le courrier venait d’arriver. Jeff était en train de tripoter un vieux bouchon de champagne. Celui de ses onze ans, plus précisément. C’était une tradition, chaque fois qu’il y avait un anniversaire une bouteille était ouverte et le bouchon de l’occasion était offert à celui à qui l’on rendait honneur. Sur le bouchon, la date du jour. Aujourd’hui il recevrait son douzième bouchon, symbole de ses douze années d’appartenance à cet endroit.
Reprenant ses esprits, Jeff se releva de son lit et attrapa l’enveloppe que lui tendait son ami. Aussi ridicule que cela puisse paraître, son cœur battait la chamade. Il n’était pas habitué à recevoir du courrier. A vrai dire, il n’en recevait même jamais. Serait-ce Lisy ? Une lettre perdue en chemin depuis tout ce temps… ? Le garçon déchira l’enveloppe immédiatement, sans même prêter attention aux inscriptions au dos. Il ne lui suffit que de quelques secondes pour dévorer la lettre. Une pause.
Ca alors… ! Il était un sorcier !






Dernière édition par Jeffree Darlington le Lun 8 Aoû - 11:31, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Nicholas Carr !


avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 169
♦ ARRIVÉE : 17/04/2011
♦ ANNÉE : 7th

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Mer 20 Avr - 18:40



Tu joues avec le Diable.


.


Jeff avançait silencieusement dans les couloirs. Samedi soir, 22h30. A cette heure-ci Poudlard était aveugle ; tous étaient occupés de leur côté, sans se soucier du voisin. C’était la seule soirée de totale liberté qu’ils avaient : demain, dimanche, la moitié du château raterait le petit-déjeuner, les plus ardus seraient à la bibliothèque aux alentours de treize heures et les autres, comme lui, ne se soucieraient de la semaine qui s’apprêtait à commencer que le soir venu. Malgré tout, le Gryffondor tentait de marcher le plus rapidement possible, et pour cause, il arpentait le territoire des Serpents. Ho, depuis le temps qu’il côtoyait ces lieux il n’en ressentait presque plus la froideur, mais vu l’ambiance au château dernièrement il préférait être prudent. Même Lisy se comportait étrangement avec lui. Enfin, plus étrangement que d’habitude, du moins. Leur relation n’en était pas réellement une. Seuls les plus avisés avaient pu saisir les regards que se lançaient Darlington et Shank. Aux yeux de tous, si opposés, au fond si semblables. Oui, je parle bien là de Lisy, là Lisy que Jeff avait perdu un matin de ses six ans. Le Destin avait su se montrer coopératif, il les avait à nouveau réunis le 1er Septembre de leur treize ans, sur un quai affolé de sorciers, face au train flamboyant qui les enverrait dans leur nouvelle demeure commune : Poudlard.
Il leur avait fallu peu de temps pour se retrouver, affronter le temps perdu, se reconnaître et affirmer cette histoire qu’ils avaient vécu alors qu’ils n’étaient que des enfants. Evidemment, un facteur avait changé : la Lisy douce et serviable d’avant, cette gamine aux yeux rieurs et à l’enthousiasme sans limite s’était assombrie. Aux yeux de beaucoup elle n’était qu’une perfide vert et argent, mais pour Jeff elle restait Lisy, sa Lisy. Tant qu’ils étaient bien ensemble, quand ils étaient réunis, il se foutait royalement du reste. On n’est plus jamais le même qu’à ses six ans.

Et en fait, cette situation ne lui avait pas totalement déplu jusqu’à maintenant. Jusqu’il y a peu de temps il acceptait d’aller rejoindre Lisy que lorsque sa salle commune s’était vidée, de partager quelques moments excitants, cachés des yeux de tous, toujours avec le risque de se faire découvrir – enfin ça, pas sûr… Lisy ne courrait jamais le risque. Au fond, il y avait une part d’adrénaline dans tout cela. Il y avait cette part de secret préservée depuis leur enfance, depuis cette aube passée sur un balconnet de l’Institut à observer un lever de soleil. Bien sûr, il avait vaguement asséné l’idée qu’ils auraient pu un jour se montrer en public, mais face aux refus de son amante il n’avait jamais réellement insisté. Le Rouge et Or s’arrêta un instant au détour d’un couloir. Des pas s’approchaient. En temps normal il n’aurait pas été impressionné par un groupe de Serpentard se rapprochant, mais il y avait depuis peu quelque chose qui le dérangeait dans Poudlard. A vrai dire, il commençait sérieusement à en détester l’ambiance. Il avait toujours vécu comme un moldu, avait un jour découvert sa réelle nature, l’avait acceptée, s’était fait une place à Poudlard et ne s’était jamais plaint. Mais là, ça devenait sinistre. On se serait crus dans l’une de ces scènes créées pour faire monter la tension dans les films de suspense hollywoodien. Tous sentaient très bien que quelque chose planait sur le château, mais nul ne savait quoi. Jeff était loin de faire le lien entre le changement d’attitude de Lisy et cette ambiance au château, mais néanmoins il avait besoin de lui parler ce soir.

Après avoir vu défiler un groupe de gamins de première année il se remit en chemin. Rapidement il contourna la salle commune des Emeraude avant de s’engouffrer dans un couloir encore plus sombre. Enfin il s’arrêta face à une porte sur laquelle était simplement taillé ‘Cachot n°113’. Un « alohomora » plus tard et Jeff s’approchait de Lisy. Elle semblait encore une fois perdue dans ses pensées, un regard sérieux ancré au visage. Malgré tout un sourire se dessina sur ses fines lèvres rosées lorsqu’il s’approcha d’elle. « Bonsoir mademoiselle. », lança-t-il au vol avant de déposer un baiser sur les lèvres de Lisy. Il sentit le corps de la Serpentard se raidir et saisit un regard de celle-ci vers la porte. Elle vérifiait que celle-ci était bien fermée, comme souvent. Ce coup-ci ce simple geste eut le don d’irriter Jeff. Il se décala et alla s’adosser à un mur.
    J – T’es bizarre en ce moment. Encore plus aux aguets, préoccupée… Non, même pas préoccupée, mais en tout cas totalement prise par quelque chose.
    Elle arbora un sourire puis s’approcha de lui, approcha son visage, ses lèvres…
    L – Embrasse-moi.

Elle avait plongé son regard dans celui de Jeff, un regard malicieux, empli de défi. Cette scène si semblable à celles vécues tant d’autres fois fit presque oublier le fond de ses pensées au Gryffondor. Puis un craquement vint briser le silence et inconsciemment tous deux se retournèrent vers la porte, pour vérifier que leur entrevue secrète en était toujours une.
    J – J’en ai marre Lisy ! Je sais pas ce qu’il se passe à Poudlard en ce moment mais il y a une espèce de tension générale, et toi aussi t’es tendue. Je le sens. J’aimerais comprendre mais je sais bien que tu ne me diras rien. Et tout, toute cette situation me fait encore plus penser qu’on devrait arrêter ce petit jeu pour se réaliser vraiment. Tout semble si faux en ce moment au Château, et parfois j’ai l’impression que notre couple est faux aussi. D’ailleurs, je ne sais même pas si on est vraiment un couple…

Un autre bruit le stoppa dans ses paroles. Encore une fois il se vit se retourner vers la porte. Cette paranoïa avait réussi à s’emparer de lui. Un mélange de frustration et de colère le saisit encore plus vivement.
    J – Bon en fait, ça m’énerve, tout m’énerve ce soir. Je vais aller me coucher, ça sera bien mieux pour tout le monde. De toute façon, dans trois jours il y a le bal de Noël. Je t’attendrai comme d’habitude devant la Grande Salle.

Elle ne dit rien. Après tout elle savait bien qu’aussi rieur et bon enfant qu’il pouvait l’être, Jeff était pourvu d’un sacré caractère. Spontané et irréfléchi la colère pouvait le prendre à l’improviste et alors c’en était fini pour la soirée. D’ailleurs, après avoir hésité un instant à si s’approcher de Lisy, lui prendre la main, lui frôler le bras ou quoi que ce soit d’autre, il s’était bloqué, arrêté et puis dirigé vers la porte. Il savait bien que dans dix minutes, une fois avachi sur son lit, il regretterait cette soirée qui aurait pu se dérouler autrement, mais pour l’instant il faisait encore face à cet énervement.
    J – Je suis désolé. Mais j’aimerais bien que tu réfléchisses un peu à ce que je t’ai dit. Tu ne seras pas plus vulnérable si on se montre aux yeux de tous. Justement, ce serait tout le contraire…

Il soupira puis s’engouffra dans le couloir.



Epilogue.


.


« Dis, Lisy, quel sort tu lancerais, toi, si un jour, tu devais attaquer quelqu'un pour une raison quelconque ? - Cela dépendrait. - Comment ? - Si cette personne m'a fait souffrir, même inconsciemment, je lui lancerais un Doloris…. » L’image de Lisy et Jeff adolescents se brouilla pour laisser apparaître un couloir sombre. Un couloir sombre, des bruits, des sorts, de l’affolement. Une petite première année apeurée. Jeff se place devant elle. Face à lui une encagoulée. La peur, le défi. « ENDOLORIS… »

Brusquement Jeff se releva de son lit. Sur son corps encore brûlant et transpiré du cauchemar il avait l’impression de ressentir à nouveau le tranchant du sort. Il s’assit et regarda l’heure ; neuf heures quarante trois. L’adolescent se passa une main sur le visage, se frotta les yeux comme pour tenter de se sortir du cauchemar. Mais impossible de s’en sortir du moment où c’en n’était pas un. Toutes ces images n’étaient que la pure réalité défilant encore et encore face à ses yeux. Un simple film qui tournait en boucle. Lisy et lui ne s’étaient pas reparlés depuis cet évènement. Jeff se leva et s’engouffra dans la salle de bain. Il se déshabilla et se faufila sous une douche tiède. En attrapant le savon ses yeux se posèrent sur son bras mutilé de cicatrices, souvenir de l’une de ses premières manifestations de magie. La lampe brûlante du plafond qui explosait sur son bras… La magie et lui ça n’avait pas bien commencé. A vrai dire il commençait même à s’en lasser. Face aux évènements des derniers mois à Poudlard une grande confusion s’était emparée de lui. Inutile de dire que le monde magique partait en vrille. Le bordel, chaos même, collectif. Il essayait au maximum de s’en échapper, mais il était impossible de renier totalement une réalité quotidienne. Depuis le bal de Noël Jeffree ne se rendait plus aux évènements collectifs, il évitait même au maximum la Grande Salle. Trop de monde, trop de confusion, trop de cons. L'histoire des préfets ne l'avait heureusement pas touché, ce soir là d'ailleurs il était en vadrouille à Pré-au-lard. Revenu au château, face à la confusion on lui avait dit de ce débarquement éclair. Il avait alors simplement cherché à savoir de ce qu'il adviendrait prétendument à Lisy. Après tout, le futur ne tarderait pas à être changé. Changé avec l'explosion de la Tour des Serdaigles par exemple. Quel crétin avait pu faire ça. Il avait été intrigué au début, mais sa curiosité n'était pas allée plus loin, préférant ne pas se mêler à toute cette ribambelle de commères et fouines s'amusant à lancer des rumeurs à gogo. Ensuite les choses avaient été mises au clair. La Bande à Clyde vs La Résistance. Mais quelle connerie. Des ados à peine sortis de la puberté pensant pouvoir mener une prétendue Guerre du futur à bien ? Il n’avait désormais qu’une hâte, que les vacances arrivent ; retourner tranquillement deux mois chez les moldus et laisser cette confusion se tasser. A désormais dix-neuf ans il n’était plus pensionnaire de l’orphelinat alors il avait appris à se débrouiller autrement. Depuis l’année dernière il rentrait sur Londres à chaque vacance et exerçait des petits boulots dans le but de se payer une chambre pour l’été suivant. L’année dernière il avait passé une bonne partie de l’été avec Lisy. Dans le monde moldu personne ne pouvait les reconnaître, les juger, les briser. Mais cette année il devrait trouver une autre solution. Il sortit de la douche et enfila ses vêtements.

Lisy et lui ne se parlaient plus. Cette situation le rongeait peu à peu. Il ne savait pas quoi faire, il ne savait plus quoi faire pour la retrouver. La difficultfé venait des deux côtés. Il y avait ce Doloris lancé par Lisy contre lui : il l’avait blessée. Jeff était certain que la conversation qu’il avait eue quelques jours auparavant dans les cachots avec elle y était pour quelque chose. Il ne voulait plus que leur relation reste au simple stade du « cache-cache ». Mais ils avaient déjà eu de nombreux affrontements à ce sujet et les tensions étaient vite passées. Cette fois-ci il était allé plus loin oui… Mais l’avait-il blessée à tel point ?

Si tout s’arrêtait là c’aurait presque été simple de régler les problèmes. Mais ensuite venait cet endoloris. Endoloris qu’elle n’avait pas hésité un instant à lui balancer à la face. Il avait toujours su de ce côté sadique de Lisy. Il avait toujours su qu’elle aurait été réellement capable de lancer de tels sorts pour faire souffrir ses victimes (ses bourreaux ?), mais il avait difficilement envisagé de pouvoir la faire souffrir à tel point qu’un jour elle se retournerait à ce point contre lui. Et pourtant c’était arrivé. Après cette soirée, même en étant rongé par une part de culpabilité, il avait été incapable de la regarder dans les yeux. Peut-être justement parce que ce putain d’Noël l’avait finalement fixé. Il la savait capable de vengeance, il la savait capable de nombreuses choses, mais pas de s’allier à ces imbéciles, à ces dégénérés. Tout ça pour quoi ? Pour s’amuser. Cette simple idée le faisait enrager. Elle passait son temps avec ces crétins pour satisfaire cet égocentrisme qui la dévorait. Ce n’était donc pas tant pour le sortilège lancé qu’il lui en voulait, mais pour s’être mise à fricoter avec ces imbéciles. Et pourtant, qu’aurait-il fallu ? Qu’il s’excuse. Il aurait aimé être capable de le faire si naturellement. Mais cet enchaînement d’évènements étranges à Poudlard au quotidien l’empêchaient de se lancer. A chaque fois qu’il tentait de se faire force une nouvelle révolution s’abattait sur le Château et sa résignation prenait alors le dessus sur la situation. Jeff était convaincu que sans un retour à une forme de normalité tout serait vain et inutile. Elle était désormais bien trop attachée à cette magie et lui en était bien trop las pour qu’ils s’entendent.

Alors il avait commencé à écrire, écrire des lettres anonymes à un correspondant tout aussi anonyme. Etrangement cet échange le libérait un peu de toute cette frustration quotidienne. C’était une communication rapide, naturelle et spontanée. Il se prenait à apprécier réellement ces échanges. On n’y parlait pas de magie, on n’y parlait jamais des évènements récents, et pourtant les lettres continuaient à fuser peu importe la situation. Entre ces mots on pouvait presque entrapercevoir la « vraie vie » ; l’Existence.

Et puis le Château trembla et sa première pensée alla directement à Lisy. Où était-elle ? Il aurait tant voulu la voir et lui dire « Je t’aime et je suis désolé. ».



Dernière édition par Jeffree Darlington le Mar 9 Aoû - 16:04, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Samaël E. Wilson !

« Get out of my way »
(Je m'aime ♥)

avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 1729
♦ ARRIVÉE : 22/10/2009
♦ HUMEUR : préoccupé

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Mer 20 Avr - 18:53

SI D'AMOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUR RE-BIENVENUUUUUUUE PARMI NOUS monkey Basketball albino cherry queen santa

Hâte de voir c'que donnera ton Jeff, bien que Nichon manquera toujours à Samiche

Spoiler:
 





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Paris Montgomery !

« I'm NOT GAY !
Sorry boys... »

avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 526
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Jeu 21 Avr - 8:06

Siiiiiiiii *-*

Re Bienvenue !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Invité !

Invité


MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Jeu 21 Avr - 9:47

santa

(HUUUUUHHHHH je voulais être la première pale )

Revenir en haut Aller en bas
TAKE CARE ♣ THIS IS
Nicholas Carr !


avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 169
♦ ARRIVÉE : 17/04/2011
♦ ANNÉE : 7th

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Jeu 21 Avr - 10:58

    Samaël E. Wilson a écrit:

    Spoiler:
     
    Baha oui c'était tout précalculé Sun (a)
    Samiche/Nichon me manquera toujours mais bon j'espère que Jeff marquera le coup comme a su l'faire N Basketball

    CA FAIT PLAISIR DE REV'NIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIR ! Vous m'aviez manqué ! Merci pour l'accueil

    (Lisy t'as eu l'exclusivité du premier mp <3 Et puis tout le mérite te revient au final, avec ce Jeff.) Allez,

    cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Nicholas Carr !


avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 169
♦ ARRIVÉE : 17/04/2011
♦ ANNÉE : 7th

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Sam 30 Avr - 19:33

    Bonsoir,
    Je viens juste annoncer que, mes concours se terminant le 19 mai, je pense n'avoir le temps d'avancer cette fiche d'ici là ! Donc voilà, juste pour signaler que je n'abandonne rien et suis toujours aussi motivée par le retour à T3 avec ce p'tit Jeff ! (;

    Bisouuuus Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Adam Meyer !

Good boy get bad
Garden, cruel love.

avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Sam 30 Avr - 19:48

C'est noté! Et t'as droit à un bon coup de batte à clous si tu reviens pas au 20 mai précisément!
Bon courage!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Samaël E. Wilson !

« Get out of my way »
(Je m'aime ♥)

avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 1729
♦ ARRIVÉE : 22/10/2009
♦ HUMEUR : préoccupé

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Sam 30 Avr - 20:58

Bon courage Si chérie cyclops Vivement le 20 mai!





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Invité !

Invité


MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Dim 1 Mai - 11:00

Samaël a tout dit, bon courage ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
TAKE CARE ♣ THIS IS
Tradd Cooper !

Martyr
Prince charmant
Gendre idéal √

avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 1379
♦ ARRIVÉE : 16/02/2010
♦ HUMEUR : obsédé.

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Jeu 5 Mai - 9:16

    Ca sent les revenants. Basketball
    REBIENVENUE du coup. (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Nicholas Carr !


avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 169
♦ ARRIVÉE : 17/04/2011
♦ ANNÉE : 7th

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Lun 23 Mai - 15:45

    Merci ! (:
    De retour. Je me dépêche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Invité !

Invité


MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Ven 27 Mai - 20:47

Question
♥️
Revenir en haut Aller en bas
TAKE CARE ♣ THIS IS
Samaël E. Wilson !

« Get out of my way »
(Je m'aime ♥)

avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 1729
♦ ARRIVÉE : 22/10/2009
♦ HUMEUR : préoccupé

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Jeu 2 Juin - 21:32

Si' d'amour, tu t'en sors? queen





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Nicholas Carr !


avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 169
♦ ARRIVÉE : 17/04/2011
♦ ANNÉE : 7th

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Dim 5 Juin - 23:34

Uiiiich, j'suis désolée ça prend plus de temps que prévu ! J'ai pas trop eu le temps d'écrire depuis le début des vacances parce que je bosse un peu avec mon père, mais ça se termine demain donc j'aurai plus de temps libre après ça. Désolée désolée. <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Tradd Cooper !

Martyr
Prince charmant
Gendre idéal √

avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 1379
♦ ARRIVÉE : 16/02/2010
♦ HUMEUR : obsédé.

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Mer 20 Juil - 21:10

    Je ne suis pas du tout en retard. Laughing Je suis vraiment pathétique dans mon genre.
    Bref. REBIENVENUUUE. santa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Nicholas Carr !


avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 169
♦ ARRIVÉE : 17/04/2011
♦ ANNÉE : 7th

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Lun 8 Aoû - 18:45

    MERCI ! <3

    OMG, j'ai FINIIIIIII !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Adam Meyer !

Good boy get bad
Garden, cruel love.

avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Mar 23 Aoû - 20:02

Je l'ai toujours dis que Lisy était une raclure!
Très jolie fiche, je n'en attendais pas moins de toi! Excuses nous pour le retard, et tu as bien eu raison de venir me rappeler à l'ordre! Sans te faire patienter plus longtemps, je te souhaite d'avance un bon jeu et j'espère que tu vas nous aider à lancer la dernière intrigue pour faire sortir T3 de sa torpeur estivale!
Ah, et Gryffondor donc! Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Nicholas Carr !


avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 169
♦ ARRIVÉE : 17/04/2011
♦ ANNÉE : 7th

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Mar 23 Aoû - 22:44

Merci beaucoup ! (:
Oui j'espère vraiment qu'on va pouvoir remettre T3 sur un bon rythme de rentrée héhé !
Ce forum en vaut vraiment le coup.
monkey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Invité !

Invité


MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Mer 24 Aoû - 17:55

Ben merci bien, je vois qu'on m'aime fort ici Arrow

Je suis tellement contente que ta fiche soit enfin validée ! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
TAKE CARE ♣ THIS IS
Adam Meyer !

Good boy get bad
Garden, cruel love.

avatar
♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    Mer 24 Aoû - 18:04

Tu sais que j't'aime Lisy voyons, mais trop d'effusions tue l'effusion! bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TAKE CARE ♣ THIS IS
Contenu sponsorisé !



MessageSujet: Re: (finie) JEFF - passengers.    

Revenir en haut Aller en bas
 

(finie) JEFF - passengers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Time-Turner :: Tome I : l'École des Sorciers :: Cérémonie :: Répartitions Supprimées-