Emy V2 ● Angels fall first (Finie)

Aller en bas

Emy V2 ● Angels fall first (Finie)

Message par Emerson Camden le Dim 25 Mar - 1:20

Adultes

Emerson Camden
poste vacant; personnage inventé


Qui êtes-vous?
NOM - Camden
PRÉNOMS - Emerson
DATE DE NAISSANCE - 1er juin 1985
AGE - 24 ans
ORIGINES - Sang mêlé
MÉTIER - Responsable des relations publiques du Ministère de la Magie
Éléments de sorcellerie
BAGUETTE - La baguette d'Emerson est en bois d'olivier, elle mesure 23 cm et contient un crin de licorne.
PATRONUS - Un cheval ailé, un Gronian plus précisément, identique à celui que possédait son grand-père et qu'elle montait étant enfant.
BIEN ou MAL ? - Mal
FAITES-VOUS PARTI DE LA RÉSISTANCE ? - Oui [] Non [X]
FAITES-VOUS PARTI DES PRO-CLYDE ? - Oui [X] Non []
FAITES-VOUS PARTI DE LA TROISIÈME FORCE ? - Oui [] Non [X]
ÊTES-VOUS NEUTRE ? - Oui [] Non [X]


Présentation libre
Chapitre I : Famille

Emerson ??? Emerson!!! Emerson Vivian Camden viens ici tout de suite ou je t'assure que ça va barder pour ton matricule!!!

Emerson tendit l'oreille, il lui semblait avoir entendu la voix de sa mère crier son nom quelque part loin en-dessous d'elle. La jeune fille était tranquillement allongée sur la cime d'un arbre au fin fond du jardin familial, les jambes dans le vide et la tête dans les nuages depuis maintenant plus d'une heure. Tête brûlée, elle passait son temps à grimper aux arbres, non seulement parce que c'était une discipline dans laquelle elle battait aisément ses frères avec son poids plume et son agilité naturelle mais aussi parce que c'était le seul endroit où elle pouvait rêvasser en paix. Il était rare de trouver un endroit calme dans une maison habitée par six personnes et même si Emerson adorait cette atmosphère bordélique et bruyante, il arrivait parfois qu'elle ait envie de se retrouver seule durant un moment et c'est pourquoi les arbres étaient devenus son refuge.

Emerson était la petite dernière d'une fratrie de trois garçons, un statut qui aurait pu facilement faire d'elle une petite poupée pourrie gâtée mais cela n'avait pas été le cas, l'adolescente étant devenue au fil des années un vrai garçon manqué toujours prête à suivre ses grands frères dans toutes leurs bêtises et aventures, elle-même n'étant d'ailleurs pas en reste pour se faire remarquer. Car ne pas se laisser éclipser par tout ce bouillonnement de testostérone ne lui avait jamais posé trop de problèmes avec son caractère bien trempé et son tempérament volcanique. Dès l'enfance il avait été évident que la brunette n'était pas du genre discrète et effacée, au contraire c'est quand on ne l'entendait pas qu'on s'inquiétait. Néanmoins, à cet instant précis le silence de l'adolescente de 15 ans exaspérait plus sa mère Phoebe qu'il ne la préoccupait. Aujourd'hui était loin d'être le jour idéal pour que celle-ci disparaisse et elle retournait donc littéralement tout le jardin pour la retrouver.

Phoebe Camden avait toujours été l'une de ces personnes magnétiques qui attirent les autres à elles sans rien faire. A Poudlard, on ne voyait qu'elle. Poursuiveuse et capitaine de l'équipe de Quidditch de sa maison, elle était la plus populaire des Gryffondor malgré des notes moyennes qu'on lui pardonnait aisément vu son caractère sociable et souriant.Elle était ensuite devenue joueuse professionnelle de Quidditch chez les Harpies de Holyhead avant d'entrer au département des jeux et sports du Ministère pour devenir l'un de ses éléments incontournables. Mordue de littérature moldue, elle avait un jour fait la connaissance lors d'une dédicace d'un auteur moldu Tristan Camden pour qui elle avait eu le coup de foudre et réciproquement. Celui-ci était le genre d'homme qui vous inspire instantanément confiance et vers qui on se tourne pour un conseil ou en cas de problème. Etudiant brillant tout droit sorti d'Oxford, il avait réalisé son rêve d'enfant en publiant son premier roman qui était très vite devenu un best-seller suivi par bien d'autres. Lorsque Phoebe avait fini par lui avouer son secret, il avait été drôlement surpris mais après le choc initial il avait finit par accepter ce nouveau monde et par s'y adapter plutôt facilement avec la tranquille assurance qui était la sienne. Ils s'étaient donc mariés et avaient eu quatre enfants dont Emerson. Emerson, qui, perchée sur sa branche entendit soudain la voix de sa mère juste en-dessous d'elle.

Emerson!!! Je te vois!!! Descends de là tout de suite!!!

Elle soupira, son moment de solitude était terminé, elle n'avait plus le choix. Elle commença à redescendre en réfléchissant à ce qu'elle avait bien pu faire pour mettre sa mère en colère. Ce n'était pas rare mais cette fois-ci, elle ne voyait vraiment pas ce qu'elle avait bien pu faire pour mettre sa mère en rogne. Elle n'avait pourtant pas peint le chien en rouge et vert aujourd'hui à ce qu'elle sache ou lancé des bombes à eau avec Alex sur les voisins. Non, pour une fois, elle ne voyait vraiment pas pourquoi sa mère la cherchait en hurlant. Elle finit par sauter de la dernière branche sur le sol.

Salut Mam! Tu me cherchais?

Comme d'habitude, Phoebe avait beau être hors d'elle, le sourire angélique de sa petite dernière fit fondre sa colère et naitre un léger sourire sur son visage. Mais elle se reprit au bout de quelques secondes, retrouvant son visage sérieux.

Qu'est ce que tu fais là ? Tu devrais être dans ta chambre en train de finir de te préparer et non en train de buller dans les chambre, nom d'un dragon !

Euh... je veux bien mais pourquoi ?

Tu n'aurais pas quelque chose d'important à faire aujourd'hui non ? Comme faire ta rentrée à Poudlard par exemple ???

Oh bordel de goule en slip de bain, la rentrée ! J'avais complètement oublié !!

Emerson ton langage s'il te plait! On part d'ici une demi-heure pour la gare, comment est ce que tu as pu oublier ta propre rentrée ?

Euh... Je sais pas, quand je me suis levée ce matin ça m'était sorti de l'esprit.

Tête vide, tu ferais mieux d'aller te changer en quatrième vitesse avant que je ne décide de vraiment m'énerver !

Phoebe posa ses mains sur ses hanches dans la parfaite incarnation de la mère de famille contrariée. Ni une, ni deux, la jeune fille fila dans sa chambre, dévorant l'escalier à toute allure. Elle savait qu'il ne valait mieux pas mettre sa mère en pétard, elle pouvait s'avérer véritablement effrayante lorsque cela arrivait. En montant elle se demandait encore comment elle avait pu oublier son départ à Poudlard. Elle posait encore des milliards de questions à ce propos à ses parents et ses frères hier soir au dîner et il lui avait fallu des heures pour s'endormir tant elle s'était tournée et retournée dans son lit. Mais ce matin lorsqu'elle s'était réveillée elle avait tout oblitéré, la fatigue peut-être... Elle entra dans sa chambre en soupirant et sans perdre un instant, enleva le jean troué et le vieux tee-shirt qu'elle portait habituellement pour ses escapades forestières avant d'enfiler des vêtements moldus qu'elle garderait jusque dans le train. Elle jeta un œil dans le miroir et constata, avec une moue ennuyée, que sa chevelure était constellée de brindilles et de feuilles. Elle détacha ses cheveux avant de les agiter énergiquement à travers la pièce envoyant les débris voler un peu partout dans la chambre puis elle leur donna un coup de brosse à cheveux. Elle se regarda à nouveau dans le miroir et décida qu'elle était bien assez présentable pour le moment. Elle jeta donc un dernier coup d'oeil à sa chambre, histoire de vérifier qu'elle n'avait rien oublié et s'attarda pendant quelques secondes, réalisant soudain qu'elle allait quitter cet endroit et que désormais elle n'y passerait plus que de brèves périodes durant les vacances.

Emerson n'était pas du genre nostalgique à passer du temps à se remémorer le passé mais à cet instant elle ressentait un pincement au cœur à l'idée que cette chambre ne serait plus vraiment sa chambre ou en tout cas que ce ne serait plus pareil et qu'en la quittant c'était également son enfance qu'elle quittait. Elle eut un léger soupir avant de sursauter en sentant une présence derrière elle, c'était sa mère adossée au chambranle de la porte qui la regardait avec ce regard qui gênait toujours beaucoup Emerson.

Ma petite fille devient grande.

Oh Mam... Tu va pas pleurer quand même !

Tiens donc, ma Emynouchette serait elle embarrassée de voir sa mère triste à l'idée de la voir partir ?


Emerson leva les yeux au ciel avec un petit sourire en se détournant du regard perçant de sa mère pour attraper sa lourde valise et glisser sa baguette dans une poche de son jean. Prête à y aller, elle se tourna vers Phoebe qui la regardait toujours.

Bon ! Va falloir y aller ou on va rater le train !

Tu crois pas que tu exagère un peu là ?

Moi ??? Non !!! C'est pas mon style !!!


Phoebe leva à son tour les yeux au ciel tandis qu'un sourire malicieux naissait sur le visage de sa fille. Elle suivit sa fille pour rejoindre le reste la famille au rez de chaussée. Alors qu'elle posait sa valise, Emerson entendit plus qu'elle ne vit Hayden et Alex pouffer, bien entendu ils étaient déjà au courant de sa mésaventure, elle pouvait compter sur eux pour la lui rappeler jusqu'à sa mort. Agés de quatre ans de plus qu'elle, les jumeaux avaient beau être très différents ils étaient inséparables et tout aussi insupportables. Hayden avait toujours été le plus calme des deux, le cerveau du duo ou tout du moins le plus déterminé et têtu, un fanatique de sport devenu le gardien officiel de l'équipe de Quidditch de Gryffondor l'année précédente. Alex, lui, était un bavard incorrigible avec un bagou du tonnerre mais également un fanfaron toujours prêt à prouver qu'il est le meilleur. Unis comme les doigts de la main, ils étaient toujours partants quand ils s'agissait de chahuter leur petite sœur. Emy se retourna en soupirant pour leur faire face, tous deux luttaient contre le fou-rire, même Samuel d'habitude bien plus sérieux en tant qu'ainé ne pouvait réprimer un sourire amusé tout comme leur père Tristan. Alex fut bien entendu le premier à ouvrir le feu.

Alors Emy, on a eu un petit trou de mémoire ?

Oh ça va, commencez pas ! J'ai oublié, j'ai oublié, ça arrive ! Faut qu'on y aille ou on va rater le train !


Elle se dirigea vers son père dont elle attrapa le bras comme elle en avait l'habitude, celui-ci jeta un regard bienveillant sur elle avant de lui ébouriffer les cheveux.

Par la barbe de Merlin tu as fait fort cette fois-ci Eme ! Oublier ta rentrée à Poudlard, tu m'étonneras toujours.

Son père était le seul à lui donner ce surnom parmi tous ceux qu'elle connaissait, il lui avait un jour expliqué que cette prononciation signifiait " be loved " en français et que c'était pour ça qu'il l'appelait toujours ainsi, parce qu'elle serait toujours sa petite fille adorée même si elle grandissait. Emerson haussa les épaules et l'entraina vers l'extérieur avant d'entendre Hayden dans son dos.

Et ta valise ? Elle va pas marcher toute seule jusqu'à la gare !

Vous êtes des mecs, c'est vous qui avez les muscles non ? Moi je ne suis qu'une faible femme...

Hé !!! On est pas tes elfes de maison !!!

Emerson se retourna pour tirer la langue à Alex quand Samuel intervint à son tour.

Faible femme, mon œil !

Pourquoi ? Je suis pas crédible ?


Elle prit son air le plus innocent pour répondre à Samuel qui leva les yeux au ciel, une habitude familiale, avant de venir les rejoindre prenant le second bras de sa sœur. Samuel avait beau être âgé de 6 ans de plus qu'elle, tous deux s'étaient toujours entendus à merveille. Il avait toujours été du genre tranquille et sérieux contrairement aux jumeaux ou même à Emy, toujours premier de sa classe, nommé successivement préfet puis préfet-en-chef à Poudlard où il s'apprêtait à passer sa dernière année.

Tu es incorrigible... Ceci dit, tu n'es pas un cas désespéré puisque d'après ce que je sais, il se pourrait que ton petit oubli ne soit pas tout à fait... naturel.

Comment ça ?


Il se pourrait, et je dis bien il se pourrait, que deux personnes de notre connaissance aient pu s'introduire dans ta chambre durant la nuit pour tester sur toi un petit sort. Et il se pourrait bien également que ce petit incident soit la cause de ton oubli momentané.

Quoi!!!! Alex ! Hayden ! C'est quoi cette blague à deux mornilles ?

Elle se retourna pour voir ses deux frères pliés en deux pris dans un fou rire, l'air très contents d'eux mêmes. Emerson voulut s'élancer sur eux, histoire de leur rendre la monnaie de leur pièce mais son père et son frère la retinrent à bras le corps. C'est ainsi qu'elle finit par partir pour son entrée à Poudlard, soulevée par Tristan et Samuel, se tortillant dans tous les sens pour rejoindre les jumeaux et se venger.

Lâchez-moi ! J'ai failli rater ma rentrée à cause de ces deux imbéciles heureux ! Je vais les réduire en bouillie !







Chapitre II : Premier amour

Non mais regarde la se pavaner dans toute la Salle Commune. Elle se croit vraiment tout permis cette petite mijaurée.

C'est clair mais pour qui elle se prend ?

Elle fait partie de l'équipe de Quidditch et alors ? Elle est pas la reine des abeilles à ce que je sache ? Et je pense qu'il va falloir lui rappeler.

T'es sûre? Je veux dire... il y a ses frères...

Et alors? C'est qu'une petite deuxième année et personne saura que c'est nous. Même si elle nous soupçonne, tu crois qu'elle va nous faire quoi ? Aller rapporter à ses frères ? C'est pas son genre.


Emerson allait finir par se lasser d'entendre ces deux petites pestes la critiquer en faisant à peine mine de baisser la voix. Elle voyait sa cousine Cléo la regarder fixement en face d'elle, celle qu'elle considérait comme sa sœur avait bien entendu deviné que la brunette n'était pas loin de l'implosion et semblait hésiter entre la laisser faire ou tenter de la calmer. Cependant c'était trop tard, n'ayant pas un caractère très patient, Emerson se retourna pour faire face aux deux dindes assises quelques mètres à peine derrière elle. Elles étaient peut-être en sixième année mais Emerson n'appréciait pas du tout ce genre de filles avec leurs racontars, leurs rumeurs et toutes leurs petites mesquineries, elle ne pouvait pas s'en empêcher elles l'exaspéraient.

Non, effectivement c'est pas mon genre... Mais ELLE va finir par s'énerver à force de vous entendre déblatérer et je vous assure que vous allez le sentir passer ! Alors dites moi qu'est ce que vous comptez me faire ? Utiliser un sort pour me faire trébucher devant tout le monde dans les escaliers ? Ou alors une potion pour me faire bredouiller n'importe quoi en plein milieu de la Grande Salle ? Non, vous ne m'avez pas l'air assez intelligentes pour ça. Alors... je dirais... lancer tout simplement des rumeurs sur moi ! Ou mieux ! Tenter de me menacer ! Mille gorgones ! Alors ça, ça serait le vif d'or !

Emerson se mit à rire aux éclats en les imaginant tenter de la menacer dans un coin sombre de Poudlard. Comme si elles avaient une chance contre elle, elle avait grandi dans une famille moitié sorcière-moitié moldue comportant trois garçons plus vieux qu'elle et elle connaissait aussi bien les clés de jambe que le pétrificus totalus, ce qui faisait d'elle une adversaire plutôt coriace. Elle finit par s'arrêter de rire, gardant tout même un petit sourire en coin aux lèvres et remarqua alors qu'avec sa diatribe, elle avait attiré l'attention de toute la salle commune où elles se trouvaient présentement. Elle vit même du coin de l'oeil ses deux frères Hayden et Alex prêts à bondir de leurs fauteuils pour lui venir en aide. Ils savaient qu'elle n'avait pas besoin d'eux mais c'était plus fort qu'eux, ils ne pouvaient s'en empêcher. Elle ne voulait surtout pas qu'ils interviennent, elle savait qu'ils ne seraient pas toujours là pour assurer ses arrières, et puis elle n'était pas du genre à laisser quelqu'un d'autre qu'elle régler ses problèmes. Elle vit également Cléo qui se trouvait, elle, au bord du fou-rire. Elle tourna à nouveau son attention vers les deux filles devant elle.

Alors ? Quelque chose à dire ? J'attends...

Elle attendit encore quelques secondes mais les jeunes filles semblaient muettes maintenant qu'elle se trouvait devant elles.

Non ? Lâches jusqu'au bout alors ! Vous savez quoi, je vais vous dire ma façon de penser. Si vous avez quelque chose à me dire, dites le moi franchement, en face, ça vous évitera une nouvelle humiliation publique. Et pour votre propre bien, évitez les représailles et autres démonstrations de force, vous le regretterez plus que moi. J'espère que c'est clair !

Elle lança un dernier sourire ironique aux deux filles pétrifiées et leur tourna le dos pour remonter vers sa chambre, contente que son intervention ait eu l'effet qu'elle voulait. En vérité, elle était plutôt fière d'elle même à ce moment précis. Elle croisa le regard amusé d'Alex et vit Hayden lever les yeux au ciel et elle leur adressa l'un de ses sourires innocents en retour. Mais soudain le sourire d'Hayden disparut alors qu'il regardait dans la direction des deux autres et il voulut se lever comme pour la pousser. Elle entendit alors l'une des dindes crier: "Furunculus"et comprit instantanément qu'elle n'aurait pas le temps de jeter à terre pour éviter le sort qu'elle s'apprêtait à lui lancer pour la couvrir de furoncles. Elle se raidit alors, anticipant le choc provoqué par le sort. Mais rien ne vint, elle entendit juste un "Protego" et sentit quelqu'un se placer derrière elle. Elle se retourna et découvrit un garçon dos à elle, placé juste sur le chemin du sort qui aurait dû l'atteindre, sa baguette tournée vers la jeteuse de sort qui les regardait à la fois ahurie et mécontente. Emerson entendit alors un grand bruit qui résonna dans le silence de la pièce. Les jumeaux s'étaient levés. Et avant qu'elle ait eu le temps de dire Quidditch, ils se retrouvèrent près de la jeune fille qu'ils désarmèrent et poussèrent brutalement sur son fauteuil.

Tu va regretter ce que tu viens de faire !!!

Comment est ce que t'as osé jeter un sort sur elle ??? Comment est ce que t'as osé même lui parler comme ça ???


Ses frères pouvaient parfois devenir violents surtout lorsqu'en s'en prenait à elle et Emerson s'apprêtait à intervenir quand le jeune homme qui avait dévié le sort et dont elle ne voyait toujours pas le visage la devança.

Vous ne devriez pas faire ça.

Le regard que lui lancèrent exactement en même temps les jumeaux en aurait découragé plus d'un mais l'inconnu ne cilla pas. Emerson leva les yeux au ciel, ils avaient tendance à être un peu trop théatraux parfois. Néanmoins, au son de la voix, elle avait reconnu celui qui l'avait protégée, Dayton Sommers, un élève âgé d'un an de plus qu'elle et révéré par une bonne partie des élèves féminines de Gryffondor et même de Poudlard tout entier. Si Emerson n'était pas du genre groupie, elle devait néanmoins admettre que ce garçon avait de la classe et que son côté mystérieux était plutôt attirant. Mais à vrai dire avant aujourd'hui, elle ne lui avait accordé qu'une attention distraite et ne lui avait pour ainsi dire presque jamais adressé la parole. Elle se déplaça sur le côté, avançant vers ses frères afin de voir le visage de son sauveur, il semblait tout aussi calme que s'il se trouvait en plein milieu d'une conversation tranquille entre amis, il tourna la tête vers et elle pu voir dans ses yeux son inquiétude pour elle.

Tu vas bien?

Je n'ai rien. Mais tu ferais mieux de t'inquiéter pour toi, même si tu m'as sauvée d'un sort, ils sont comme des niffleurs avec leur petit tas d'or personnel et je suis pas sûre qu'ils soient assez reconnaissants pour te laisser le prendre à leur place !


Comme d'habitude, lorsqu'elle venait de subir un choc ou lorsqu'elle était stressée, Emerson plaisantait. Cela eut au moins le mérite de faire briller de malice les yeux de Dayton, chose à laquelle elle ne s'attendait pas et elle lui sourit en retour. Puis elle ramena son attention sur ses frères, prêts à trucider la Gryffondor.

Si vous pouviez éviter de faire une bêtise pour une fois, ça serait pas mal les gars !

Et pourquoi ?

Bien entendu, c'était Alex. Emerson leva une fois encore les yeux au ciel.

Parce que vous feriez mieux de vous occuper de votre petite sœur, que les parents seraient plutôt fâchés si vous vous faisiez virer juste quelques mois avant votre diplôme et puis parce que si ça continue comme ça on est pas sortis du Chaudron Baveur !

Laissez moi m'en occuper. Promis, je ne serais pas tendre avec elles. Même si un lynchage en règle me semble quelque peu inapproprié, je n'aime pas particulièrement les lâches qui attaquent par derrière, elles seront punies par le directeur.


Dayton avait un visage sérieux mais son humour pince sans rire, arracha un léger sourire à Emerson. Elle tourna de nouveau son attention vers ses frères et leur fit son grand sourire auquel ils ne pouvaient résister. Hayden finit par lâcher la jeune fille suivit par Alex.

Mouais... j'aurais préféré le lynchage moi !

Oh Alex !


Emerson se mit à rire, elle n'avait même pas eu le temps d'avoir peur durant cette attaque mais cela avait le mérite de lui avoir donné une bonne leçon, elle ferait mieux de mettre son ego de côté et de se montrer moins sûre d'elle à l'avenir. Cléo la rejoignit et Emerson lui prit le bras comme elle en avait l'habitude tandis que Dayton, tenant toujours sa baguette fit se lever les deux filles et les escorta vers le portrait de la Grosse Dame. Emerson le héla avant qu'ils ne l'atteignent.

Hé Sommers !

Il se retourna surpris, pensant sans doute avoir mis fin à la scène.

Merci !

Il lui adressa alors le premier sourire qu'elle ait jamais vu sur son visage et elle ne put détacher ses yeux de lui pendant quelques secondes alors qu'un frisson la traversait.


Le moldu
... derrière l'écran

PSEUDO - Syllian
AGE - 23 ans
AVATAR - Minka Kelly
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU CE FORUM ? - Pfiou, je sais plus depuis le temps...
PRESENCE - Souvent
PARRAINAGE - Oui [] Non [X]
COMMENTAIRES ? Nope!


© thanks to Cassidyss (banner) & Carrie (icon) !




Dernière édition par Emerson Camden le Jeu 5 Avr - 23:44, édité 3 fois
avatar
Emerson Camden
Sad girl
Made a wrong turn

♦ HIBOUX POSTÉS : 450
♦ ARRIVÉE : 23/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emy V2 ● Angels fall first (Finie)

Message par Emerson Camden le Dim 25 Mar - 1:21

Chapitre III : Trahison

La brume qui envahissait si souvent Poudlard était plus qu'épaisse cette nuit là. Elle était présente tout autour d'Emerson, l'isolant presque complètement du monde extérieur. Elle se trouvait près du lac, au bout d'un ponton en bois tombant presque en ruine, un endroit où elle se réfugiait bien souvent depuis quelques semaines. A cette heure-là de la nuit, presque 2h du matin et avec cette brume, elle était totalement seule. Il faut dire que l'heure du couvre-feu était passée depuis bien longtemps et que les élèves étaient normalement censés tous dormir dans leurs dortoirs. Mais actuellement Emerson se fichait royalement du couvre-feu et autres règles qu'on tentait de lui imposer.

Il était évident que ces derniers temps Emerson n'était pas elle-même, il n'y avait pas besoin de la connaître intimement pour se rendre compte qu'elle avait changé. Elle qui était toujours si joyeuse et positive ne souriait plus que rarement, au contraire elle semblait toujours sur le fil du rasoir, hésitant entre les pleurs et la colère. Même physiquement, elle semblait plus pâle qu'autrefois avec des cernes violets sous les yeux comme si elle n'arrivait plus à trouver le sommeil. Elle ressemblait peu à la jeune femme pleine de vie qu'elle était il y a quelques mois. Mais c'était surtout son comportement qui s'était transformé du tout au tout. Colérique, agressive et bagarreuse, voilà les mots qui décrivaient le mieux la nouvelle Emerson. Elle avait coupé tous les liens amicaux qu'elle avait pu avoir et les seules interactions qu'elle avait désormais avec les élèves se résumait à des commentaires acerbes visant à provoquer la personne, ce qui se terminait souvent en débat houleux voire en confrontation plus physique. C'était comme si quelque chose s'était cassé chez la Gryffonne durant cette cinquième année et plus d'un an après, cette fêlure, bien que cachée, était toujours là.

Emerson était assise sur le bord du ponton, les pieds se balançant dans le vide. Cette fois encore les sentiments qu'elle tentait de refouler au fond d'elle-même semblaient bien près de remonter à la surface. Chaque nuit, c'était la même chose quand ce n'était pas les cauchemars qui la réveillaient, l'empêchant de se rendormir. Alors pour oublier, pour ne pas les laisser l'envahir, elle devenait de plus dure en plus dure, cherchant à se blinder contre ce qui couvait au fond d'elle. Et elle sentait chaque jour qu'elle se refermait un peu plus sur elle-même s'éloignant de son ancienne vie. C'était comme un froid, un froid intense qui pénétrait tous les pores de sa peau, la gelant petit à petit jusqu'au plus profond de son être. Elle était consciente que peu à peu elle devenait insensible, une vraie reine des glaces mais même si quelque chose au fond d'elle tirait la sonnette d'alarme, elle préférait ça au reste. Car plus elle se sentait devenir froide, moins elle sentait la douleur et tout était préférable à celle-ci. Il arrivait parfois qu'elle l'oublie mais cela ne durait que quelques instants, celle-ci revenait bien vite la tourmenter encore et encore sans répit. Le seul point positif qu'elle y voyait c'était que si elle souffrait, elle devait en toute logique être encore vivante.

Si au début c'était la peine et la tristesse qui prédominaient en elle, désormais hormis dans ces moments de faiblesse c'était la colère et la haine qui prédominaient. Les visages de celui qui était son petit ami et de celle qu'elle appelait sa soeur flottaient omniprésent dans son esprit depuis des jours, sans qu'elle puisse les en faire partir, constamment ils étaient là. Elle ne pouvait pas s'empêcher non plus de se repasser encore et encore la scène mentalement, au point de pouvoir se rappeler chaque détail de l'instant où elle les avait surpris ensemble, enlacés dans un baiser très loin d'être amical. La trahison de ces deux êtres, peut-être les deux personnes les plus importantes de sa vie, était tellement inimaginable qu'il lui avait fallu des heures, des jours même pour réaliser qu'elle était bel et bien réelle, que tout ça n'était pas le fruit de son imagination. Sur le moment la seule chose qu'elle avait pu faire c'était rester là où elle était à l'entrée de la pièce sans être capable du moindre geste ou de la moindre parole, les livres qu'elle tenait avaient alors dégringolé par-terre donnant l'alerte à Dayton et Cléo qui avaient interrompu leur baiser pour chercher l'origine du bruit. Ils avaient alors pâli en l’apercevant figée face à eux et s'étaient levés cherchant sans doute à doute à lui parler, à s'expliquer ou tout simplement la soutenir puisqu'elle semblait prête à s'effondrer, mais sa tête semblait entourée de coton bouchant les sons extérieurs alors que des larmes abondantes s'étaient mises à couler sur ses joues brouillant sa vue et avant qu'ils n'aient pu l'atteindre, elle avait fait la seule chose dont elle était capable à ce moment précis, elle s'était enfuie en courant. Ils avaient tenté de la rattraper mais la douleur semblait lui avoir donné des ailes et seule la fatigue la força à s'effondrer dans un coin sombre où elle resta des heures, repliée sur elle-même sans bouger.

Alors qu'elle se remémorait une fois encore la scène, la boule de chagrin habituelle au fond de sa gorge revint immédiatement comme si elle n'était jamais partie. Tout cela datait d'il y a plus d'un an, pourtant des larmes s'étaient mises à nouveau à couler sur ses joues comme en ce soir fatidique. Elle pensait avoir surmonté tout ça, être devenue plus forte mais il lui fallait se rendre à l'évidence, la blessure était toujours ouverte et elle se rappelait bien souvent à sa mémoire. Il lui suffisait simplement de croiser le regard de sa cousine dans la salle commune de Gryffondor. Celle-ci n'essayait même plus d'approcher Emerson pour faire une énième tentative pour s'expliquer, Emy ne lui en avait jamais laissé le temps et elle ne comptait pas le faire. Malgré leur passé commun la trahison était trop profonde, aucun d'eux ne méritait qu'elle lui laisse une chance de s'expliquer. Il n'y avait pas de personne en qui elle avait plus confiance qu'eux et ils l'avaient trahie. Désormais lorsque la blessure se rouvrait ce n'était pas la tristesse qui dominait mais la colère envers eux deux.

Cet événement, bien que minime à l'échelle du monde entier, avait bouleversé la vie d'Emerson faisant littéralement exploser son petit univers parfait. Emerson avait toujours eu la vie facile, elle était issue d'un milieu familial tout ce qu'il y a de plus positif, n'avait jamais manqué d'amis ou d'amour, jamais rien de terrible ne lui était arrivé et ce qui aurait pu être un simple incident pour une autre personne lui avait fait l'effet d'une bombe. C'était comme si tout ce qu'elle connaissait, tout ce qu'elle considérait comme certain s'était révélé n'être qu'un château de cartes. Et les conséquences étaient bien plus dramatique qu'on aurait pu le croire. Les valeurs, les priorités, les croyances… d'Emerson, en gros tout ce qui faisait d'elle ce qu'elle était avait été bouleversé, l'obligeant à se reconstruire complètement.

Durant une longue période elle était restée dans un état quasi apathique, suivant ses cours de manière automatique et ignorant toute tentative de communication de ses amis ou des deux traitres, puis était venue la phase d'agressivité. Elle avait commencé à s'énerver contre tout et tout le monde, elle passait son temps à chercher la bagarre et le plus souvent elle la trouvait. Au fil des mois, elle avait tout fait pour couper ses liens amicaux et tous ses amis même les plus têtus avaient fini par la laisser tomber vu que dès qu'ils tentaient de la calmer, elle pensait qu'ils prenaient le parti de Dayton et Cléo contre elle. Son comportement avait fini par lui valoir pas mal d'ennuis, au point que sa famille en soit informée par Poudlard. Ceux-ci avaient été compréhensifs ayant appris ce qui s'était passé puis avaient tenté de la raisonner, essayant de minimiser l'incident afin qu'elle redevienne elle-même mais l'effet avait été inverse, le tout se soldant par une dispute monumentale entre Emerson et sa famille, sa mère et les jumeaux en tête pendant l'été suivant l'incident. Etant majeure, Emerson avait fuit la maison familiale, trouvant un petit boulot sur le Chemin de Traverse afin de survivre seule jusqu'à son retour à Poudlard. Son père et Samuel avaient bien essayé de reprendre contact avec elle, tous deux étant sûrement les plus raisonnables de la famille mais elle avait refusé de les voir ou de répondre à leurs appels par cheminée. Ainsi, peu à peu dans sa colère et sa douleur Emerson avait fait le vide autour d'elle, ce qui lui convenait, ainsi elle pouvait souffrir tout son soûl sans personne pour la culpabiliser ou tenter de la raisonner.

Alors que des mois avaient passé, elle était désormais devenue une sorte de paria à Poudlard, tout un chacun était désormais au courant de son histoire mais malgré son comportement agressif, tous se rappelaient qui elle était avant et on la regardait plutôt avec tristesse ou pitié voyant en elle ce à quoi un chagrin d'amour mêlé à une trahison pouvait mener. Certains essayaient même encore de la ramener dans le droit chemin, notamment sa cousine Cléo mais leurs efforts bien intentionnés ne faisaient que se heurter à l'hostilité glacée de la brunette. Si avec le temps elle s'était calmée, ne déversant plus sa colère sur la moindre personne qui croisait son chemin, elle n'était pas pour autant redevenue l'Emerson souriante et agréable qu'elle était, restant parfois violente et antipathique notamment envers les objets de sa colère, Cléo et Dayton. Déçue par les humains, elle était devenue une solitaire préférant se plonger dans ses cours plutôt que rester avec ceux qu'elle avait un jour appelé ses amis. Elle qui, même si elle n'avait jamais eu de mauvaises notes, avait toujours préféré aller faire un tour sur son balai plutôt que se plonger dans un livre passait désormais tout son temps libre dans la bibliothèque. Mais toute la rage qu'elle avait accumulée en elle était toujours là, ne demandant qu'à sortir.

Emerson s'était vengée de Cléo presque sans rien faire car depuis qu'elle les avait surpris, celle-ci était plus que misérable chaque fois qu'elles se trouvaient face à face, ce qui lui suffisait amplement. Cela ne la réjouissait pas, simplement elle trouvait ça juste qu'elle souffre elle-aussi, histoire de rétablir la balance. C'est pour cela qu'elle n'avait actuellement qu'une idée en tête se venger également de son ex-petit ami. Cela s'avérait difficile Dayton ayant quitté Poudlard mais récemment une idée lui était venue en tête par l'intermédiaire de l'une de ses camarades, Quinn. Celle-ci s'était en effet rapprochée d'elle ces derniers temps, contrairement elle ne tentait pas de la raisonner ou de la faire redevenir ce qu'elle était auparavant mais appréciait la personne qu'elle était devenue. Contrairement aux récentes habitudes d'Emerson, toutes deux avaient sympathisé, elle comprenait sa rancoeur et le sentiment d'injustice qui était né en elle. Au bout de quelques temps elle avait fini par lui proposer de rejoindre la bande de Clyde dont elle faisait partie, ceux qui étaient responsables des troubles et des meurtres survenus à Poudlard, ceux contre qui se battait la Résistance dont Emerson faisait partie jusqu'à il y a plusieurs mois. Son premier réflexe avait été de refuser, ne voulant rien avoir à faire avec des meurtriers mais Quinn avait longuement parlé avec elle et lui avait conseillé de réfléchir, sans même qu'Emerson sans rende compte elle l'avait subtilement influencée lui brouillant les idées.

Les sentiments contradictoires qui la déchiraient s'affrontaient sur son visage alors qu'elle balançait pensivement ses jambes au-dessus de l'eau. Si cette proposition lui avait été faite un an plus tôt elle n'y aurait même pas réfléchi même si bien évidemment on ne lui aurait jamais fait cette proposition à cette période. Elle avait fait partie de la Résistance, elle avait même été l'un de ses piliers mais désormais elle ne faisait plus partie de rien, elle n'était que de son côté à elle. Ce qui était tout à fait dans l'esprit de la philosophie prônée par Clyde, redonner à ceux qui avaient été bafoués leur vraie place. Emerson se prenant actuellement pour une martyr, piétinée par tous ceux en qui elle avait cru et méprisée par tous les autres, il lui était facile de se retrouver dans ce discours. Elle voulait voir les autres souffrir comme il l'avait fait souffrir elle en la trahissant tous autant qu'ils étaient. Et puis surtout elle voulait se venger de Dayton. Quoi de mieux pour cela d'aider Clyde à saper sa précieuse petite Résistance ? Emerson en avait fait partie durant plusieurs mois et elle sortait avec l'un des leaders, elle possédait donc nombre d'informations sur celle-ci. Informations que Clyde serait ravi d'avoir ce qui expliquait la proposition qui lui avait été faite malgré son brusque retournement de veste.

Néanmoins quelques réticences morales retenaient encore Emerson, elle avait beau avoir énormément changé, s'être endurcie et blindée, elle savait qu'ils avaient tué des gens et elle n'était pas prête à devenir elle-même une meurtrière. Elle ne pouvait même pas imaginer tuer Cléo ou Dayton malgré ce qu'ils lui avaient fait. Mais elle devait avouer que tout cela la séduisait plus qu'elle ne l'aurait pensé, elle avait envie de les rejoindre. Après tout, elle avait toujours fait ce qui lui semblait être bien et qu'est ce qu'elle y avait gagné elle, rien, strictement rien. Il était temps que la balance penche enfin de son côté et qu'on la considère pour ce qu'elle était et non comme la gentille et amusante petite mascotte rouge et or qu'elle était devenue au fil des années car il était plus facile pour elle de ce complaire dans ce rôle et de suivre ceux qui l'entouraient plutôt que de prendre les rênes. La peur, voilà ce qui l'avait toujours retenue mais pas cette fois-ci plus riee ne la retenait. Elle n'avait plus envie de suivre les règles comme une gentille petite fille pour finalement se faire avoir, il était temps pour elle de devenir adulte et de ne plus jouer à l'enfant.







Chapitre IV : Décision et conséquences

Emerson était d'une humeur massacrante. Tous ceux qu'elle avait croisés en entrant au Ministère de la Magie l'avaient compris au moment même où elle était sortie de l'une des cheminées menant à l'atrium. Tous savaient que la chose la plus sage à faire lorsqu'elle était dans cet état, c'était de se rendre le plus invisible possible. Car lorsqu'elle était comme ça, Emerson avait tendance à décharger son agressivité sur le premier venu, elle n'avait pas perdu les habitudes qu'elle avait prises durant ses dernières années à Poudlard même si désormais sa violence était plus verbale que physique. Il était très rare qu'Emerson laisse deviner ses vrais sentiments sur son visage, il n'y avait que lorsqu'elle était en colère ou particulièrement exaspérée que son masque angélique et souriant patiemment mis en place se fissurait laissant entrevoir ce qu'il y avait en-dessous. Le visage tendu, les yeux semblant lancer des éclairs et ses talons claquant encore plus sèchement sur le sol que d'habitude, elle était l'image même de la mauvaise humeur.

Seule le bruit des notes de service se bousculant dans les airs brisait le silence qui s'était installé ans l'ascenseur emmenant Emerson au niveau où se trouvait son bureau. Elle sentait les gens tendus autour d'elle, elle savait que c'était à cause d'elle. D'habitude, elle avait tendance à mettre les gens à l'aise, c'était un don qu'elle avait et qui lui servait bien souvent dans son travail. Mais lorsqu'elle était d'une humeur massacrante, c'était le contraire qui se produisait les gens devenaient nerveux autour d'elle. D'autant plus qu'il était connu au ministère qu'Emerson faisait partie des proches partisans de Clyde, les gens évitaient donc de la contrarier autant que possible, ils savaient ce qui se produisait quand quelqu'un contrariait Clyde ou ses partisans. Ainsi lorsqu'Emerson était mal lunée, tout le monde tentait de rester loin d'elle pour ne pas avoir à subir sa colère.

Profitant de ce silence habituel, Emerson ressassait encore et encore ce qui l'avait mise dans cet état ou plutôt la personne qui en était responsable, son frère Samuel. Cela faisait des années qu'elle avait coupé les ponts avec sa famille depuis la dispute qui l'avait opposée à eux lorsqu'elle avait changé de comportement. Pour elle c'était comme s'ils avaient choisi le côté de sa cousine Cléo au lieu de prendre le sien et elle leur en voulait pour ça. Son père et son grand frère Samuel avaient essayé de garder le contact avec elle, sa mère et les jumeaux étant trop fâchés contre elle ou trop orgueilleux pour faire le premier pas mais sa mauvaise volonté alliée à son engagement du côté de Clyde et ses partisans avaient réduit leurs efforts à néants. Néanmoins, tous deux n'abandonnaient pas et même si elle leur claquait la porte au nez ou refusait leurs appels via cheminée, ils arrivaient quelque fois à la prendre au dépourvu dans la rue devant chez elle. Et c'était exactement ce qui était arrivé la veille au soir.

En rentrant chez elle, elle avait eu la mauvaise surprise de découvrir son frère aîné qui l'attendait sur le pas de la porte. Ils étaient restés quelques instants à se regarder en silence tous les deux avant que Samuel ne se décide à prendre la parole. Cela faisait presque un an qu'ils ne s'étaient pas vus ou parlé depuis la dernière tentative qu'il avait faite avec leur père. Et cela faisait encore plus longtemps qu'elle n'avait pas vu sa mère ou les jumeaux, elle ne croisait même pas Phoebe au ministère vu que celle-ci avait démissionné de son poste au département des jeux et sports magiques lors du " coup d'état " de Clyde.

Emerson...

Qu'est ce tu fais là Samuel ? Je t'ai déjà dit de ne plus remettre les pieds ici !

Tu ne peux pas me demander d'abandonner, tu es ma petite sœur...

Mille millions de mille gorgones, laisse moi tranquille ! Vous avez choisi votre camp, j'ai choisi le mien, il n'y a rien de plus à dire.

S'il te plait...

Laisse moi passer maintenant !


Emerson avait bousculé son aîné pour aller ouvrir sa porte, le visage plus impénétrable que jamais, évitant le regard suppliant de Samuel pour se focaliser uniquement sur sa baguette afin de déverrouiller la serrure.

Tu me manque Emy...

Emerson avait manqué de peu de lâcher sa baguette.

Tu nous manque à tous tu sais... Mam passe son temps à pleurer quand elle pense qu'on ne la voit pas, Hayden est sous traitement à cause de sa déprime chronique, Alex n'arrête pas de parler de toi sans vraiment s'en rendre compte et Papa se demande toujours où est passée son " Eme ".

Emerson avait pris une longue inspiration avant de se tourner vers son frère, le regardant dans les yeux avec assurance.

Par la barbe de Merlin ! Arrête ça Samuel ! Arrête de tenter de m'attendrir ça ne marchera pas ! Je n'ai pas fait une petite erreur, je ne vais pas revenir comme la fille prodigue si tu as arrive à trouver les mots qu'il faut pour toucher mon cœur de glace ! Non ! On a tous fait des choix il y a cinq ans alors vivez avec les vôtres et fichez moi la paix !

Elle s'était détournée pour ouvrir la porte et rentrer dans son appartement avec empressement avant de la verrouiller derrière elle sans tenir compte des protestations de son frère.

Emy ! Attends ! S'il te plait, écoute-moi ! Je n'abandonnerai pas même si tu me l'ordonne un million de fois je n'abandonnerai pas !

Emerson avait filé directement dans sa chambre mettant le plus d'espace possible entre elle et les cris de Samuel. Ce n'est qu'après s'être réfugiée sous l'empilement de draps et de couvertures sur son lit qu'elle s'était autorisée à laisser libre cours aux larmes qui s'étranglaient depuis un moment dans sa gorge. La nuit suivante avait été difficile, ce qui expliquait qu'elle se soit levée du pied gauche ce matin-là.

Emerson tenta de chasser les sombres pensées qui hantaient son esprit en sortant de l'ascenseur. Elle avait eu un bref moment de faiblesse, cela arrivait à tout un chacun. Après tout sa famille avait tout représenté pour elle durant 19 ans avant d'exploser en éclats, il était normal que cette blessure soit encore douloureuse. La seule chose à faire était de penser à l'avenir et non au passé. Se plonger dans le travail était la solution pour oublier tout ça du moins pour quelques heures. Le visage déjà plus serein, elle salua les employés de son service avant de poser sa baguette sur la porte de son bureau pour la déverrouiller. Avant d'entrer elle jeta un bref coup d'oeil à la plaque dorée qui l'ornait : « Emerson Camden, Responsable des relations publiques », comme chaque à chaque fois cela la fit brièvement sourire. Elle avait obtenu ce poste six mois plus tôt lorsque Clyde avait officieusement pris le pouvoir et placé des hommes à lui aux postes clés, Emerson faisait partie de ceux-là. Elle était entrée dans ce service juste après sa sortie de Poudlard, engagée grâce à ses bonnes notes et à son bon relationnel avec les gens. Elle s'était très vite révélée très douée pour son travail et avait obtenu promotion sur promotion au fil des mois. Néanmoins, elle n'aurait jamais eu ce poste de responsable après seulement trois ans de présence dans le service, et ce malgré ses capacités évidentes, si Clyde n'était pas intervenu pour la nommer. C'était ce pourquoi Emerson l'appréciait et appréciait ses idées, il voyait les qualités des gens et leurs capacités plutôt que leur âge, leur famille ou leur passé. Elle n'avait donc pas du tout l'impression d'avoir usurpé son job, ce qui l'aidait beaucoup pour diriger une équipe d'une dizaine de personnes pas toujours très coopérative vu qu'il était notoire qu'elle faisait partie des partisans de Clyde mais s'il y avait bien une chose qu'Emerson savait faire c'était se faire aimer des gens.

Si pendant ces trois ans Emerson avait travaillé en sous-marin pour cacher aux médias les aspects les plus noirs des partisans de Clyde ou en tout cas empêcher que ce service ne fasse le contraire, désormais elle opérait en plein jour, du moins dans le ministère puisque son job était toujours de manipuler les médias pour leur faire dire ce qu'elle voulait qu'ils disent. C'était en partie grâce à elle que leur image avait commencée à s'améliorer depuis quelques années alors que celle de la Résistance s'assombrissait. Un travail qu'elle avait commencé alors qu'elle devait encore opérer de manière discrète au ministère. Elle était depuis devenue experte pour présenter les faits selon le point de vue qu'elle souhaitait et pour organiser des évènements médiatiques tels le mariage de deux partisans de Clyde l'année précédente, même si elle ne pouvait tout cacher à la presse, elle savait enjoliver les choses autant que possible. Elle travaillait d'autant plus dur qu'elle savait qu'enf aisant cela, elle était nécessaire à Clyde et que si c'était le cas, celui-ci ne l'éliminerait pas.

Car elle savait qu'il la surveillait chaque jour, vérifiant qu'elle n'allait pas à nouveau retourner sa veste. Elle ne pouvait le blâmer, elle avait beau lui avoir prouver sa loyauté en le renseignant sur la Résistance et en se battant à ses côtés, c'était quelqu'un de méfiant et au moindre doute elle savait qu'il n'hésiterait pas à l'éliminer. C'est pour ça qu'elle et Adam, un autre retourneur de vestes se seraient les coudes parmi les partisans de Clyde, tous deux savaient qu'ils avaient plus de chances que d'autres de disparaître soudainement et partager leurs informations étaient un moyen de s'en protéger mutuellement. Emerson était également devenue elle-même très méfiante envers ceux qui l'entouraient, depuis la trahison de Cléo et Dayton, elle n'était plus capable de faire complètement confiance à quiconque. Même si elle n'était plus aussi violente et agressive qu'avant, elle n'était pas redevenue la sympathique et inoffensive petite Emerson, elle s'était bien endurcie et blindée pour ça. Désormais, sous une façade agréable et souriante c'était un cœur de glace qui sommeillait et Emerson était déterminée à ne plus laisser rien ni personne le briser à nouveau. Au fil des années, Emerson avait appris à laisser ses sentiments de côté et les réticences morales qui la retenaient encore il y a quelques années n'étaient plus.

Faisant partie des partisans de Clyde, Emerson s'était retrouvée à se battre bien entendu et même parfois à tuer dans le feu de la bataille, le seul moment où elle était capable d'effectuer cet acte qu'elle abhorrait. Ces batailles hantaient toutes ses nuits sous la forme de cauchemars où elle se voyait tuer encore et encore. Elle avait de la chance contrairement à d'autres on ne lui avait jamais encore demandé de tuer quelqu'un de sang-froid, elle ne s'en pensait pas capable. Elle ne savait pas pourquoi ce n'était pas arrivé, peut-être était elle assez utile à Clyde pour d'autres tâches ou peut-être attendait-il qu'elle fasse une erreur pour la forcer à le faire ? Elle n'en avait aucune idée mais elle espérait que ça dure, elle espérait d'ailleurs ne plus jamais avoir à tuer du tout. Pour l'instant, elle n'avait pas eu à tuer quelqu'un qu'elle connaissait mais elle savait que cela pourrait se passer dans le futur, après tout nombre de ses anciens amis faisaient partie de la Résistance.

Elle s'assit à son bureau en soupirant, elle avait pourtant décidé de chasser ses idées noires mais celles-ci revenaient encore et encore, il fallait pourtant qu'elle se concentre, il y avait du travail pour elle. Certains médias commençaient à se demander si laisser Clyde prendre le pouvoir ne tenait pas à la folie et en tant que responsable des relations publiques Emerson devait calmer les choses avant qu'elles ne prennent de l'ampleur. Et pour ça elle devait oublier une bonne fois pour toutes ses problèmes personnels.


Dernière édition par Emerson Camden le Jeu 5 Avr - 23:47, édité 1 fois
avatar
Emerson Camden
Sad girl
Made a wrong turn

♦ HIBOUX POSTÉS : 450
♦ ARRIVÉE : 23/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emy V2 ● Angels fall first (Finie)

Message par Samaël E. Wilson le Lun 26 Mar - 7:06

Hâte de te lire





Spoiler:


avatar
Samaël E. Wilson
« Get out of my way »
(Je m'aime ♥)

♦ HIBOUX POSTÉS : 1729
♦ ARRIVÉE : 22/10/2009
♦ HUMEUR : préoccupé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emy V2 ● Angels fall first (Finie)

Message par Emerson Camden le Jeu 5 Avr - 23:51

Ta curiosité va pouvoir être satisfaite. Je pense avoir fini, je la voulais la plus complète possible donc ça m'a pris tu temps. J'avoue j'avais tellement hâte de poster que je ne me suis relue qu'une fois, il peut donc y avoir des fautes, par avance désolée!
avatar
Emerson Camden
Sad girl
Made a wrong turn

♦ HIBOUX POSTÉS : 450
♦ ARRIVÉE : 23/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emy V2 ● Angels fall first (Finie)

Message par Garden Fear le Ven 6 Avr - 21:18

Je te valide Emy jolie. Pense à aller mettre ton métier dans la liste <3









avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emy V2 ● Angels fall first (Finie)

Message par Emerson Camden le Ven 6 Avr - 22:49

Merci Miss Garden! Pour le métier c'est déjà fait Wink
avatar
Emerson Camden
Sad girl
Made a wrong turn

♦ HIBOUX POSTÉS : 450
♦ ARRIVÉE : 23/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emy V2 ● Angels fall first (Finie)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum