Bonnie Becker ~ « N'est-ce pas la curiosité qui nous retient à la vie ? » (Retour en force)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bonnie Becker ~ « N'est-ce pas la curiosité qui nous retient à la vie ? » (Retour en force)

Message par Bonnie Becker le Dim 25 Mar - 21:51

Bonnie Becker
poste vacant; personnage inventé


Qui êtes-vous?
NOM - Becker
PRÉNOMS - Bonnie, Calliantha
DATE DE NAISSANCE - 3 mai 2002
AGE - 25 ans
ORIGINES - Anglaises, sang pur
MÉTIER - En recherche
Éléments de sorcellerie
BAGUETTE - 21cm, bois d'ajonc, poil de fléreur
PATRONUS - Chat
BIEN ou MAL ? Bien
FAITES-VOUS PARTIE DE LA RÉSISTANCE ? - Oui [X] Non [] Ex-taupe, futur membre actif
FAITES-VOUS PARTIE DES PRO-CLYDE ? - Oui [] Non [X]
FAITES-VOUS PARTIE DE LA TROISIÈME FORCE ? - Oui [] Non [X]
ÊTES-VOUS NEUTRE ? - Oui [] Non [X]


Le moldu
... derrière l'écran

PSEUDO - Eva
AGE - 29 ans
AVATAR - Jeisa Chiminazzo
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU CE FORUM ? - Je ne l'ai jamais "connu" x)
PRESENCE - Pas terrible mais je ferai de mon mieux !
PARRAINAGE - Oui [] Non [X]
COMMENTAIRES ? <3










avatar
Bonnie Becker
Garce fouineuse.
Back in town...

♦ HIBOUX POSTÉS : 2802
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonnie Becker ~ « N'est-ce pas la curiosité qui nous retient à la vie ? » (Retour en force)

Message par Bonnie Becker le Dim 25 Mar - 21:57


Présentation libre
1er septembre 2002.

« Ça fait quelques heures que nous sommes « arrivés ». Je ne suis pas censée tenir ce carnet de bord mais je ne peux pas m’empêcher de coucher sur papier tout ce qui arrive et va arriver. On ne sait jamais, je pourrais subir un sort d’oubliettes, ou quelque chose du genre. Au moins, j’aurai toujours cette trace écrite, que je cacherai et conserverai précieusement. Je vais même parler pas mal de moi, des fois que je devienne amnésique. Nous avons assisté à la cérémonie de répartition puis on nous a présentés comme de nouveaux élèves. Pour le moment, nous n’avons pas eu le temps de voir qui était qui. C’est étrange de se retrouver dans un Poudlard avec des élèves complètement différents et pas une seule tête connue, à part le directeur et certains professeurs, mis dans la confidence je pense. Les élèves étaient plutôt étonnés de notre venue. Il faut dire que quatre personnes du même âge, de quatre maisons différentes, qui arrivent exactement en même temps en plein milieu de scolarité et se connaissent, ça semble bizarre, et c’est un euphémisme. Mais de là à découvrir la vérité, je pense qu’il y a de la marge. Enfin, on verra bien. Avec les trois autres, nous n'avons pas beaucoup eu le temps de parler depuis notre arrivée, à part avec le directeur. Pour le moment, notre mission est un peu brouillonne. Mason semble avoir des idées, mais c’est Mason quoi. Il a toujours des idées, mais elles ne sont pas forcément bonnes.

Là, je suis dans mon dortoir. Je n’ai pas encore eu le temps de vraiment faire connaissance avec les autres Serpentard. J’ai dit que j’écrivais une lettre pour mes parents, j’espère qu’on me croit. On a beau être 18 ans avant, l’ambiance de Poudlard n’est pas beaucoup différente. Mais ce n’est pas ce qui me préoccupe le plus. Je n’arrête pas de me demander qui est qui, et si on va rencontrer des gens que l’on connaît. J’ai aussi envie de faire de nouvelles connaissances. C’est comme si je tirais un trait sur le passé. Enfin, sur le futur plutôt. D’ailleurs, maintenant qu’on est là pour le faire changer, je vais peut-être devoir oublier beaucoup de choses. C’est compliqué. Ca me fait bizarre de me dire que ma vie ne sera pas la même, ou n’aura pas été la même quand je reviendrai. Et ça me fait un peu peur, parce qu’après tout j’ai toujours eu une vie plutôt facile. Je suis née dans une famille aisée et de sang pur. J’ai eu une éducation stricte mais elle m’a permise d’avoir de bons résultats scolaires et de l’ambition. Je suis devenue préfète. Je suis plutôt jolie avec mes longs cheveux noirs, mes yeux bleus-verts, mes tâches de rousseur et ma silhouette élancée, et j’ai du succès avec les garçons. Moins que Garden, c’est vrai, car on me trouve plutôt froide, mais j’en ai quand même. On me trouve élégante et pleine d’assurance. Ce n’est pas complètement juste, mais qu’importe. J’avais une vie plutôt rêvée, et voilà que tout risque de changer. Mes bons résultats, mon statut de préfète, tout ça ne servira peut-être plus à rien. Mon argent disparaîtra peut-être.

J’ai un peu peur. Je me suis retrouvée là-dedans sans avoir vraiment le choix, avec trois personnes que je connais bien mais que je n’apprécie pas forcément. Il y a Mason, le préfet de Gryffondor, qui s’est tout de suite attribué la place de chef alors qu’il est du genre à mettre les pieds dans le plat. Il manque vraiment de tact et de subtilité. Mais c’est le seul qui ait la capacité d’aller de l’avant alors que nous sommes tous plus ou moins perdus, donc on va dire que je le tolère. Il a Adam, le préfet de Serdaigle, celui qui a les pieds sur terre et une grande culture. Je n’ai rien contre lui si ce n’est le fait d’être vraiment trop taciturne. On ne sait jamais ce qu’il pense. Et puis il y a Garden, la pimbêche. Elle saute sur tout ce qui bouge ou presque, et a la fâcheuse manie de piquer les proies des autres. Pas du tout le genre de fille avec qui je m’entends. Le hasard a voulu que nous nous retrouvions tous dans la même pièce et, comme nous étions tous préfets, le directeur nous a choisis pour retourner 18 ans avant pour réparer les dégâts. Tout s’est passé très vite en fait. Clyde Andrews a réussi à infiltrer Poudlard et a tué beaucoup de gens. Il fallait donc revenir à la source pour empêcher tout ça d’arriver.

Je ne sais pas trop quel va être mon rôle dans cette histoire, ni celui des autres d’ailleurs. Sans doute vais-je devoir fouiner, ce que je fais encore de mieux. J’ai toujours été curieuse de nature. Les gens considèrent ça comme un défaut, moi je trouve que c’est une qualité. J’apprends beaucoup de choses grâce à ça et je ne suis jamais prise au dépourvu. Je réfléchis toujours avant d’agir, contrairement à Mason qui lui fonce sans réfléchir. Mais bon, c’est un Gryffondor, on ne peut pas trop lui en demander. Il me dit toujours que je suis une garce. Il n’a pas tort, mais je préfère être une garce qu’une bonne poire. Ne pas se laisser bouffer par les autres, c’est mon credo. J’aime tirer les ficelles, j’aime gérer tout ce que je fais, être maîtresse de la situation. Bien sûr, il arrive que je sois prise au dépourvu et ça peut parfois me plaire, un peu de surprises et d’aventures mettent du piment dans ma vie. Mais il ne faut pas que ça aille trop loin, sans quoi je peux vite me sentir humiliée. Je déteste quand les autres me surpassent dans les domaines qui me tiennent à cœur. Je fais mon possible pour les écraser quand ça arrive. Je dois être la meilleure. Je ne peux pas m’empêcher d’envier et de jalousie les gens et je dois dire que ça me ronge parfois, mais je suis une fille têtue et perfectionniste.

Bon, je vais arrêter d’écrire pour ce soir. Je dois dormir, je veux être en forme demain pour cette nouvelle journée. Il faut qu’on arrive à se réunir avec les autres pour décider de ce que l’on va faire. On devrait le faire dans la pièce secrète, elle doit déjà exister 18 ans avant, il faut que je fasse cette proposition. Quand je pense à tout ça, j’ai le vertige. Dire qu’hier encore, j’étais en 2020 et je n’avais rien à voir avec Mason, Garden et Adam, à part être préfète comme eux… »

2 septembre 2002.

« Voilà presque deux jours que nous sommes là. Ca y est, nous avons à peu près fait le tour des personnages principaux. Connor Whitley n’a rien du leader héroïque que l’on connaît. Déjà, il est à Serpentard. Mais surtout, c’est un coureur qui se fiche pas mal des cours. J’ai du mal à croire que c’est lui. Cela dit, je dois admettre qu’il a une certaine classe, pour ne pas dire qu’il me plaît carrément. En revanche, Clyde Andrews, c’est l’inverse… Quand je pense que je l’admirais tant avant… Si j’avais su qui il était réellement, je ne lui aurais pas accordé autant d’intérêt. C’est juste un minable rongé par la jalousie. Pitoyable. Quand je pense à toutes les femmes qui vont lui tourner autour… Nous avons eu d’autres surprises en faisant nos repérages. Les gens de notre époque sont souvent complètement différents dans le passé. La copine d’Andrews, par exemple, est une gentille fille naïve en 2002, une Poufsouffle. Comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences.

Mason nous a confié nos missions. Il a le beau rôle lui, mais on ne peut que reconnaître qu’on n’a pas forcément d’idées nous-même. Je crois qu’il n’y a qu’Adam qui soit vraiment réticent. Pourtant, son rôle est simple, il doit simplement nous donner des renseignements sur les gens, ce qu’il fait très bien. Mais il n’a pas l’air d’apprécier qu’on lui donne des ordres, et il trouve la mission de Garden stupide. Moi aussi à vrai dire. Elle doit faire du charme à Andrews pour le ramener du bon côté. Ce n’est pas vraiment la bonne méthode à mon sens, mais je m’en moque finalement. Ma mission est plus intéressante, je dois me renseigner sur les gens, comme je l’avais prédis. Je suis forte pour ça. D’ailleurs, j’ai déjà jeté mon dévolu sur Connor. Bon, ok, c’est surtout parce que j’ai bien envie de faire du futur leader du Bien mon petit ami, même si mélanger le passé et le futur n’est pas une bonne idée, comme l’a dit Adam. Mais qui sait, peut-être que j’aurai envie de rester dans le passé ? J’ai ma famille dans le futur, certes, mais elle existe déjà après tout… Enfin, tout ça est compliqué, je préfère éviter d’y penser pour le moment et me consacrer à ma mission. Je pense pouvoir me rapprocher de Connor par le biais de son meilleur ami, Carter. Il a l’air intrigué par ma personne… Je pourrais peut-être lui donner de faux secrets pour qu’il m’en donne des vrais en échange.

J’ai vraiment l’impression de me retrouver dans un nouveau monde. Tout est à refaire, ma seule attache restant les trois autres ainsi que le directeur. Même les profs sont différents. Il y en a qui sont encore là en 2020, mais les autres sont plus jeunes. Certains sont même élèves ici, comme le prof de sortilège et celui de métamorphose. On a l’impression en les voyant qu’ils pourraient nous reconnaître, et pourtant il n’en est rien. Etrange d’être des inconnus pour des gens qu’on fréquentait tous les jours, étrange de les voir dix-huit ans plus jeunes… J’imagine si je devenais amie avec eux, voire même si je sortais avec l’un d’entre eux… Ca serait une relation prof/élève sans en être une… Bon, bien sûr, j’éviterai le prof de sortilège puisqu’il va devenir un violeur. Dommage d’ailleurs, il est très beau, contrairement au prof de méta. En gros, je ne sortirais avec aucun des deux, comme ça le problème est résolu. Je me demande si dans le futur, ils se souviendront tous de moi… Peut-être que le directeur leur jettera un sort d’oubliettes. Je me pose vraiment trop de questions ! Mais j’ai toujours été ainsi, à vouloir tout analyser, trouver une logique au moindre détail… Si j’avais été une moldue, je n’aurais sans doute pas cru à la magie. Ca me fait drôle de me dire ça sachant que j’étais une anti-moldue avant la bataille. Je me suis remise en question, tout n’est pas tout blanc ou tout noir. Je vais me coucher, la suite demain. »

3 septembre 2002.

« Pour la première fois depuis mon arrivée, j’ai pleuré. Jusqu’à présent, je n’avais pas beaucoup eu le temps de penser à autre chose qu’à mon arrivée ici, la nouveauté, notre mission… Mais voilà, j’ai réalisé que dans le futur, deux de mes amis étaient morts, et que je me retrouvais là, dans le passé, sans eux, ni ma famille d’ailleurs. Je me demande même s’ils savent ce qu’il m’est arrivé. Et si j’étais portée disparue ? Ils ne s’en remettraient pas. C’est horrible de penser que beaucoup de gens sont malheureux dans le futur tandis que moi je suis là, saine et sauve, à penser aux garçons et à ce genre de choses futiles. Le futur est bien triste. Cela dit, nous sommes là pour le changer. Pourvu que ça marche.

J’ai beau paraître forte et sûre de moi, je suis plus sensible qu’on ne le pense. En fait, je ne m’en étais jamais rendu compte. J’avais déjà pleuré, mais c’était pour des caprices. J’ai toujours été très gâtée, je m’en aperçois à présent. J’avais toujours ce que je voulais. J’ai été élevée par des parents qui prônait la supériorité des sangs-purs, et ça me paraissait tellement évident que je ne me suis jamais demandé si c’était vraiment logique, si c’était vraiment juste. J’admirais mes parents et leur réussite. Mon père est médicomage. Ma mère travaille au ministère de la magie et a bien sûr été scandalisée par la nomination d’un né-moldu au poste de ministre de la magie. Ils auraient pu rallier les rangs d’Andrews, et c’était d’ailleurs, ce que je réclamais, tant je l’admirais. Mais mes parents ne sont pas des tueurs, au contraire. Ils ne voulaient pas se battre, et je les en remercie à présent. J’ai vraiment été stupide. Une fille qui ne pensait qu’à sa petite personne avant tout. Je suis toujours un peu comme ça, mais cette bataille m’a ouvert les yeux. La preuve qu’un drame peut tout changer dans une vie.

Je n’avais jamais connu de malheur avant avant-hier. Enfin, avant-hier… Je veux dire vingt ans plus tard. Quand Jenna et Ike sont morts. Je ne m’étais vraiment pas attendu à ça. Tout s’est passé très vite. Nous étions en cours quand nous avons entendu que ça s’agitait dans les couloirs. Une alerte générale a été déclenchée, puis ça a été la panique. Tout le monde s’est retrouvé à courir dans les couloirs et les escaliers, se bousculant, criant. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait, et j’étais loin d’être la seule. Comme j’étais préfète, j’ai décidé d’aider les professeurs à calmer les élèves. J’ai finalement retrouvé les autres préfets, qui faisaient de même. Mais ça ne marchait pas beaucoup. C’est alors que tout s’est accéléré. Alors que nous approchions de la Grande Salle, j’ai vu celui qui était à l’époque mon idole avancer vers nous. Au début, j’ai eu envie de me précipiter vers lui pour lui dire à quel point je le soutenais. Mais je n’en ai pas eu le temps. Il y a eu des éclairs verts, des éclats de voix. J’ai vu Jenna et Ike s’écrouler devant moi, avec quelques autres. Avant que je n’aie eu le temps de réagir, j’ai senti quelqu’un m’attraper par le bras et m’entraîner loin de cet endroit maudit. Je me suis retrouvée dans une pièce que je ne connaissais pas. C’était le directeur qui m’avait traînée ici, avec d’autres élèves. J’ai reconnu certains des préfets, les autres n’étaient pas là. Etaient-ils morts ? Je ne sais pas qui a succombé au final, à part mes deux amis. Il y avait d’autres hommes avec Andrews, mais c’est lui qui les a tués, je le sais.

Le directeur nous a alors expliqué ce que nous allions devoir faire. Abasourdie par les événements, je n’arrivais pas à réaliser ce qu’il venait de se passer. Et même après mon arrivée dans le passé, je ne le réalisais pas. Je viens seulement de le faire, deux jours après. Et j’ai pleuré. A l’abri des regards, bien sûr. Je ne veux pas qu’on me découvre cette faiblesse. Je me sens mal, très mal. Mais je dois aller de l’avant. Après tout, j’ai une chance extraordinaire. Je peux changer tout ça. Je peux empêcher que Jenna et Ike meurent, ainsi que tous les autres. Finalement, je vais peut-être être une héroïne moi aussi, à l’instar de Connor. Changer le futur me semble tellement plus glorifiant que le fait d’être sang pur ! Quoi de plus inutile que la pureté du sang en fait ? Dayton, le demi-frère de Mason, est un né-moldu, et il a énormément de prestance. En 2020, le ministre de la magie est aussi un né-moldu… Contesté ou pas, il n’est pas arrivé là par hasard, c’est sans doute un grand sorcier, doté d’une forte intelligence. Alors qu’Andrews, qui est un sang pur, n’a même pas été capable de devenir préfet dans sa scolarité. Même moi, simple fille gâtée que je suis, je vaux mieux que lui. Maintenant que j’ai écrit tout ça, je me sens mieux. J’espère que nous mènerons notre mission à bien. Je me sens plus que jamais proche des trois autres, même de cet idiot de Mason, même de cette nympho de Garden. Ils sont les seuls à m’être familiers, mes complices, mon seul refuge. »

(…)

1er mars 2003.

« Nous sommes bientôt à la fin de l’année, et rien, absolument rien ne s’est passé comme prévu. Je l’avais dit, je le sentais, à chaque fois que j’écrivais dans ce journal, que les choses allaient de mal en pis. Depuis le bal de Noël, je ne cesse de m’inquiéter de ce que nous allons devenir. Je crois qu’il est désormais impossible de revenir dans le futur. Je dois faire le deuil de ma famille, de mes amis. Et, pire, le deuil de la paix dans le monde magique. Dois-je en finir avec la vie ? Non, j’ai beau être une Serpentard, je ne suis pas lâche à ce point. Après tout, j’ai quand même créé des liens dans ce « monde ». Il y a Carter, mon grand amour. Demetri, mon âme-sœur, qui me comprend mieux que n’importe qui. Mason, mon point de repère. Et surtout, il reste toujours de l’espoir. Rien n’est encore perdu. Mais j’ai peur, très peur. Je sens qu’Adam et Garden s’éloignent de plus en plus de notre mission. Et ces élèves qui sont venus du futur, comme nous… Ils n’auguraient rien de bon. Que je sois mariée à Demetri était peut-être le seul point positif de leurs affirmations… Vais-je vraiment passer « de l’autre côté » ? Connor va-t-il disparaître ? Lui qui était notre seul réel espoir ? Et Garden... Pourquoi ne suis-je pas étonnée qu’elle soit censée finir avec Clyde ? Si elle nous trahit vraiment… Je ne sais pas ce que je ferai, mais ça n’arrangera certainement pas l’opinion que j’ai d’elle. Et dire que j’avais fini par m’habituer à sa présence…

Depuis quelques jours, des « révélations » intrigantes apparaissent sur le panneau d’affichage. L’une d’elle m’a véritablement sauté aux yeux. Elle disait « Le futur nous guette, et tous les élèves de Poudlard ne sont pas tous nés dans les années 80 ». De deux choses l’une, soit l’un des trois autres nous a balancé, soit quelqu’un d’autre est au courant, et dans les deux cas, c’est inquiétant. Mais il n’y a pas que ça qui me fait réfléchir. La rumeur d’un groupe de résistants se répand dans le château, et elle m’intéresse de plus en plus… Si les choses continuent à aller de mal en pis, nul doute que je rejoindrai cette formation, avec ou sans l’accord des autres. D’ailleurs, Mason pourrait très bien me suivre. En revanche, j’espère vraiment que ce ne sera pas le cas des deux autres, parce que je leur fait de moins en moins confiance, même si je fais semblant du contraire. Pourquoi ai-je le pressentiment que cette mission va se terminer en duo, voire en solo ? J’ai peur. »

(…)

3 mai 2005.

« C’est mon anniversaire. Enfin, en réalité, l’anniversaire de la Bonnie qui est née il y a tout juste deux ans. Le mien, je ne pourrai plus vraiment le fêter. Voilà qui a de quoi me rendre encore plus nostalgique que je ne le suis déjà. Mais je dois me reprendre. Après tout, les choses se sont calmées. Voilà plus d’un an que Clyde et ses acolytes n’ont plus fait de ravages. Cependant, rien n’est gagné. Au départ, je pensais avoir simplement été pessimiste. Car même s’il aura fallu de nouveau morts pour en arriver là, cette trêve prouvait que Clyde n’était pas surpuissant et qu’il avait ses limites, sa dernière attaque s’étant soldée par un échec et la fermeture de Poudlard. Depuis, plus rien. Mais je me suis rapidement rendu compte que je me trompais. Rejoindre la Résistance n’aura pas été inutile. J’ai repris confiance en moi. Bien sûr, peu de gens savent que je fais partie du mouvement. Il fallait bien que je continue de remplir ce rôle qui me tient tant à cœur, celui d’espionne ! Et c’est ainsi que j’ai su. Clyde n’a pas rendu les armes, il a seulement fait semblant, pour qu’on arrête de le surveiller. Heureusement, même sans taupe, la Résistance serait restée sur ses gardes. Elle n’est pas dupe !

Dans moins de deux mois, j’aurai fini ma scolarité à Poudlard. J’aurais préféré que ce soit en 2020, mais je ne peux pas faire autrement. Je serai diplômée sans que mes parents le voient. Avec toutes ces histoires, je ne sais même pas ce que je vais faire de ma vie ! Il va bien falloir que je trouve un travail, maintenant que je n’ai plus papa-maman derrière moi pour m’aider financièrement… Un travail, et un logement ! Si je pouvais travailler à Poudlard, j’aurais déjà ce problème résolu… Mais pour faire quoi ? Je suis trop jeune pour être prof, trop jeune pour faire quoi que ce soit d’ailleurs. Je crois que je suis condamnée à devenir serveuse ou vendeuse. A moins que je trouve un riche héritier à épouser… Mais ce n’est pas vraiment dans mes préoccupations du moment. »

(…)

15 août 2006.

« Voilà, nous avons mis en place notre QG. Cette fois, l’heure est plus que grave. Le monde magique est en plein chaos à cause de Clyde. Pour ma part, je suis plus que jamais infiltrée à ses côtés. Et plus je le côtoie, plus je me souviens pourquoi j’étais amoureuse de lui. Il a une telle assurance, un tel charisme… Mais je m’en veux atrocement de l’admirer ainsi. Je devrais le détester pour ces agissements ! Il y en a deux que je déteste aussi, c’est Garden et Adam. Heureusement que j’ai enfin réussi à me débarrasser de cette malédiction qui me reliait à lui… Il ne me reste plus que Mason maintenant. C’est grâce à lui que je continue à me battre. Et puis j’ai Carter à mes côtés… Mais pour combien de temps ? A cause de nos missions nos rapports se sont quelque peu dégradés. Difficile de mener une guerre et une relation amoureuse à la fois. »

(…)

1er octobre 2006.

« Mes valises sont prêtes. Demain, je pars avec Demetri. Je quitte le pays, ça vaut mieux pour tout le monde. Je ne suis plus digne de ma mission. Je suis tombée amoureuse de la mauvaise personne, dans tous les sens du terme. Etre une taupe était véritablement une mauvaise idée. Je me suis perdue. Et comme j’ai failli à mon devoir, comme je risque de basculer du mauvais côté, je préfère fuir, pour le bien de tous. Je ne veux pas nuire à la Résistance, je ne veux pas nuire au monde magique. J’ai honte de moi. J’ai fichu en l’air mon couple – et d’ailleurs, Carter a disparu. A présent, je n’ai plus que Mason, mais je refuse d’être un boulet pour lui. Au côté de son frère, il est fort, il a une attache sentimentale, il n’a plus besoin de moi. J’espère qu’ils savent que je les soutiens, parce que je ne leur ai pas dit que je partais. C’est d’une profonde lâcheté, je le sais, mais je ne veux pas qu’ils connaissent les raisons de mon départ. Je prie pour leur survie et pour celle du monde magique. »

(…)

20 août 2009.

« Il y a quelques jours, j’ai découvert un objet bien étrange. Il semble qu’il donne une vision du futur. Et ce que j’ai vu ne m’a pas rassurée, loin de là. C’est encore pire que le pire de mes cauchemars… Je pensais pourtant avoir touché le fond en apprenant la mort de Mason. Mais il apparaît que des jours encore plus horribles se profilent à l’horizon… Je crois que le moment est venu de faire preuve d’un peu de courage, même si c’est difficile pour la Serpentard que je suis. Mais je dois arrêter de me complaire dans ma fuite. Je dois faire à honneur à la mission qui m’avait été confiée ! Tant pis si tout a basculé. Je ne peux pas rester les bras croisés en regardant les gens que j’aime se faire tuer, en regardant le monde qui a vu naître mon « double » sombrer dans le chaos. Si je ne me bats pas pour moi, je dois au moins me battre pour lui. Cette fois c’est sûr, je vais revenir, rejoindre les rangs de la Résistance, et pour de bon ! Je n’ai plus rien à perdre à présent. »







avatar
Bonnie Becker
Garce fouineuse.
Back in town...

♦ HIBOUX POSTÉS : 2802
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonnie Becker ~ « N'est-ce pas la curiosité qui nous retient à la vie ? » (Retour en force)

Message par Adam Meyer le Dim 25 Mar - 22:28

Impeccable retour en force!! queen
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonnie Becker ~ « N'est-ce pas la curiosité qui nous retient à la vie ? » (Retour en force)

Message par Bonnie Becker le Lun 26 Mar - 19:52

Merci santa






avatar
Bonnie Becker
Garce fouineuse.
Back in town...

♦ HIBOUX POSTÉS : 2802
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonnie Becker ~ « N'est-ce pas la curiosité qui nous retient à la vie ? » (Retour en force)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum