Field Works - with Duane-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Field Works - with Duane-

Message par Dayton Sommers le Mar 22 Mai - 20:38

Lorsqu’on s’y attarde un tant soit peu, le billard américain représente une étonnante métaphore de la vie humaine. D’autant plus lorsque l’on se replonge dans les réalités de ses pratiquants d’origine. Il s’agit, ni plus ni moins, que de faire chasser de la table une série de boule à l’aide d’une pièce maîtresse, jusqu’à enfin pouvoir s’attaquer à l’objectif principal. Pour triompher, il fallait certes de l’adresse et de la concentration, mais surtout une maîtrise quasi parfaite des réactions provoquées par l’impact. En plus de savoir avec quel angle frapper pour l’envoyer à l’endroit désiré.

« J’ai rarement vu quelqu’un jouer aussi mal que toi… Tu es certains que tu veux faire un autre match ? J’ai presque l’impression de te braquer! »

Un sourire sans joie étira les lèvres de Dayton. S’il savait à quel point il avait raison.

« Disons une dernière alors. J’attends quelqu’un qui devrait arriver bientôt. »

« C’est toi qui voit! Allez, à toi l’honneur de la casse. Et si tu veux, je te laisserai gagner quand ta copine arrivera. »

Dayton éclata d’un rire sincère.

« Bien aimable, mais ce ne sera pas nécessaire, l’ami. Même si je voulais l’impressionner, ce qui n’est absolument pas le cas, l’homme que j’attend est littéralement fait d’acier trempé. À moins de le gifler avec troisième bras, il n’y a aucune chance que j’y parvienne! »

Il y a deux heures, Dayton ne connaissait pas du tout son partenaire de jeu du moment; un moldu des plus communs, mis à part sa chevelure rousse. Il avait simplement eu le mérite de se trouver dans cette taverne peu fréquentée, à quelques kilomètres du manoir qui servait de QG à la Résistance. Taverne autrement quasi déserte, mis à part le tenancier et une serveuse, dépoussiérant un vieux juke box.

Après un coup qui n’avait de fracassant que la cuisance de son échec, Dayton ajouta de la craie à sa queue, puis prit une bonne gorgée de Bass. À l’occasion, il adorait se replonger dans l’univers moldu de sa mère. Celui qu’elle lui avait plutôt fait découvrir par ses histoires et ses récits que par contact direct. En plus, cet établissement lui fournissait l’environnement idéal pour renouer les liens avec son vieil ami. La pensée de cette retrouvaille lui fit naître un grand sourire, qu’il accompagna d’une autre bonne rasade

Par pure puérilité enfantine, il avait décidé d’ajouter un aspect ludique à cette reprise de contact. Depuis trois heures, donc, il faisait tourner en bourrique les envoyés du service de l’usage abusif de la magie, qui malgré le fait qu’ils parvenaient à détecter une utilisation massive de magie au sein de cette taverne peu prometteuse, n’arrivaient jamais à en déterminer la cause. Sous le regard amusé de Dayton, qui adoptait pour l’occasion ses manières les plus moldues. Un jour ou l’autre, ils finiraient par admettre leur incapacité à résoudre cette situation problématique, et en ferait part à leur supérieur.

À ce moment, une figure familière se dessina dans l’embrasure de la pièce.

« Duane! Mais quelle agréable surprise! », s’exclama Dayton, le moins sérieux du monde, avant de se jeter sur lui dans une franche accolade.

« Hem, je vous laisse moi, hein ? Et oublie pas, Robert, tu me dois 40 livres! »

« Tiens, voilà pour toi. Merci pour les leçons. »

Puis reportant son attention sur Duane

« Par la barbe de Merlin, c’est bon de te retrouver! J’ai l’impression que ça fait une vie entière que je ne t’ai pas vu! »

Duane… le survivant. Probablement l’un des membres les plus anciens de la résistance, et très certainement celui qui avait accompli le plus d’actions pour celle-ci. Du moins, sur le terrain. Et Dayton ne l’avait pas revu depuis son départ pour Weastwidge, il y avait de cela plus de 8 mois.

La Résistance étant ce qu’elle était, il lui fut difficile, à son retour, de retrouver la trace de Duane. La rumeur de sa récente nomination au ministère l’avait rempli de fierté : enfin, il cessait de jouer aux fiers à bras et portait le combat sur le territoire ennemi. Celui de la politique et des apparences. Probablement que le décès tragique de son jeune associé n’y était pas étranger. Comme quoi il n’était pas seul à croire que la réussite de la Résistance ne passait par un échange de maléfices au beau milieu d’une ruelle.

« Je croyais que tu ne finirais jamais pas arriver… Ils sont tenaces, tes employés! Tu leur as déjà inculqué tes bons principes, à ce que je vois ? Ou bien c’est qu’ils savent que leur patron adore rester assis sur son cul ? »

Par soucis d’auto-préservation émotive, Dayton ne s’était pas attaché à beaucoup de gens, depuis Poudlard. Même depuis les débuts de la résistance tout court, en fait. Duane constituait l’une de ces rares exceptions, et après avoir passé plus de 6 mois à lutter contre l’atroce, il ne parvenait pas du tout à masquer son enthousiasme de le retrouver.

« Comment vas-tu, cher ami ? »

Une tonne de question lui brûlait les lèvres, bien entendu. Et malgré le plaisir que cette rencontre lui procurait, il ne l’avait pas orchestré pour échanger quelques badineries anodines. Les temps ne s’y prêtaient plus. Mais il se devait au moins de s’accorder quelques instants d’humanité. Sinon, ils avaient déjà tous perdus.

avatar
Dayton Sommers

♦ HIBOUX POSTÉS : 23
♦ ARRIVÉE : 08/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum