t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Aller en bas

t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Tradd Cooper le Mer 17 Fév - 9:43

    Tradd Cooper
    .


credit; oxymore.
    Hors-Jeu
    .

    PSEUDO - Jem.
    AGE - 19 ans.
    AVATAR - Robert Pattinson.
    COMMENT AVEZ-VOUS CONNU CE FORUM ? - De partenariat en partenariat.
    PRESENCE - Un peu tous les jours.
    COMMENTAIRES ? Très joli forum. ; )


Dernière édition par Tradd Cooper le Mer 17 Fév - 13:08, édité 8 fois
avatar
Tradd Cooper
Martyr
Prince charmant
Gendre idéal √

♦ HIBOUX POSTÉS : 1379
♦ ARRIVÉE : 16/02/2010
♦ HUMEUR : obsédé.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Tradd Cooper le Mer 17 Fév - 9:43


    Qui êtes-vous ?
    .

    NOM - Cooper. Nous appartenons à une lignée de sorciers ayant le sang pur, mais dont les origines furent peu à peu mêlées à celles des moldues. Cela n’a aucune espèce d’importance dans la famille. Par ailleurs, notre nom n’est pas connu dans le monde magique. Au contraire, nous sommes une famille plutôt discrète. Pourtant, si vous êtes étudiants à Poudlard, mon nom doit familièrement résonner à vos oreilles. Je me suis forgé une petite réputation depuis ma première année. Non pas que ce fût mon but premier, mais mon caractère sociable m’a simplement permis de me constituer une bande d’amis plus complète que la moyenne.
    PRENOMS - Theodor est, en réalité, mon prénom. Je ne l’ai, pour ainsi dire, jamais entendu être utilisé par quiconque. Dès mon plus jeune âge, mes parents m’ont surnommé Tradd. Lorsque le temps de rejoindre les élèves de Poudlard fut venu, je me présentais, non pas en prononçant mon prénom dans son intégralité, mais en utilisant déjà ce surnom. Aussi, je ne serais pas surpris si on me disait que la moitié de mes camarades ne savent pas que Tradd n’est qu’un surnom.
    DATE DE NAISSANCE - Je suis né le six février de l’année 1983. Selon les dires de ma mère, ce fut un accouchement des plus simples, et tout à fait rapide. Je me demande si elles ne racontent pas toutes la même chose à leurs enfants ? Quoi qu’il soit, je sais simplement que mon père arriva trop tard, alors que le travail était déjà terminé.
    AGE - Tout juste dix-neuf ans.
    ANNEE - Sixième année.
    ORIGINES - Je n'éprouve aucune honte à admettre que le sang de certains de mes ascendants étaient teintés d'origines moldues. Je m'en constitue une force au contraire, une fierté toute particulière.

    Eléments de sorcellerie
    .

    BAGUETTE - Ma baguette semble tout à fait banale, bien qu’elle me fût offerte par mon grand-père lorsqu’il était encore en vie - ce qui lui confère une valeur inestimable, évidemment. Trente-et-un centimètres et demi, un crin de licorne mâle en son cœur, c’est en réalité le bois qui la constitue qui m’a légèrement surpris. Le bois d’ajonc est très connu pour représenter la colère mais des dires plus anciens révèlent qu’il est symbole de chemins, de voies conduisant à un but bien précis. Imaginez ma surprise... Quel but ?
    PATRONUS - Un lion. Fier, nonchalant. Il est vrai que sa démarche me rappelle quelque peu la mienne. Sa compagnie m’est très agréable. Il m’arrive même, parfois, de provoquer l’enchantement sans raison aucune.
    BIEN ou MAL ? Bien, évidemment. Je me destine à une carrière d’auror au ministère de la Magie et je clame faire tout ce qui est en mon possible pour y arriver, bien que j’avoue ne pas passer suffisamment de temps plongé dans mes bouquins. Flâner dans les couloirs, c’est souvent bien plus intéressant...
    QUE SERA DEVENU VOTRE PERSONNAGE 18 ANS APRES ? « Ma carrière est, pour l’instant, tout ce qui m’intéresse. Dans dix-huit ans, je me vois alors un auror respecté de ses pairs, combattant le mal avec fièvre et ruse. Évidemment, si l’on pouvait ajouter à cela une petite famille, j’en serais parfaitement comblé. » Toute la difficulté réside bien dans ce point. Tradd n’a aucun futur, si ce n’est la mort. Il n’est pas supposé terminer sa sixième année, bien que deux jeunes filles semblent disposées à le sauver : Garden Fear et Montana Jones.


Dernière édition par Tradd Cooper le Mer 17 Fév - 11:02, édité 12 fois
avatar
Tradd Cooper
Martyr
Prince charmant
Gendre idéal √

♦ HIBOUX POSTÉS : 1379
♦ ARRIVÉE : 16/02/2010
♦ HUMEUR : obsédé.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Tradd Cooper le Mer 17 Fév - 9:43

    Présentation libre
    .


    la famille, c'est pas toujours ce qu'on croit.
    « Clan. Ma famille se résume en ce seul et unique mot. Quatre lettres, une syllabe. Nous sommes un clan. Parfaitement unis, nous avons tous appris à respecter chacun des membres, à demander de l’aide lorsque nous en avions besoin. Je ne me souviens pas avoir jamais éprouvé de la honte à admettre que je suis proche de mes parents. Du moins, je l’étais lorsque j’étais enfant et que mon père était encore à la maison. J’ai beaucoup appris de ma mère. Elle est le cœur du clan, ce qui le tient fermement entrelacé. Grâce à elle, j’ai eu une enfance des plus heureuses. J’étais certes fils unique, et c’était une torture que de n’avoir un frère ou une sœur pour me suivre dans mes aventures les plus folles. Pourtant, ma mère m’a appris à m’ouvrir aux autres, et j’imagine que c’est d’elle que j’ai hérité la sociabilité, la loyauté qui me définit plutôt bien. De mon père, je ne garde qu’un sens de la justice un peu trop développé. Pas la fidélité en tout cas. Sait-il seulement épeler le mot ? Aucune idée, cela fait environ trois ans qu’il a disparu dans la nature. »

    Finalement, les vacances d’hiver étaient arrivées. J’avais toujours aimé cette période, plus encore depuis que j’étais à Poudlard. J’étais en deuxième année, apprécié de mes camardes, mais j’adorais retourner chez moi en période des fêtes. Noël, dans le clan Cooper, c’était une tradition à laquelle on n’échappait que si l’on était en réel danger de mort. Pourtant, ces vacances-là étaient différentes. Je le sentis lorsque j’aperçus ma mère sur le quai, m’attendant patiemment. Elle était tendue, jouait avec ses doigts, et la façon dont elle me salua me parut des plus suspectes. Pendant le trajet jusqu’à la maison, je lui contai quelques aventures, lui décrivis les nouveaux amis que je m’étais fait, mais je ne pus m’empêcher de compter les secondes qui s’effilochaient lentement.

    Nous arrivâmes à la maison quelques minutes plus tard, et elle n’avait toujours pas répondu à ma question. Où était mon père ? Habituellement, lorsque je sortais du train, je les apercevais tous deux, m’adressant des signes énergétiques de la main. Sa voiture était dans l’allée, c’était au moins un bon signe. J’imposai un sourire à mes lèvres, poussai la porte de l’entrée et m’engouffrai dans l’atmosphère douce et familière en reprenant la parole, aussi enjoué que je pouvais le feindre.

    TRADD ; « … et tu aurais vraiment dû voir sa tête ! Je n’ai pas pu m’empêcher de… » Je m’immobilisai, ma valise heurta le sol dans un bruit sourd. « Nous partons en vacances ? » tentai-je d’une voix tremblant, rejetant les pensées insensées qui venaient déjà s’écraser dans mon esprit.

    Mon père était debout, en retrait, une main posée sur une grosse valise. Je me tournai en direction de ma mère, son silence me donnait la nausée et je sentais un étau de plomb envelopper mon esprit. Elle fit un pas dans ma direction et, en réaction des plus absurdes, je reculai.

    TRADD ; « Quoi ? Qu’est-ce qu’il se passe ? » m’agaçai-je en vrillant mon père de mes prunelles perdues.
    MERE ; « Ton père va s’absenter quelques jours… » commença-t-elle prudemment. Je sus immédiatement qu’elle mentait. « Des vacances, en quelques sortes. Nous avons besoin de nous éloigner un peu. »
    TRADD ; « De vous éloigner un peu ? » répétai-je sciemment, les yeux posés sur mon père.

    L’intéressé gardait le silence, et je compris que, s’il passait la pas de la porte, je ne le reverrais plus. Je le provoquai du regard, mais il semblait se complaire dans la situation actuelle. Et, soudain, alors que je pensais que le temps s’était complètement arrêté, il attrapa sa valise, s’approcha de ma mère, tendit le bras et le laissa retomber, avant de m’adresser un regard – je ne sais comment le décrire – et de passer le pas de la porte. J’étais choqué, j’étais transporté dans un monde de douleur, de… Je n’entendis pas ma mère qui tentait de me raisonner, de m’inspirer une réaction. J’avais mal, et c’était tout.


    comment devenir l'ennemi à abattre.
    « Mon parcours à Poudlard ne fut en rien compromis par le départ de mon père. En réalité, ma réaction fut des plus brutales. Je n’eus aucune réaction. Absolument aucune. Comme si, pendant toutes les années où nous avions formés notre belle petite famille, j’avais su qu’elle deviendrait ce tas de cendres informe et vulgaire. Ma sociabilité n’en nullement souffert. Au contraire, je n’ai jamais eu autant d’amis qu’en cette période. La peur de la solitude, je suppose. Je m’entourais dès que j’en avais la capacité, par crainte de me retrouver abandonné, mes pensées brumeuses pour seule compagnie. Pourtant, je n’avais pas que des amis. Lors de ma troisième année à Poudlard, je fus confronté à un certain Clyde Andrews qui, je le devinais immédiatement, enviais ma capacité à me fondre dans un groupe, à faire rire. Nous nous confrontions presque quotidiennement. Oh, rien de bien terrible. Quelques provocations, quelques invectives et nous repartions. Jusqu’à ce soir, où j’interceptais une conversation avec un membre de son groupe. Ils discutaient de leurs projets. Des inepties. Ils souhaitaient faire payer tous ceux qui ne l’avaient pas accepté. Or, toute l’école était, pour ainsi dire, visée. Depuis ce soir-là, je cherchai moi-même les confrontations, je le poussai à bout. À mes risques et périls, c’est vrai. »

    Nonchalamment appuyé contre le mur du couloir, j’observais la lourde porte en bois avec une attention toute particulière, comme si j’avais la capacité de l’ouvrir par la simple pensée. C’était ridicule, mais j’étais impatient de le voir sortir de son cours. Cela faisait plusieurs mois que j’avais surpris sa conversation avec l’un de ses camarades, mais je ne le lui avais jamais révélé. Désormais, j’étais prêt à le lui confier – d’une manière particulières, soit – et à le mettre en garde. Soudain ramené à la réalité par un groupe de filles qui gloussaient en citant le prénom de l’attrapeur de Serpentard, je me redressai, et la porte s’ouvrit comme par magie. Je ne fus pas étonné de constater que Clyde était le dernier à sortir de la pièce. Ah, ces Serdaigles !

    TRADD ; « Hey, Andrews ! » interpelai-je en m’approchant, de ma démarche souple.

    Il se retourna, leva les yeux au ciel lorsqu’il me reconnut. Je souris à cette réaction, fis un signe de la tête, l’invitant à s’éloigner du groupe d’élèves qui s’étaient amassés dans le couloir. Comme je le devinais, il feignit de ne pas m’avoir aperçu.

    TRADD ; « Je dois te dire un mot. » insistai-je en le vrillant du regard.
    CLYDE ; « Quoi ? Tu t’es découvert une nouvelle passion pour moi ? » riposa-t-il en roulant des yeux.

    L’allusion était stupide et je ne relevais pas, contrairement à ses amis qui s’esclaffèrent en cœur.

    TRADD ; « Pourrais-je te parler sans Chien Un et Chien Deux ? » questionnai-je, un sourire innocent sur les lèvres, sans même adresser un regard aux intéressés.

    Le groupe se renfrogna, et je vis l’hésitation se peindre sur les traits de mon ennemi. Une hésitation mêlée à la curiosité. Pourtant, il ne bougea pas. J’aurais pu m’en douter. Je n’avais aucun souvenir de l’avoir croisé seul dans les couloirs. Au début, peut-être. Mais depuis plusieurs mois, ce groupe était toujours fourré ensemble.

    CLYDE ; « Il n’y a rien qu’ils ne puissent pas entendre. » me provoqua-t-il en haussant les épaules.

    La réponse m’agaça et je plissai les yeux, hochant la tête.

    TRADD ; « Tu sais, tu peux prétendre être entouré en traînant tes ombres partout où tu vas, cela ne change rien. Au fond, on sait tous que tu es seul. Seul avec tes bouquins. »

    J’avais sciemment haussé le ton de la voix, ajouté un clin à la fin de ma phrase, comme si j’étais compatissant. Je savais que le fait que d’autres aient entendu mon invective allait le faire sortir de ses gonds, et je ne me trompais pas. Je n’attendais pourtant plus de réaction, tournais les talons et m’éloignais dans le couloir.

    CLYDE ; « Tu vas me le payer, Cooper ! »

    La menace était lointaine. Pourtant, elle se tenait là, une épée au-dessus de ma tête.


    c'est pas possible, le coup du sort parfois.
    « Les jours à Poudlard ne suivent et ne se ressemblent pas. Pourtant, j’ai une espèce de routine. Chaque jeudi, après le cours de Défense contre les Forces du Mal, je me rends à la bibliothèque avec deux ou trois de mes amis et nous révisons ensemble. Souvent, cela finit en conversation animée, et nous sommes disputés par la bibliothécaire, d’ailleurs. »

    J’étais plongé dans un livre d’histoire de la magie. Mes amis étaient installés autour de moi et je percevais leurs respirations calmes, régulières. D’ailleurs, j’étais abîmé dans la douce mélodie de leurs souffles, et je ne retenais aucun des mots que mes pupilles croisaient. Cela m’arrivait quotidiennement, et cela ne me ressemblait pas. J’étais fréquemment perdu dans mes pensées et je sombrais dans mutisme alertant pour mes amis qui ne comprenaient pas ce que tout cela signifiait. Je n’en avais pas plus conscience qu’eux et c’était cette nouvelle attitude que je tentais d’analyser lorsque je me pris un coup de coude dans les côtés. Je relevai la tête, croisai le regard hagard de mon camarade.

    TRADD ; « Quoi ? » aboyai-je en lui rendant son coup.

    Son sourire bête ne me rassurait pas. Je vrillai sur lui mes yeux insistants et suivis son regard qui tombait en direction d’une table où quelques jeunes filles lisaient calmement.

    TRADD ; « T’es pas censé étudier plutôt que faire du repérage ? » insinuai-je avec un sourire innocent.
    LUI ; « Ton admiratrice secrète est de retour. » s’esclaffa-t-il tandis que je plissai les yeux, mécontent de l’allusion. « Elle te suit vraiment ! »

    Garden, assise en face de moi, nous demanda de nous taire et je la priai de nous excuser, comme je posais mes yeux sur la table d’en face. Et, effectivement, je croisais son regard. C’était perpétuel. Où que j’aille, elle était là, jamais loin, à m’observer discrètement. Montana D. Jones. Je n’avais pourtant jamais encore osé l’aborder, lui demandé ce qu’elle cherchait. C’était surprenant, lorsque l’on me connaissait, mais je sentais que c’était différent, ça n’avait rien à voir avec une fascination, ou quoi que ce soit de ce genre là. C’était autre chose. Que je ne parvenais pas à saisir. Je soutins son regard durant de longues secondes, et elle en fit de même, ce que je trouvais terriblement frustrant. Elle gagna cette partie ; je fus le premier à détourner mes iris.

    TRADD ; « La ferme ! » grognai-je à l’adresse de mon ami, me replongeant dans mon bouquin, le souvenir de ces yeux clairs perturbant ma lecture.


Dernière édition par Tradd Cooper le Mer 17 Fév - 13:04, édité 8 fois
avatar
Tradd Cooper
Martyr
Prince charmant
Gendre idéal √

♦ HIBOUX POSTÉS : 1379
♦ ARRIVÉE : 16/02/2010
♦ HUMEUR : obsédé.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Montana D. Jones le Mer 17 Fév - 10:54

    Traaaaaaaaaaaaaaadd ! @
    (désolée, gros cri du coeur tant ça fait un moment que j'attendais ce perso... monkey si bsesoin il y a que j'efface mon post pour tes RP, n'hésites pas, dis-le moi. Et bienvenu ! Basketball )
avatar
Montana D. Jones
and I DON'T GIVE A DAMN ;
'bout my bad reputation

♦ HIBOUX POSTÉS : 1162
♦ ARRIVÉE : 10/01/2010
♦ ANNÉE : 6th grade
♦ HUMEUR : exhausted.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Tradd Cooper le Mer 17 Fév - 10:57

    mrgreen mrgreen mrgreen
    Tu es toute pardonnée, va. Je suis gentil. Et puis, j'avoue que j'aime bien ce genre d'accueil, tu vois... (A) Merci beaucoup, du coup. queen

    Tu peux laisser ton message, je ne pense pas utiliser plus d'un post pour mes RPs. (;
    J'avance hyyyyper lentement, par contre. --' Je rouille.
avatar
Tradd Cooper
Martyr
Prince charmant
Gendre idéal √

♦ HIBOUX POSTÉS : 1379
♦ ARRIVÉE : 16/02/2010
♦ HUMEUR : obsédé.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Invité le Mer 17 Fév - 12:01

Mdrrr couuurage pour taa fiiche =D

Et BIIIIIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUE ♥️

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Garden Fear le Mer 17 Fév - 12:02

*se dit qu'elle ne va pas se gêner non plus*

Traaaaaaaaaaaaaad ! albino

*Garden est toute heureuse d'avoir un frère* queen

T'inquiète pas, j'te sauverais du méchant Clyde mrgreen

A oui, bienvenue quand même ^^' et bon courage pour ta fiche <3
avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Tradd Cooper le Mer 17 Fév - 12:12

    Merci tout le monde. Basketball

    Oui, sauve-moi Garden. (A)
    Bon, j'ai le ventre plein. J'avancerai plus vite. mrgreen
avatar
Tradd Cooper
Martyr
Prince charmant
Gendre idéal √

♦ HIBOUX POSTÉS : 1379
♦ ARRIVÉE : 16/02/2010
♦ HUMEUR : obsédé.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Montana D. Jones le Mer 17 Fév - 12:31

    Nyah d'abord, c'moi qui vais le sauver. Basketball *tape sur Garden avec son chapeau de sorcière* Idea
avatar
Montana D. Jones
and I DON'T GIVE A DAMN ;
'bout my bad reputation

♦ HIBOUX POSTÉS : 1162
♦ ARRIVÉE : 10/01/2010
♦ ANNÉE : 6th grade
♦ HUMEUR : exhausted.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Garden Fear le Mer 17 Fév - 12:44

Attends toi, c'est mon frère d'abord ! Tu l'as pas sauvé la première fois à ce que je sache farao Tes visions t'ont été inutiles, donc je vais le sauver ! nah

Et si j'y arrive, tu finira peut-être par devenir ma belle-soeur queen









avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Tradd Cooper le Mer 17 Fév - 13:07

    Vous pouvez aussi allier vos forces, histoire que je sois sûr d'être sauvé. mrgreen

    J'ai fini (: J'espère que ça conviendra.
avatar
Tradd Cooper
Martyr
Prince charmant
Gendre idéal √

♦ HIBOUX POSTÉS : 1379
♦ ARRIVÉE : 16/02/2010
♦ HUMEUR : obsédé.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Sinéad A. Dubthaigh le Mer 17 Fév - 13:33

Bienvenue Mister!
avatar
Sinéad A. Dubthaigh
Sweet Childish Innocence

♦ HIBOUX POSTÉS : 585
♦ ARRIVÉE : 07/01/2010
♦ HUMEUR : Indifférente

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Tradd Cooper le Mer 17 Fév - 13:37

    Merci bien miss. ; )
    Vive Roméo et Juliette. mrgreen (*sors*) cf ta signature xD
avatar
Tradd Cooper
Martyr
Prince charmant
Gendre idéal √

♦ HIBOUX POSTÉS : 1379
♦ ARRIVÉE : 16/02/2010
♦ HUMEUR : obsédé.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Demetri Raynolds le Mer 17 Fév - 13:52

Ah Tradd ! Tu étais tellement attendu par Montana et moi-même (xD) et ta fiche faut franchement agréable à lire <3

Je valide bien entendu ! A Poufsouffle (oh quelle surprise xd) Je te souhaite un bon jeu et surtout amuse toi bien parmi nous Wink


avatar
Demetri Raynolds
« Ne touchez pas à Zane. »

♦ HIBOUX POSTÉS : 1972
♦ ARRIVÉE : 11/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Tradd Cooper le Mer 17 Fév - 13:54

    Je vous comble, je sais bien. mrgreen
    Merci beaucoup. ; )
avatar
Tradd Cooper
Martyr
Prince charmant
Gendre idéal √

♦ HIBOUX POSTÉS : 1379
♦ ARRIVÉE : 16/02/2010
♦ HUMEUR : obsédé.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Demetri Raynolds le Mer 17 Fév - 14:06

Tu n'as pas idée à quel point !

Ayé, encore un avec les chevilles démesurées xD


avatar
Demetri Raynolds
« Ne touchez pas à Zane. »

♦ HIBOUX POSTÉS : 1972
♦ ARRIVÉE : 11/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Montana D. Jones le Jeu 18 Fév - 2:09

    Garden Fear a écrit:Attends toi, c'est mon frère d'abord ! Tu l'as pas sauvé la première fois à ce que je sache farao Tes visions t'ont été inutiles, donc je vais le sauver ! nah

    Et si j'y arrive, tu finira peut-être par devenir ma belle-soeur queen

    Oh oui Traddy, combles-nous XD queen
    Et Garden, l'a raison Tradd, on n'a qu'à s'allier ; même si actuellement, vu les vues de Tradd sur ta personne 'Tana croit que tu as des sentiments pour lui... pis vas savoir pour les visions, peut-être que c'est l'arrivée des quatre préfets qui ont intensifié leur rythme de manifestation XD Ta belle-soeur ? Cool, mais ce serait bizarre, tu vas épouser mon filleul ! ô.O
avatar
Montana D. Jones
and I DON'T GIVE A DAMN ;
'bout my bad reputation

♦ HIBOUX POSTÉS : 1162
♦ ARRIVÉE : 10/01/2010
♦ ANNÉE : 6th grade
♦ HUMEUR : exhausted.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Bonnie Becker le Jeu 18 Fév - 12:52

Super, un Tradd ! Bienvenue ! cherry






avatar
Bonnie Becker
Garce fouineuse.
Back in town...

♦ HIBOUX POSTÉS : 2802
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Tradd Cooper le Jeu 18 Fév - 14:50

    Garden, Montana, vous voulez bien attendre de me sauver avant de me marier ? mrgreen
    Et je n'ai pas les chevilles démesurées. --' C'est votre accueil, aussi. Il me monte à la tête. (a)
    Merci Bonnie. cat
avatar
Tradd Cooper
Martyr
Prince charmant
Gendre idéal √

♦ HIBOUX POSTÉS : 1379
♦ ARRIVÉE : 16/02/2010
♦ HUMEUR : obsédé.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Shaelyn Stern le Jeu 18 Fév - 14:53

Mais oui, si ça se trouve il se mariera avec moi afro

*file*






avatar
Shaelyn Stern
« SEX rules the World ! »

♦ HIBOUX POSTÉS : 1315
♦ ARRIVÉE : 01/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Tradd Cooper le Jeu 18 Fév - 14:55

    Avec plaisir, tiens. Laughing
avatar
Tradd Cooper
Martyr
Prince charmant
Gendre idéal √

♦ HIBOUX POSTÉS : 1379
♦ ARRIVÉE : 16/02/2010
♦ HUMEUR : obsédé.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Shaelyn Stern le Jeu 18 Fév - 15:49

Ah ? C'est bon à savoir pirat






avatar
Shaelyn Stern
« SEX rules the World ! »

♦ HIBOUX POSTÉS : 1315
♦ ARRIVÉE : 01/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Tradd Cooper le Jeu 18 Fév - 15:58

    Sois gentille, et on en rediscutera.
    mrgreen
avatar
Tradd Cooper
Martyr
Prince charmant
Gendre idéal √

♦ HIBOUX POSTÉS : 1379
♦ ARRIVÉE : 16/02/2010
♦ HUMEUR : obsédé.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Shaelyn Stern le Jeu 18 Fév - 16:05

Je suis toujours gentille moi bounce






avatar
Shaelyn Stern
« SEX rules the World ! »

♦ HIBOUX POSTÉS : 1315
♦ ARRIVÉE : 01/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Tradd Cooper le Jeu 18 Fév - 16:10

    Permets-moi d'en douter... Mais ça me va aussi. pirat
avatar
Tradd Cooper
Martyr
Prince charmant
Gendre idéal √

♦ HIBOUX POSTÉS : 1379
♦ ARRIVÉE : 16/02/2010
♦ HUMEUR : obsédé.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: t. cooper ♦ the art of being tragic. |terminée.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum