– Behind the Queen's mask.

Aller en bas

– Behind the Queen's mask.

Message par Invité le Mar 13 Oct - 1:17

« La neige tombe. C'est Dieu qui pleure l'histoire du monde. »


Me replonger tout entière dans les méandres de mes souvenirs.
Quitte à devoir en mourir,
Une nouvelle fois.


      Qui es-tu? ... Je ne sais pas.
      Pourtant, les masques tombent tous un jour.
      Pas le mien. C'est impossible, je ne suis rien sans.

      « Sommaire »



Dernière édition par Raquel Torres le Mar 13 Oct - 4:20, édité 4 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: – Behind the Queen's mask.

Message par Invité le Mar 13 Oct - 2:23

« Prologue. »



      . . . « Ce n’est pas chose facile, que de naître au coeur d’une guerre. Génération maudite, dont les années de jeunesse ne représentent, malgré elle, rien de plus que le sacrifice nécessaire au retour de la paix. L’un des camps remporte la victoire, sa victoire, et se réjouit de l’avenir qui se profile ; parce que ses idéaux deviennent ceux de tout un peuple.

      Je n'ai jamais trouvé le temps de me préoccuper de la guerre. Que m'importe que coule le sang ; le mien, maudit pour vingt, me suffit. Car il faut le dire, Bien et Mal sonnent comme des notions creuses face au tracas du quotidien, lorsqu'on est encore jeune et insouciant. Ou trop soucieux. Plus je repense au passé, plus j'en deviens amère. Traîtres sont les souvenirs, et plus je m'y accroche, plus je me perd. Qui suis-je, en fin de compte? Le doute. Quant au reste... je n'en sais rien. »

        – CITATION, Raquel.


Dernière édition par Raquel Torres le Mar 13 Oct - 3:44, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: – Behind the Queen's mask.

Message par Invité le Mar 13 Oct - 2:55

« Chapitre Renouveau : Poudlard. »




    __1ère année. Raquel, 14 ans.
      FLASHBACK 1.

        « Mon admission à l'Ecole fut un véritable soulagement. J'avais peu de nouvelles de ma mère, ne recevant en guise de lettres que ses offrandes réclamant ma clémence; de père, pas un mot. Quant à Juan Angelo, j'avais enfin la possibilité de l'égaler, lui qui m'avait encore devancée en entrant au château un an avant moi. Je n'étais pas à proprement parler courageuse, mais ma dévotion pour ceux que j'appréciais -pour peu qu'elle ne soit pas entachée par une jalousie maladive- et mon impulsivité proche de l'inconscience, me menèrent droit chez les rouge et or.

        Evidemment, me retrouver, tout à coup, entourée d'élèves généreux et pétris de bon sentiments me fit d'abord horreur, …
        »

          – CITATION, Raquel.


      ***

      Jamais elle ne s'était sentie aussi exposée qu'à présent. Rougissant imperceptiblement sous des centaines regards curieux –et hostiles, lui semblait-il–, elle se forçait à rester droite et, surtout, immobile. Le moindre mouvement la pousserait sans doute à céder à son envie de fuir. Inspirant profondément pour se redonner contenance, l'adolescente fixa ses iris azur droit devant elle, sur le tabouret où elle prendrait bientôt place. Quelques prénoms encore; un défilé d'inconnus dénués d'intérêt. Et enfin, ce fut son tour.

      Elle ne savait pas exactement ce qu'elle ressentait à cet instant précis. Un mélange d'appréhension, d'impatience et de doutes. Laquelle de ces maisons était-elle la meilleure? Laquelle était faite pour elle?
      - « Torres, Raquel. »

      S'avançant par automatisme, elle mit quelques secondes à renouer avec le présent. En fait, elle ne se rendit compte qu'elle y était déjà qu'au moment où ses cuisses, à moitié couvertes par sa jupe d'uniforme, heurtèrent le bois étonnamment froid du tabouret qu'elle avait fixé plus tôt.
      Le point décisif de son entrée à Poudlard. Raquel repoussa nerveusement les plis de sa jupe sur ses genoux, puis serra les poings pour masquer les tremblements nerveux de ses mains. Ce n'était pas le moment de céder à la panique; toute l'école avait les yeux fixés sur elle. Il lui fallait faire bonne impression, pas le contraire. Mais son mantra n'y fit rien, et ce ne fut qu'en croisant le sourire rassurant de Juan, son aîné, qu'elle parvint à se détendre. Un peu.
      Redressant le menton, la jeune fille attendit que soit posé sur sa tête le célèbre chapeau faisant la fierté du château, sans s'attarder sur ses allures rabougries, ou sa teinte virant au grisâtre douteux. Et, fermant les yeux avec un calme feint, elle laissa la voix grinçante envahir ses pensées.

      « Mais qu’avons-nous là? Oooh... je vois. Une Torres, n'est-ce pas? Les mêmes sombres souvenirs... une âme autrement plus tourmentée cette fois. Un équilibre… très précaire. Que puis-je faire de toi ? » Raquel serra la mâchoire, s'empêchant à grand-peine d'agonir d'insultes ce pitoyable accessoire. Comment pouvait-il se permettre de la juger? Équilibre précaire… Elle lui montrerait volontiers à quelles extrémités pouvaient la pousser son équilibre précaire ! « Vexée? Je ne fais pourtant que te répéter ce dont tu as déjà conscience… Une préférence pour l’une ou l’autre des maisons, peut-être? Il semblerait que ton caractère visiblement explosif cache une multitude de doute… et une sensibilité insoupçonnée ? Une impulsivité proche de l’inconscience, une dévotion à toute épreuve… Intéressant. Je crois bien qu’en dépit de ton esprit calculateur, tu auras parfaitement ta place parmi les- »

      GRYFFONDOR !

      Le mot se répercuta contre les parois de la Grande Salle, avant de disparaître sous un tonnerre d’applaudissements assourdissants. Raquel bondit sur ses pieds, plus par surprise que par réel empressement, et rejoignit la table occupée par ses nouveaux camarades. À vrai dire, peu lui importait de finir à Gryffondor ou ailleurs ; ses parents n’avaient aucune attente vis-à-vis des maisons, n’ayant eux même pas étudié à Poudlard. La gorge encore nouée, elle ne pouvait cependant s’empêcher de repenser à l’expérience par laquelle elle venait de passer, et frissonna en se jurant de se tenir aussi éloignée que possible de ce maudit Choixpeau. Elle détestait cette impression d’être mise à nu, aisément percée à jour alors même qu’elle était, selon tous, d’une effrayante complexité. Cette… chose parvenait trop bien à la comprendre, et lui renvoyait en pleine face des vérités qu’elle préférait nettement faire semblant d’ignorer.

      - « Salut ! »

      Une fois de plus, Raquel se figea. Elle s’était à peine assise, et s’apprêtait à repousser son assiette encore vide du bout des doigts lorsqu’elle s’était… littéralement fait ‘attaquer’ par sa voisine de table. Lançant un regard suspicieux à la demoiselle en question, elle marmonna un glacial « bonsoir » du bout des lèvres, et se détourna résolument de la gêneuse. Mais une main vint rapidement envahir son champ de vision, et elle retint sa respiration.

      - « Enchantée ! Même année, même Maison... je suis vraiment contente que tu te sois assise à côté de moi. Comment tu… ? »
      - « Raquel. Je m’appelle Raquel Torres, et si tu n'y vois pas d'inconvénient, je crois que je vais changer de place. Bon appétit. »

      La nouvelle Gryffondor se dirigea d'un pas tendu à l'autre bout de la table, mettant autant de distance que possible entre l'autre fille et elle, sans se soucier de son air ahuri.




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: – Behind the Queen's mask.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum