On est sûr d'aimer quand on est jaloux, comme on est sûr de vivre quand on se fait mal ● SAWYER (terminé)

Aller en bas

On est sûr d'aimer quand on est jaloux, comme on est sûr de vivre quand on se fait mal ● SAWYER (terminé)

Message par Liam C. Parkel le Ven 24 Sep - 21:50


On est sûr d'aimer quand on est jaloux, comme on est sûr de vivre quand on se fait mal.


Il y avait tellement de choses qui trottaient dans la tête du jeune homme ces derniers temps. Tout était si compliqué. La bagarre avec Keaton, la forêt, son "accident" pour ne pas dire agression. Oh ça oui il avait souffert physiquement. Pendant longtemps son dos et ses côtes l'avaient fait souffrir. Sans parler des nombreuses éraflures visibles sur son visage. Il n'était pas allé à l'infirmerie, car il savait très bien que sinon elle devinerait tout en voyant l'ampleur de ses blessures. Il avait dû se soigner lui-même et ça n'avait pas été une mince affaire. Si seulement il existait un sort pour guérir en un coup de baguette toutes les blessures ! D'ailleurs, il en existait sûrement un mais il ne le connaissait pas. Et puis de toute façon, ce n'est pas le genre de sort que l'ont fait à la légère... Imaginez que ça dérape ? Il n'avait pas envie de se retrouver avec un œil en moins. En tout cas, ses amis comme les professeurs, tous lui avaient posé pas mal de question sur son état. Il s'était contenté de répondre qu'il faisait un footing autour du lac et qu'il était tombé après avoir trébuché. Tous restaient sceptique, mais personne n'insista. Non pas qu'il soit extrêmement convaincant, mais depuis quelques temps il était d'une humeur exécrable et la plupart des gens l'évitaient. Liam était toujours comme ça quand il souffrait. Il ne voulait pas le montrer, question de fierté d'homme, mais il n'arrivait pas non plus à faire totalement semblant, comme si tout allait bien. Alors il se renfermait sur lui-même, devenait agressif, désagréable et encore plus colérique que d'ordinaire. En deux semaines il s'était retrouvé pratiquement une fois par jour chez le directeur pour ses écarts de conduite. Il s'en prenait à tout le monde, y comprit ses professeurs. Et bien qu'ils soit habitué à son côté provocateur, ils ne l'avaient encore jamais vu aussi "méchant". On sentait qu'il ne faisait pas ça pour amuser sa classe, mais bien pour se défouler, pour laisser sortir tout ce qu'il y avait en lui. Le soir il trainait longuement dans les couloirs déserts, préférant éviter la salle commune des Gryffondors ou ses camarades de chambre. Au départ ses amis avaient bien essayé de comprendre ce qui lui arrivait, mais ils ont vite abandonné après s'être fait jeter comme des moins que rien par monsieur Parkel. Ses nuits étaient longues et agitées. Il revivait souvent en cauchemar l'attaque du centaure et se réveillait à chaque fois en sueur. Même si Liam était quelqu'un de courageux, il ne pouvait nier la terrible peur qui l'avait habité cette soirée là. Rien ne s'était passé comme il l'avait imaginé, non rien.

Mais si seulement il n'y avait que ça... Non, le plus gros problème dans tout ça, c'était Sawyer. Depuis qu'ils s'étaient engueulé c'était devenu encore pire pour lui. Tout s'était confirmé dans sa tête. Il l'aimait toujours, autant qu'avant, si ce n'était plus même. Ça lui crevait le cœur de la voir heureuse avec un autre que lui. L'idée qu'elle se fiche de lui, qu'il n'est plus d'importance dans sa vie le désespérait profondément. Liam n'était pourtant pas du genre à abandonner, quand il voulait quelque chose il se battait jusqu'au bout pour l'avoir. Mais là, c'était si différent. Déjà, les propos de Keaton l'avait tellement blessé. Sans le savoir, le serdaigle avait touché un point sensible. Il lui avait clairement dit que son tour était passé, qu'elle ne voulait plus de lui, qu'il fallait qu'il laisse tomber... Ses paroles raisonnaient sans cesse dans sa tête. C'était une réalité si douloureuse et difficile à encaisser, à accepter. Pourquoi avait-il fallut qu'il s'entiche de cette fille ? Il ne cessait de se poser cette question qui n'arrangeait rien à la situation d'ailleurs. Voilà pourquoi il était si agressif, parce qu'il souffrait. Il avait le mal d'amour comme on dit. Et il n'avait jamais vraiment connu ça. Ou peut-être une fois, ça y ressemblait vaguement. Mais là c'était bien plus intense. Il avait l'impression d'être délaissé, d'être nul, de n'être personne. Il se rendait compte de tout ce qu'il ressentait quand il était auprès d'elle. Juste d'un regard, elle savait lui donner l'impression d'être quelqu'un de bien, de compter, d'être important. Mais tout ceci était bien lointain à présent. Ils ne se parlaient plus par sa faute et il se doutait bien que tout était fichu à présent. Il l'avait perdu définitivement. Et rien que ce mot, "définitivement" ça lui tordait les entrailles. Il n'avait pas pleuré, pas même en cachette. Mais c'était tout simplement parce qu'il se sentait desséché de l'intérieur. Il n'avait même pas la force de pleurer sa perte. Il était minable, pitoyable mais il ne parvenait pas à se sortir de la situation dans laquelle il s'était fourré. Il n'arrivait pas à ne plus être agressif, à accepter la présence de quelqu'un plus de 5 minutes sans le détruire mentalement. C'était un véritable cercle vicieux dont il ne pouvait plus se défaire. Et d'une certaine façon, il se complaisait dans son malheur. Tout en sachant très bien qu'en faisant ça il n'arriverait pas à l'oublier, à passer à autre chose. Mais en même temps... En avait-il vraiment envie ? Il préférait ne pas répondre à cette question qui l'inquiétait assez. Il était réellement sombre ces derniers temps et il n'avait aucune idée du temps que ça durerait.

Il évitait au maximum les lieux qu'elle fréquentait habituellement, espérant ainsi pouvoir la voir le moins possible. Il ne voulait pas qu'elle voit dans quel état il était. Car s'il y avait bien une personne qui pouvait comprendre ce qu'il cachait derrière tant de méchanceté, c'était elle. Alors, il ne cessait de regarder autour de lui pour vérifier qu'elle ne soit pas là. Et dès qu'ils se retrouvaient dans la même pièce ou ne serait-ce qu'à portée de vue l'un de l'autre, Liam se forçait au maximum à changer son attitude. Il essayait de paraître indifférent à elle, d'être heureux en surface. Il faisait même exprès de draguer la première fille qu'il avait devant lui. Même s'il était persuadé qu'elle n'en avait rien à foutre puisqu'elle sortait avec Keaton et qu'elle avait apparemment tournée la page avec lui, au moins ça lui montrait que lui aussi s'en foutait. Enfin, c'était ce qu'il voulait faire croire. Il ne voulait surtout pas qu'elle sache qu'il était malheureux et qu'il souffrait. Mais il en faisait trop à chaque fois, il ne semblait pas naturel. Surtout que son attitude avait fait le tour du château et que "tout le monde" savait comment il était en ce moment. Souvent seul, les gens s'écartaient presque sur son passage pour ne pas s'attirer ses foudres. Alors forcément, quand il se mettait à charmer une fille -sans parler de son manque de délicatesse- elle se méfiait aussitôt. Et malheureusement, ça ne faisait qu'accroître sa colère. La dernière fois, il avait même manqué de frapper une fille parce qu'elle voulait partir au lieu de lui parler. Prise de panique, elle avait finit par partir en courant. Réalisant ce qu'il avait en tête il s'était maudit toute la journée. Frapper une fille ? Et puis quoi encore ?! Il ne devait pas s'abaisser à ce genre de violence, c'était honteux ! Tout ceci était dur à gérer, surtout qu'il était seul pour faire face à cette épreuve assez... Inattendue !

Il avait donc décidé ce weekend d'aller s'aérer l'esprit. Il devait s'éloigner du château un peu histoire de respirer, de ne pas avoir peur de La croiser à chaque tournant. Il prit donc la décision d'aller passer son samedi après-midi à Pré-au-lard, tout seul. De toute façon vu comme il avait gueulé contre ses amis au petit déjeuner ils ne risquaient pas d'avoir envie de le suivre. En ce mois de Septembre, un petit vent avait fait son apparition bien que le soleil soit toujours présent. Revêtu d'un jean foncé et d'un polo blanc à motifs noirs il était donc partis en direction de la petite ville. Il adorait aller là-bas d'ordinaire, il s'y amusait tellement à chaque fois... Mais là, il n'y allait pas de gaité de cœur. Au contraire même, un goût amer s'était emparé de sa gorge et de sa bouche. Il avait tellement de souvenirs avec elle à Pré-au-lard... Ils étaient souvent venu ici, tout les deux ou avec leurs amis respectifs. Que de bons moments en règle générale. Il glissa ses mains dans ses poches de jean, le regard fatigué. Il n'avait rien du Liam charmeur et sûr de lui, qui séduit toutes les filles au moindre regard échangé. Non, là il passait inaperçu dans la foule. Il n'était rien d'autre qu'un anonyme, déambulant sans véritable but dans les rues de la ville. Ce scénario était bien triste à y repenser... Il commençait presque à regretter d'être venu d'ailleurs. Il aurait dû aller dans un lieu où ils n'étaient jamais allé ensemble. Ça aurait été plus simple, sans aucun doute. Il soupirait régulièrement. Si seulement il n'avait pas ce caractère, tout aurait été si différent. Aurait-il fallut qu'il soit comme Keaton pour lui plaire réellement ? Qu'il soit un gentil garçon, calme et posé, qu'il ne fasse pas de conneries, qu'il soit attentionné et qu'il lui dise qu'il l'aime ? C'était ça qu'elle voulait ? Oui alors là, il était certain qu'ils n'étaient pas fait l'un pour l'autre. Il était tout bonnement impossible qu'il soit ainsi. Ce n'était pas dans sa nature, c'était tout. On lui a souvent dit qu'ils avaient des caractères trop explosifs, que ça ne pouvait pas durer entre eux. Pourquoi avait-il fallut que ces maudits gens aient raison ? Il aurait tant voulu leur prouver qu'ils avaient tort. Lui il savait qu'il ne lui fallait personne d'autre qu'elle.

Alors qu'il était dans ses pensées, il percuta quelqu'un. Il faillit sortir de ses gonds et incendier la personne, mais en voyant que ce n'était qu'une petite fille, âgée d'à peine 12 ans apparemment il se calma. En lui rentrant dedans il lui avait fait tomber les livres qu'elle tenait dans ses bras. Il se baissa donc pour les ramasser sans rien dire. Et il fallut qu'elle l'ouvre... Elle n'aurait pas dû. « Surtout t'excuses pas... » Elle avait murmurée ça alors qu'elle ramassait également ses livres. Liam se redressa aussitôt. En d'autres conditions il n'aurait peut-être pas réagit, ou l'aurait remballé avec le sourire ce faisant charmeur pour l'impressionner. Mais là non. Sa mâchoire se crispa ainsi que tous ses muscles. Il serra sa main sur le livre qu'il tenait. Il répondit de façon agressive : « Qu'est-ce qui t'arrive à toi ?! » La jeune fille le regarda, légèrement interloquée. Elle finit par répondre, un peu plus hésitante : « Je dis juste que tu aurais pu t'excu.. » Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase que Liam craqua : « Je te signal mademoiselle la princesse que tu regardais pas non plus où tu allais ! Il faut être deux pour se rentrer dedans donc sois tu t'excuses également soit personne s'excuse et c'est tout. De toute façon avec vous les filles c'est toujours la même chose. Vous avez jamais rien fait, vous y êtes toujours pour rien ! Vous prenez vos airs d'innocentes, genre vous comprenez pas ce qu'il se passe blablabla. Espèces de salles manipulatrices ouai ! C'est toujours de votre faute, toujours ! On a beau tout faire pour vous, c'est jamais assez. Faut toujours que vous alliez voir ailleurs pour bien nous rappeler qu'on est qu'une merde. » Liam s'arrêta, reprenant son souffle. Ses paroles étaient carrément partie sur un autre sujet... Pas difficile de deviner lequel. En réalisant le ridicule de la situation il fit rapidement demi-tour pour s'éloigner. La jeune fille le regardait avec les yeux grands écarquillés, stupéfaite et inquiète également. Il se rendit alors compte qu'il tenait toujours un livre dans sa main. Hors de lui, il se retourna et le balança brutalement dans la direction de son interlocutrice, ou victime les deux correspondent ici. Le livre atterrit sur le sol pavé et s'abîma. Mais ça, c'était bien le dernier de ses soucis. Son cœur battait à toute vitesse, il était à bout de nerfs. Il ne savait plus quoi faire...

Bannière by Chamallow.


Dernière édition par Liam C. Parkel le Lun 15 Nov - 20:27, édité 1 fois
avatar
Liam C. Parkel
♠ GOD
'Cause love is blind.

♦ HIBOUX POSTÉS : 191
♦ ARRIVÉE : 02/06/2010
♦ ANNÉE : Septième
♦ HUMEUR : S'interroge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: On est sûr d'aimer quand on est jaloux, comme on est sûr de vivre quand on se fait mal ● SAWYER (terminé)

Message par Sawyer L. Waldorf le Sam 2 Oct - 20:54








    Sawyer -Grrrrrmmmhggrrrraaah

    Un profond grognement s’échappe de ma gorge. Je n’ai aucune envie de quitter mon lit, aucune raison suffisamment valable pour m’y pousser. Je me mets tout le monde à dos pour le moment, la malchance s’acharne encore contre moi. D’abord Liam et ensuite Poppy, sans oublier tout les autres. Douée comme je le suis, je ne vais pas tarder à donner une raison à Keaton de se retourner contre moi lui aussi. Non, je n’ai définitivement pas envie de quitter mon nid douillet pour affronter le monde extérieur. J’entends mes camarades s’agitées au delà des épais rideaux de velours entourant mon lit. Je reconnais l’éternuement de Nell et rien que de la savoir la, ça m’énerve. Je m’empare donc de mon oreiller et enfoui ma tête en dessous. Je me souviens que lorsque j’étais avec Liam, il ne me fallait pas grand-chose de plus que la simple idée de le rejoindre pour me tirer de mes draps. Ce temps la est révolu, je dois m’y résoudre. Il ne me sert à rien de continuer à me morfondre alors qu’il n’y à plus d’espoir. A force d’erreurs de chaque cotés, nous avons atteints le point de non retour. Je retiens les larmes qui me montent aux yeux, ma gorge se sert. Oh merde ! J’ai assez pleuré pour lui.

    Je balance violemment mon oreiller et me redresse brusquement. Mes mains courent sur mon visage et dans mes cheveux emmêlés, j’inspire profondément. Ces derniers temps, j’ai l’impression d’être en perpétuel combat contre moi-même et toutes ses émotions qui se bousculent en moi. Je suis incapable de distinguer le blanc du noir, tout est gris, fade. Mais ce n’est pourtant pas mon genre de me laisser allée. J’ai beau avoir une tonne de défauts mais je ne suis pas le genre de personne à baisser les bras. Non, je garde la tête haute, jamais je ne dois afficher mes faiblesses…le but ultime est de garder le contrôle. Et j’ai justement perdu tout contrôle de ma vie, je ne suis plus que l’ombre de moi-même. Les plans machiavéliques que j’élabore pour le moment ne se comptent même pas sur les doigts d’une main. Je ne répète plus, je ne trouve plus l’envie de chanter. Cela ne peut plus continuer ! Et si ce matin, je décidais de reprendre enfin bien en main les rênes de mon destin.

    Une bouffée de confiance gonfle en moi et me submerge d’une sensation presque réconfortante. Comment ai-je pu oublier que tout reposait entre mes mains ? Comment ai-je pu déroger à ma règle de penser que tout est possible, que c’est moi qui décide et personne d’autre. J’en ai fini de me laisser abattre ! Au moins pour aujourd’hui ! Et si je vois que ce n’est pas efficace et bien je recommencerai à me morfondre demain. J’inspire et me laisse allée à sourire. Aujourd’hui est un autre jour ! Je me décide alors à sortir de mon lit et salue joyeusement mes camarades. Je vois bien la surprise sur leurs visages mais je fais semblant de rien. J’ai plus l’habitude de leur en faire baver que de leur montrer mon coté agréable. C’est peut être aussi une chose que je devrais changer mais j’ai toujours considéré le dortoir comme une zone de défouloir afin de paraître la plus parfaite possible dans tour le reste de l’école. Je hausse les épaules pour moi-même et file sous la douche.

    Puisque j’ai décidé de ne pas faire les choses à moitié aujourd’hui, je prends largement le temps de me faire une beauté. Je relève mes cheveux laissant certaines mèches bouclées retombées en cascade le long de mon visage. Je souligne mes yeux de noirs et couvre mes cils de mascara. Je m’empare d’une de mes bouteilles de parfums et au moment où j’appuie sur le vaporisateur, je réalise que par habitude, j’ai prit le préféré de Liam. Il ne m’a jamais caché ne pas pouvoir résisté à cette fragrance. Je serais presque prête à retourner sous la douche pour en effacer l’odeur sur ma peau mais ce serait contraire au but même de cette journée. Je repose donc le flacon sur ma table, pince mes joues pour les faire rosir et m’adresse finalement un regard satisfait dans le miroir. Pour les vêtements, j’ai enfilé un jeans moulant, un t-shirt noir et un épais collier d’argent. Finalement prête, je réalise que je n’ai pas la moindre idée, de ce que je pourrais faire aujourd’hui. Cela fait plusieurs jours que j’évite la plupart de mes amies et je ne suis pas forcément à l’aise d’aller les retrouvées maintenant pour faire semblant de rien. Le mieux serait encore de rester seule, cela m’évitera pas mal de problème. Je me souviens alors qu’aujourd’hui, c’est le jour des visites à Pré au lard. Parfait ! Tout ce qu’il me faut pour me changer l’esprit ! Je m’empare aussitôt de mon sac à main, enfile une petite veste noire et disparaît sans plus attendre.

    Le chemin jusqu’à Pré au Lard ne me prend pas bien longtemps. Ce n’est pas la première fois que je m’y rends et de toute façon, il suffit de suivre le troupeau que forme les autres élèves. Lorsque que je sens un regard se poser sur moi, je ne maque pas de répondre par un sourire. Surtout s’il s’agit d’un joli garçon. Cela fait trop longtemps que j’ai cessé de soigner ma réputation et si je ne reprends pas les choses en main, on va finir par définitivement m’oublier. Cependant je suis ravie de constater que je n’ai pas perdu tout mon pouvoir de séduction lorsque trois Poufsouffle on presque commencer à se battre pour savoir auquel des trois mon sourire était désigné. Tout en gloussant, je continue mon chemin. C’est exactement, le genre de carnage que je me plait à provoqué lorsque je suis dans mon état « normal ». Serait enfin sur la voie de retrouver la Sawyer Waldorf que j’étais avant que Liam ne me brise en miettes? La démarche assurée, je chasse son visage de mon esprit. J’ai faim ! Me précipitant chez le marchand de glace, je m’achète deux boules de menthe chocolat. Je choisi un banc vide sur le coté et m’y installe. J’ai toujours aimé observé les passants et leur inventé des vies passionnantes ou terriblement tragiques. Il nous arrivait de joueur à ce jeu avec Liam. Encore lui ! Je grogne et me rabat sur ma glace avec la mine d’un jeune enfant frustré.

    Qu'est-ce qui t'arrive à toi ?! »

    Cette voix ! Je la reconnaîtrait entre toutes mais j’ai envie de penser que c’est mon imagination qui me joue des tours. Malgré moi, je lève pourtant les yeux et distingue la silhouette de Liam. J’ai l’impression de sentir mon cœur se flétrir en version accélérée mais je n’en montre rien. Je tente d’évaluer la situation. Il fait face à une jeune fille et…et…

    « Je te signal mademoiselle la princesse que tu regardais pas non plus où tu allais ! Il faut être deux pour se rentrer dedans donc sois tu t'excuses également soit personne s'excuse et c'est tout. De toute façon avec vous les filles c'est toujours la même chose. Vous avez jamais rien fait, vous y êtes toujours pour rien ! Vous prenez vos airs d'innocentes, genre vous comprenez pas ce qu'il se passe blablabla. Espèces de salles manipulatrices ouai ! C'est toujours de votre faute, toujours ! On a beau tout faire pour vous, c'est jamais assez. Faut toujours que vous alliez voir ailleurs pour bien nous rappeler qu'on est qu'une merde. »

    Je suis partagée entre rage et tristesse mais je choisi de lever les yeux au ciel. Son petit cinéma ne marche plus avec moi. Le Liam agressif et borné, oh oui j’ai assez donné. Très peu pour moi. C’est alors que je vois le livre volé et atterrir sur le sol, puis Liam faire volte face. Je devrais restée clouée sur ce banc mais c’est plus fort que moi. J’ai beau joué les désintéressée, je ne suis pas capable de me contrôlée moi non plus. Je me précipite vers le bouquin, le ramasse et le tends à la jeune fille.

    Sawyer - Ce n’est pas à toi qu’il en veut. Ne le prends pas personnellement, il est dans une mauvaise passe. Et pour ton livre, viens m’en apporté les référence, je t’en offrirait un nouvel exemplaire

    Je ne lui donne pas mon nom. Je m’estime assez populaire pour qu’elle le connaisse ou qu’elle n’aie pas de grandes difficultés à me retrouvée dans Poudlard. Cela dit, je n’ai pas de temps à perdre et sans laisser à la demoiselle le temps de me répondre, je lui souri et m’éclipse. Fendant la foule, je suis les traces de Liam. J’aperçois, son dos. J’ai envie de faire demi tour mais je ne supporte plus cette situation et comme je l'ai dit j’ai choisi de prendre les choses en main. J’inspire profondément, je doute d’avoir le courage nécessaire mais il est trop tard pour reculer. Je bondis sur lui et glisse mon bras sous le sien pour l’attirer hors de la foule. Le simple contact furtif de sa peau me rend dingue, mon cœur bat si fort que je le sent résonné de mes tempes à mes orteils. Je prie pour ne pas rougir.

    Sawyer -Viens avec moi.

    Cela sonne comme un ordre. Bien plus autoritaire, que je ne l’aurais voulu. Presque comme une réprimande. La foule s’éloigne de nous et débouchant au bout d’une rue j’aperçois le foret de l’autre coté du chemin. Cette portion, n’a heureusement pour nous rien avoir avec la forêt interdite. M’arrêtant à l’orée des bois, je pousse Liam contre un tronc d'arbre pour lui faire face. Je n’avais aucune envie de régler nos comptes en public et nous voila maintenant plus ou moins seuls. Mon regard est planté droit dans le sien. Je n’ai pas l’intention de lui laisser une chance de m’échapper. Pas maintenant !

    Sawyer -Je ne supporte plus cette situation Liam. Tu as dit ne plus vouloir de moi dans ta vie. Tu veux que je te laisse tranquille…Mais moi, je ne peux pas m’empêcher de te demander si tu le penses réellement. J’ai besoin de le savoir. Besoin de l’entendre quand tu n’es pas en colère. Je ne peux pas continuer comme ça…

    Mes deux mains se plaquent sur ses épaules. Mon regard oscille entre autorité et désespoir.

    Sawyer -Si c’est ce que tu veux. Dis le moi droit dans les yeux et je te promets que plus jamais tu n’entendra parler de moi. Liam si c’est ce que tu veux…DIS LE.

    Le ton de ma voix c’est considérablement élevé sur ces derniers mots sans même que je ne puisse le contrôler. J’ai l’impression de marcher sur un fil et de chaque coté, d’immenses précipices. Un peu comme si ma vie dépendait uniquement des mots qui allaient sortir de la bouche de Liam. Pendue à ses lèvres, j’attends qu’il me donne le coup fatal.











- DRAMA QUEEN -
I'm the master of my fate
I''m the captain of my soul




avatar
Sawyer L. Waldorf
- Almost Famous -

♦ HIBOUX POSTÉS : 719
♦ ARRIVÉE : 09/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: On est sûr d'aimer quand on est jaloux, comme on est sûr de vivre quand on se fait mal ● SAWYER (terminé)

Message par Liam C. Parkel le Ven 8 Oct - 17:40

Après son petit discours, le regard des gens autour n’avait pas échappé à Liam. Mais il s’en fichait. Enfin, ça l’énervait certes mais ces derniers temps il était tout le temps énervé alors ça ne changeait pas grand-chose en réalité. Les mains dans les poches de son jean, il ruminait. Cette sortie ne s’annonçait pas aussi bénéfique que prévue. Dès qu’il voyait une crinière blonde, il avait le cœur qui bondissait dans sa poitrine, mais c’était toujours une fausse alerte. Il ralentit quelque peu, se disant qu’il ferait peut-être mieux de faire demi-tour et d’aller ailleurs. Il ne savait pas où, mais qu’importe. Il devrait peut-être rentrer chez lui le weekend prochain, loin de Poudlard, de ses amis et surtout… De Sawyer. Ne pas se demander toutes les 2 minutes s’il allait la croiser, si elle serait seule ou avec Keaton. Ça devenait dur à la longue. Dès qu’il croisait Keaton, Liam avait une réaction physique très intense. Une envie de lui sauter dessus et de l’étrangler, de le réduire à néant, de s’en débarrasser une bonne fois pour toute. C’état physique, il ne pouvait pas le supporter, ça lui faisait trop mal. Mais Liam n’eut pas le temps de se morfondre plus longtemps. Il sentit un bras se glisser dans le sien. D’abord surprit, il n’eut pas le temps de régir que déjà ont l’entrainait. Il entendit seulement un : « Vient avec moi. » Sawyer ! Le sang de Liam ne fit qu’un tour, la température de son corps semblait soudainement avoir pris quelques degrés et pourtant un long frisson venait de parcourir son dos. Liam ne comprenait rien à ce qu’il se passait. Il était là, en train de marcher à travers la foule, mécontent. Et d’un coup Sawyer l’attrapait, l’obligeant à la suivre sans vraiment lui laisser le choix. Un peu pommé, il n’opposa aucune résistance et se laissa entrainer. Mais les questions se bousculaient dans sa tête. Que voulait-elle ? Qu’allait-elle lui dire ? Est-ce que ça allait être une conversation positive ou au contraire Sawyer comptait-elle s’en prendre à lui ? Plusieurs sentiments s’entremêlaient, mais Liam ne pouvait cacher l’espoir qui le gagnait subitement. Voilà plusieurs semaines qu’ils ne se parlaient plus, si elle avait voulu l’inonder de critiques elle n’aurait pas attendu autant de temps, il le savait pertinemment car il la connaissait à la perfection. Alors si ce n’était pas pour s’en prendre à lui… Pourquoi serait-ce ? Même s’il essayait d’oublier cet espoir, persuadé qu’il se faisait des films, c’était plus fort que lui. En même temps, il se disait que c’était certainement impossible que quoi que ce soit s’arrange entre eux. Ils ne pouvaient pas être amis et Sawyer sortait avec Keaton. C’était voué à l’échec dès le départ. Son cœur se serra à cette pensée. Et c’est comme ça qu’il détruisit lui-même l’espoir qui l’avait envahi quelques secondes plus tôt. Il soupira légèrement, retrouvant ce goût amer dans sa gorge. N’ayant aucune idée de l’endroit où Sawyer l’emmenait, il se laissait guider. Ils arrivèrent alors à l’orée d’une forêt et la jolie blonde le plaqua contre un arbre. Liam grimaça doucement, certaines de ses blessures de la forêt interdite n’étaient pas encore complètement guéries. Alors vu ce qu’il avait pris dans les côtes et le dos, se faire pousser contre un arbre n’avait rien de très agréable. Mais il ne fit aucun commentaire, la situation était bien trop… stressante pour qu’il pense à des choses aussi superficielles à ses yeux.

Sawyer semblait déterminée et pas franchement épanouie. Liam enterra définitivement son petit espoir, voyant bien qu’elle n’était pas là pour qu’ils se pardonnent. Liam afficha alors un air renfrogné et dur, ne voulant pas qu’elle puisse deviner ce qu’il ressentait réellement à cet instant. Deux semaines qu’ils ne s’étaient pas regardé dans les yeux, qu’ils ne s’étaient pas parlé ni touché. Ils s’étaient contentés de s’éviter et de se trouver le plus loin possible l’un de l’autre. Alors se retrouver aussi « près » d’elle soudainement, ça lui faisait tout drôle. Son rythme cardiaque s’était accéléré, il était nerveux. Même si ce n’était pas le moment de penser à ça, il la trouvait magnifique. Quand elle était dans un pareil état, elle dégageait toujours quelque chose de très profond. Un mélange de colère et de détresse, qui la rendait si puissante et si fragile à la fois. Et à chaque fois, Liam se retrouvait tiraillé entre la craindre et la protéger. Mais là, le problème était vite régler. Il n’avait plus qu’à la craindre puisque Keaton était là pour s’occuper du reste. Toute sa vie on lui avait répété que l’amour s’était vouloir le bonheur de l’autre, même si ce bonheur exigeait de ne pas faire partis de sa vie. Mais Liam n’y arrivait pas. Il n’arrivait pas à souhaiter le bonheur de Sawyer loin de lui. Et il avait honte de penser une telle chose, d’être aussi égoïste. Mais c’était bien plus fort que lui. La suite des choses fut assez… Inattendue et déconcertante. Sawyer reprit la parole, se montrant stricte et sûre d’elle. Elle ne plaisantait pas et ce n’était pas le moment de jouer au petit malin, de faire le gros dur. « Je ne supporte plus cette situation Liam. Tu as dit ne plus vouloir de moi dans ta vie. Tu veux que je te laisse tranquille…Mais moi, je ne peux pas m’empêcher de te demander si tu le penses réellement. J’ai besoin de le savoir. Besoin de l’entendre quand tu n’es pas en colère. Je ne peux pas continuer comme ça… » Liam resta perplexe. Il écarquilla les yeux et entrouvrit la bouche mais aucun son n’en sortit. Il n’en revenait pas. Il s’était attendu à tout, sauf à ça. Il se sentait désarmé, prit au piège. Il n’avait aucune échappatoire. Pourquoi voulait-elle savoir ça ? Pourquoi en avait-elle besoin ? Ils ne se parlaient plus, elle était avec Keaton… Alors pourquoi est-ce que soudainement elle avait besoin de savoir une telle chose ? Ce n’était pas rien tout de même ! Sa respiration s’était accélérée, il la fixait sans la voir. Dans sa tête « pourquoi ?! » raisonnait sans cesse, l’assourdissant presque. Il ne voulait pas répondre, il ne voulait pas qu’elle sache. Il resta silencieux, se faisant de plus en plus nerveux et mal-à-l’aise. Il avait envie de disparaître. Sawyer le secoua quelque peu. Elle posa ses mains sur ses épaules, et ce seul contact le ramena sur terre, lui nouant l’estomac. Son parfum atteignit soudainement son nez et un court instant de délice l’apaisa. Elle portait le parfum qu’il préférait. Hasard ? Il n’en savait rien et ce n’était peut-être pas franchement le moment de réfléchir à ça. Il n’avait toujours pas desserré les dents, alors elle le relança : « Si c’est ce que tu veux. Dis le moi droit dans les yeux et je te promets que plus jamais tu n’entendras parler de moi. Liam si c’est ce que tu veux… DIS-LE. » Liam resta muet encore un moment. C’était trop dur.

Il finit par prendre une grande inspiration tout en croisant les bras. Il se décida alors : « Je… Je ne veux plus… » Et puis, plus rien. Non, il ne pouvait pas lui dire ça. Il ne le pensait pas. Il ne voulait pas qu’elle sorte de sa vie, bien au contraire ! Il ne voulait pas qu’elle sorte de sa vie tout en sachant qu’elle ne pouvait pas un refaire partie et toujours pour la même raison : Keaton. Liam soupira, lassé. Il passa ses mains sur son visage et se dégagea de l’emprise de Sawyer. Il fit quelques pas, dos à elle. Il resta immobile un moment, pensif. Il était perdu, il devait répondre quelque chose, lui donner des explications mais il ne s’en sentait pas la force. Il se ridiculiserait devant elle, il serait pitoyable. C’est pitoyable de dire à une fille qu’on l’aime n’est-ce pas ? Il n’avait jamais dit à Sawyer « Je t’aime ». Il l’avait laissé sous-entendre oui, mais il ne l’avait jamais dit. Est-ce qu’il devait le regretter ? Est-ce que ça aurait changé quelque chose pour eux ? Il craignait que oui à présent. Mais qu’importe, l’instant n’était pas à regretter des choses que l’on n’avait pas fait dans le passé. Sawyer était là, derrière lui et elle devait commencer à s’impatienter. Liam se mordit la lèvre inférieure, et dans un ultime soupirement se retourna. Il lui fit face, haussa les épaules et répondit : « Je ne peux pas le dire… Désolé. » Il la regarda un instant, silencieux. Lui aussi avait des questions, beaucoup de questions. Il s’approcha d’elle et se fut à son tour de la saisir par les épaules. Il la regardait sérieusement et dans son regard on pouvait voir qu’il était perdu et en même temps qu’il souffrait. « Pourquoi Keaton ? Comment… ? » Il la lâcha doucement, posant sur elle un regard déçu, triste, fatigué. Il n’avait plus le courage de s’énerver, de crier, de la repousser. Puisqu’il était lancé, pourquoi s’arrêter ? Le jeune homme reprit son souffle un moment et continua : « Je sais que je ne suis pas l’homme idéal Sawyer mais… On s’entendait bien dernièrement et… Je comprends pas comment Keaton est arrivé dans tout ça. » Il se coupa net, réalisant ce qu’il venait de dire. Il venait de laisser largement sous-entendre que dernièrement il avait continué à s’intéresser à elle. Il recula de plusieurs pas en secouant la tête. « Non rien… Laisse tomber. Je sais pas si cette conversation est une bonne idée. » Il savait bien qu’il était trop tard à présent, que Sawyer ne laisserait pas tomber après ce qu’il venait de dire, qu’elle voudrait en savoir plus. Il venait de se foutre dans une situation délicate il n’en sortirait pas comme ça.
avatar
Liam C. Parkel
♠ GOD
'Cause love is blind.

♦ HIBOUX POSTÉS : 191
♦ ARRIVÉE : 02/06/2010
♦ ANNÉE : Septième
♦ HUMEUR : S'interroge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: On est sûr d'aimer quand on est jaloux, comme on est sûr de vivre quand on se fait mal ● SAWYER (terminé)

Message par Sawyer L. Waldorf le Ven 22 Oct - 15:24










    « Je… Je ne veux plus… »

    Quoi ? Tu ne veux plus quoi ? Tu ne veux plus ...de moi ? C’est ça ?!? J’ai envie de hurler, envie de le secouer violemment et de lui faire mal mais à la place de cela, je me mords férocement la lèvre inférieur. Lui hurler dessus ne servira qu’a le mettre d’avantage sur la défensive et en réalité au delà de la colère, j’ai bien trop peur d’avoir compris. Liam à définitivement tirer un trait sur moi et me voila comme une pauvre désespérée à me morfondre de son intérêt. Je suis pathétique ! Comment est il possible de tomber aussi bas? J’aurais pourtant du m’en douter, il ne sert à rien d’espérer. Je voulais être fixée mais la c’est pire que tout. Dire que l’espace d’une seconde, j’y au cru. Ma gorge se serre mais il est hors de question que je verse la moindre larme. Je fais un pas en arrière et bien que cela me soit terriblement difficile, je garde les yeux fixés sur Liam bien qu’il me tourne le dos. Cet enfoiré doit être occupé à chercher le moyen le plus poli de me virer définitivement de sa vie. Je ne peux pas le tolérer et alors qu’il est dos à moi, j’hésite presque à m’enfuir à toutes jambes.

    « Je ne peux pas le dire… Désolé. »

    Alors qu’il fait volte face, mon regard se plante droit dans le sien. Je n’en reviens pas ! Il n’a même pas les couilles de me dire qu’il ne veut plus me voir. Il atteint tous les sommets ! Je savais que Liam avait des défauts mais jamais je ne l’aurais pensé aussi lâche. Mes poings se serrent fermement, je sens mes ongles s’enfoncer dans la chaire de mes paumes. Et le voila qui s’approche de moi ! Non mais je rêve ! Ses mains se posent sur mes épaules, j’ai envie de hurler mais une fois encore la douleur me cloue sur place. Je sais que si je prononce le moindre mot ou tente le moindre geste, je vais me transformée en furie incontrôlable et je ne veux pas donner cette satisfaction à Liam.

    « Pourquoi Keaton ? Comment… ? »

    Le poids du monde semble s’écrouler sur mes épaules. Liam parait blasé, vidé et jusque la je refusais de croire que je pouvait y jouer un rôle. Quand finirais je enfin par cesser de voir les choses uniquement de mon propre point de vue ? Il est évident que Liam ne doit pas comprendre pourquoi je reviens vers lui alors que je sors officiellement avec Keaton. La culpabilité prends place en moi et me tords les entrailles. Je suis piégée. J’ai promis à Keaton de ne pas parler de notre plan mais si je n’en parle pas à Liam, je le perdrai pour toujours. Je me suis mise dans un terrible pétrin, comme toujours.

    « Je sais que je ne suis pas l’homme idéal Sawyer mais… On s’entendait bien dernièrement et… Je comprends pas comment Keaton est arrivé dans tout ça. »

    L’homme idéal ! Oh il ne l’est peut être pas selon les normes établies mais qu’il le veuille ou non, il est mon homme idéal. Malgré tous ces défauts, malgré tout ce que je peux détester chez lui, il est seul à pouvoir déclencher une telle tempête en moi. Le seul dont je ne me lasse pas, le seul à pouvoir me défiée comme il le fait. La rage et l’amour vont de paire, du moins je crois que c’est comme ça que je fonctionne. J’avale lentement ma salive alors que je réalise qu’il est temps pour moi de faire un choix. Soit je révèle toute l’histoire à Liam soit je m’en vais et il en sera finit de nous deux. Mon cœur se serre, ma respiration est rapide. Je déteste l’idée même de décevoir Keaton alors que c’est moi qui l’ai embarqué la dedans. Je ne pourrai plus me regarder en face et serait il capable de me pardonnée ? Et dans l'autre cas, suis-je prête à perdre Liam ? Non ! Oh j’aimerais tellement avoir du temps pour réfléchir mais c’est moi qui suis venue trouver Liam et je ne peux donc décemment pas faire marcher arrière maintenant.

    « Non rien… Laisse tomber. Je sais pas si cette conversation est une bonne idée. »

    Oui je devrais peut être laisser tomber mais si aucun de nous deux ne prends les chose en mais et bien cela signifie que nous sommes définitivement une cause perdue et ce n’est pas mon genre ! Je ne sais pas comment mais je trouve en moi, une force nouvelle. La force de croire encore que je suis peut être capable de tout arranger. La force de croire que tout est entre mes mains la maintenant. Je me dégage des mains de Liam. Je ne veux pas que sa peau ou son parfum ne viennent perturbé mes révélations. Il est temps. L’instant est presque ironique et je me prends à sourire malgré moi. Va-t-il seulement me croire ?

    Sawyer -Liam. Je comprends que tu sois perdu. C’est vrai qu’on s’entendait bien mais j’ai tendance à ne pas toujours faire les bons choix. Je ne suis pas toujours la plus subtile.

    Je secoue les épaules et passe une main dans mes cheveux. Je risque de l’embrouillé plus encore si je ne vais pas droit au but. J’ai du mal, mais je le fixe droit dans les yeux.

    Sawyer -Je vais te révéler un secret et je compte sur toi pour le garder. Je ne rigole pas.

    Je lève un doigt en l’air en signe d’avertissement avant de me lancer enfin dans mes révélations.

    Sawyer -Keaton et moi, c’est un mensonge. Enfin, on a bien été coincé tout les deux sous Poudlard et sans lui, je ne serais probablement plus de ce monde. Mais ce que cela à créer entre lui et moi, c’est de l’amitié tout simplement.

    J’inspire et m’empresse de reprendre la parole pour ne laisser aucune chance à Liam de m’interrompre avant que je n’aie fini.

    Sawyer -Je lui ai proposé de l’aider. Il est amoureux de Coralie et j’ai pensé que le meilleur moyen d’attirer son attention serait qu’il soit au bras d’un autre fille…Je pensai que peut être que toi aussi tu te dirais que finalement tu voulais encore de moi et ….Et voila comment tout à commencer.

    Je baisse les yeux et fixe le sol couvert de feuilles mortes. Je n’ai aucune idée de l’effet que vont avoir mes révélations. Liam allait il me détester d’avantage ? Je ne sais pas. Je ne sais plus rien et j’ai peur. Je ne peux m’empêcher de penser à Keaton et combien il serait terrible que Liam aille crier se secret sur tout les toits. Si Coralie venait à l’apprendre, Keaton passerait probablement pour un bouffon. Non, je vais tout faire que Liam n’en révèle pas un mot et cela quoi qu’il en pense.













- DRAMA QUEEN -
I'm the master of my fate
I''m the captain of my soul




avatar
Sawyer L. Waldorf
- Almost Famous -

♦ HIBOUX POSTÉS : 719
♦ ARRIVÉE : 09/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: On est sûr d'aimer quand on est jaloux, comme on est sûr de vivre quand on se fait mal ● SAWYER (terminé)

Message par Liam C. Parkel le Ven 29 Oct - 10:30

Liam observait autant qu'il pouvait Sawyer, cherchant à décrypter la moindre de ses émotions. Mais à part de la colère, il ne voyait pas grand chose. Enfin ça, c'était jusqu'à ce qu'il parle de Keaton. Parce que là oui, elle changea d'attitude. Il n'arrivait pas à comprendre ce qu'il se passait dans la tête de Sawyer, elle passait d'un état à un autre en moins d'une seconde et ça le laissait assez perplexe, perdu. Il n'arrivait pas à trouver le moindre repère pour y voir plus clair dans cette fichue histoire. Mais son cœur se serra quand il le visage de Sawyer se décomposer légèrement, passant de la colère à une attitude soudainement beaucoup plus calme, elle semblait presque mal à l'aise. Quoi ? Elle avait pitié de lui, c'était ça ? Elle réalisait qu'il l'aimait toujours et ça lui faisait de la peine de se dire qu'elle allait devoir le rejeter une nouvelle fois. Et bien non merci ! Liam se raidit quelque peu à cette idée. Il n'en voulait pas de sa pitié ! Qu'elle essaye ne serait-ce qu'une seule fois de s'excuser ou de lui sortir un de ces discours miteux qu'on récite à celui qui s'est fait roulé dans l'histoire et il lui tapait dessus ! Enfin, taper dessus, c'était une façon de parler. Car si en effet il n'hésitait jamais à frapper un garçon jamais il n'oserait lever la main sur une fille. C'était tout simplement hors de question. Liam avait beau être imprévisible et sanguin il avait malgré tout quelques valeurs qu'il respectait à la lettre. Cependant, ses valeurs ne lui interdisaient pas de lui en mettre plein la figure, de l'incendier jusqu'à ce qu'elle en crève de honte et de se venger maintes fois par la suite. Et plus il pensait à tout ça, à tout ce qu'il pourrait lui dire ou lui faire, plus il se sentait vide. Comment en étaient-ils arrivé là ? Comment était-ce possible qu'après leur longue relation, qu'avec tous les sentiments qu'il éprouvait pour elle il était arrivé aujourd'hui à un point où il était prêt à la maudire de toutes ses forces, la détester aussi fort qu'il l'aimait. ? Il n'en savait rien et il en souffrait beaucoup. Finalement, il ne savait pas s'il aurait le courage de faire tout ça, de lui dire toutes ces méchancetés. Il n'en pouvait plus de voir à quel point il tenait à elle, tout ce qu'elle représentait à ses yeux, l'importance qu'elle avait prit dans sa vie. Il ne voulait pas qu'elle soit désolé, il ne voulait pas qu'elle est pitié de lui. Il voulait qu'elle lui annonce qu'elle quitterait Keaton pour lui si il lui demandait, qu'elle lui dise qu'elle l'aimait toujours secrètement, qu'ils devaient se donner une nouvelle chance. Mais Liam savait bien que c'était inespéré, un espoir irréalisable. Sawyer avait fait le deuil de leur relation, elle était passé à autre chose. Elle avait opté pour un gentil garçon, calme et équilibré et elle venait voir ce taré de Liam, ce fou impulsif et incapable d'assumer ses sentiments pour qu'il se mette bien en tête que tout était finit entre eux. Qu'il arrête de frapper son nouveau fichu raté de petit-copain ! Il ferma les yeux un instant. Il devait se calmer, arrêter d'anticiper tout ce qu'elle pourrait lui dire car il s'était souvent trompé. Il devait la laisser parler avant de s'énerver peut-être pour rien. Mais c'était dur, car il redoutait la suite plus que tout au monde. L'entendre dire : Et bien si toi tu n'es pas capable de le dire, moi je vais le faire : je ne veux plus de toi dans ma vie. Sa gorge se noua à cette pensée. Pitié, tout mais pas ça.

Mais la suite n'arrangea pas les choses. Il n'eut pas de réponse claire, rien pour l'aider à déterminer les motifs de cette conversation inattendue. « Liam. Je comprends que tu sois perdu. C’est vrai qu’on s’entendait bien mais j’ai tendance à ne pas toujours faire les bons choix. Je ne suis pas toujours la plus subtile. » Mais bordel, ça veut dire quoi ça ?! Elle voulait encore de lui ou non ? Il n'y comprenait rien et il commençait à perdre patience. Mais selon lui, c'était plutôt mauvais signe. Elle lui parlait gentiment, lui disait qu'elle comprenait, qu'elle n'avait pas toujours fait les choix les plus subtils.. Et maintenant ? Elle n'avait pas fait les bons choix mais elle ne pouvait plus revenir en arrière, c'était ça ? C'était comme ça qu'elle allait lui dire qu'il devait disparaître ? Manipulatrice, menteuse ! La mâchoire de Liam se serra. Comment osait-elle jouer à ça avec lui ? Elle se dégagea de son emprise au même moment et Liam ne se fit pas prier. S'il restait les mains posées sur ses épaules plus longtemps il risquait de les serrer si fort qu'il les lui aurait brisées. Il avait l'impression que Sawyer était en train de le tuer à petit feu. Vous savez, comme si elle lui maintenait la tête sous l'eau et puis que de temps en temps elle le faisait remonter pour qu'il reprenne un peu sa respiration et recommençait, pour faire durer le plaisir. Une véritable torture et Liam attendait le coup de grâce. Bon sang, mais quand est-ce que tout ça sera enfin terminé ? Quand pourra t-il se lever le matin en sachant où il en est avec elle ? « Je vais te révéler un secret et je compte sur toi pour le garder. Je ne rigole pas. » Liam échappa un petit rire nerveux. Elle se foutait de lui là ? Elle croyait vraiment que c'était le moment de se confier des secrets ? Lui, il voulait juste savoir. Elle comprenait ça ? SAVOIR ! Il en avait rien à faire de son secret. Il se tourna à nouveau bougeant de quelques pas en soupirant, fatigué de tout ça. Mais Sawyer n'abandonna pas pour autant. « Keaton et moi, c’est un mensonge. Enfin, on a bien été coincé tout les deux sous Poudlard et sans lui, je ne serais probablement plus de ce monde. Mais ce que cela à créer entre lui et moi, c’est de l’amitié tout simplement. » Le cœur de Liam bondit dans sa poitrine, lui arrachant un petit hoquet de surprise. Quoi ? Qu'est-ce qu'elle venait de dire ? Il se retourna précipitamment vers elle, la bouche entrouverte, les yeux écarquillés. Elle se foutait de lui là ? Pitié faite qu'elle se foute de lui ! « Je lui ai proposé de l’aider. Il est amoureux de Coralie et j’ai pensé que le meilleur moyen d’attirer son attention serait qu’il soit au bras d’un autre fille…Je pensai que peut être que toi aussi tu te dirais que finalement tu voulais encore de moi et ….Et voila comment tout à commencer. » La réaction de Liam ne se fit pas attendre. Submergé par la colère et la honte il s'écria : « QUOI ?!!! » Son souffle s'était fait irrégulier. Il avait aussitôt serré ses points et ses dents. Comment avait-elle osé lui faire ça ?! Liam n'en revenait pas. A cet instant il était partagé entre hurler sa colère et aller trouver ce putain de Keaton et lui refaire le portrait une bonne fois pour tout ! Comment avait-il osé lui faire la moral sur son comportement avec Sawyer alors que ce minable piquait les filles des autres tout ça parce qu'il était incapable de conquérir la sienne ? Il fallait qu'il évacue toute cette rage. Et sans crier gare, il se retourna et infligea un violent coup de poing dans l'arbre. Les morceaux d'écorces volèrent sur le sol. La colère était-elle que Liam ne ressentait même pas la douleur. Rapidement des petits sillons de sangs coulèrent sur sa main. Son corps tremblait sous la rage qui l'animait à cet instant. Il n'en revenait pas qu'elle osé faire ça. Ce n'était pas possible. Pourquoi ?! Agrippé à une branche, toujours dos à Sawyer, il tentait de se calmer et de reprendre son souffle. Mais il n'y arrivait pas. Il ne l'aurait jamais cru capable de faire une telle chose. Est-ce qu'elle s'était rendue compte de tout le mal qu'elle avait fait ? Et tout ça pour cet... Abrutis !! La colère était si intense que quelques larmes s'échappèrent de ses yeux. Alors il avait enduré tout ça pour rien ? Pour un mensonge ? Parce que mademoiselle portait secours aux ratés en sortant avec eux, et pour attirer son attention aussi ? Mais punaise elle n'avait eu que ça dernièrement, son attention !

Il fallait qu'il parle, qu'il lui dise tout ce qu'il avait sur le cœur, que ça sorte une bonne fois pour toute. Il ne pouvait plus garder tout ça pour lui, c'était trop dur, il n'en pouvait plus. Toujours animé par quelques tremblements, il se retourna, ne cherchant même pas à cacher ses larmes. Il s'approcha d'elle nerveusement. On pouvait voir dans ses yeux combien il était déçu par son comportement. Sa voix se faisait tremblante et agressive à la fois. « J'en reviens pas ! Comment t'as pu faire ça ? Comment t'as pu nous faire ça ? » Il passa ses deux mains sur son visage. Il devait se calmer. « Putain Sawyer ! A cause de toi j'suis encore passé pour le méchant, pour la brute sans cervelle. Et ton Keaton qui n'a fait que me répéter que c'était terminé nous deux, que je devais te laisser, que c'était trop tard, que tu serais mieux sans moi. Est-ce que t'imagines je ce que j'ai ressentis moi dans tout ça ?? Non, tu n'y a pas pensé à ça hein ? Qu'est-ce que tu croyais ? Qu'en sortant avec lui j'allais aussitôt te tomber dans les bras et te supplier de revenir ? Tu sais très bien que je n'aurais jamais fait ça ! » Il marqua une légère pause. Bien sûr que non qu'il n'aurait jamais fait une telle chose. Il était bien trop fier. Il n'était pas du genre à courir après une fille quand celle-ci semblait ne plus vouloir de lui et sortait avec un autre homme. Non, il était plus du genre à aller casser la gueule du nouvel élu. Cette révélation avait eu le don de le chambouler complètement. Il se sentait si fragile tout d'un coup. C'était la première fois qu'une fille avait autant d'impact sur lui. Et maintenant, qu'est-ce qu'ils allaient faire ? S'ils croyaient que Liam allait les laisser finir leur petit plan pourri tout ça pour contenter Keaton ils se gouraient. Liam prit un air plus sérieux, plus autoritaire. Il fixa Sawyer et dit : « Je veux que tu arrêtes. Tu lui dis que votre petit jeu à assez duré, que c'est terminé. Que tu le .. "quitte". J'en ai rien à foutre de sa vie et de sa Coralie. Tu voulais savoir si je voulais encore de toi ? Et bien t'as gagné. » Mais bien sûr qu'il voulait encore d'elle ! Il n'avait jamais vraiment voulu que leur histoire s'arrête. Il avait accepté en pensant que ce serait mieux pour eux. Mais ils s'étaient trompé, ce n'était pas mieux du tout. Au contraire, depuis qu'il n'était plus avec elle il se sentait seul, il lui manquait quelque chose. Lui qui pensait avoir retrouvé les "joies du célibat" et bien il n'attendait qu'une chose : se remettre en couple avec elle. Il se doutait bien que Sawyer n'aimerait pas qu'il lui donne des ordres, mais il s'en fichait. Si elle ne le quittait pas tout de suite, c'était définitivement finit pour eux deux. Il ne pouvait pas accepter une telle chose. Soudain, son cœur se mit à battre plus vite, mais ce n'était pas dû à la colère ou quoi que ce soit dans le genre. Liam n'était pas du genre à dire ce qu'il ressentait, mais il se disait que là, ce serait peut-être le meilleur moment. Puisqu'ils étaient en train de tout mettre au clair, d'être franc l'un envers l'autre, de se révéler leurs petits secrets... Autant le faire jusqu'au bout. Il baissa les yeux quelques instants, hésitant. Il se rapprocha encore d'elle et tout doucement, vint poser sa main sur sa joue. « Sawyer... » Jamais il ne s'était sentit comme ça, c'était étrange, indéfinissable. « Je t'aime. »

avatar
Liam C. Parkel
♠ GOD
'Cause love is blind.

♦ HIBOUX POSTÉS : 191
♦ ARRIVÉE : 02/06/2010
♦ ANNÉE : Septième
♦ HUMEUR : S'interroge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: On est sûr d'aimer quand on est jaloux, comme on est sûr de vivre quand on se fait mal ● SAWYER (terminé)

Message par Sawyer L. Waldorf le Ven 5 Nov - 21:57









    « QUOI ?!!! »

    Devais je réellement m’attendre à une autre réaction ? Je ne suis tout de même pas si naïve ! Cependant même si je n’étais pas dupe, un long frisson glisse le long de ma colonne vertébrale. Je me sens fébrile, comme au bord du gouffre. Pourtant il n’a rien dit, c’est simplement dans son regard que je peux comprendre que je lui ai fait plus de mal que je ne pourrais l’imaginer un seul instant. J’avale lentement ma salive, je suis incapable du moindre mouvement. Je tente de gérer mon cœur qui explose dans ma poitrine et résonne jusque dans mes tempes et dans la moindre de mes veines. Liam est en colère et je ne peux pas vraiment l’en blâmer mais une part de lui me fait peur. Je serre les poings tout aussi fermement que la mâchoire. Il ne serait pas judicieux de tenter de me justifier, pas maintenant. Il me confirme mes craintes lorsque je le vois abattre son poing contre le tronc massif d’un arbre. Un cri étouffé s’échappe de mes lèvres. Je ne supporte pas ce genre de réaction. Je ne supporte pas de le voir se faire mal à cause de moi. J’en ai mal jusqu’au plus profond de mes entrailles. Lorsque que j’aperçois une larme coulé le long de sa joue, c’est ma gorge qui se serre si fort que ca me fait mal et sans même trouver la force de lutter, moi aussi je me mets à pleurer. Est-ce que j’en ai seulement le droit ? Probablement que oui. Je me dois de me rappeler que je ne suis pas la seule fautive dans tout ça sinon je m’enfouirais tellement j’ai honte d’avoir pu élaborer un plan aussi stupide. Je fixe le filet de sang qui s’échappe de la main de Liam. Tout semble se passer au ralentis jusqu'à ce qu’il fasse volte face et arrive droit sur moi, je ne peux m’empêcher de faire un pas en arrière. Je sais que jamais il ne serait violent avec moi, je n’en doute pas un seul instant mais j’ai peur de l’affronter. Peur qu’il soit prêt de moi à moins d’un mètre et que la douleur s’accentue. Je distingue une veine gonflée dans son coup et je me mords la lèvre. Je suis responsable de son état.

    « J'en reviens pas ! Comment t'as pu faire ça ? Comment t'as pu nous faire ça ? »

    Je reste immobile. Figée sur place et complètement incapable d’agir. Si je me décidais à ouvrir la bouche, je lui dirais simplement que je suis stupide mais c’est tellement plus compliqué. L’amour nous fait tous faire absolument n’importe quoi, on perd le sens des réalités, on perd la raison…Et j’en suis la preuve vivante.

    « Putain Sawyer ! A cause de toi j'suis encore passé pour le méchant, pour la brute sans cervelle. Et ton Keaton qui n'a fait que me répéter que c'était terminé nous deux, que je devais te laisser, que c'était trop tard, que tu serais mieux sans moi. Est-ce que t'imagines je ce que j'ai ressentis moi dans tout ça ?? Non, tu n'y as pas pensé à ça hein ? Qu'est-ce que tu croyais ? Qu'en sortant avec lui j'allais aussitôt te tomber dans les bras et te supplier de revenir ? Tu sais très bien que je n'aurais jamais fait ça ! »

    Non je n’y aie pas pensé parce que j’étais persuadée que Liam n’avait plus aucuns sentiments pour moi. Alors que je frôle le désespoir, je sens pointé en moi la colère. Je n’attendais pas qu’il me tombe dans les bras mais tout simplement qu’il me fasse un signe, qu’il me le montre si je comptais encore pour lui. Oh je suis stupide mais je ne suis pas la seule responsable. Je ne suis pas du genre à accepter les pleines responsabilités de tout ce qui à foirer entre nous. Je me mords violemment la lèvre inférieure en le voyant prendre un air autoritaire.

    « Je veux que tu arrêtes. Tu lui dis que votre petit jeu à assez duré, que c'est terminé. Que tu le .. "quitte". J'en ai rien à foutre de sa vie et de sa Coralie. Tu voulais savoir si je voulais encore de toi ? Et bien t'as gagné. »

    Oh non ! Ne commence pas comme ça ! Liam est peut être le mieux placer pour savoir que je ne supporte pas que l’on me donne des ordres. Cela reviendrait presque à me pousser à faire tout le contraire. Ma nuque se raidit alors que j’assimile ses paroles. Qu’est ce que j’ai gagné ? Il est hors de question que je plante Keaton sans explications et surtout je baisse les bras. Je trouverai un moyen de l’aider et cela quoi que Liam puisse dire ! Je vais mettre fin à notre arrangement mais il est hors de question que je cesse fréquenter le Serdaigle. Je m’apprête à me rebeller comme je sais si bien le faire et je fronce les sourcils lorsque la main de Liam se pose contre ma joue. Ce contact me brûle, pire encore, il m’électrise. Je pourrais presque en perdre la raison mais je refuse d’être le petit animal docile. Je refuse de me laissée amadouée. Ou veut il en venir au juste ? Malgré moi, mon regard se fige dans le sien.

    « Sawyer... Je t'aime. »

    Pas certaine de comprendre, je m’apprête à répliquer. A balancer ce que j’avais sur le cœur lorsque subitement, le monde s’arrête. Vient il de dire ce que j’ai entendu ? Ce n’est pas possible. J’ai tant rêver de l’entendre que mon esprit vient de l’inventer…A moins que ! Mon cœur s’emballe, je cherche dans son regard. J'attends le moment ou il va retirer cette dernière parole mais rien ne vient. Je n’en crois pas mes oreilles ! Alors contre tout attente mon poing s’écrase contre le torse de Liam et je le bouscule violemment.

    Sawyer -Moi aussi je t’aime. Espèce d’idiot. Je t’aime et je te déteste…mais j’aime te détester.

    Alors que je l’ai repoussé je me précipite vers lui et plonge à nouveau mon regard dans le sien. Il à l’habitude de mes sautes d’humeur. Une part de moi ne réalise pas ce que ne nous venons de nous dire, je n’ai besoin que d’une chose ; concrétiser tout ça. Le rendre vrai. Je me hisse sur la pointe des pieds et mes bras entourent la nuque de Liam. Je ne suis pas le genre de fille à attendre qu’il fasse le premier pas. Lentement mais avec passion mes lèvres viennent cueillir les siennes. Cela ressemble à ce que l’on peut ressentir lorsque l’on rentre chez soit après un très long voyage. Ce sentiment d’appartenir à quelque part, d’appartenir à quelqu’un. Je ferme les yeux et bascule la nuque en arrière alors que mon corps se colle contre le sien. Je n’ai qu’une envie, ne plus jamais le lâcher. Ne plus jamais quitter ses lèvres, me contenter du simple plaisir de sentir son souffle sur ma peau. Ce n’est que lorsque je commence à manquer d’air que je laisse à contre cœur nos lèvres se séparées. C’est une question de survie! J’inspire profondément. J’ai envie de tout oublié et de me complaire dans cet instant mais l’insouciance n’apporte rien de bon. Ce baiser à beau avoir été le plus magnifique de tous, il n’a pas régler tout nos problèmes. Je fais un pas en arrière mais mes doigts glisse le long du bras de Liam et je cale ma paume dans sa main blessée. Le sang la rend chaude et humide mais je n’en ai rien à faire. Le souffle court, je me décide à reprendre la parole.

    Sawyer -Je suis tellement désolée Liam. Je suis stupide, on est stupide…Mais si par miracle nous avons l’opportunité d’avoir une seconde chance, je veux bien faire les choses.

    De ma main libre, je lèvre un doigt en l’air et montre que je suis très sérieuse.

    Sawyer -Commence par ne pas me donner d’ordre. Il est évident que je vais faire cesser ce petit jeu avec Keaton. Il est évident aussi que cela n’a pas vraiment fonctionné pour moi et cela n’avance pas trop de son coté…mais il m’a sauvé la vie, Liam et il est mon ami. Il n’est pas celui que tu crois, il voullait me protéger. Je ne lui ai que montré combien notre histoire me faisait souffrir....

    Mon doigt levé en signe d’avertissement vient se poser contre les lèvres de Liam. Je ne veux pas qu’il m’interrompe.

    Sawyer -Je vais tout mettre au clair, je te le promets mais je ne veux pas lui tourner le dos. Je trouverai un autre moyen de l’aider et tu pourras dire ce que tu veux, tu ne pourras pas m’en m’empêcher. Je compte sur toi pour me faire confiance sur ce coup la.

    Cette histoire me tiens à cœur parce que je ne veux pas l’avouer à Liam mais Keaton a été mon rayon de soleil ces dernières semaines. Et dans un autre monde, un monde ou Liam n’existerait pas Keaton et moi nous aurions eut un sens. Je veux le garder comme ami, je veux me faire pardonnée de le laisser tomber. Sinon je serai incapable de me regardée en face. j'inspire profondément, je lutte contre l’envie de l’embrasser à nouvea mais cette fois que je veux que ce soit lui qui vienne vers moi. Je me contente de pencher la tête sur le coté et de murmurer quelques mots.

    Sawyer -Tu dois simplement te souvenir que c’est toi que j’aime…personne d’autre. Et si j’ai la chance de t’avoir à nouveau pour moi, je n’ai pas l’intention de te laisser m’échapper.

    Je me surprends à sourire et je lui adresse un regard remplis de défit et de complicité. Tout semble reprendre son sens finalement.














- DRAMA QUEEN -
I'm the master of my fate
I''m the captain of my soul




avatar
Sawyer L. Waldorf
- Almost Famous -

♦ HIBOUX POSTÉS : 719
♦ ARRIVÉE : 09/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: On est sûr d'aimer quand on est jaloux, comme on est sûr de vivre quand on se fait mal ● SAWYER (terminé)

Message par Liam C. Parkel le Jeu 11 Nov - 18:09

Voir Sawyer se mettre à pleurer le déstabilisa quelque peu. Pourquoi pleurait-elle ? Après tout c'était de sa faute s'ils en étaient là aujourd'hui. Si au lieu d'avoir cette idée stupide elle était venue lui parler, ils auraient pu mettre les choses au clair, se dire franchement ce qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre et notamment leur envie de se remettre ensemble. Pourquoi avait-elle fait ça bon sang ? Et si Liam avait joué la carte de l'indifférence, est-ce que ça voulait dire qu'ils ne se seraient jamais remit ensemble ? Que jamais elle n'aurait su qu'il l'aimait encore ? Certainement et c'était ça qui le mettait hors de lui. Liam avait certes des qualités mais il avait également pas mal de défaut et notamment celui de ne pas assumer certains de ses faits et gestes. Là par exemple, il n'acceptait pas l'idée qu'il puisse être responsable de quoi que ce soit dans cette affaire. Il ne voyait pas que Sawyer avait fait ça pour eux d'une certaine façon, qu'elle avait voulu tenter le tout pour le tout en sachant très bien que Liam ne lui aurait jamais avoué qu'il avait encore des sentiments pour elle et tout ça à cause de sa fierté mal placée. Quelle idée aussi d'avoir un égo pareil ? Au point de tout gâcher, au point de faire du mal aux autres et à soit même tout ça parce que dire ses sentiments pour un garçon est censé être "la honte". C'était triste à dire. Et Liam ne s'en rendait même pas compte c'était peut-être ça le pire dans l'histoire. Tant qu'il ne comprendrait pas ça, est-ce qu'il sera capable de faire des efforts pour que leur couple marche ? Ce n'était pas sûr et pourtant s'il y avait bien une chose qu'il voulait c'était que ça dur entre eux. Il voulait que ça fonctionne parce qu'il l'aimait. Putain oui il l'aimait tellement... C'était la seule fille qui avait réussit à lui faire autant mal. Certaines lui avaient déjà fait de la peine, mais pas mal comme ça. Pas au point de lui couper le sommeil et toutes ses envies, pas au point de le mettre en colère comme ça. L'amour, il pensait l'avoir connu déjà plusieurs fois mais il n'en était rien. L'amour ce n'était pas juste passer de bons moments avec quelqu'un et au final se séparer et passer à autre chose. Non, il savait maintenant ce que c'était. C'était aimer l'autre plus que soi, être véritablement prêt à tout pour la personne, c'était souffrir dès qu'on était loin d'elle, c'était penser à elle tout le temps, c'était connaître un bonheur intense presque violent. Mais c'était aussi avoir mal comme jamais, vivre avec la peur de perdre l'autre, ne pas supporter de voir l'autre avec quelqu'un et pire encore : réaliser que l'autre ne vous aimait plus. Maintenant il connaissait tout ça et il réalisait qu'avant elle, ces histoires n'avaient été que des pacotilles ans intérêt. Mais voilà, ça il le pensait inconsciemment et jamais il ne serait capable de lui dire tout ça. Jamais il ne serait capable de lui dire qu'elle était son premier amour, qu'elle était tout pour lui et qu'il n'y avait que quand elle était là qu'il se sentait vraiment bien. Qu'il aimait tout d'elle, même ses pires défauts. Non, il n'y arriverait pas.

Liam voyait bien que Sawyer était bouleversée et perdue, qu'elle ne savait pas quoi faire face à ses réactions assez... fortes dirons-nous. Mais pouvait-il réellement lui en vouloir longtemps ? Liam n'était pas un garçon très rancunier ou en tout cas pas assez pour l'être avec elle. Savoir qu'elle avait encore des sentiments pour lui, qu'elle avait fait ça pour voir comment il réagirait le soulageait d'une façon considérable. Sa douleur et ses craintes s'apaisaient et s'envolaient, le rendant plus léger et serein. Non vraiment, il ne pouvait pas lui en vouloir. Ou alors un peu, juste un peu, secrètement. Et pour preuve, il venait de lui dire qu'il l'aimait. Il s'en était à peine rendu compte, c'était sortit tout seul. Ça faisait trop longtemps qu'il le gardait pour lui, il fallait qu'il le lui dise, au moins une fois, il fallait qu'elle sache. Mais sa réaction fut quelque peu... Inattendue. D'abord surprise, elle resta immobile. Et puis tout d'un coup, elle sembla submergée par une certaine colère, Liam ne comprenait pas. Elle se jeta sur lui, lui martelant le torse avec ses petits poings avant de le pousser loin d'elle. Choqué, il se laissa faire et recula de plusieurs pas lorsqu'elle le poussa. Abasourdi il ne comprenait pas trop ce qu'il venait de se passer. Il ne s'était pas franchement attendu à une telle réaction. Mais la suite expliqua tout. « Moi aussi je t’aime. Espèce d’idiot. Je t’aime et je te déteste…mais j’aime te détester. » Liam lâcha un petit soupire de soulagement. Décidément il aurait toujours du mal à comprendre les femmes. Il retrouva une mine détendue et se mit même à sourire. Après tout, elle ne lui avait jamais dit elle non plus qu'elle l'aimait ! Et l'entendre juste après le lui avoir dit le rassurait. Il posa sur elle un regard plus doux, plus tendre. Il lui fallut seulement attendre quelques secondes avant que Sawyer finisse par se précipiter sur lui. Liam écarta légèrement ses bras pour l'accueillir contre lui. A peine avait-elle glissé ses bras autour de son cou que Liam resserra les siens autour de sa fille taille. Il plongea ses yeux dans les siens, ne pouvait plus se détacher de son regard. Tout ceci lui avait tant manqué... Il l'a laissa s'approcher de son visage et au moment même ou elle posa ses lèvres les siennes, Liam se sentit chanceler. Il la serra plus fort, la bloquant contre lui, ne voulant absolument pas la lâcher. Depuis combien de temps est-ce qu'il espérait pouvoir faire ça à nouveau ? Depuis le jour ou ils n'étaient plus ensemble en vérité. Sawyer se détacha de lui, bien trop tôt à son goût. Ce baiser était certainement le meilleur qu'il n'avait jamais eu. Il aurait aimé que ça ne s'arrête jamais, la sensation qui l'habitait à cet instant lui était inconnue. Il se sentait bouillonnant et complètement transporté par ses émotions, ayant comme l'impression d'être déconnecté de la réalité. Pourquoi avait-il fallut que tout soit si compliqué entre eux alors qu'il ne voulait qu'une chose : être ensemble. Il ne répondit rien pour autant. Que dire de plus de toute façon ? Il venait de lui dire l'essentiel, tout ce qu'elle avait à savoir. Et ce baiser ne faisait que concrétiser un peu plus sa "déclaration". Il lui souriait, incapable de s'arrêter. « Je suis tellement désolée Liam. Je suis stupide, on est stupide…Mais si par miracle nous avons l’opportunité d’avoir une seconde chance, je veux bien faire les choses. » Liam glissa sa main dans ses cheveux, il en avait presque oublié leur douceur. Liam allait lui répondre, lui dire qu'ils l'avaient leur deuxième chance. Qu'elle n'avait pas été facile à obtenir mais que finalement, leur tour arrivait. Et que lui aussi voulait faire les choses bien pour une fois, parce qu'il ne voulait pas la perdre une seconde fois. Ça avait été trop destructeur, trop douloureux. Mais il n'en eu pas le temps, car déjà la jolie blonde reprenait la parole.

« Commence par ne pas me donner d’ordre. Il est évident que je vais faire cesser ce petit jeu avec Keaton. Il est évident aussi que cela n’a pas vraiment fonctionné pour moi et cela n’avance pas trop de son coté…mais il m’a sauvé la vie, Liam et il est mon ami. Il n’est pas celui que tu crois, il voulait me protéger. Je ne lui ai que montré combien notre histoire me faisait souffrir.... » Liam fronça les sourcils. Il ne s'était pas attendu à ça. A vrai dire, pour lui il n'y avait pas de discussion à avoir. Ils se remettaient ensemble et c'était tout. Pourquoi fallait-elle qu'elle vienne parler encore de ça ? Il fit la moue, presque exaspéré. Surtout si c'était pour lui dire ce genre de choses, non merci ! Keaton restait un enfoiré et un rival aux yeux de Liam. Et même ami, c'était déjà beaucoup trop. Il serra la mâchoire et leva les yeux, se détachant du regard de Sawyer pour poser le sien au loin, fixant un point imaginaire. Sawyer avait fait glisser sa main dans la sienne, bien que de plus en plus rouge de sang. Il avait resserré son étreinte pour ne pas qu'elle lui échappe. Sauver la vie ou pas, ça ne lui donnait pas le droit d'avoir fait tout ça. Liam ne se serait jamais permis une telle chose ! Keaton avait bien vu dès le départ que Liam tenait encore à elle. C'est le genre de truc qu'un autre mec repère facilement. Alors pourquoi bon sang ? POURQUOI ? Jamais Liam ne pourrait s'entendre avec lui, c'était certain. Il lui vouait une haine incomparable. Encore une fois, il n'eut pas le temps de rétorquer. Sawyer avait levé son index en guise de réprimande et vint le poser sur ses lèvres pour le faire taire. Il soupira et la laissa continué, plus très convaincu par cette conversation tout d'un coup. « Je vais tout mettre au clair, je te le promets mais je ne veux pas lui tourner le dos. Je trouverai un autre moyen de l’aider et tu pourras dire ce que tu veux, tu ne pourras pas m’en m’empêcher. Je compte sur toi pour me faire confiance sur ce coup la. » Liam soupira a nouveau, un peu plus fortement encore. Fait chier, voilà ce qu'il se disait dans sa tête. Il n'avait pas envie que Sawyer reste amie avec lui et l'aide dans ses plans foireux. Il n'avait qu'à se démerder, c'était pas de sa faute si cette Coralie ne s'intéressait pas à lui. Mais Sawyer avait dit LE truc qui peut déclencher la guerre : tu peux me faire confiance. S'il ne lui faisait pas confiance, il risquait de tout gâcher. Mais il ne pouvait pas la laisser faire sans rien dire non plus... Il se retrouva tout d'un coup dans une situation vraiment délicate et embarrassante, ne sachant pas quoi faire. Le temps qu'il mit pour réfléchir, elle ajouta encore : « Tu dois simplement te souvenir que c’est toi que j’aime…personne d’autre. Et si j’ai la chance de t’avoir à nouveau pour moi, je n’ai pas l’intention de te laisser m’échapper. » Pfff... Et il était censé résister à ça ? A ses mots, à son regard, à ses lèvres ? Impossible... Il n'était qu'un homme amoureux après tout. Il leva les yeux en signe de défaite et finit par dire : « D'accord, d'accord t'as gagné ! T'es contente ? MAIS... ! Je veux que tu me tiennes au courant de tout ce que vous faite d'accord ? Je te demande juste ça, s'il te plais. Je te fais confiance oui, mais lui non. Et comprend que pour moi c'est difficile de te voir avec lui. Difficile d'entendre ce que tu viens de me dire aussi... » Il posa sur elle un regard plus sérieux. Oui, s'entendre dire qu'elle avait souffert à cause de leur histoire et que c'était vers Keaton qu'elle s'était retournée, que c'était lui qui lui avait du bien pendant que Liam lui faisait mal... C'était dur à encaisser. Il refit glisser sa main libre derrière sa nuque et l'attira vers lui. Elle lui avait tant manqué... Ils avaient tant de choses à rattraper. Une fois qu'elle fut blottie contre lui il n'attendit pas une seconde de plus et pencha la tête vers elle pour l'embrasser à nouveau. Il décolla ses lèvres des siennes quelques secondes. Il posa son front contre le sien et il lui murmura : « Je t'ai peut-être fait mal, je reconnais... Mais jamais Keaton pourra t'aimer comme moi, jamais il pourra te rendre heureuse comme moi et jamais il ne te connaitra aussi bien que moi. T'es à moi Sawyer... à moi et j'ai pas envie que ça change. » Il n'y avait là rien de "macho", rien du mec prétentieux et possessif. Il sortait avec elle, alors elle était à lui, point. C'était sa façon à lui de lui montrer combien il tenait à elle. Elle devait avoir l'habitude maintenant. Et puis, déjà en manque de ses lèvres il retourna à leur conquête. Mais ça ne lui suffisait pas, elle lui avait trop manqué. Il fit glisser ses deux jusque dans le bas de son dos et rapidement il l'a souleva, afin de la porter. Il l'a tenait fermement, lui laissant la place de passer ses jambes autour de sa taille. Il la serrait contre lui, l'embrassant comme il ne l'avait certainement encore jamais embrassé. Et il réalisait encore à peine qu'il lui avait dit "Je t'aime". Il était fier de lui. Pour une fois, il n'avait pas tout gâché.






avatar
Liam C. Parkel
♠ GOD
'Cause love is blind.

♦ HIBOUX POSTÉS : 191
♦ ARRIVÉE : 02/06/2010
♦ ANNÉE : Septième
♦ HUMEUR : S'interroge

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: On est sûr d'aimer quand on est jaloux, comme on est sûr de vivre quand on se fait mal ● SAWYER (terminé)

Message par Sawyer L. Waldorf le Lun 15 Nov - 16:43








    Oh son sourire, sa main qui glisse dans mes cheveux. Tenterait il de me déstabiliser ? Si c’est le cas et bien c’est plus que réussi mais je n’en perds par pour autant mon but de vue. Ses caresses pourraient me faire tout oublier mais je ne veux plus me perdre. Il faut rester maître de toutes situations. J’ai déjà gâché tant de chose que je ne peux plus me permettre de faire d’autres erreurs. C’est pour ces mêmes raisons que je me décide à parler de Keaton. Je me doute qu’il est la dernière personne dont Liam doit avoir envie d’entendre parler mais c’est inévitable. Alors, malgré mon envie de me laissée allée à cet instant de tendresse, j’aborde le sujet épineux. Je fais de mon mieux pour m’exprimer le plus clairement possible. Je veux être bien certaine que Liam me comprenne et qu’il n’en fasse pas une montagne. Nous avons passé tant de temps à nous déchirer que je ne peux imaginer repartir de la sorte. Je prie pour qu’il soit conciliant et cela même si je lui en demande peut-être beaucoup. Je sais que à sa place, je ne serais vraiment pas heureuse d’entendre ça. Je me dois donc de tenir cela en compte. Je me mords la lèvre alors qu’il commence à me répondre.

    « D'accord, d'accord t'as gagné ! T'es contente ? MAIS... ! Je veux que tu me tiennes au courant de tout ce que vous faite d'accord ? Je te demande juste ça, s'il te plais. Je te fais confiance oui, mais lui non. Et comprend que pour moi c'est difficile de te voir avec lui. Difficile d'entendre ce que tu viens de me dire aussi... »

    J’ouvre de grands yeux ronds. C’est si facile ? Un léger sourire victorieux se dessine sur mon visage. Je rayonne. Bon ok, je n’aime pas rendre des compte à quiconque sur ce que je fais et avec qui mais il à dit s’il te plait et après tout je ne peux pas le lui refuser. J’aviserai en temps voulu ! Je m’en veux aussitôt d’imaginer un seul instant tenté de contourner Liam et ce qu’il me demande. Pourquoi est ce que je dois toujours m’imaginer que je vais avoir besoin de m’écarter du droit chemin.? Je décide de chasser ses pensées de ma tête. Elles sont le fruit de mon esprit vicieux et mal tourné mais certainement pas le reflet de ce que je veux au plus profond de moi. Je sens la main de Liam glissée dans ma nuque et je me laisse attirée à lui. Comment pourrais je refuser ce à quoi j’aspire depuis si longtemps. Blottie contre lui, je le laisse venir cueillir mes lèvres et je lui rends son baiser comme si c’était le premier que nous échangions. Son front se pose contre le mien et me voila prise d’un vertige mais un vertige de plaisir. Mon corps défaille, je suis tellement submergée par la joie de le sentir prêt de moi que je ne suis plus maître de rien. Mes genoux fléchissent et je m’agrippe au bras de Liam tout en lui souriant et lui adressant un clin d’oeil. Oui, c’est bien lui qui à cet effet sur moi. Mon cœur manque un nouveau battement dans ma poitrine alors qu’il ouvre la bouche. Son haleine chaude et fraîche à la fois vint titiller mes narines et l’espace d’une seconde, je ne pense à rien d’autre qu’a cette envie de furieuse de l’embrassé.

    « Je t'ai peut-être fait mal, je reconnais... Mais jamais Keaton pourra t'aimer comme moi, jamais il pourra te rendre heureuse comme moi et jamais il ne te connaitra aussi bien que moi. T'es à moi Sawyer... à moi et j'ai pas envie que ça change. »

    J’ai envie de lui répondre que je sais et que c’est l’évidence pour moi mais je garde le silence. Keaton aurait pu être parfait pour moi, son seul réel défaut consistait tout simplement dans le fait qu’il n’était pas Liam. Je voudrais le dire mais je ne parviens pas à ouvrir la bouche, je crois que je suis simplement choquée de voir qu’il se rend compte de tout ça. Je n’aurais jamais pensé que…et pourtant si…J’inspire fébrilement. Je suis à lui ! Je pourrais vouloir le contredire par pure fierté plus que par principe mais j’ai une meilleure idée. Je m’apprête à l’exposée mais les lèvres de Liam viennent m'empêchées de parler. Je ne m’en plain pas un seul instant. Tout le reste peut bien attendre. Je sens ses mains glissées dans mon dos et voila que mes pieds quittent le sol. Presque aussi vite mes jambes s’enroulent autour de la taille de Liam. Entre deux baisers un rire cristallin s’échappe de ma gorge. Je n’ai tout simplement pas pu le contrôler. Mon corps entier est parcouru de frissons. Vais-je seulement retrouvé la force de parler ? Mes mains se perdent dans sa nuque et dans ses cheveux et le plus beau c’est que pour cette fois, je ne suis pas occupée à rêver. Non je suis bien la et ce sont tout mes sens en ébullitions qui me le prouve. Ma respiration s’accélère alors que je ne veux pas quitter ses lèvres mais subitement je reviens à la raison. Je recule le visage, inspire profondément et adresse à Liam un regard remplis d’adoration et de désir. Je lui sourit et inspire à nouveau avant de repousser ses mains pour qu'il me laisse descendre. S’il continue comme ça je vais perdre la tête. Je m'éclairci la gorge, persuadée que ma voix se fera chevrotante si je n’accompli pas ce petit rituel.

    Sawyer -Si je suis à toi et bien tu vas devoir me le prouver.

    Mon doigt glisse le long de son torse mais mon regard ne quitte pas le sien un seul instant.

    Sawyer -Fait tout pour me conquérir ou plus simple que çà ! Même si l’on ne répend pas la nouvelle pour le moment organise un moi un rendez vous digne de ce nom. Un vrai ! Je suis certaine que tu est capable de me surprendre…Tu viens de le faire une bonne dizaine de fois.

    Je ris à nouveau. Je sais que je lui mets la pression mais il me connaît. Je suis exigeante mais dans la pratique, je sais me satisfaire de pas grand-chose. Je suis juste curieuse de voir ce qu’il pourrait préparé mais je n’ai pas doute quand au fait qu’il puisse être à la hauteur. Tout mon être n’aspire que à rester ici avec lui mais tout est si parfait que je ne veux pas nous laisser la chance à nous ou à qui que ce soit d’autres de venir tout gâche. J’ai envie de m’enfermer dans mon dortoir et de sourire pendant des heures tout en fixant le plafond et en mangeant des sucreries. Oui voila ce dont j’ai besoin à défaut de dévorer Liam ! Je glousse pour moi-même et me hisse sur la pointe des pieds afin de poser sur ses lèvres un baiser moins sauvage et passionné que les précédents mais rempli de promesses.

    Sawyer -Je dois y aller. Je dois retrouver Cléo.

    Je fais volte face et entame de m’éloigner mais je me retourne finalement. C'est plus fort que moi. Mon regard cherche à nouveau celui de Liam et lorsque je le trouve enfin, je me laisse allée à ces derniers mots.

    Sawyer -Tu me manques déjà !

    Et c’est à contre cœur que je m’éloigne de ce bonheur tout juste retrouvé. Si on m'avait dis ce matin que cet entretient aurait lieu et surtout qu'il se déroulerait de cette façon, je n'y aurais jamais cru.













- DRAMA QUEEN -
I'm the master of my fate
I''m the captain of my soul




avatar
Sawyer L. Waldorf
- Almost Famous -

♦ HIBOUX POSTÉS : 719
♦ ARRIVÉE : 09/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: On est sûr d'aimer quand on est jaloux, comme on est sûr de vivre quand on se fait mal ● SAWYER (terminé)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum