L. ɸ Rise and shine (v2, 100%)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L. ɸ Rise and shine (v2, 100%)

Message par Leslie Jeffers le Sam 24 Mar - 10:11

Adultes

Leslie Jeffers
poste vacant; personnage inventé


Qui êtes-vous?
NOM - Jeffers.
PRÉNOMS - Leslie, juste Leslie. Elle accorde que l'on raccourcisse celui-ci en Les', mais n'aime pas les surnoms trop extravagants.
DATE DE NAISSANCE - 21 mai 1982.
AGE - 26.
ORIGINES - Sang mêlée, père sorcier très riche producteur des Blackbirds, et mère moldue, ancienne choriste.
MÉTIER - Justimage, soit jeune avocate ne supportant pas l'injustice, défend beaucoup de causes perdues.
Éléments de sorcellerie
BAGUETTE - 17,3 cm, bois de rose, crin de licorne.
PATRONUS - Un lynx. La grâce féline couplée à la vivacité cruelle de ce prédateur à l'oeil acéré. A noter qu'il s'enfuit tout de même facilement sous les assauts répétés.
BIEN ou MAL ? Bien. Leslie aurait pu mal tourner mais ce ne fut pas le cas. A vingt ans, elle renfermait son lot de souffrances, une frustration sourde, et une insoupçonnée noirceur d'âme sous la surface que Clyde Andrews aurait pu utiliser pour la corrompre, mais après que Raven l'ait brisée, elle n'était plus qu'une loque sans intérêt. De toute manière, au plus profond d'elle-même, Leslie ne pourrait jamais être du côté obscur car elle est plutôt du genre à vomir à la vue du sang et exécrer la violence. Devenue avocate, il n'y a pas plus dévouée à la cause du bien qu'elle qui fait tout pour sauver les innocents même si la bataille est souvent perdue d'avance.
FAITES-VOUS PARTI DE LA RÉSISTANCE ? - Oui [] Non [x]
FAITES-VOUS PARTI DES PRO-CLYDE ? - Oui [] Non [x]
FAITES-VOUS PARTI DE LA TROISIÈME FORCE ? - Oui [] Non [x]
ÊTES-VOUS NEUTRE ? - Oui [x] Non [] Ce n'est pas que Leslie n'ait pas d'avis, elle ne prend seulement pas part à la lutte même si cela pourrait changer...


Présentation libre
Run, Bambi, run ɸɸɸ Chapitre Ier : à 20 ans.
.

    La jeune préfète en chef sortit son nez de son livre et rehaussa ses lunettes sur celui-ci. Elle venait de relire trois fois la même phrase. Avec cet air redonnant dans la tête, impossible de se concentrer correctement, et lorsqu'il s'agissait de droit pénal, valait mieux être dedans. Espérer que cela lui passe était tout aussi peine perdue : elle pensait à Raven, entre autres. Et dans ces cas là, même quand elle ne mettait pas des mots sur son ressenti, des notes s'en chargeaient à sa place et venaient polluer son esprit. Cette fois-ci, les notes résonnaient comme des plaintes, jouant des tons mélancoliques. Quiconque aurait eut l'oreille un tant soit peu musicale aurait reconnu une mélodie en fa mineur, significative des tourments qui la hantaient. Deux doigts vinrent masser sa tempe douloureuse alors que des images s'imposaient à elle bien qu'elle les repoussât avec ardeur, comme une pellicule qu'on essaie de brûler. La sueur. Cette langue étrangère dans sa bouche. Le mauvais homme sous les draps. Ces sensations qu'il n'aurait pas dû lui faire éprouver mais qu'elle ne pouvait nier. Shaelyn l'avait prévenu, pourtant, de cette habileté qu'il possédait. Et elle n'avait plus à la croire sur parole, maintenant. Elle secoua vivement la tête et se pinça l'arrête du nez comme pour chasser un mal de tête tenace. ...Mal de tête nommé Skyler.
    Renfermant le pavé aux pages cornés qu'elle tenait sur ses genoux, elle délaissa celui-ci sur la table d'appoint et se coula vers la fenêtre. Captant son pâle reflet, elle en profita pour replacer une des ses longues mèches blondes lui tombant devant les yeux derrière son oreille et quitta ses lunettes qu'elle coinça dans le col de sa robe. Les yeux dans le vague, elle essayait de comprendre ce qui n'allait pas chez elle pour que Raven la délaisse au point de la rendre dingue. La voix de Jaylen répondit plus vite que l'éclair à cette interrogation, résonnant dans sa tête, ne loupant pas une occasion de lui répéter à quel point elle était Coincée. Aussi vite, elle marmonna en retour qu'elle était simplement Traditionnelle. Ce à quoi l'illusion rétorqua non sans sarcasme : Aussi enthousiasmante que ses bouquins poussiéreux. Fronçant les sourcils, elle laissa son ongle trop long grincer contre le carreau. D'accord, elle n'avait rien de ces aguicheuses nées pleines d'assurance qui d'un battement de cils font tomber les hommes comme des mouches. Ce n'était pas non plus une grande délurée au sens de l'humour intarissable qui vous charme par son exubérance. Et même bien loin d'être de toutes les fêtes à enflammer la piste, se saouler, et rire à gorge déployée. Et alors ? Lorsque l'on tient son prince charmant à son bras, on a sacrément autre chose à faire que de s'inquiéter de plaire à d'autres ! Signifier à tout le monde qu'il vous appartient, par exemple. Et, au passage, semer des mines anti-personnelles tout autour de lui pour que ces hyènes affamées qui le dévorent de leurs yeux avides restent à distance raisonnable. Surtout quand le dit prince charmant est une Rock star montante. Et ouais... Impressionnés ? Vous pouvez. Beaucoup d'autres avant vous l'ont été, et se demandent encore comment cela peut durer, entre eux, y aurait même des pronostics sur une possible rupture. Mais Leslie ne doutait pas d'eux jusque là. Même si sa mère était moldue, elles étaient très semblables, autant de physique que de caractère. Et celle-ci, simple choriste, avait bien réussi à séduire son père, l'épouser, lui faire un enfant, et même le garder ! Rien qu'en l'aimant d'un amour inconditionnel. Pourquoi en serait-il autrement pour elle et Raven ? Parce que les temps changeaient ? Parce que c'était Raven, et qu'elle n'était que Leslie ? ...
    C'est vrai qu'ils sont assez désassortis. Impossible de tenir rigueur à quiconque pour s'être demandé ce que ce rocker fout avec la première de la classe. ... Vaste question. Peut être a-t-il été un jour aussi amoureux qu'elle l'est, elle, depuis le début, bien qu'il soit plus évident d'en douter. Peut être la trouve-t-il toujours jolie, mais pour ce qui est de désirable, la question se pose, là encore. Elle a un temps pensé qu'il avait envie de se poser, de s'assagir, en choisissant une fille comme elle plutôt qu'une hystérique dans le genre de Gemma. Qu'elle pouvait être son havre de paix, ce genre de foutaises risibles... Mais si ça a pu suffire, ce n'est plus le cas. Elle sait à quel point elle représente un parti de choix. Et elle est consciente de ce que son père fait pour les Blackbirds, en plus de laisser sa petite fille adorée aux bons soins de leur chanteur. Elle n'est pas idiote, elle sait ce que cela représente. Et même si cela a pu représenter une sécurité, la donne a changé depuis qu'elle a... Pêché. Et elle a parfaitement compris qu'elle risquait de le perdre à tout moment. S'il sait ? Non, grand Dieu, et il ne doit pas l'apprendre. Mais malgré tout, il se détache. Elle le sent, elle le voit; dans ses regards fuyants vers d'autres courbes, ses pensées vagabondes, ce vide qui peu à peu s'étend... Plus le temps passe, et plus les tourments la harcèlent. Cette crainte de se voir remplacée est omniprésente, la rongeant au point qu'elle se débatte corps et âmes pour empêcher qu'une telle chose se produise. Quitte à agir comme une garce. Redoubler d'attention. Lui cacher sa faiblesse pour son propre meilleur ami. Quitte à l'aimer à sens unique ! Le perdre est juste... Inconcevable. S'il entrait dans cette pièce, là, tout de suite, et qu'il la quittait, elle n'aurait aucun mal à se défenestrer dans la seconde. Pantelante rien qu'à l'imaginer, et proche de l'évanouissement, elle se laissa choir dans le fauteuil le plus proche. Ses mains ne s'arrêtaient plus de trembler. Elle avait besoin de le voir, de se recroqueviller aux creux de ses bras. Besoin de le toucher, de le sentir la toucher. Besoin de lui, d'être à lui. Tout de suite, tout le temps. Pire qu'une drogue. Ses bras se resserrèrent autour de son corps qui s'agitait alors que la peur suintait par toutes ses pores. N'y tenant plus, elle se leva précipitamment et quitta la pièce.
    De suite, elle reconnut sa silhouette au détour d'un couloir, et son cœur tenta de s'échapper de sa poitrine. S'il y avait une chose dans laquelle elle excellait, c'était savoir précisément où le trouver en quasi permanence. Ou plus précisément, toujours trouver le moyen de le découvrir. S'élançant dans son dos, sa robe flottant autour d'elle, elle se précipita presque violemment contre lui et l'enserra de ses bras avec le désespoir de celle dont la vie en dépendait. S'agrippant à son vêtement, elle huma délicatement le tissu imprégné de son odeur et se hissa sur la pointe des pieds pour glisser à son oreille : « Tu m'as manqué... » Quelques secondes plus tard, Gemma passait à côté d'eux, et même si un pincement tirailla son palpitant, elle jeta un regard hautain à l'indésirable et sourit tendrement à l'homme de sa vie en se glissant à ses côtés pour mêler ses doigts aux siens, avant de l'entraîner en sens inverse, loin d'elle.
    ... Ah, à 20 ans, se sentir menacée par une gamine à peine pubère, fallait le faire. Arriver à donner envie à la douce et réservée Leslie de lui crever les yeux, aussi. Mais cela faisait un petit bout de temps, et c'était peut être encore plus flagrant depuis l'arrivée de Gemma d'ailleurs, qui sait, que cette face lisse de sa personnalité s'embrumait. Que son sang s'envenimait. Plus ça allait, et plus elle osait braver ses limites, dans les traces des dévergondés qu'elle fréquentait, à l'image de sa meilleure amie Shaelyn. Plus le temps passait et plus elle en avait marre d'être sage et bridée par des préceptes de bonne conduite qui ne voulaient plus rien dire aujourd'hui. Ses sautes d'humeur s'intensifiaient, elle sortait plus facilement de ses gonds, résistait moins vivement à ses envies folles. Et même si c'était discret comparé à ses acolytes, c'était bel et bien là. A "réfléchir avant d'agir" succédait peu à peu "agir, et en subir les conséquences". Mais pour l'heure, elle n'en était encore qu'aux prémices d'un potentiel jusque là inexploré... Peut être qu'en étant plus comme cette fille qu'elle exécrait, elle réussirait à garder son Raven ? Si l'entreprise exigeait ce sacrifice, elle était prête à le faire. A devenir qui il voudrait qu'elle soit.

If you leave I could die ɸɸɸ Fin du Chapitre Ier.
.

Rock'n' roll sent us insane ɸɸɸ Chapitre II : 7 ans après.
.

    Les papiers s'amoncèlent sur le bureau bancal, calé avec un ancien livre de potions tout corné datant de Poudlard. La tête penchée sur le côté, Leslie observe une photo en soupirant. Une femme battue, une de plus, avec une dent cassée et le visage tuméfiée, fixe l'objectif avec un air triste à mourir. Cet air-là, la blonde le connait trop bien pour qu'il ne lui noue pas furieusement les tripes. Elle avait exactement ce regard, navrant et perdu, quand Raven l'a quittée, et si les bleus n'étaient pas visibles, les coups encaissés à cette sombre époque avaient certainement été aussi douloureux. Reposant la photo, son bras fin se déporte jusqu'à la fenêtre qu'elle entrouvre, lassée de s'éventer avec une liasse de parchemins. Le bruit de la ville qui s'anime en contrebas ruine sa concentration, mais de toute façon, elle est trop fatiguée pour remettre le nez dans ce dossier après les deux heures qu'elle vient d'y passer. C'est la mi-journée, les rues de Londres sont bondées et bruyantes, et dans l'appartement où le soleil, entre quelques nuages de pollution, transperce la vitre, il fait une chaleur à crever. Ironiquement, elle pense que cette mort-là serait bien plus belle que toutes celles qu'elle a frôlées jusque là. L'overdose, la lente et douloureuse dépression qui l'avait laissée s'affamer, le suicide... Oui, Leslie aurait pu ne plus être de ce monde depuis plusieurs années, et pourtant, elle est toujours là. Ou non, d'ailleurs. Ce n'est plus la même femme qui entortille cette mèche blond cendré autour de son doigt, les yeux mi-clos, en écoutant le boxon de la rue. Leslie est une autre. Et tout ça, elle ne le doit qu'à un seul homme - ou presque, qui se repose dans la pièce d'à côté. Il a enchaîné plusieurs gardes à l'hôpital et récupère de son dur labeur. Un sourire s'esquisse sur ses lèvres alors qu'elle hume son parfum dans l'air. Repoussant la fenêtre, elle se hisse sur ses jambes et franchit les quelques pas qui mènent jusqu'à leur chambre pour le regarder dormir. Il a l'air si paisible. Il est si différent de l'homme qu'elle a rencontré sur les bancs de l'école. « Neal... Tu dors ? » Souffle-t-elle en s'approchant dans son dos, se glissant sous les draps fins pour se blottir contre lui. Il lui répond en se retournant pour lui déposer brièvement un baiser sur le nez et son sourire, qu'il a su raviver lorsqu'elle avait perdu l'envie de vivre, revient illuminer son visage. Il l'a sauvée. Il l'a raccrochée à la vie, et il continue de le faire chaque jour depuis celui où elle a sombré...

    « Sha... » La voix de Leslie n'est que sanglots, tremblements et douleur dans sa plus pure forme. « Il... m'a... quitté... » Préciser que Raven est parti avec Gemma est inutile, il n'y avait que Leslie pour s'aveugler d'amour éperdu, pour croire que s'ils avaient résisté après Poudlard et tous ses déboires, à la popularité grimpante des Blackbirds et aux fans hystériques, qu'ils avaient tenu bon tant d'années et rit à la face du monde qui les disait si désassortis, c'était qu'ils étaient liés pour l'éternité. Tout ça n'était que poudre aux yeux, et comme la tour des Serdaigle durant leur scolarité, tout s'est effondré, sur sa tête, et il est parti. Avec elle. Il n'est pas resté pour la regarder chuter, il l'a simplement poussée dans le vide et il lui a tourné le dos, pour sa nouvelle vie. Il lui a tout pris. Tout. Elle ne tient même plus debout. « C'est fini... Tout est fini... Je suis finie... » Leslie n'a plus que ce mot à la bouche : la fin. Elle n'entrevoit aucune issue qui ne soit pas fatale. Shaelyn peut bien lui hurler de tenir le coup, d'être forte, qu'elle n'a pas besoin de lui, qu'elle méritait mieux, qu'elle trouvera mieux, tout n'est que brouillard et non sens. Leslie ne sait même plus comment respirer sans lui. Leslie ne veut plus... Vivre. « Achève moi... » Lâche-t-elle dans un sanglot étranglé, affalé sur le sol comme un pantin désarticulé. Et la claque fuse, monumentale. Pour éloigner ses pensées de mort, car c'est bien la seule chose que sa meilleure amie veut enterrer. Alors Leslie pleure dans ses bras jusqu'à ne plus en pouvoir, jusqu'à ce que les larmes ne suffisent plus, bien que ses souffrances soient toujours là, toujours cuisantes. Et qu'aucun réel échappatoire ne se profile à l'horizon...


    La chaleur du corps de Neal contre lequel elle est lovée est la plus douce qui soit, mais Leslie n'a pas sommeil. Elle quitte à regret ce contact rassurant qui lui a si longtemps permis de dormir quand ses insomnies la prenaient à la gorge et s'extirpe du lit qu'ils partagent depuis maintenant plusieurs années. Elle se coule jusqu'à la cuisine et se sert un café noir en se massant la nuque. Son regard vrille sur la bouteille de whisky pur feu qui traîne sur le plan de travail, témoignant du dernier passage de Jaylen chez eux. Quand il s'arrête en fin de journée, le café corsé est de mise. Leslie sourit en repensant à l'époque où l'alcool la répugnait et où il essayait gentiment de la dépraver, ou plutôt de la "décoincer". Tout ça a bien changé... La sainte-nitouche de l'époque n'est tout bonnement plus, Jaylen n'a plus aucune leçon à lui donner et elle, moins de reproches avisés à lui faire, concernant la drogue et l'alcool. Elle a fini par y toucher. Jusqu'à la dépendance. Jusqu'à l'overdose...

    « Jay... J'ai besoin de toi... » Leslie a essayé de surmonter l'absence, le manque et le vide laissés par Raven, mais tout a foiré, comme elle s'y attendait. Elle en était même tellement persuadée dès le départ que de toute manière, tout ce qu'elle a entrepris n'aurait jamais pu fonctionner. Alors, se mettre en couple avec Skyler, parce que lui la voyait et la voulait, ne l'a pas sauvé. Non, après une deuxième rupture, cette fois de sa main, Leslie est au plus mal. Plus bas que terre. Et de nouveau, elle s'entrevoit six pieds sous terre pour mettre fin à tous ces maux infernaux qui la déciment, qui l'abattent, qui la consument à petit feu. Elle n'a pas le cœur d'appeler Shaelyn, laissant la priorité à Skyler dont elle a toujours été proche, alors, c'est Jaylen, son ami d'enfance, qui reçoit son appel désespéré, à une heure indécente, alors qu'elle ne s'attend même pas à ce qu'il y réponde. Mais il le fait. Il lui reste une branche qui n'a pas encore cassée, qu'elle n'a pas encore brisée. « J'ai perdu deux hommes en quelques mois, je m'en relèverais pas cette fois... » Jaylen l'interrompt promptement, il n'a pas de solution miracle, de toute manière, Leslie est bien trop cartésienne pour croire aux miracles, mais il dit savoir ce qu'il lui faut. Premièrement, arrêter de pleurer. Deuxièmement, le rejoindre sur le toit de son immeuble avec de quoi se rincer l’œsophage. La blonde n'avait jamais pris une cuite jusque là et toujours laissé sa douleur pourrir jusqu'à l'ulcère en elle. Après cette soirée, ces deux vérités ne l'ont plus jamais été.


    La tasse de café noir tourne entre ses doigts fins. Leslie, assise à même le comptoir, détaille vaguement le courrier de l'autre. Des factures, principalement, au milieu desquelles s'est égarée une lettre de sa mère. Ses sourcils s'arquent en arrière et la tasse à demi-vide reposée un peu brutalement vacille sur le comptoir. Elle l'ouvre à la hâte et en détaille le contenu d'un œil morne. A peine une quinzaine de lignes après des mois sans nouvelles, et pas un seul mot de son père n'ont noirci le parchemin. Elle frotte ses lèvres l'une contre l'autre. Depuis son séjour à l'hôpital, leurs rapports ne sont plus au beau fixe. Au fond ils ne l'ont jamais réellement été, mais depuis quelques années l'évidence est plus que flagrante. Son père a très mal digéré la rupture de sa petite fille parfaite avec le rocker montant qu'il aurait viré si celui-ci ne l'avait pas quitté d'emblée pour signer ailleurs. Les BB ont commencé à connaître le succès de leur côté, alors que son label a frôlé la faillite à cause des temps de guerre où la musique est passé en fin de liste parmi les priorités des londoniens. Premier coup dur. Alors, monsieur est devenu moins absent, mais terriblement plus aigri. Quand son bébé s'est fait interner, il a eu l'impression d'avoir tout foiré dans sa vie et sa culpabilité l'a rendu encore plus froid et distant envers sa famille. Il avait déjà délaissé sa femme et failli la perdre, puis, sa fille... C'était l'incident de trop. Il a d'abord accusé ses fréquentations, évidemment. Mais sa femme, elle, l'a blâmé, lui. Pour avoir jeté Leslie dans la gueule du loup, pour n'avoir pas été le père dont elle avait besoin, pour n'avoir été qu'une ombre dans son enfance et un porte-monnaie dans son adolescence, l'abandonnant au profit de son boulot si important. Ce fut la prise de conscience. Il a alors décidé que ça devait changer. Il a payé les meilleurs soins pour remettre son bébé sur pieds, et quand elle en a eu fini avec sa thérapie, il a fait ses valises pour recommencer sa vie en Amérique, loin de tous leurs mauvais souvenirs. Évidemment, sa femme l'a suivi. Elle l'aurait suivi jusque dans la mort, comme Leslie aurait pensé le faire, si elle perdait Raven. D'ailleurs, elle a failli... Les docteurs aussi, ont cru qu'elle allait se laisser mourir, ne pas pouvoir la sauver. Et ce n'est pas grâce à eux qu'elle est encore là, mais grâce à Neal et Jaylen. Et Shaelyn, aussi, moins directement. Et depuis, ce sont eux, sa famille...

    « SKYLER ! » Leslie a lâché la main de Neal et court dans les couloirs de l'hôpital pour le rattraper, lui qui la fuit. Elle ne l'a plus vu depuis au moins un an... Peut être un an et demi. Depuis qu'elle l'a quitté, elle n'a plus affronté son regard brun qui l'a eu fait chavirer et son cœur a raté un battement quand leurs regards ont buté l'un dans l'autre alors qu'elle l'a aperçu, sur ce banc, avec son meilleur ami. « Tu es venu voir Jay ? » Elle connait la réponse mais pose la question quand même, parce qu'elle ne sait pas quoi dire d'autre pour le retenir, parce qu'elle voit bien qu'il a juste envie de partir, alors elle meuble le silence qu'il lui oppose. « Raven n'est pas avec toi ? » Sa voix a légèrement tremblé sur les deux premières syllabes. Tout son corps tremble en fait un peu à l'évocation d'un de ses démons passés alors qu'elle se confronte à un autre. Elle se force à respirer lentement comme sa thérapeute le lui a appris et ne lâche pas son regard alors qu'il lui assène. « Raven ? Il a disparu de la circulation depuis longtemps, babydoll. C'est tout ce que tu voulais savoir ? Parce que je suis attendu. » C'est cassant, glacial, mais Leslie ne se laisse pas démonter malgré son cœur qui claudique et que sa voix patine tandis qu'elle essaie de garder son calme alors que son "babydoll" a ravivé des souvenirs qu'elle avait soigneusement rangé dans un compartiment reculé de son cerveau, bien à l’abri. « Ça va, toi ? » Il rit, et Leslie peine à savoir si c'est sarcastique ou sincère. Ironique, sans doute. « Lis les tabloïds. Tu sauras où me trouver. » Il a ce sourire énigmatique qui la trouble et fourrant ses mains dans ses poches, il tourne les talons et disparait, la plantant au milieu du couloir. Une minute plus tard, elle irait demander à la réception le dernier mensuel musical et découvrirait qu'il a repris la scène et se produit en solo. Il y aurait aussi les dates et lieux de ses prochains concerts mais elle reposerait le magazine sans les noter. Peut être qu'il la chercherait dans la foule, mais jamais il ne l'y trouverait. Parce qu'elle aussi, elle a tourné la page. Pas la même que lui, certes. Mais elle a trop souffert dans ce monde là, au milieu des groupies, des rockers et des concerts. Elle sait que ce n'est plus pour elle, qu'elle n'est pas celle qu'il lui faut, parce qu'encore une fois, elle a donné son cœur à un autre et les erreurs du passé ne seront plus celles du présent.

    Leslie a sauté du comptoir et la lettre de sa mère trône désormais sur le bureau au milieu de ses dossiers. Elle perd son regard bleu par la fenêtre et médite sur les paroles qu'elle vient de lire, deux fois. « "Cette homme là, faut que tu l'enchaînes avant qu'il file"... Tss, maman... T'attends que ça, hein, que ta fille se marie ! Mais par les temps qui courent, personne n'a la tête à ça. » Soupire-t-elle, détaillant le ciel gris. Elle reprend le dossier qui l'occupait, portant le cachet du Magenmagot, et le feuillette vaguement. Ce cas est le parfait exemple d'un mariage qui a mal fini, et ce siècle dans lequel ils évoluent comportent assez de cas de divorces pour vous faire douter de l'Amour pour toujours. Des comme ça, elle en voit tous les jours. Le lot des avocats, sans doute. Régler les problèmes de la société leur en fait voir, des drames, à longueur de temps. Difficile de rester optimiste quand on fait ce métier... Neal se faufile derrière elle et lui dépose un baiser sur l'épaule en se traînant jusqu'à la cuisine pour se servir à son tour un café. Elle se tourne vers lui et sourit de sa tête enfarinée. Il lève un sourcil alors qu'elle le regarde avec cet air un peu bête qu'ont les amoureuses. « Qu'est-ce qu'y a ? » « T'es beau. » Lui répond la petite blonde en se mordillant la lèvre. Elle lui tire un sourire qui l'embellit encore davantage et file se caler dans ses bras. « Il fait moche, trop chaud, la ville fait la gueule, on est gouvernés par un tyran, nos boulots sont harassants, les impayés s'amoncèlent, Jaylen est un râleur chronique qui va me rendre folle à pester après sa fille, ce dossier est déprimant à mourir... Mais je t'ai, toi. Au milieu de tout ça, y'a nous. Alors Londres peut bien brûler, je m'en fous. » Est-ce assez optimiste pour vous ? Pour Leslie, en tous cas, ça suffit. Il lui suffit.




Le moldu
... derrière l'écran

PSEUDO - Amly.
AGE - 21 ans (et dire que je me suis inscrite à 19 !)
AVATAR - Sasha Pivarova la divine.
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU CE FORUM ? - Je connaissais pas mal d'inscrits avant d'arriver, et plus particulièrement le grand méchant loup, Clyde, joué par... ma soeur jumelle. Maintenant disons que je fais partie des "anciens" qui ont connu la version précédente. mrgreen
PRESENCE - Sans doute 6/7, autant que faire se peut.
PARRAINAGE - (envie d'être aidé(e) pour ton intégration? Plus de précisions ici) Oui [] Non [x]
COMMENTAIRES ?


© thanks to tumblr (banner) & LJ (icon) !




Dernière édition par Leslie Jeffers le Lun 14 Mai - 22:08, édité 19 fois
avatar
Leslie Jeffers
ICE COLD PREFECT;
cracked heart & snowflakes tears

♦ HIBOUX POSTÉS : 226
♦ ARRIVÉE : 28/03/2010
♦ HUMEUR : Revancharde.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L. ɸ Rise and shine (v2, 100%)

Message par Samaël E. Wilson le Lun 26 Mar - 7:05

Bon courage pour ta fiche, l'"ancienne" What a Face ça me démange déjà de passer à celle de Jay, histoire qu'on puisse rp ensemble ensuite monkey





Spoiler:


avatar
Samaël E. Wilson
« Get out of my way »
(Je m'aime ♥)

♦ HIBOUX POSTÉS : 1729
♦ ARRIVÉE : 22/10/2009
♦ HUMEUR : préoccupé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L. ɸ Rise and shine (v2, 100%)

Message par Leslie Jeffers le Mer 4 Avr - 22:20


    Et voilà voilààà, fiche terminée Question santa Merci à mes re-lectrices. (a)
    Moi aussi j'ai hâte de rp !! *O*
avatar
Leslie Jeffers
ICE COLD PREFECT;
cracked heart & snowflakes tears

♦ HIBOUX POSTÉS : 226
♦ ARRIVÉE : 28/03/2010
♦ HUMEUR : Revancharde.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L. ɸ Rise and shine (v2, 100%)

Message par Garden Fear le Mer 4 Avr - 22:31

Leslie T.T J'ai envie de frapper Raven pour le mal qu'il lui a fait * fouette Raven*
C'est tout bon, c'est même parfait *-* je te passe chez les adultes sans souci.









avatar
Garden Fear
Fantasme pour les garçons,
cauchemar pour les filles.

♦ HIBOUX POSTÉS : 641
♦ ARRIVÉE : 08/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L. ɸ Rise and shine (v2, 100%)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum