Il était une fois, l'indifférence [S.]

Aller en bas

Il était une fois, l'indifférence [S.]

Message par Adam Meyer le Sam 17 Juil - 16:49



« Où en est la mission de ton côté? »

Une fois de plus, Bonnie et Adam sortaient de la pièce secrète réservée aux Préfets du futur après une de leur petite séance de magie douteuse. D’ordinaire, ils se gardaient bien d’échanger la moindre parole et retournaient sagement à leurs occupations. Mais aujourd’hui, Bonnie avait décidé de briser la glace en adressant la parole à Adam. La dernière fois qu’ils avaient osé commencer à papoter durant leur rituel, ça s’était plus mal terminé, du moins aux yeux d’Adam. Depuis, il avait décidé qu’il serait plus avisé qu’ils fassent ça en silence, sans autre familiarité que celles qui leur étaient imposées. Mais après tout, ils ne devaient pas risquer grand-chose à discuter une fois le rituel accompli et ses effets plus ou moins dissipés. Pour autant, Adam ne fit preuve d’aucune amabilité en répondant à sa comparse, se murant dans une inexpression faciale presque insultante.

« Ça avance … J’ai décidé d’attaquer sur un second front. Clyde n’est pas tombé de la dernière pluie, c’est difficile de l’approcher, mais ce n’est pas le cas de tout ses acolytes. »

Un sourire s’étira sur les lèvres de la serpentarde, elle avait sans doute compris où Adam voulait en venir. Un instant, il surprit un éclair de fierté dans son regard, avant que la jalousie ne vienne le remplacer insidieusement. Bonnie semblait détester de ne pas avoir les idées lumineuses la première. Aussi Adam ne fut pas étonner de s’entendre rétorquer:

« Et bien sûr tu as décidé ça sans en parler à personne… »

A cette remarque, il aurait aimé pouvoir répondre que si tous n’étaient pas si occupés par leurs petites histoires, alors ils pourraient essayer de se concerter pour faire avancer la mission, mais il réalisa juste à temps à quel point cela semblerait infantile. Finalement, il offrit à Bonnie son regard le plus implacable et se para de sa voix la plus calme et autoritaire pour lui souffler toute envie de contestation.

« Nous réunir tous relève du casse-tête en ce moment, et ce n’est pas forcément une mauvaise chose d’agir séparément. Je ne te croirais pas si tu me disais que tu avais toujours respecté les directives de Mason à la lettre depuis que nous sommes arrivés. »

Il avait visé juste, et un sourire qu’il ne put retenir fleurit sur son visage. Il le réprima rapidement en comprenant à quel point il devait paraître suffisant. Et tout le monde savait très bien que l’idée de prendre Bonnie de haut ne relevait pas du génie. Il n’eut droit qu’à un sourire mauvais en retour, avant qu’elle ne lui tourne le dos. Il la regarda s’éloigner jusqu’à ce qu’elle tourne à l’angle du couloir et disparaisse alors de sa vue. Qu’il ait gagné la partie si facilement l’étonnait, mais il n’allait certainement pas s’en plaindre. Adam ne comptait pas perdre davantage de temps. Il avait tellement de choses à faire qu’il rechignait à se mettre au travail. Ce n’était pas son genre d’habitude, c’était dire à quel point il croulait sous les responsabilités. Non sans un dernier soupir, il s’éloigna à son tour de la pièce secrète du deuxième étage. En passant devant une porte a priori anodine, Adam eut un pincement au cœur, mais réussit à rester concentré sur sa destination.

Pourtant, le château tout entier semblait décidé à lui mettre des bâtons dans les roues. S’il on exceptait les grands escaliers qui n’en firent qu’à leur tête et poussèrent le vice jusqu’à l’emmener au septième étage, le pire fut sans doute la rencontre désagréable qu’il fit au cinquième étage. Les besoins de sa mission l’avait emmenés jusqu’au grenier de divination. Celui-ci était très différent de ce qu’Adam avait connu à son époque. Ainsi, au lieu de prendre ce qu’il y était venu chercher sans faire de vague, le serdaigle prit son temps et observa chaque recoin de la pièce. La divination ne faisait pas partie des matières qu’il suivait à cette époque, il avait trouvé cela inutile. Si encore les cours dispensés à Poudlard permettaient vraiment d’entrevoir l’avenir, Adam aurait considéré cela comme un plus, un coup de pouce à la mission que les autres préfets et lui devait mener à bien. Mais cela faisait longtemps qu’il avait cessé d’espérer voir quoique ce soit pendant un cours. Ils n’étudiaient que les bases, toutes les petites choses qui rendaient la divination parfaitement inutile aux yeux des gens. Adam ne comprendrait jamais pourquoi cette matière était comprise dans le programme, tant elle n’avait rien de divinatoire. Mais peut-être qu’à l’avenir, celui où Montana enseignait la divination, elle se révélerait plus utile et intéressante. Adam n’en espérait pas moins de sa camarade qui, bien qu’il ne la connaisse pas vraiment, lui inspirait la plus parfaite confiance.

Il en était là dans sa réflexion, pensant à Montana et ce qu’elle avait fait pour lui alors qu’il n’était qu’un enfant, lorsque quelqu’un fit irruption dans le grenier de divination et le troubla dans ses pensées. Il aurait dû être plus rapide, maintenant il allait à coup sûr devoir supporter une conversation sans queue ni tête qui promettait de l’exaspérer. Il soupira silencieusement lorsque le visage d’une inconnue traversa son champs de vision. Autant il avait été ravi de partager une soirée en compagnie d’une parfaite inconnue alors qu’il avait été tiré du sommeil sans espoir de le retrouver, autant en l’occurrence il n’aspirait à rien d’autre qu’à la solitude et à la tranquillité. Des gens avaient parfois l’affreuse manie de se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment.
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois, l'indifférence [S.]

Message par Sawyer L. Waldorf le Mar 20 Juil - 16:28







    Sawyer -Putain de…arf…trol…poilu…merd…grrrrrr.

    Voila à peut prêt ce qui vient de sortir de ma bouche alors que je m’étale de mon long sur le sol du dortoir des Gryffondor. Moi qui étais simplement passée pour me changée, j’aurais mieux fait de m’abstenir. En premier, je tombe pile en face de Nell et autant dire que au moins je la vois, au mieux je me porte ! Deuxième problème : impossible de mettre la main sur ce petit haut blanc que j’affectionne tant. Je soupçonne certaines de mes camarades de me voler des affaires, du moins, je ne veux pas concevoir que ce soit moi qui puisse les perdres. Je me suis donc rabattue sur un haut violet que j’assortis à une jupe noire. C’est simple mais efficace. Je viens toujours me changer après les cours car je ne vois pas l’intérêt de porter cet uniforme disgracieux en dehors des heures de cours. Je me pensais à l’abri d’autres problèmes lorsque me précipitant vers mon miroir pour une retouche à mon maquillage, je me suis vautrée comme une vieille chaussette en me prenant les pieds dans un drap de lit qui faisait obstacle à ma route.

    Sawyer -Qu’elle est la gourde qui n’est pas capable de faire son lit ? Qu’on me la trouve et je lui ferai bouffer son oreiller !

    Je pousse un grognement et tente avec peine de me relevée. Ma remarque n’est pas passée inaperçue mais personne ne juge nécessaire de me répondre. Je pense que la plupart d’entre elles savent qu’il ne faut pas se frotter à moi quand je suis dans un tel état. Il faut laisser couler, attendre que la tempête ne passe et que les choses reviennent à la normale. Mon genoux me fait mal et je me suis éraflée une partie de l’avant bras. Je ne compte même plus les cicatrices qui sont le résultat en partie de ma maladresse mais surtout de ma malchance. Titubante, je rejoints enfin mon miroir et passe rageusement une main dans mes cheveux en bataille. Je fais de mon mieux pour arranger le massacre et m’emparant à toute vitesse de mon sac à main, je m’empresse de quitter les lieux.

    Il me faut un endroit calme et pas trop loin. Cela limitera les risques potentiels d’accidents. Je hoche la tête comme dans une affirmation pour moi-même et prends le chemin de la salle de divination. J’ai choisi de suivre cette matière parce que je trouve cela drôle de prétendre pouvoir deviner le futur mais en réalité je n’y crois pas plus que ça. Pourtant, j’aurais plus qu’envie d’en savoir plus sur mon futur. Ils se plaignent tous de ce que sont venu leurs annoncés les visiteurs du futur mais moi justement, je ne me remets pas du fait qu’ils n’aient rien eu à dire sur moi. J’en reviendrais presque à envier ceux auxquels on a prédit une mort atroce, au moins ils sont au centre de l’attention. Je hausse les épaules et continue mon ascension.

    Depuis plusieurs semaines, je suis obsédée par mon futur. Vais-je devenir la grande star qu’il me semble inévitable que je devienne ? Vais-je voir mon talent être reconnu de tous ? Une autre question m’obsède. Je me dois de trouver l’origine de cette malchance qui semble s’acharnée contre moi. Le sort s’acharne, la chance n’est définitivement pas de mon coté. Je ne sais pas exactement dans quel but je me rends en salle de divination mais je pense être proche d’épuiser les ressources de la bibliothèque. Peut être qu’avec un peu de chance je serai prise d’une illumination ? Je glousse très doucement et pénètre enfin dans la salle. Mon regard tente de s’habituer à la semi obscurité de la pièce et il ne me faut pas bien longtemps pour remarquer que quelqu’un d’autre occupe déjà les lieux. Je pousse un soupir discret et plisse les yeux. Ces cheveux, cette nuque, cette façon de se tenir…Adam ! Il est évident que je connais le prénom d’un aussi beau spécimen !!! Peut être que finalement la chance tourne de mon coté. Je ne dois pas réfléchir, pas lui laisser la chance de m’échapper. Je fais un pas en avant, droit vers lui.

    Sawyer -Salut Adam. Je ne pensais pas que ce lieu était prisé à Poudlard.

    Je lui adresse un sourire discret. Je ne sais même pas si il connais mon prénom mais je choisi de ne pas me présenter. Je suis persuadée que cela préserve un certain mystère mais je me goure probablement complètement. Je me rends compte que je ne sais pas trop quoi lui dire mais que j’aie envie qu’il reste. Je vais sauter dans la gueule du loup et lui balancer la raison de ma venue.

    Sawyer -Je suis venue fouiné ici parce que je suis dégoûtée que nos supposés visiteurs du futur n’aient rien à eu à dire sur mon futur à moi et je veux savoir pourquoi. Je ne crois pas trop en la divination mais je ne sais plus vers ou me tourner…Sans compter sur cette malchance qui me poursuit partout…

    Je laisse ma phrase en suspend. Il n’en à probablement rien à faire de ce que je lui raconte mais je fais de mon mieux pour attirer son attention. Ma main glisse délicatement dans mes cheveux et dégage ma nuque fragile. Si ce que je dis ne l’intéresse je tente alors de l’apprivoiser par le visuel. Les moyens les plus évidents peuvent parfois se révéler tout de même être efficaces. Je prends appuis contre une table et fixe Adam droit dans les yeux.

    Sawyer -Tu n’aurais pas une suggestion ? Toutes les idées sont les bienvenues.

    Je lui souris à nouveau avant de choisir enfin de me taire. La blessure sur mon bras me pique et je sens qu’elle n’est pas complètement refermée. Je grimace l’espace d’une seconde avant de me concentrer à nouveau sur le Serdaigle.













- DRAMA QUEEN -
I'm the master of my fate
I''m the captain of my soul




avatar
Sawyer L. Waldorf
- Almost Famous -

♦ HIBOUX POSTÉS : 719
♦ ARRIVÉE : 09/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois, l'indifférence [S.]

Message par Adam Meyer le Mar 3 Aoû - 13:16

« Salut Adam. Je ne pensais pas que ce lieu était prisé à Poudlard. »

Cette crinière blonde et ce menton suffisant lui rappelait vaguement quelque chose. Il était presque certain d’avoir affaire à une gryffondor, mais il était incapable de mettre un nom sur ce visage. Adam se moquait éperdument des gens qui n’avait pas un destin primordial à accomplir. Les anonymes ne l’intéressaient pas, il s’efforçait déjà de les sauver dans leur généralité, il n’allait pas s’occuper d’eux au cas par cas. Ce n’était pas pour ça que les autres préfets et lui avaient fais un bond dans le temps. Garden pouvait très bien se lancer dans la charité, Adam était loin d’avoir l’âme d’un saint. Il faisait déjà tout son possible -ou presque, avec les bras cassés qu’il avait pour comparses-, afin de sauver les apprentis sorciers qui peuplaient Poudlard, faire ami-ami avec eux n’était pas à l’ordre de ses priorités.

« Je suis venue fouiner ici parce que je suis dégoûtée que nos supposés visiteurs du futur n’aient rien à eu à dire sur mon futur à moi et je veux savoir pourquoi. Je ne crois pas trop en la divination mais je ne sais plus vers où me tourner…Sans compter sur cette malchance qui me poursuit partout… »

Qu’est-ce que ça pouvait bien lui faire? Adam ne comprenait pas pourquoi cette inconnue lui confiait ses problèmes. Si elle avait besoin d’une oreille attentive, elle était vraiment mal tombée. Mais peut-être voulait-elle simplement avoir le sentiment d’être écoutée… Penchant légèrement la tête, Adam planta son regard sur la nouvelle venue, la détaillant un instant comme pour lui signifier qu’elle avait son attention. Il s’apprêtait à la quitter des yeux pour retourner à ses moutons, mais l’étrange comportement de la jeune fille retint son attention. Elle passa doucement une main dans ses cheveux afin de les dégager de sa nuque, comme pour la mettre en avant. Adam la dévisagea abruptement, tant son geste manquait de naturel. Il n’aurait pas été moins crédible si elle avait entrouvert les lèvres en lui lançant un regard en coin. Mais ce n’était pas un regard en coin qu’elle dardait désormais sur lui, le fixant tout en s’appuyant sur une table à sa hauteur. Être ainsi observé droit dans les yeux le mettait mal à l’aise, sans qu’il ne parvienne à se l’expliquer.

« Tu n’aurais pas une suggestion ? Toutes les idées sont les bienvenues. »

Et voilà qu’elle le prenait à partie maintenant. C’était à peine s’il l’avait écoutée, comment pouvait-il décemment lui suggérer quoi que ce soit? En son for intérieur, il aurait aimé pouvoir se taire et retourner à ses affaires sans avoir de compte à rendre, mais sa raison l’en empêchait. S’il l’ignorait, il y avait fort à parier que la jeune lionne s’en vexe et qu’elle devienne une vraie plaie. Elle en était déjà une, certes, depuis l’instant même où elle l’avait interrompu, mais Adam ne devait pas laisser les choses empirer. Tout ce qu’il pouvait espérer c’était la pousser à la fuite, tout faire pour s’en débarrasser le plus rapidement possible.

« Une suggestion? C’est ton futur qui t’intéresse si j’ai bien compris … » Tout en fronçant les sourcils, il essayait de retrouver dans sa mémoire ce qu’elle avait bien pu lui dire, mais il avait peur de ne pas tout avoir enregistré. Il lui avait seulement semblé qu’elle avait parlé des visiteurs du futur, car cela avait de quoi retenir son attention. « Peut-être qu’il n’y a tout simplement rien à dire sur ton futur. »

C’était sec, mais Adam l’avait dit de façon très naturelle, ce n’était pas de sa faute après tout s’il manquait de tact et de délicatesse dans ses rapports sociaux. Cette fille ne lui disait rien, il s’agissait à tous les coups d’une parfaite inconnue dont l’avenir avait peu de valeur ou du moins une portée très personnelle. Alors à quoi bon prendre des pincettes avec elle? Elle ne représentait rien, cela constituait déjà un bel effort de la part d’Adam de seulement lui adresser la parole. Pouvait-elle en exiger davantage? Certainement pas, mais Adam craignait qu’elle se le permette. Il allait très vite en avoir le cœur net.

« Pourquoi donc cherche à connaître le futur? Ta vie perdrait la peine d’être vécue, si tu connaissais déjà tout ce qui allait t’arriver. L’aventure ne t’intéresse donc pas? Eh puis, imagine que tu sois déçue par tes découvertes … Non, le mieux pour toi est encore de rester dans l’ignorance. »

Il estimait avoir suffisamment bavardé. Il venait d’accorder un peu de son temps précieux à une parfaite inconnue destinée à le rester, Garden aurait déjà de quoi être fière de lui. Aussi, sans plus de délibérations, il se détourna de la jeune fille pour revenir à ses préoccupations. S’approchant du bureau, il commença à en fouiller les tiroirs, à la recherche d’un objet bien précis. Il était persuadé que celui-ci pourrait réellement lui permettre d’appréhender le futur à chaque instant. Ainsi, il serait capable de voir les changements que les autres préfets et lui instiguaient et d’en comprendre la logique. Il espérait bien pouvoir s’en aider pour façonner le futur qu’il avait pour mission d’assurer.
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois, l'indifférence [S.]

Message par Sawyer L. Waldorf le Ven 6 Aoû - 19:41







    « Une suggestion? C’est ton futur qui t’intéresse si j’ai bien compris … »

    Je hoche vigoureusement la tête. Dois-je lui répéter ? N’ai-je pas été assez claire ? Ou peut être, tout simplement, qu’il n’a pas écouté ce que je viens de lui dire. Je ne suis cependant pas en position de lui en tenir rigueur et je n’émets aucun commentaire. Je me contente de le fixer en attendant avec avidité qu’il reprenne la parole. Je ne le connais pas alors pourquoi son avis m’intéresse ? J’en sais rien mais je veux l’entendre, c’est comme ça. Peut être parce que il à l’air plutôt posé et pragmatique. Il est étranger à cette histoire, il n’a rien à gagner ni à perdre en me répondant.

    « Peut-être qu’il n’y a tout simplement rien à dire sur ton futur. »

    Mon souffle se brise dans ma gorge, l’air me manque subitement. Mon cœur saute un battement dans ma poitrine, je suis clouée sur place. J’entrouvre les lèvres, légèrement choquée par la désinvolture avec laquelle il évoque la chose. Je choisi de réfuter en bloc tout ce que je pensais quelques minutes plus tôt. Adam ne comprend rien, il ne doit pas réfléchir correctement…ou c’est moi qui ne comprends rien. Je me mords la lèvre et mon regard se fait fuyant l’espace de quelques secondes. Je tente de réfléchir. Il ne sert à rien de nier ce qu’il dit, je devrais au contraire le prendre en compte. Mes yeux verts reviennent lentement se posés sur le Serdaigle qui reprends la parole.

    « Pourquoi donc cherche à connaître le futur? Ta vie perdrait la peine d’être vécue, si tu connaissais déjà tout ce qui allait t’arriver. L’aventure ne t’intéresse donc pas? Eh puis, imagine que tu sois déçue par tes découvertes … Non, le mieux pour toi est encore de rester dans l’ignorance. »

    Je reste figée sur place, silencieuse. Ce n’est vraiment pas mon genre. Complètement passive, je regarde Adam vaquer à ses occupations. Il entreprends de fouiller le bureau et agit comme si j’avais disparu. Pourtant, il vient de me poser une question et je me dois de réagir. Ma main fraîche se pose fébrilement sur ma nuque, j’inspire profondément. Puisqu’il a osé demander et bien je vais lui répondre et je n’ai aucune intention de mentir. C’est un peu comme si malgré lui il me poussait à la vérité. J’expire et laisse ma main retomber sur la table, du bout des doigts, je joue avec le bois abîme par le temps.

    Sawyer - Je veux connaître mon futur parce que si je n’atteints pas les buts que je me suis fixée et bien je n’ai pas envie de vivre ce futur. Je serai célèbre, je vivrai de mon don, comme ma mère. Il est impossible qu’il en soit autrement…

    La détermination dans ma voix ferait presque peur à entendre. Cet objectif, je me le suis fixée toute petite. Je suis persuadée que ma mère biologique était célèbre chez les moldus. Je peux le prouver à l’appui de certaines photos de magazines, la ressemblance est frappante. Et puis je sais que je ne suis pas capable de faire quoi que ce soit d’autres. Non. Je ne peux décemment envisager aucun autre plan mon avenir.

    Sawyer - Je ne veux pas me marier, avoir des enfants et laisser tout le monde m’oublier. Je rêve de grandeur et si …

    Je m’arrête brusquement. Je sais que je m’aventure sur un terrain qui fait débat.

    Sawyer - Si ils n’ont pas raconté de grandes choses sur moi et bien dans ce cas c’est que je dois le changer ce futur. Je ne veux pas de celui qu’ils annoncent !

    Oh je peux paraître égoïste, je le sais. D’autres que moi se sont entendus prédire la mort et moi je m’apitoie sur la simple hypothèse d’un rêve brisé. Je sais que avec le recule ce n’est pas forcément ce que je pense. Je m’inquiète pour d’autres raisons et elles sont nombreuses mais je choisi de me fixer sur mon propre cas, du moins pour le moment. Soit ! Quelque soit mon but, il est de toute façon évident que je suis à prête à tout pour l’atteindre. Mon regard s’illumine d’une lueur d’envie si vive qu’elle semble flirter avec la folie. Adam ne sait pas ce qu’il vient de déclencher. Je me concentre d’ailleurs à nouveau sur lui alors qu'il ouvre un tiroir.

    Sawyer - Le futur ont peut le changer non ? C’est la qu’est tout le but de la manœuvre, si j’ai bien compris ? Si c’est le cas c’est entre mes mains, c’est à moi de trouver par quels plans tordus je vais bien pouvoir attirer l’attention sur moi…

    Je me rends compte que je m’égare, j’en dis trop et pas assez. Il va me prendre pour une folle. Je me mords encore la lèvre mais affiche rapidement une grimace de douleur. Un fin morceau de bois vient de s’enfoncer dans mon doigt.

    Sawyer - Aïe !

    N’ai je donc pas compris que je dois faire attention à tout ce qui se trouve autour de moi ? Je semble attirer les plaies ! Je mène rapidement mon doigt à mes lèvres et tente en vain d’aspirer l’écharde.













- DRAMA QUEEN -
I'm the master of my fate
I''m the captain of my soul




avatar
Sawyer L. Waldorf
- Almost Famous -

♦ HIBOUX POSTÉS : 719
♦ ARRIVÉE : 09/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois, l'indifférence [S.]

Message par Adam Meyer le Ven 20 Aoû - 12:14

Compter sur le silence de la nouvelle venue ne semblait pas envisageable. Adam avait beau avoir pris soin de clore cette conversation sur un ton catégorique, elle ne semblait pas décidée à s’en remettre à son jugement. Ne lui avait-elle pas demandé son avis? C’était très exactement ce qu’il lui avait donné, que diable voulait-elle de plus?! Lorsque la voix de la rouge et or s’éleva à nouveau dans le grenier de divination, Adam leva les yeux au ciel. Il avait voulu ce moment voué à la recherche, mais son interlocutrice de fortune voyait manifestement les choses autrement. Espérant ainsi qu’elle comprendrait à quel point elle le dérangeait, Adam décida résolument de ne pas esquisser le moindre geste à son attention alors qu’elle s’exprimait.

« Je veux connaître mon futur parce que si je n’atteints pas les buts que je me suis fixée et bien je n’ai pas envie de vivre ce futur. Je serai célèbre, je vivrai de mon don, comme ma mère. Il est impossible qu’il en soit autrement… »

Une fois de plus, Adam leva les yeux au ciel, tout en appuyant sa mimique par un soupir découragé. Il saisissait bien toute la détermination que la jeune fille était prête à mettre pour réaliser ses « buts », mais il s’en sentait cruellement désolidarisé. Peut-être était-il temps de faire part à la jeune lionne l’étendue de son indifférence. Mais à peine Adam eut-il entrouvert les lèvres qu’une nouvelle salve de futilités l’empêcha d’exprimer le fond de sa pensée.

« Je ne veux pas me marier, avoir des enfants et laisser tout le monde m’oublier. Je rêve de grandeur et si … » Elle s’arrêta un bref instant, comme s’il était nécessaire de laisser planer le suspens. S’il en avait eu la capacité, Adam aurait volontiers mis ses oreilles en pause. Au lieu de cela, il était forcé d’écouter les inepties de la jeune fille. « Si ils n’ont pas raconté de grandes choses sur moi et bien dans ce cas c’est que je dois le changer ce futur. Je ne veux pas de celui qu’ils annoncent ! »

Un sourire en coin s’immisça sur les traits d’Adam. Dans la forme, Sawyer et lui voulait la même chose, mais leurs raisons étaient radicalement dissemblables. Futile était le mot qui désignait le mieux les motivations de la rouge et or. A tel point qu’elle devrait avoir honte de les partager.

« Le futur ont peut le changer non ? » Adam décida enfin de se tourner vers elle. Il tomba alors nez à nez avec le regard effrayant de Sawyer, qui semblait totalement habitée par le rôle qu’elle s’évertuait à vouloir jouer. « C’est la qu’est tout le but de la manœuvre, si j’ai bien compris ? Si c’est le cas c’est entre mes mains, c’est à moi de trouver par quels plans tordus je vais bien pouvoir attirer l’attention sur moi… »

Adam haussa un sourcil, mais il n’eut pas le temps d’afficher davantage ses impressions. Le léger cri de douleur de Sawyer vint couper court à toute espèce de réflexion qu’il s’apprêtait à mener. Et il ne lui fallut pas longtemps avant de comprendre ce qui était arrivé, la jeune fille portant d’ors et déjà son doigt meurtri à ses lèvres. La réaction d’Adam ne se fit alors pas attendre. En quelques enjambées, il avait déjà rejoins Sawyer, et saisit son poignet suffisamment vite et fermement pour éloigner son doigt de sa bouche. L’avisant d’un regard désapprobateur, il siffla avec arrogance:

« Ce n’est pas un vulgaire poison que tu veux enlever! Comment espères-tu être reconnue et adulée si tu ne sais même pas te servir de la magie à ton avantage?! »

D’un geste vif, il extirpa sa baguette magique de la poche arrière de son pantalon et visa l’extrémité du doigt de la jeune fille, qu’il continuait par ailleurs de tenir. A l’aide d’un sort imprononcé d’une facilité enfantine, il fit disparaître l’écharde ridicule fichée dans la peau de Sawyer. Une fois cette affaire réglée, il la laissa reprendre la pleine possession de sa main tandis qu'il rangeait sa baguette, rivant continuellement sur elle un regard ennuyé.

« D’où te vient cette maladresse? Tu ne comptes pas prendre en main ton futur de cette façon j’espère! »

Un rire fin appuya sa pique acerbe. Adam n’était pas vraiment mesquin, mais cela faisait plusieurs minutes que cette griffonne l’agaçait et l’empêchait de réaliser ses plans, il fallait bien qu’il déverse un peu sa frustration sur elle! D’autant que ça réussissait à le calmer. N’étant pas franchement sociable, Adam n’avait pas souvent l’occasion d’évacuer sa colère sur quiconque. L’unique fois où il s’était laissé aller à cette bassesse, il avait écopé de plusieurs coups vengeurs… et fais la connaissance de Garden. Est-ce qu’une fois de plus il bénéficierait d’un contre coup agréable? Il était le seul à pouvoir faire en sorte que cela se passe bien. Ainsi, et aussi étonnant que cela paraisse, Adam offrit à Sawyer un visage plus avenant, bien décidé à faire tourner la situation à son avantage.

« Enfin… Toi et moi nous voulons la même chose, au fond … pour des raisons bien différentes, c’est certain … mais la même chose quand même! » Il comptait bien faire à Sawyer une proposition qu’elle ne pourrait pas refuser. Et ce serait dans leur intérêt mutuel. « Il se trouve que je sais de source presque sûre qu’un objet d’une grande valeur est caché dans cette pièce. Il s’agit en quelque sorte d’un moyen de connaître le futur, peut-être même le passé. Tu comprendras que tu as tout intérêt à m’aider à la trouver, pour faire ton truc là … ton rêve de grandeur. » Adam manquait de conviction en présentant la motivation de Sawyer, mais il s’en fichait bien, l’important étant qu’elle cesse de lui mettre des bâtons dans les roues, et qu’elle lui permette plutôt de gagner un temps précieux. « C’est un objet sphérique, sans doute de la taille d’une grosse bille, mais je n’en sais pas plus. » Après un instant de silence, durant lequel il étudia minutieusement la rouge et or, il finit par poser la question cruciale: « Alors, tu es avec moi? »
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois, l'indifférence [S.]

Message par Sawyer L. Waldorf le Mar 24 Aoû - 20:37









    Le fait que Adam ne semble me montrer aucun d’intérêt, ce n’est pas le genre de chose qui risque de me faire reculer. Pire, il semble même afficher de légères pointes d’exaspération alors que imperturbable, je continue mon discours et mes questionnements. Je le vois bien lever les yeux au ciel mais je ne m’en formalise pas. Ce n’est pas la première fois que je m’impose alors qu’il semble que je suis de trop. Il me tourne le dos mais rien ne me décourage. Il en faudrait bien plus pour me dissuader de lui poser ces questions auxquelles je ne trouve pas de réponses. Ce maudit futur qui à tendance à m’obséder. D’ailleurs contre toute attente, il montre finalement un signe d’intérêt en faisant volte face ou du moins, c’est comme ça que je choisis d’interpréter son regard qui se pose sur moi. Aurait il lui aussi un intérêt particulier pour ce même futur ? Je n’ai pas le temps de me perdre dans les questionnements interne qu’une douleur me lance dans le doigt. Une écharde ! Je le vois bondir vers moi, je ne comprends pas et je ne réprime pas un vague geste de recule. Non mais il me veut quoi au juste ? Je le sens s’emparer de mon poignet, on ne peut pas dire qu’il fasse preuve d’une grande délicatesse.

    « Ce n’est pas un vulgaire poison que tu veux enlever! Comment espères-tu être reconnue et adulée si tu ne sais même pas te servir de la magie à ton avantage?! »

    J’ouvre de grands yeux ronds ! Je ne vois absolument pas le rapport ! Je veux réussir dans la musique ou les arts du spectacles…La magie est le cadet de mes soucis à ce niveau la. Je ne vois pas en quoi elle pourrait m’être utile, le talent est un don et un point c’est tout. Je ne veux pas améliorer magiquement mes performances, je ne veux pas tricher. Pas avec ça ! J’ai envie de reculer ma main mais je ne veux pas me montrer ingrate et je le laisse donc faire. Bien évidemment, je connais le sortilège qu’il emplois mais il ne semble pas être capable de concevoir que je choisi de ne pas l’utiliser. Je m’apprête à lui répondre mais lorsque j’entrouvre les lèvres, il reprend la parole.

    « D’où te vient cette maladresse? Tu ne comptes pas prendre en main ton futur de cette façon j’espère! »

    Le rire d’Adam me jette un frisson dans le dos. Je n’aime pas se façon de me rabaissée. Comme beaucoup, il se fait très certainement de fausses idées sur moi. Il se contente des apparences et je n’ai pas à l’en blâmer puisque c’est avant tout pour son regard ténébreux que j’ai moi même décidé de rester lui parler. Un vague sourire remplis de mystère se dessine sur mes lèvres alors que je fait face au Serdaigle et que je me plait à le fixer droit dans les yeux. D’où me vient cette maladresse ? C’est justement ce que j’aimerais savoir ! Je suis partagée entre l’envie de cracher mon venin et celle de me taire. Je veux garder une part de ma crédibilité. J’avale lentement ma salive tout comme une part de ma fierté mais à nouveau au moment où j’ouvre la bouche, il reprend la parole. Quelque chose à changer dans le ton de sa voix, ou dans son attitude peut être. Tel un chat tapi dans un coin, je me contente de le fixer.

    « Enfin… Toi et moi nous voulons la même chose, au fond … pour des raisons bien différentes, c’est certain … mais la même chose quand même! »

    L’un de mes sourcils se relève lentement alors que je brûle déjà d’envie de savoir ce qui le motive. Je me doute qu’il ne va pas me balancer ses motivations et si je les lui demande trop tôt et bien je risque de me grillée. Voila une nouvelle enquête qui se profile à l’horizon. Mon cœur s’emballe mais rien ne trahis cette pointe soudaine d’excitation.

    « Il se trouve que je sais de source presque sûre qu’un objet d’une grande valeur est caché dans cette pièce. Il s’agit en quelque sorte d’un moyen de connaître le futur, peut-être même le passé. Tu comprendras que tu as tout intérêt à m’aider à la trouver, pour faire ton truc là … ton rêve de grandeur. »

    Source ? Quelle est la source ? Un moyen ? Quel moyen ? Je me retiens de frapper des mains comme un jeune enfant devant ses cadeaux de noël. Je suis tellement excitée que je ne parviens pas réellement à me poser les bonnes questions. Pourquoi me parle t’il de cet objet ? A-t-il quelque chose à y gagner ? Oh, très certainement ! Mon intérêt est il réellement la ou il prétend qu’il est ? Je ne le voyais pourtant pas vraiment motivé à m’aider jusque la ! J’inspire profondément. C’est en tout cas la meilleure piste que je tienne jusqu'à maintenant et grâce à lui. Je me poserai donc des questions plus tard, comme je le fais toujours.

    « C’est un objet sphérique, sans doute de la taille d’une grosse bille, mais je n’en sais pas plus. »

    Hum. Disons que c’est un départ. Je hausse les épaules tout en hochant la tête.

    « Alors, tu es avec moi? »

    Pas une seconde d’hésitation, même pas le temps de prendre mon souffle que je lui balance ma réponse en pleine face avec une vivacité que très peu contrôlée.

    Sawyer -Plutôt deux fois qu’une !!!

    Je gonfle mes poumons d’air, inspecte la pièce et me rue vers une étagère remplie d’un fouillis inconsidérable. Je devrais demander plus d’information à Adam car finalement il ne m’en a pas dit grand-chose mais une seule chose me brûle les lèvres. Je ne me suis pas encore défendue de ses propos cyniques qu’il a émit à mon égard un peu plus tôt. Oh je sais que je devrais laisser tout ça derrière moi mais je ressens toujours ce besoin inévitable de me justifier. Je me mords la lèvre alors que mes doigts fins parcourent l’étagère. Je chope tout ce qui à de prêt ou de loin une forme sphérique et vais les poser sur le bureau. Il est évident que je ratisse large mais avec le peu d’informations dont je dispose c'est plus prudent. Je prends ensuite la direction d’un petit meuble à tiroir et j’en ouvre le premier entamant de fouillé du bout des doigts mais…Impossible de me retenir plus longtemps. Je reprends la parole d’un ton faussement détaché.

    Sawyer -Merci de m’avoir soignée tout à l’heure mais si je ne l’ai pas fait moi-même c’est que je ne comprends pas comment l’on peut imaginer développer son système immunitaire et son endurance, si l’on a recourt à la magie au moindre petit bobo…

    Mais c’est surtout que si je n’ai pas de blessures à exhibée et bien je suis moins crédible lorsque je me plains ! Ça Adam n’a pas besoin de le savoir. J’ouvre un autre tiroir et refait un trajet vers le bureau, j’y pose toutes sortes d’objets sur lesquels ont glissé mes doigts. Je décide de le laisser faire le tri lui même mais je jette souvent des coups d’œil vers lui historie de voir s’il ne mets rien dans sa poche sans m'en faire part. Comme je le dis souvent, je suis moins stupide que j’en ai l’air. Toujours sur le ton de la discutions, je reprends mes justificatifs puérils.

    Sawyer -La magie c’est très bien mais ce n’est pas la solution à tous les maux !

    Je me redresse brusquement et fixe Adam avant d’ajouter quelques mots sur le ton de la confidence…

    Sawyer -Et pour ma malchance…Je soupçonne une malédiction.

    C’est tellement tragique et si romantique à la fois ! Bien mieux que d'imaginer que je suis juste une gourde pas capable de marcher droit!















- DRAMA QUEEN -
I'm the master of my fate
I''m the captain of my soul




avatar
Sawyer L. Waldorf
- Almost Famous -

♦ HIBOUX POSTÉS : 719
♦ ARRIVÉE : 09/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois, l'indifférence [S.]

Message par Adam Meyer le Sam 4 Sep - 20:27

« Plutôt deux fois qu’une !!! »

Adam semblait avoir attiré l’attention de Sawyer. A vrai dire, c’était sans doute le cas depuis un moment, mais le serdaigle avait eu la délicatesse de ne pas le remarquer. Tout ce qui comptait pour lui, c’était qu’elle arrête de gesticuler et de se plaindre derrière son dos tandis qu’il tentait de mener à bien une mission de la plus haute importance. Il avait sans doute bien fais, car elle se révélait plutôt performante. Adam avait conscience de ne pas avoir donné beaucoup de détail sur ce qu’il recherchait, mais Sawyer s’appliquait à ramener sur le bureau tout ce qui s’approchait de près ou de loin à l’objet convoité. De son côté, le serdaigle n’avait presque plus à chercher. Il se contentait de trier ce que la jeune fille lui apportait, en la ravissant parfois d’un sourire forcé mais plus souvent en agitant la tête en signe de mécontentement. lui-même ne possédait pas beaucoup d’indications sur l’aspect de l’objet en question. Il s’évertuait donc à analyser le plus soigneusement possible les objets qui s’amassaient sur le bureau.

« Merci de m’avoir soignée tout à l’heure mais si je ne l’ai pas fait moi-même c’est que je ne comprends pas comment l’on peut imaginer développer son système immunitaire et son endurance, si l’on a recourt à la magie au moindre petit bobo… »

Le rire goguenard d’Adam fit immédiatement suite à cette justification. Sans doute avait-elle retenue tout ce temps les mots qui lui brûlaient les lèvres. Adam aurait pu trouver cela amusant s’il n’avait pas eu d’autres chats à fouetter. Les états d’âme de Sawyer ne l’inquiétait nullement. Et pourtant ce fut plus fort que lui, il ressentit le besoin d’avoir le dernier mot.

« Je ne vois pas quel intérêt on peut avoir à se passer de la magie! Elle fait partie de notre vie, c’est un fait et ce n’est pas prêt de changer, alors pourquoi se compliquer l’existence?! »

Il ne lui posait pas vraiment la question, il tentait plutôt de lui faire comprendre que son avis était le seul envisageable. Qu’elle cherche à se détacher de la magie lui semblait tout à fait stupide et inconsidéré. Mais fallait-il en demander plus à une blonde écervelée? Avec un sourire satisfait, il laissa là le sujet, estimant avoir réglé la question. Sawyer fit plusieurs allers retours, lui ramenant de nouveau objets en pagaille. Adam avait à peine le temps d’en classer un, que bien d’autres arrivaient.

« La magie c’est très bien mais ce n’est pas la solution à tous les maux !  »

Adam, qui pensait le sujet clos, poussa un soupir délibérément sonore.

Et pour ma malchance…Je soupçonne une malédiction.

Quelle idiote! Cette fois-ci, le serdaigle leva les yeux au ciel en affichant une moue affligée. Il n’avait pas choisi sa compagnie, certes, mais force était de constater qu’il était très mal tombé. Et l’occuper ne semblait pas le moins du monde la faire taire! Aux grands maux, les grands remèdes, Adam décida de lui rabattre le caquet une bonne fois pour toute.

« Alors, selon toi, il ne faut pas ne jurer que par la magie, mais la première explication valable que tu trouves à une séries d’évènements assez désagréables, mais parfaitement anodins, c’est justement le recours à la magie? Tu es plus bête que je ne le pensais

Cette dernière phrase dite avec le détachement le plus complet, Adam reprit son exercice de tri. Et lorsqu’il pensa ne jamais arriver à bout de la montagne d’objets qu’il lui semblait avoir sous les yeux, il tomba enfin sur un objet digne d’intérêt. Celui-ci était vraiment comme il l’avait décrit, et comme il l’imaginait. C’était une sphère parfaite, sa surface était lisse, sans aucune marque pour trahir une ouverture ou quoique ce soit du genre. Mais l’objet était de toute façon ensorcelé, il n’avait pas besoin d’être ouvert pour dispenser sa magie. Adam le fit rouler entre ses mains, le contact étant assez intriguant. Une sorte de douce chaleur émanait de la sphère qui semblait pourtant faite d’acier, ce qui laissait supposer qu’elle soit froide au toucher. Tout à sa découverte, Adam ne se rappela qu’après coup la présence de Sawyer. Il leva les yeux vers elle et ne fut pas surpris de constater qu’elle l’observait.

« Je crois que c’est ça … J’en suis même certain, je le sens. »

Son regard était suffisamment mystique pour donner des sueurs froides à Sawyer. Adam espérait d’ailleurs qu’elle prendrait peur et s’enfuirait sans demander son reste. Mais c’était sans doute sans compter son côté emmerdeuse. Elle semblait décidée à en faire baver à Adam jusqu’au bout. Maintenant, il regrettait d’avoir mêlé la jeune fille à son affaire. L’objet n’avait pas été si difficile à trouver, il aurait pu s’en charger seul après avoir éjecté Sawyer dans les règles. Mais ce n’était pas ce qu’il avait fais. Une fois encore il avait manqué de jugement, et cela lui revenait en pleine figure. Mais l’heure n’était pas à l’apitoiement. Après tout, il avait mis la main sur ce qu’il cherchait, un objet extrêmement important dont il ignorait encore tout le potentiel. Le laissant glisser dans sa paume, il monta sa main à hauteur d’yeux, et considéra la petite sphère.

« Maintenant, il ne reste plus qu’à trouver comment ça fonctionne. »

Ce n’était pas une mince affaire, Adam s’en doutait, mais il n’imaginait pas à quel point cela relevait du casse tête. Il la fit tourner et retourner entre ses doigts, sans parvenir à savoir s’il y avait un mécanisme pour la mettre en marche. Il alla même jusqu’à la serrer dans son poing en fermant les yeux et en se concentrant sur son action. Mais rien n’y fit. Cela tenait déjà du miracle qu’il ait trouvé cet objet dont il n’était fais mention que dans un seul ouvrage datant de quelques années plus tard. Il ne tiendrait qu’à lui de découvrir comment le faire fonctionner … enfin presque.

« Je sens que ça va être une vraie partie de plaisir! Tu veux essayer? »

Ce n’était pas de la gentillesse, loin de là. Il se disait simplement que l’objet ne répondait peut-être qu’à certaines personnes. Mais il faudrait encore trouver le facteur qui le ferait marcher si tel était le cas. Adam aurait pu être dépité par le chemin qu’il restait encore à parcourir avant d’élucider ce mystère, mais il avait choisi de se montrer positif. Il venait peut-être de découvrir la clé qui lui permettrait de mener sa mission à bien …enfin, Sawyer et lui venait peut-être de le découvrir. Un soupir las lui échappa. Il venait de se mettre dans un sacré pétrin.
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois, l'indifférence [S.]

Message par Sawyer L. Waldorf le Dim 3 Oct - 19:35








    « Alors, selon toi, il ne faut pas ne jurer que par la magie, mais la première explication valable que tu trouves à une séries d’évènements assez désagréables, mais parfaitement anodins, c’est justement le recours à la magie? Tu es plus bête que je ne le pensais.»

    Bête ! Voila bien l’insulte que je supporte le moins d’entendre à mon égard. Mes poings se serrent fermement alors que je tente de ne pas me laissée submergée par une poussée de colère. Je n’ai qu’une envie : lui claquer la plat de ma main en plain dans sa face. J’inspire, tente de ne pas trembler. Je sais que ce ne serait en aucun cas une bonne chose à faire mais est ce que je peux vraiment restée la à le regarder m’insulter sans même réagir? Oh non ! Je ne le supporterai pas ! Mais puisque que je choisi de renoncer à la violence et bien il ne me reste plus qu’une seule option : me démenée pour lui prouver qu’il à tord. Je me rends compte que maintenant que j'ai goûté à son cynisme, je le trouve beaucoup moins mignon qu’auparavant. Il dégage en réalité quelque chose de terriblement…irritant. Je le regarde examiné les objets que J’AI ramenés jusqu’à lui. J’ai repris mon calme, en apparence du moins.

    « Je crois que c’est ça … J’en suis même certain, je le sens. »

    Je me retiens de rire, ce n’est pas approprié mais cela m’arrive souvent lorsque je suis excitée. Après tout, je suis mal placée pour savoir s’il a raison ou tord, je n’ai donc plus qu’à lui faire confiance sur ce point. J’oublierais presque que je lui en veux pour les paroles qu’il a prononcées un peu plus tôt. Je me précipite vers le bureau et me dresse sur la pointe de mes pieds pour contempler la sphère métallique complètement lisse. De l’excitation, je passe à une mine légèrement perplexe. Comment un tel objet pourrait il nous venir en aide et au final, je réalise que je ne sais toujours pas pourquoi Adam en à besoin. Quelque chose me dérange, comme si je pouvais sentir à l’avance qu’il va tenter de me doubler. Je me fait peut être de fausses idées mais son comportement éveille mes soupçons. Je sus bien décidée à ne pas me laisser faire et ce ne sont pas ces regards ou ces paroles qui me feront changer d’avis. Je ne pense pas qu’il se doute réellement de sur qui il est tombé avec moi.

    « Maintenant, il ne reste plus qu’à trouver comment ça fonctionne. »

    La belle blague ! Mon regard suit la sphère dans les doigts de Adam. Il n’a pas l’air très au courant sur la chose, ce qui n’a pas le don de me rassurer. Et moi, je me laisse embarquée presque à l’aveugle. Je me mords la langue, il est trop tard pour faire marche arrière. Si cet objet est bien ce que Adam prétend qu’il est alors je n’ai pas l’intention de ne pas en profiter moi aussi. Et s’il faisait semblant de ne pas savoir comment l’ouvrir pour s’en servir ensuite en mon absence ? Je fronce les sourcils, je vois le mal partout.

    « Je sens que ça va être une vraie partie de plaisir! Tu veux essayer? »

    Alors ça, il n’aura pas à me le dire deux fois ! Je tends la main et m’empare de l’objet tout en me décidant enfin à parler à nouveau.

    Sawyer -Tu n’as rien lut ou entendu sur la façon de l’ouvrir ? Tu n’as vraiment pas plus d’informations sur cet objet ?

    L’objet glisse dans ma paume, je la mène à mes lèvres et souffle dessus doucement. C’est cliché et bien évidement nullement efficace. Je sais que je réfléchis toujours mieux à voix haute et je m’empresse donc de faire part de mes idées à Adam.

    Sawyer -Si ça se trouve cela ne s’ouvre que à certaines périodes. Ou au contact de quelqu’un de désintéressé ou seulement pour une tranche d’âge...les possibilités sont infinies. On n’est pas prêt de trouver quelque chose à moins d’avoir beaucoup de chance. Je pense que plus de recherches pourraient peut être nous aider.

    Je penche la tête sur le coté et me mords la lèvre. Je n’accorde plus le moindre regard à Adam. Toute mon attention est focalisée sur l’objet. Je plisse les yeux et distingue dans le reflet ma silhouette. Je remarque que j’y apparais à l’envers. L’objet étant petit je ne distingue pas grand-chose. Je remonte ma main à hauteur de mes yeux et je constate que mon reflet semble plus âgé et je ne suis pas seule…je…. Par tout les trôles, je dois être occupée à halluciner. Je veux tellement voir quelque chose que mon cerveau me persuade que c’est bel et bien le cas. Mon teint vire plus pâle et alors que je sent irrésistiblement attirée, presque aspirée, je jette brusquement la sphère sur le bureau. Je m’éclairci la gorge, secoue la tête. Je ne sais pas quoi dire, je sais seulement que ça me mets mal à l’aise. Comme si tout cela ne présageait rien de bon. Pourtant il est trop tard pour faire semblant, je me suis trahie moi-même. Il est évident qu’il vient de se passer quelque chose. Mon regard glisse droit dans celui de Adam et la panique se lit dans mes yeux bleus.

    Sawyer -Je n’ai rien compris à ce qu’il vient de se passer…trop petit…il nous faut…une sorte de projecteur peut être...Oh non ! Cela peut se révéler être terrible…

    Je ne suis pas vraiment cohérente. C’est plutôt loupé pour passer pour la nana intelligente. Quoique j’ai peut être trouvé la solution ! Moi et pas lui ! Ma main passe furieusement dans mes cheveux. J’inspire, j’expire, il faut que je me calme ou on arrivera à rien de bon. Je fais un pas en avant et du bout du doigt je pousse la sphère vers Adam.

    Sawyer -Fixe la ! Essaye ! Je suis peut être juste folle...ou bête!

    C’est le meilleur moyen pour savoir si oui ou non, je suis complètement tarée et par la même occasion je le mets au défit. Non mais je vais pas bien moi ! Je devrais me contenter du principal et ne pas revenir sans cesse à ce genre de "détails". J'ai juste besoin de savoir si oui ou non, je viens d’inventer ce que j’ai cru distingué dans cette sphère.














- DRAMA QUEEN -
I'm the master of my fate
I''m the captain of my soul




avatar
Sawyer L. Waldorf
- Almost Famous -

♦ HIBOUX POSTÉS : 719
♦ ARRIVÉE : 09/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois, l'indifférence [S.]

Message par Adam Meyer le Lun 25 Oct - 20:51

    La curiosité était un vilain défaut, qui était malheureusement très répandu parmi la gente féminine. La gryffondor ne semblait pas faire exception puisqu’à peine Adam lui eut-il proposé de tester l’objet qu’elle s’en empara avidement. Sans doute le dévorait-elle des yeux depuis un moment. Peut-être même avait-elle regardé Adam avec dépit tandis qu’il s’échinait à trouver le moyen de faire fonctionner la petite sphère, tandis qu’elle n’attendait qu’une chose: chercher la réponse par elle-même. Elle ne prit cependant pas l’objet sans s’informer au préalable, mais c’était sans doute plus accessoire que vraiment utile.

    « Tu n’as rien lut ou entendu sur la façon de l’ouvrir ? Tu n’as vraiment pas plus d’informations sur cet objet ?  »

    Un non de la tête suffit à Adam pour prouver sa complète ignorance. Il avait du mal à l’admettre, mais de toute façon, les minces informations dont il avait bénéficié jusque là se trouvaient dans des livres en date de 2020, donc il lui était impossible d’en parler honnêtement. Et de toute façon, ce qu’il savait, il l’avait déjà plus ou moins dis. Tout ce qui concernait son fonctionnement lui était totalement inconnu, une nappe d’obscurité recouvrait cette partie là de l’énigme. Tout ce qu’il était capable de décrire, c’était le résultat, et encore ça n’était pas certain.
    Adam était parvenu à une impasse de lui-même, il ne pouvait désormais plus qu’observer tranquillement la manœuvre de la jeune lionne. Elle fit rouler la sphère dans sa paume, puis la porta à sa bouche pour souffler dessus, comme si ça pouvait avoir le moindre impact. Adam aurait bien ris, mais comme l’idée ne l’avait pas même effleuré, il valait mieux qu’il garde le silence.

    « Si ça se trouve cela ne s’ouvre que à certaines périodes. Ou au contact de quelqu’un de désintéressé ou seulement pour une tranche d’âge...les possibilités sont infinies. On n’est pas prêt de trouver quelque chose à moins d’avoir beaucoup de chance. Je pense que plus de recherches pourraient peut être nous aider.  »

    Sur ce point, ils étaient d’accord. Malheureusement plus de recherches nécessitait de faire un saut direct en 2020. Adam avait bien le retourneur de temps, mais il n’oserait pas s’en servir sans les autres. Et puis, depuis qu’il savait que le futur, et donc son présent, avait déjà changé, il craignait ce qu’il pourrait trouver en rentrant. La meilleure solution était donc de rester, au moins pour la durée de la mission.

    « Malheureusement, il est impossible d’en savoir plus. Tu te doutes bien que si ce genre d’informations était simple à trouver, nous ne serions pas les premiers à le chercher, et il ne serait certainement pas entreposé parmi les immondices sans utilité que conserve religieusement le professeur de divination. »

    Mais Sawyer ne semblait déjà plus l’écouter, ni même lui prêter la moindre attention. Il aurait pu s’en trouver vexé, mais à vrai dire il préférait voir la jeune fille passionnée par l’objet plutôt que collée à ses basques comme le début de leur conversation aurait pu le laisser présager. La tête penchée, elle semblait totalement concentrée sur la seule et unique sphère. Adam aurait pu trouver sa position amusante, d’autant que son visage était défiguré par la concentration, mais il était bien plus curieux de savoir si cette comédie pouvait mener à quelque chose. Elle remonta la sphère à la hauteur de ses yeux, et son regard trahit une sorte d’étonnement. Adam fronça les sourcils, mais ne chercha pas à en savoir davantage. Si elle était en passe de trouver la solution, mieux valait ne pas la déconcentrer. D’autant que son teint devenu quasiment livide avait de quoi faire peur.
    Rien n’aurait pu permettre à Adam de s’attendre au soudain revirement de Sawyer qui balança brusquement la sphère sur le bureau - comme si ça n’était pas un objet d’une immense valeur! - avant de s’éclaircir la gorge et de remuer la tête pêle-mêle, apparemment en pleine confusion. Ce qui valut à Adam de se demander si la sphère n’avait pas des propriétés hallucinatoires. Pourtant ce ne fut pas la folie, mais bel et bien la panique qu’il put lire dans les yeux de Sawyer lorsqu’elle les plongea dans les siens.

    « Je n’ai rien compris à ce qu’il vient de se passer…trop petit…il nous faut…une sorte de projecteur peut être...Oh non ! Cela peut se révéler être terrible… »

    Elle est confuse, et ses paroles ne sont pas claires, pourtant Adam sent qu’elle a touché du doigt le fonctionnement de ce petit objet. Il plisse les yeux tandis qu’elle se met à expirer et inspirer à tour de rôle dans l’espoir de se calmer. Puis lorsque cela sembla fais, elle s’approcha pour faire rouler la sphère plus près d’Adam, avant de lui proposer:

    « Fixe la ! Essaye ! Je suis peut être juste folle...ou bête! »

    A son tour de ne pas se faire prié. Intrigué, il saisit immédiatement la sphère entre ses doigts. Cette fois-ci, il n’y alla pas par quatre chemin mais suivit très exactement le processus de Sawyer. Se concentrant parfaitement sur l’objet, il le monta à hauteur d’yeux tout en penchant la tête. Il tenta de se focaliser au maximum sur la sphère, et il sembla y arriver, malheureusement il eut beau plisser les yeux et crisper chacun des muscles de son visage, rien n’y fit. Au bout d’un moment, il capitula et baissa la main, tout en gardant la sphère fermement emprisonnée dans son poing.

    « Je ne vois rien de différent. » Il était réellement sceptique, mais il essaya de ne pas le montrer. Il ne fallait pas prendre Sawyer à la légère s’il voulait arriver à un résultat. « Tu n’es pas folle … enfin je ne crois pas. Comme tu l’as dis, peut-être qu’il faut réunir certaines conditions. » Et il était fou rien qu’à l’idée de ne pas les réunir. Cela voulait surement dire qu’il n’aurait jamais l’opportunité de voir le futur de lui-même. « Tu as jeté la sphère d’un coup, pourquoi? Qu’est-ce que tu as vu? Tu as ressenti quelque chose? J’imagine que c’était bizarre, mais si tu as l’impression d’avoir fais le moindre petit pas en avant, il va falloir que tu persistes. »

    L’air grave, il était conscient d’en demander beaucoup à une simple élève, parfaitement inconnue à son époque. Mais peut-être que la moindre personne peut jouer un rôle dans toute cette affaire, même minime? Et peut-être que cette fille dont il ignorait jusqu’au nom serait celle qui lui permettrait d’en savoir plus sur le futur et la manière de le façonner. Tous les espoirs étaient bons à prendre après tout. Adam voulait faire le choix de l’optimisme. Comblant la distance qui le séparait de la rouge et or, il trouva bon de s’inquiéter quand même:

    « C’est peut-être ta chance de faire parler de toi … si tu me dis ton nom en tous cas. Je ne te promets pas que tes rêves vont se réaliser, mais si tu m’aides, je veux dire vraiment, alors je ferais en sorte que tu sois récompensée en temps et en heure. »

    Son affirmation était très solennelle. Mais il donnait là sa parole, et il ne comptait pas revenir dessus. Si l’aide de la gryffondor se révélait capitale, il saurait s’en souvenir. Rouvrant son poing alors qu’il prenait d’un même mouvement la main de la jeune fille de sa main libre, il y mit directement l’objet sans lui laisser l’occasion de protester.

    « Cette fois-ci, essaye d’aller jusqu’au bout. Si tu vois quelque chose d’important, ne bouge surtout pas et dis le moi, que je vienne constater par moi-même. »

    L’air entendu, il lâcha la main de la jeune fille et se recula d’un modeste pas pour lui laisser suffisamment d’espace. Il restait néanmoins suffisamment proche pour se rapprocher et venir se placer derrière elle au cas où elle distinguerait à nouveau quelque chose.

    H.J.: Aaaah, j'avais totalement perdu de vue ce rp! J'espère que tu me pardonneras, d'autant que j'suis pas franchement fan de ma réponse. T'as vraiment le droit de me frapper si tu veux xD

avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois, l'indifférence [S.]

Message par Sawyer L. Waldorf le Mer 5 Jan - 21:40



    HJ : Avant tout je suis désolée pour l'énorme et inexcusable retard cyclops


    Ce que je viens de voir, je ne suis pas certaine que ce soit la réalité. Je ne suis même pas certaine d’avoir vu quelque chose, ou je veux m’en persuader. Je ne sais plus. J’ai toujours été si douée pour exagérer les choses et ce n’est peut être pas moi cette blonde que j’ai aperçue. Je me mords la lèvre inférieur et tente de me persuadée que tout cela n’est que le fruit de mon imagination fleurissante. Je fixe la sphère comme si elle était capable de me brûlée et je suis heureuse de voir Adam s'en emparée lorsque je la lui tends. Je veux que lui aussi fasse une tentative même si je trouve pathétique de ne pas pouvoir me fiée à moi-même. Je me mords toujours violemment la lèvre alors que je le vois exécuter les mêmes gestes que moi. Et si ça ne fonctionnait pas pour les garçons ? Ou pour les Serdaigles ? N’importe quoi ! Je suis folle. Je finis de me torturer la lèvre et tente d’afficher un air serein et de déguiser de toute trace de mon impatience grandissante.

    Je ne vois rien de différent. . « Tu n’es pas folle … enfin je ne crois pas. Comme tu l’as dis, peut-être qu’il faut réunir certaines conditions. » « Tu as jeté la sphère d’un coup, pourquoi? Qu’est-ce que tu as vu? Tu as ressenti quelque chose? J’imagine que c’était bizarre, mais si tu as l’impression d’avoir fais le moindre petit pas en avant, il va falloir que tu persistes. »

    Rien mais je ne suis pas folle ! Il faudrait qu’il m’explique un peu ce raisonnement car moi je préfère croire que c’est de la folie et que je n’ai pas vu ce que je viens de vois. Cependant, je ne dis rien car je redoutais la question qu’il vient de me posée. Subitement, je fais volte face et entame de faire quelques pas sur le coté. Mon regard se balade sur le désordre que nos fouilles ont causé et je ne peux m’empêcher de me dire que je n’ai pas envie de lui révéler ce que j’ai vu mais…Quelque chose me fait penser que c’est important pour lui, comme si je pouvais ressentir son besoin d’en savoir plus sur cet objet. Tout cela m’intrigue et je ne peux résister à pareil mystère même si ce que je vais lui révéler va très certainement confirmé à ses yeux mon image de petite gourde égocentrique. Alors qu’Adam ne sait pas que je me suis déjà décidée, il reprend la parole.

    « C’est peut-être ta chance de faire parler de toi … si tu me dis ton nom en tous cas. Je ne te promets pas que tes rêves vont se réaliser, mais si tu m’aides, je veux dire vraiment, alors je ferais en sorte que tu sois récompensée en temps et en heure. »

    Je lui tourne toujours le dos et je fronce les sourcils. Il aurait peut être mieux fait de se taire et de ne rien ajouté. Je sais ce qu’il pense de moi, je le devine aisément mais cela me fait mal de l’entendre. Décidément, Adam n’est pas doué pour les relations. C’est ce que j’en déduis. Ok, il tente de m’appâter mais ne lui a ton pas appris à parler aux femmes ? Je soupir et me retourne pour poser mon regard dans le sien. Bien que je lutte, l’avidité y pointe sauvagement. Une récompense, cela m’intéresse mais je ne suis pas un petit toutou que l’on se contente de recaler au second plan parce que on lui a jeté un os bien juteux. Oh non ! Il ne s’en sortira pas comme ça !

    « Cette fois-ci, essaye d’aller jusqu’au bout. Si tu vois quelque chose d’important, ne bouge surtout pas et dis le moi, que je vienne constater par moi-même. »

    Et sa façon de se placer derrière moi ! Il m’agace! Je ne suis pas une bête de foire sur laquelle, il peut tout simplement faire ces petites expériences. Je serre la sphère entre mes doigts et me décale très nettement sur la gauche.

    Sawyer - Puisque ça ne semble pas fonctionné avec toi, on dirais bien que c’est à moi de prendre tout les risques.

    Je le fixe droit dans les yeux, histoire qu’il imprime bien ce que je viens de dire. Je ne prends plus du tout cela à la légère et j’espère qu’il en est de même pour lui. Je me place hors de son champ de vision et lève la sphère devant moi.

    Sawyer - Si je regarde à nouveau et bien je le ferai toute seule ! Il va falloir que tu me fasse confiance Adam !

    Car moi, je ne lui fais pas encore confiance. Tout comme je n’aie aucune confiance en cette sphère. J’inspire profondément et répète les mêmes geste que précédemment, je tente d’entrer en elle, je tente de ne faire qu'une avec elle. Mon estomac se contracte violemment alors qu’il me semble remarquer la surface de la sphère onduler comme si une fumée sombre se trouvait emprisonnée sous une couche de verre. Lentement se dessine un visage, c’est la même chose que tout à l’heure…C’est moi…et…Je n’ai pas le temps de m’attarder sur cette vision que s’enchaînent devant mes yeux une série de scènes des plus violentes. Je ne m’y aperçois pas, ou peut être que si. Je ne sais pas si je suis concernée mais je sent monté en moi une profonde vague de détresse comme si je me sentais coulé sous le poids du désespoir…Un autre visage m’apparaît, elle est en pleure et ces cheveux bruns encadrent son visage…Je la connais ! Ou alors... ! Subitement, je vois apparaître une silhouette de dos. L’homme est grand et brun…serait ce Adam ou quelqu’un d’autres ? Je ne sais plus…Il marche le long d’un chemin, une main tiens la sienne…Et voila que ça bascule à nouveau mais je n’en peux plus. Je me force et jette la sphère à terre avant de me tournée vers Adam. Je lui adresse un regard terrifié et sans même réfléchir, je me jette dans ses bras et le serre contre moi. Je ressent tellement de douleur et de tristesse que j’ai besoin d’un contact humain quel qu’il soit. Ma respiration est saccadée et je ne lâche pas mon étreinte. Je ne peux lutter, les larmes ruissellent le long de mes joues…je vais exploser, je dois tout lui dire….

    Sawyer - Je me suis vue…moi avec …euh un bébé dans les bras. Moi ! Ce n’est pas du tout prévu et totalement contradictoire avec mes plans de grande carrière…

    Quoi !?! Je trouve le temps de m’appesantir sur moi ! Je secoue la tête et reprends la parole.

    Sawyer - Mais ce que j’ai vu après c’est bien pire…c’est confus…J’ai vu des images de violence…cela ressemblait à de la torture mais je n’ai reconnu aucun visage… j’ai seulement ressentis une terrible vague de tristesse…de souffrance…Comme ce que l’on décrit à propose de ce que l'on ressent en présence d’un Détraqueur. Puis un visage, elle pleurait, elle ressemblait à Tabatah…ou peut être était ce Montana…Je ne sais plus….Ensuite, une silhouette masculine de dos…peut être toi… peut être pas…Tu…Il marchait et il tenait la main de quelqu’un et …voila…Je n’ai pas pu aller plus loin…

    Je me recule enfin et fixe mes yeux embués dans le regard bleu de Adam. Je déteste être en position de faiblesse mais la je ne peux tout simplement pas luté et alors que c’est moi qui ai tout vu, une seule question me vient à l’esprit…

    Sawyer - Qu’est ce qu’il se passe Adam ?















- DRAMA QUEEN -
I'm the master of my fate
I''m the captain of my soul




avatar
Sawyer L. Waldorf
- Almost Famous -

♦ HIBOUX POSTÉS : 719
♦ ARRIVÉE : 09/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il était une fois, l'indifférence [S.]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum