Against all odds | Adam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Against all odds | Adam

Message par Quinn Harper le Dim 25 Mar - 23:40


« the past can hurt. But the from way I see it, you can either run from it, or... learn from it.»



Les pas rapides et légers de la jeune femme claquaient avec force dans les couloirs du château qui avait pourri son adolescence, donnant à l’ancienne serdaigle cette démarche féline et assurée qui la caractérisait. Les couloirs étaient vides et silencieux, baignant dans un silence nocturne qui lui plaisait plus qu’elle ne pouvait l’expliquer. Être de retour à Poudlard était comme retourner des années en arrière, bien qu’elle n’était plus cette adolescente amourachée du grand méchant loup qui aurait été prête à se damner pour lui. Et cette pensée lui donnait envie de rire. N’était-ce pas ce qu’elle faisait toujours avec plus de détachement, avec moins d’ardeur? Ne se damnait-elle pas toujours pour celui qu’elle qualifiait toujours de meilleur ami, malgré la froideur dont elle faisait preuve face à lui? Agacée, elle chassa ses pensées sombres de son esprit, bien décidé à ne pas laisser ses simples réflexions la plonger dans une mélancolie dont elle ne pourrait plus sortir par la suite. Malgré tous, malgré ses efforts, ces couloirs trop bien ancrés dans sa mémoire lui donnaient parfois l’impression d’avoir toujours seize ans. Bien qu’aujourd’hui, les rôles étaient inversés. Elle n’était plus la petite fille effacée et peu appréciée par ses congénères. Elle était maintenant celle qui attirait l’attention, sur qui les yeux se rivaient, des yeux dans lesquels elle pouvait voir de la crainte se mêler à l’admiration. Si Quinn avait un parcourt plutôt houleux, elle n’en restait pas moins un pilier de cette débauche, de cette guerre sanglante. Si elle ne laissait rien paraître, la jeune femme aimait bien ce nouveau statut d’autorité qui semblait n’être que pur logique.

Sans même s’en rendre compte, elle venait de traverser entièrement le château, descendant la volée d’escaliers tortueux de son bureau perchée dans la tour nord au sous-sol lugubre. Elle avait repris ses repères avec une facilité étonnante. Sa main se posa sur le bois usé et sombre d’une porte qu’elle poussa sans ménagement, ignorant les minuscules bouts de bois qui s’enfonçant dans sous sa peau. Quinn pénétra dans la pièce sans aucune hésitation, son regard caressa un moment les tables de bois tout aussi usées que la porte, aux pattes mangées par les mites, aux taches d’un brun rougeâtre rappelant la couleur du sang séché. Les chaînes rouillées qui pendaient au mur avaient les mêmes tâches et sous les faibles lueurs des torches brillait le brun pâle des vieux ossements jonchant le sol. Sans savoir pourquoi, Quinn avait toujours été légèrement attiré par cette pièce qui lui donnait l’impression d’être à sa place, loin de la population de Poudlard. Du moins, ce fut le cas jadis. Aujourd’hui, la salle sanglante ne lui apportait rien. Aucune impression, aucun confort ou inconfort, juste un vide monumental. Elle fit quelque pas dans la pièce, ses pas raisonnant de façon assourdissante dans la petite pièce aux allures morbides. Ses doigts caressèrent une des chaînes rouillées de façon presque mécanique quand elle passa à proximité.

« Je pourrais croire que vous me suivez, monsieur le directeur »

Sa voix, plate et froide, claquant dans le silence de mort qui régnait dans la pièce alors qu’elle se retournait pour croiser le regard d’Adam, un sourire mutin sur ses lèvres. Il n’y avait aucune trace de moquerie mal placée ou de dureté dans sa voix, seulement cette froideur habituelle dont elle ne se détachait pratiquement jamais. Quinn sauta sur la table centrale après l’avoir testée, et s’y installa, les jambes croisées. Si certains de ses anciens camarades de classe avaient pu croire qu’elle aurait été jalouse du poste de Meyer dans cette école, de la confiance que lui accordait Clyde, il n’en était rien. Elle posait sur lui un regard aux lueurs de fierté. Elle était celle qui avait fait d’Adam ce qu’il était aujourd’hui, elle l’avait torturé, menacé, elle l’avait plus ou moins brisé pour ensuite en faire ce qu’elle voulait, un allié fiable. Quinn avait, vis-à-vis lui, l’espèce de fierté et de sentiment d’accomplissement que celui d’un enseignant envers son élève en le voyant réussir. Cependant, elle ne se leurrait pas. Elle n’était pas ici par hasard.

« Il n’y a pas si longtemps, j’adorais venir ici. Aujourd’hui, c’est…une pièce comme une autre. »

Cet aveu était délibéré et non accidentel. D’ailleurs, tout ce que la jeune femme disait et faisait même avec ses proches était devenu calculé, comme de peur qu’elle puisse prononcer des mots ou faire des gestes qu’elle pourrait amèrement regretter, comme cela avait été le cas jadis. Adam ne faisait pas exception à cette règle. Pourtant, qu’il sache cela sur elle ne pourrait même pas la mettre mal à l’aise même s’il le désirait fortement. D’ailleurs, elle se doutait qu’il n’oserait pas, parce qu’elle pourrait lui remettre la monnaie de sa pièce au centuple. Quinn en savait beaucoup plus sur lui qu’il pouvait en savoir sur elle. Sans doute parce qu’elle était capable de lire dans la tête des gens, qu’elle s’y était infiltrée très tôt et qu’elle était beaucoup plus froide et renfermée que lui. Quinn ne se confiant presque jamais et à quelques personnes d’exception. Ses drames personnelles, elle les vivait seuls dans le domaine du possible, et ce depuis cette nuit fatidique où elle avait été retrouvé par Montana et qu’elle avait brièvement tourné le dos à ses amis. C’était mieux ainsi, se disait-elle comme pour atténuée un quelconque fardeau.

« Que puis-je pour toi? Tu ne m’as pas suivie parce que je te manquais, tout de même. »

Elle lui offrit un sourire en coin, se penchant un peu vers lui, légèrement curieux. Quinn se doutait que le jeune homme n’appréciait pas naturellement ce coin perdu et particulièrement sinistre du château.
avatar
Quinn Harper
✗ I Feel Wicked;
But the sun also shines on the wicked

♦ HIBOUX POSTÉS : 1774
♦ ARRIVÉE : 17/02/2010
♦ HUMEUR : Impassible

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Against all odds | Adam

Message par Adam Meyer le Mar 27 Mar - 13:12

La vie à Poudlard se mettait doucement en route. Certains élèves avaient connus l'ancienne institution, dépassée, que Clyde et les siens avaient cherché à remanier avec succès. Mais les plus jeunes faisaient leur première rentrée au château, et c'était sur eux que le nouveau directeur misait les plus grands espoirs. Ils arrivaient totalement vierges de tout autre enseignement magique, tels des éponges prêtes à absorber toute l'eau qu'on déniera leur verser dessus. L'une de ces éponges arrêta d'ailleurs Adam en plein couloir pour qu'il lui indique la direction d'une salle de cours. Ce à quoi il répondit par un sourire pompeux, et un sifflement de dédain:

Si tu n'arrives pas à t'y retrouver seul dans un château, j'ignore comment tu te feras une place dans le monde magique.

Sur cette réplique tranchante, il avait repris son chemin sans le moindre remord. Ce n'était plus le Poudlard d'antan, où les élèves trouveraient toujours une oreille attentive pour les écouter et un adulte les tenant sans cesse par la main. La vision de Clyde était claire, et Adam la partageait en tout points. Les étudiants seraient formés à se débrouiller par eux même, à chercher seuls les réponses à leurs questions. Les enseignants étaient là pour les faire bénéficier de leur savoir et de leur expérience, mais le travail en amont et en aval devrait être fournis par les étudiants en personne.

Il en était là de ses pérégrinations lorsque la tignasse brune de l'une de ses enseignantes passa dans son champ de vision. Harper et lui vivaient sous le même toit désormais, et il faisait suffisamment confiance à Clyde pour ne pas avoir laissé cette situation s'installer au hasard. Quinn avait en quelque sorte « fait » Adam; ou du moins l'avait-elle attiré de son côté à grand renfort de manipulations, surveillance et autres tortures. La question de savoir si elle lui en voulait d'avoir le poste de Directeur plutôt qu'elle avait effleuré un moment l'esprit d'Adam, mais il s'en était très vite détourné. Quinn avait toujours été un membre de l'ombre. Longtemps dans celle d'Andrews, elle semblait avoir réussi à s'en écarter, et ça n'avait rien à voir avec de la négligence de la part du leader de l'organisation. Si Harper avait laissé à une autre le soin d'être traitée de toutou, ce ne pouvait être que de sa propre initiative. Malgré le temps, Adam ne faisait toujours qu'entrapercevoir les qualités de sa cadette, mais il savait pourtant l'atout qu'elle constituait.

Alors l'avoir parmi ses professeurs et même ses directeurs de maison ne pouvait pas davantage contenter Adam. Même si ce dernier n'était pas dupe. Elle ne cesserait sans doute jamais vraiment de le surveiller, de peser ses moindres faits et gestes. Mais il avait décidé de faire avec, en faisant mine de ne pas soupçonner l'une des raisons de la présence de Quinn Harper à Poudlard.

Il la suivit jusque dans les cachots où elle pénétra dans une menue salle de torture. Ce lieu ne lui était pas inconnu, car Quinn l'y avait trainé en plusieurs occasions. Mais elle n'avait certes pas jouer avec lui de la même manière qu'avec les autres. Sa torture s'étendait davantage sur la sphère psychologique que physique; et Quinn avait redoublé d'ingéniosité le concernant.

« Je pourrais croire que vous me suivez, monsieur le directeur »

Quinn se retourna avec un sourire espiègle qui lui allait à merveille. Les lèvres d'Adam y firent écho, avant qu'il ne rétorque du tac-au-tac.

« Tu n'oserais pas être aussi soupçonneuse. »

Il ne fit pas un pas de plus dans la salle alors qu'elle s'installait avec aisance sur la table centrale. Il la regarda simplement faire, silencieux. Elle laissa passer un instant, avant d'échapper un aveu:

« Il n’y a pas si longtemps, j’adorais venir ici. Aujourd’hui, c’est…une pièce comme une autre. »

Adam peinait à croire qu'une telle pièce pouvait ne plus rien inspirer à sa vis-à-vis. Certes, elle avait grandi et muri et ne ressentait sans doute plus le même enthousiasme que l'élève pugnace qu'elle était; mais de là à dédaigner le moindre ossement et les traces à peine visibles du sang qu'elle avait versé ici, Adam trouvait la chose étrange. Il se fendit d'une moue douteuse, et s'avança enfin vers elle lorsqu'elle ajouta:

« Que puis-je pour toi? Tu ne m’as pas suivie parce que je te manquais, tout de même. »

Il ne lui offrit pas de sourire en échange du sien, mais soupira simplement en se remémorant un passé révolu. Il se tenait à un pas d'elle tout au plus, distance de rigueur face à son ancienne tortionnaire. Et il finit par lâcher évasivement:

« Ta présence sans cesse dans mon dos, à m'épier, me jauger, me contrôler ... Comment ne pourrait-elle pas me manquer? »

Un sourire affable se dessina enfin sur ses traits, tandis qu'il obliquait légèrement la tête. Il la considéra l'espace de quelques secondes, avant d'ajouter d'un ton railleur:

« Ça m’ennuie que tu t'isoles pour trouver une source d'occupation qui ne me concerne pas! »

Un pas suffit à lui faire rallier la table où Quinn s'était installée. Il posa ses mains sur le bois de chaque côté des cuisses de la jeune femme et redressa le menton pour planter son regard bleuté dans le sien.

« Et toi, que viens-tu faire ici si ce n'est constater que cette pièce t'est désormais étrangère? » Un sourire en coin trahit ses intentions avant même qu'il ne les formule: « Besoin de chasser l'ennui? » Ses yeux brillèrent sur cette dernière question. Quinn avait bien mérité de sa part un peu d'attention, et il se proposait volontiers pour la distraire.
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Against all odds | Adam

Message par Quinn Harper le Mer 28 Mar - 2:13


Si autrefois la présence d’Adam avait été gênante, voire irritante, aujourd’hui ce n’était plus le cas. Elle avait quelque chose de plaisant, c’était comme retrouver un vieil ami qui avait toujours fait partie de son monde. C’était un peu le cas en réalité, puisqu’elle était sur son cas depuis si longtemps qu’elle avait fini par développer de l’affection pour lui. Pour elle, Adam était un ami cher, mais également quelqu’un qu’elle devait gardée à l’œil et malgré leurs disputent plus ou moins fréquentes, Quinn savait que ne pas l’avoir près d’elle créerait un vide bien que si on lui demandait, elle le nierait en bloc. Comme toujours. On pourrait finir par croire que la jeune femme n’avait aucun sentiment, qu’elle était incapable de ressentir de l’affection pour qui que ce soit. Ce serait sans doute faux de le croire. Après tout, elle avait réellement aimé Clyde, elle avait vraiment eu de l’affection pour Emalee – elle en avait sans doute toujours d’ailleurs- et elle ne pouvait pas nier non plus en ressentir pour le nouveau directeur de Poudlard. Elle dévisageait toujours le jeune homme, entre curiosité et amusement, sans se départir du sourire qui étirait ses lèvres. Elle le détailla un long moment de la tête aux pieds, comme une mère essayant de voir les menus défauts chez son enfant afin de s’assurer que tous étaient parfaits. Elle comprenait pourquoi toutes les adolescentes se retournaient sur passage. Il était séduisant, elle ne pouvait pas le nier, mais elle ne l’avouerait pas non plus.

« Tu n'oserais pas être aussi soupçonneuse. »

Elle arqua un sourcil, son sourire laissant place à une moue. Doucement, elle se pencha un peu vers lui, les mains jointes sur ses cuisses. Alors que sur les lèvres de son aîné, les vestiges du sourire qu’il avait partagé avec elle restaient.

« Oh, tu crois? »

Soupçonneuse, méfiante, c’était exactement ce qu’elle était au fond, mais aujourd’hui, elle n’avait pas besoin de l’être. Elle savait. Si elle ne l’avait pas senti suivre ses pas jusque dans les cachots, elle n’était pas sotte au point de croire qu’il était tombé dans la même pièce qu’elle par hasard, surtout qu’il avait sans doute mieux à faire que de traîner dans des lieux si peu appréciables. La voix de l’ancien chien de garde de Clyde était chargée de moquerie, un murmure espiègle qui le mettait au défi de dire l’inverse. Un comportement puéril qui lui sillait à merveille en cette journée. Elle qui avait toujours tout pris avec un grand sérieux avec lui, elle se permettait désormais quelques incartades, mais n’en demeurait pas moins vigilante. Il ne prononça pas un mot face à son aveu et elle n’en fit aucun cas, bien que sur ses traits, elle pouvait voir qu’il n’était pas dupe. Peut-être avait-elle exagéré un peu après tout. Cette pièce restait l’essence même de son élément, mais elle n’y ressentait plus la même chose que jadis en son sein, ou alors, c’était simplement qu’elle ne voulait plus dire la même chose pour elle.

« Ta présence sans cesse dans mon dos, à m'épier, me jauger, me contrôler ... Comment ne pourrait-elle pas me manquer? »

Un sourire quelque peu mesquin étira les lèvres de la belle face à ces paroles. Elle le laissa approcher sans brocher, agitant légèrement la main en mouvement circulaire alors qu’elle ajoutait de façon nonchalante

« Tu as oublié; te corrompre, te torturer, te tenir la main, t’empêcher de faire des conneries… et j’en passe. Je sais déjà que tu n'es rien sans moi, alors cesse les flatteries, ça ne prend pas et ça donne l'air idiot.»

Elle avait prononcé ces mots d’un ton traînant, une lueur moqueuse au fond de ses prunelles dépareillées. C’était sa façon bien à elle de lui rappeler qu’elle pouvait de nouveau faire tout cela si elle le voulait, avec lui comme avec un autre. Ils savaient tous les deux qu’elle allait finir par se trouver quelqu’un d’autre à torturer pour en faire un des leurs, sans pour autant cesser de surveiller Adam pour autant. Mais pas pour maintenant. Pas tant qu’elle aurait une maison à gérer et qu’elle ne serait pas certaine de pouvoir jongler entre les attentes de Clyde et cette nouvelle recrue vierge de toutes tâches.

« Ça m’ennuie que tu t'isoles pour trouver une source d'occupation qui ne me concerne pas! »

Son ton railleur lui arracha un nouveau sourire et elle ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel de façon exaspérée. Ce n’était pas comme si l’isolement était quelque chose d’inhabituel chez elle. Quinn n’avait jamais été de celle qui aime se mêlé aux autres, elle préférait les coins sombres et la solitude étouffante. En un pas, il fut près d’elle, les mains de part en part de ses cuisses, leur confèrent une proximité qu’elle ne permettait qu’à de rares personnes. La directrice des bleus et bronzes pouvait presque sentir le souffle de son supérieur sur peau, bien qu’elle n’ait aucune crainte de ce qui allait suivre. Elle savait que le cœur de son ami appartenait à quelqu’un d’autre, du moins, s’en doutait-elle. De toute façon, ce n’était pas comme s’il allait oser. Elle se perdit un moment dans l’acier de ses yeux avant qu’il ne prenne la parole.

« Et toi, que viens-tu faire ici si ce n'est constater que cette pièce t'est désormais étrangère? Besoin de chasser l'ennui? »

Ce sourire en coin, ces yeux brillants, elle avait vu la question venir à des milles à la ronde. Elle décroisant lentement ses jambes, les laissant pendre dans le vide. D’une main, elle attrapa la cravate d’Adam, tirant dessus sans grande douceur pour l’approcher un peu plus d’elle.

« Tu n’as pas idée. » Elle lui pinça la joue, à la façon des grands-mères âgées devant leurs petits enfants joufflus. « Tu as des proposition à faire, peut-être? » demanda-t-elle en inclinant la tête sur la gauche avec la même tête qu’une gamine attendant qu’on lui donne une idée de jeu pour l’occuper.

avatar
Quinn Harper
✗ I Feel Wicked;
But the sun also shines on the wicked

♦ HIBOUX POSTÉS : 1774
♦ ARRIVÉE : 17/02/2010
♦ HUMEUR : Impassible

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Against all odds | Adam

Message par Adam Meyer le Mer 28 Mar - 21:37

« Ta présence sans cesse dans mon dos, à m'épier, me jauger, me contrôler ... Comment ne pourrait-elle pas me manquer?
- Tu as oublié; te corrompre, te torturer, te tenir la main, t’empêcher de faire des conneries… et j’en passe. Je sais déjà que tu n'es rien sans moi, alors cesse les flatteries, ça ne prend pas et ça donne l'air idiot. »

Il avait fallu qu'Adam retienne un éclat de rire sur cette énumération. Quinn possédait décidément un don inégalé de la mise en scène, et elle semblait toujours donné à ses phrases le soutiens gestuel qui leur seyaient si bien. Sans doute était-ce une des raisons de son talent. Si ses victimes se retrouvaient rapidement acculées, c'était que Quinn étendaient son empire sur l'intégralité de leurs sens. Adam en connaissait une autre qui jouait fort bien cette carte, et il avait eu le malheur de se la voir imposer au château, comme professeur de Défense contre les forces ennemies, matière qui remplaçait l'ancienne Défense contre les forces du mal.

S'approchant davantage de Quinn, il lui fit une proposition qu'elle ne pouvait décemment pas refuser. D'ailleurs, elle ne lui fit pas cet affront. Sa main se referma sur la cravate d'Adam, qu'elle attira ainsi à lui sans le moindre effort. Celui-ci n'eut ni le temps ni réellement le besoin de se dégager, et il la fixa droit dans les yeux lorsqu'elle admit:
« Tu n’as pas idée. »

Elle lui pinça la joue, et Adam se mordit la langue pour ne pas broncher. Elle inclina légèrement la tête en ajoutant: « Tu as des proposition à faire, peut-être? »

Dans un premier temps, il resta de marbre, ne laissant aucun indice à Quinn au sujet de l'idée qui fleurissait dans son esprit. Il se contenta de l'attraper par la taille et de la soulever légèrement tout en pivotant pour lui faire prendre pieds à ses côtés. Ainsi, il put la dominer de toute sa hauteur, car l'impitoyable Quinn était de taille relativement modeste. Ce fut seulement à ce moment qu'il permit à un sourire de venir germer sur ses lèvres.

« Nous sommes dans une ancienne salle de torture, n'est-ce pas? »

Il n'en dit pas plus. Après un dernier regard brillant à son intention, il quitta Quinn pour rallier le mur le plus proche, où des chaines trahissaient l'emploi qu'avait eu la pièce des siècles auparavant. Il caressa l'une d'elles du bout des doigts, ce qui provoqua néanmoins un léger cliquetis métallique. En se déplaçant jusqu'aux vestiges d'un autre instrument de torture, il sentit et entendis craquer des ossements sous ses pieds. Depuis que l'entrée de la pièce avait été courageusement forcée, personne ne s'était risqué à y faire le ménage. D'aucun disait cette salle hantée. Qui pouvait savoir ce que toucher ne serait-ce qu'à un élément de cette pièce pourrait déclencher? Adam n'avait jamais trop aimé les esprits; la plupart n'avaient que des semi-consciences et un trait de caractère en particulier les accompagnait souvent dans les limbes, n'étant en général pas le plus appréciable de leur personnalité.

Adam avait à peine songé à l'éventualité de voir surgir le lambeau de conscience d'un défunt, que le drame se produisit. Il n'eut qu'à risquer ses doigts contre une écarteleur pour se retrouver affecté par une étrange réminiscence.

Une victime était allongée, prête à être écartelée de toute part. Ses vêtements étaient déjà passablement usés et perforés en différents endroits, mais Adam crut reconnaître une tendance vestimentaire qui n'avait plus court depuis des siècles. Il regarda ses bras puissants déclencher le mécanisme d’écartèlement. L'idée de le faire manuellement lui procurait une intense satisfaction que l'usage de la magie ne lui aurait pas permit. Pourtant, lorsqu'il estima avoir suffisamment fait hurler sa victime de cette manière, il extirpa de la poche intérieure de son grand veston finement brodé une baguette magique. Il s'en servit pour infliger à l'élève au sang insolent de fines mais intenses brûlures. Puis il s'amusa à faire décrire à sa baguette diverses formes, traçant ainsi des sillons ensanglantés sur la peau peu protégée de sa victime.

Adam se sentit subitement rappelé à la réalité, et il reprit forme dans son propre corps, encore haletant après l'expérience dérangeante qu'il venait de vivre. Sa première réaction fut de se tourner vers Quinn, hagard, et les mots qu'il s'entendit prononcer lui semblèrent étrangers:

« Il me faut du sang! »
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Against all odds | Adam

Message par Quinn Harper le Jeu 29 Mar - 17:44


Elle laissa Adam approcher d’elle, sans broncher, sans reculer, comme si elle n’avait pas besoin de fuir cette proximité, comme elle avait habitude de le faire. Elle attendait, avec une patience qu’on ne lui connaissait trop peu la proposition de son ami qui s’amusait à se faire désirer. Patience qui s’égraina bien vite. Quinn n’était pas connu pour sa constance, elle n’aimait pas attendre, elle n’avait jamais apprécié la chose et son impatience prenait bien souvent le pas. Ce fut donc d’un mouvement impatient de la main qu’elle lui fit signe d’en venir au fait s’il ne désirait pas qu’elle aille chercher les informations directement dans sa tête, ce qu’elle aurait bien été capable de faire sans aucun ne remord. Elle n’en eut pas l’occasion cependant, puisqu’Adam l’attrapa pour la déposer sur ses pieds. Elle se contenta de lui lancer un regard noir. Elle n’était pas une poupée quand même, ni un enfant. Pourtant, une fois au sol, elle dut relever un peu plus la tête pour planter son regard dans le sien. Elle ne se leurrait pas, Quinn était bien loin d’avoir le physique de mannequin, elle avouait sans mal qu’elle était plutôt petite, preuve qu’il ne fallait pas se fier au physique pour juger quelqu’un. Elle-même se demandait comment quelqu’un d’aussi fragile qu’elle pouvait être aussi impressionnante et dangereuse. C’était un paradoxe qui la faisait parfois rire. Mais pour le moment, elle se contenta de relever le menton, de plus en plus exaspérée par l’attente.

« Nous sommes dans une ancienne salle de torture, n'est-ce pas? »

Elle se garda bien de faire une remarque sur la capacité d’observation de son interlocuteur, se contentant de croiser les bras sur sa poitrine et d’attendre la suite. Non, mais il faisait exprès ou quoi? Elle le laissa s’éloigner d’elle et faire le tour de la table en caressant chaque petite chose qu’il croisait. Lentement, elle se mit à battre la mesure du pied, témoignant son agacement face au petit manège de son supérieur. Elle ne remarqua pas vraiment l’absence qui le gagna, son attention s’étant reportée sur le crâne qu’elle venait de ramasser au sol. Elle l’examinait avec une attention morbide, traçant du doigt les arcades sourcilières, l’arrête du nez, les pommettes puis le tranchant des dents qu’il lui restait, se demandant combien cet enfant avait bien pu souffrir avant de finir en tas d’os. Pendant quelques secondes, elle se demanda qui pouvait bien être cet élève décédé au sein du château, puis sans aucun ménagement, elle relaissa tomber le crâne au sol, ignorant les fragments d’os qui s’en détachèrent. Ce gosse était mort, non? Alors qu’importe si elle lui fracturait le nez en plus.

« Il me faut du sang! »

Quinn releva la tête vers lui, releva un sourcil devant ses paroles. L’air hagard d’Adam lui avait échappé. La luminosité de la pièce étant trop faible pour qu’elle puisse capter les détails de ses traits d’où elle était. Un fin sourire étira ses lèvres malgré elle, avant que ses traits prennent la forme d’une grimace un peu crispée, pas réellement convaincue par ses paroles, croyant à une plaisanterie de mauvais goût, ce qui, au final, ne l’étonnerait pas tant que ça.

«Très drôle. Ton sens de l’humour m’étonnera toujours par sa nullité.»

Elle secoua doucement la tête, se mordilla la lèvre pour la forme. Passant une main dans ses cheveux, les ébouriffants quelque peu, elle fini par faire quelques pas dans la pièce, se dirigeant vers lui, de plus en plus inquiète alors qu’elle découvrait ses traits et l’expression qu’il abordait. Bon d’accord, peut-être ne plaisantait-il pas finalement. Hésitante, elle posa sa main sur le bras de son aîné.

«Adam?»

Elle le secoua légèrement, essayant de le tirer de sa torpeur, prochaine étape, elle le frapperait et bien que l’idée fût tentante, elle se contenta de claquer des doigts devant son nez.

«Adam! Et si tu revenais sur terre, hum?.»







HS: Oh c'est moche, désolée x_x
avatar
Quinn Harper
✗ I Feel Wicked;
But the sun also shines on the wicked

♦ HIBOUX POSTÉS : 1774
♦ ARRIVÉE : 17/02/2010
♦ HUMEUR : Impassible

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Against all odds | Adam

Message par Adam Meyer le Dim 29 Avr - 9:40

H.J: Désolé pour le temps de réponse, j'étais en partiels! J'espère que ça te conviendra! <3



    Les mots appelaient la soif, plus que celle-ci ne les avait déclenchés. Après l'étrange vision qu'il venait de vivre, il avait la sensation d'être de nouveau dans son propre corps, mais sans en avoir complètement la possession. L'impression était dérangeante pour quelqu'un qui, comme Adam, nourrissait un tel besoin de contrôle permanent sur toute chose, et encore plus sur lui même. Il pouvait affirmer sans se méprendre qu'il se trouvait bel et bien dans son propre corps et que, lorsqu'il crispa les doigts contre sa paume, il en avait la maîtrise et ressentait la morsure de ses ongles sur sa peau. Néanmoins, et bien que l'affirmation avait des allures de folie, il n'était pas seul. Une présence l'enveloppait tout entier, et c'était d'elle que venait l'envie et le besoin de voir du sang couler. Il n'y avait cependant aucune frontière insubmersible entre cette présence et la sienne, aussi le flot de son ressentiment se déversait en lui.

    «Très drôle. Ton sens de l’humour m’étonnera toujours par sa nullité.»

    Les paroles de Quinn lui parvenaient, mais elles pouvaient tout aussi bien avoir été prononcées il y a plusieurs heures que maintenant, Adam ne les auraient pas réceptionnées plus tôt. D'ailleurs, il décida de ne pas les relever. Elles lui paraissaient trop floues pour avoir une réelle importance, et son esprit était accaparé par la soif de plus en plus intense qui lui tordait les entrailles.

    «Adam?»

    Avait-elle vraiment parlé? Le son de sa voix tenait à peine de l’écho; si bien qu'au bout de quelques secondes, Adam s'interrogeait déjà sur sa réelle existence. Ses yeux étaient aussi embrouillés que son esprit, mais c'était à peine s'il en avait conscience. Il se sentait désormais flotter, comme si la pièce et son occupante n'avait plus d'importance, ni la moindre consistance. Il n'avait pas senti la main de Quinn se poser sur son bras, et lorsqu'elle le secoua pour l'extirper de sa torpeur, cela lui fit l'effet d'une claque. Ce fut d'ailleurs sous cette forme qu'il matérialisa sa réaction. Sa main partit sans même qu'il ne s'en rende réellement compte. Il sentit néanmoins la joue de Quinn sous sa large paume. Il ramena sa main à lui, laissa planer quelques secondes de silence, puis s'exprima d'une voix exceptionnellement rauque.

    « Ne me touches pas, souillon! »

    Le dernier mot était sifflant, et comme la soif de sang s'était peu à peu nourrie d'elle même, ce dernier mot prit rapidement une extraordinaire consistance dans son esprit. Son ton était sans appel lorsqu'il ajouta:

    « Ton vice n'a d'égal que ta stupidité. Tu te crois forte mais tu n'es rien, même pas digne de m'être inférieure. »

    Sur ces mots, il sentit les paroles s'éloigner de lui. Son moi véritable luttait pour refaire surface, mais il ne l'aurait certainement pas pu si l'autre ne s'était pas gracieusement effacé. Pour combien de temps cependant?
    Adam massa sa paume légèrement marquée, avant de considérer Quinn et sa joue irritée d'un œil surpris. Il agita la tête comme pour reprendre ses esprits. Puis il demanda, interloqué:

    « Je t'ai frappé? »

    Il y croyait à peine. Il était là pourtant, mais la scène semblait lui avoir échappé. Il ne pouvait que regarder sa complice d'un air pantois. Il lui aurait été impossible de prononcer un mot de plus. S'excuser? Il ne savait même pas, au juste, ce qu'il avait fait, ni ce qui lui avait pris. Il avait la sensation qu'un autre avait agit en son nom, et c'était affreusement désagréable. Que dire de plus à Quinn, sinon qu'il n'avait pas la moindre idée du phénomène qui semblait s'être produit? Finalement, il tâcha d'ordonner ses pensées, et put simplement déposer le bout des doigts, hésitant, sur la peau rougie de Quinn, là où il avait frappé. Son visage était fermé, mais son incompréhension transparaissait sans mal de ses quelques mots.

    « Ce n'était pas moi, je ne comprend pas... »

    Il se mordit la langue avant d'en dire trop et de sombrer dans le pathétique. C'était une chose de ne rien comprendre à la situation, c'en était une autre de sauter à pieds joints dans l’apitoiement et la désolation. Il méritait mieux que ce rôle là, et Quinn aussi, pour avoir fait de lui l'homme sûr qu'il était devenu.
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Against all odds | Adam

Message par Quinn Harper le Mer 2 Mai - 23:19

Ça, elle ne l’avait pas vu venir. Elle n’aurait pas su le prévoir. La main d’Adam heurta sa joue dans un claquement violent. Sa tête suivit le mouvement sous le choc, mais elle ne réagit pas, trop surprise par la soudaine violence de l’échange pour pouvoir bouger un muscle. . Elle retira néanmoins sa main de son bras, faisant un pas en arrière pour être hors de portée. Quinn n’était pas de ceux qui se laissent marcher sur les pieds. Autrefois, elle répondait à la violence par la violence, mais plus maintenant, du moins bien moins que lorsqu’elle était adolescente. Elle avait compris que ça ne donnait jamais rien de bon, qu’elle ne pouvait pas toujours gagner, qu’il valait parfois mieux faire profil bas. La situation présente était pourtant bien différente. Depuis qu’ils se fréquentaient, jamais son aîné n’avait agi comme cela avec elle, par peur de représailles ou bien par respect. Elle se fichait éperdument de la raison, en fait. Malgré sa taille modeste, son apparence fragile, elle savait que le directeur de cette école la tenait en haut respect, qu’il était sous sa coupe – bon sous celle de Clyde, mais c’était un détail - et jamais elle n’aurait pu croire qu’une situation comme celle-là puisse se produire. Il n’en restait pas moins que depuis son viol, Quinn tenait la violence physique en bien basse estime et le fait que son vis-à-vis ai levé la main sur elle la ramenait à une autre nuit bien plus affreuse. Furieuse, déboussolée, blessée, elle releva la tête vers l’homme face à elle, plantant un regard glacé dans le sien.

« Ne me touches pas, souillon! Ton vice n'a d'égal que ta stupidité. Tu te crois forte mais tu n'es rien, même pas digne de m'être inférieure. »

Elle eu un rire froid, plus mécanique qu’autre chose, ses doigts retrouvant la douceur du bois de sa baguette de façon mécanique. Elle ne le laisserait pas la toucher de nouveau, cette fois-ci, elle serait prête à se défendre. Quelque chose clochait, elle pouvait aisément le dire, mais elle ne pouvait pas mettre le doigt sur le problème. Peut-être était-ce cette pièce qui agissait sur lui? Faisait-elle face à une possession quelconque? Comment pouvait-elle briser le sort? Elle n’eut cependant pas le temps de réfléchir à cette question plus en profondeur, son ami cilla, avant de poser ses yeux sur elle, massant la paume qui s’était abattue sur sa joue.

« « Je t'ai frappé? » »

Sa question la prit quelque peu au dépourvu. Pendant un moment, elle l’observa, un sourcil arqué et un sourire mesquin sur ses lèvres, dessinant une mimique mauvaise sur ses traits froids.

« Vous êtes perspicace, monsieur le directeur»

Ses paroles avaient été crachées sans ménagement, comme si Adam n’était rien d’autre qu’un élève dans cette école, comme s’ils n’avaient pas été complices quelques minutes plutôt. Il avait toujours été étonnant de voir combien Quinn pouvait passer d’un extrême à l’autre, comme elle pouvait aimer quelqu’un pendant un instant et la minute plus tard le détester. Elle croisa les bras sur sa poitrine, comme un vague bouclier entre elle et son interlocuteur. Adam semblait perdu, comme s’il ne comprenait pas ce qui c’était passé, ce qui n’attendrit pas la directrice des bleus qui se braqua à son toucher. Son corps se crispa lorsqu’il toucha sa joue rougie du bout des doigts et elle recula d’un pas, allant jusqu’à contourner la table de torture pour la mettre entre eux. Elle se flagella mentalement, agacée par son propre comportement. Elle agissait comme une gamine terrifiée devant son père abusif. Gamine qu’elle avait longtemps été. Elle avait cru qu’elle avait enterré cette enfant-là il y avait longtemps, elle s’était visiblement tromper. Cette constatation lui donnait autant envie de rire d’amertume que d’en pleurer.

« Ce n'était pas moi, je ne comprend pas... »

Quinn émit un petit claquement de langue irritée, à la façon d’une mère frustrée par le comportement intenable de son enfant. Bien qu’elle n’avait rien de maternelle et qu’il n’avait rien d’un gosse. Elle planta à nouveau son regard dans celui de son acolyte, lui lançant un regard d’avertissement, lui signifiant que s’il prononçait un mot de plus, il aurait bien raison de tomber dans le pathétique.

« C’est bon Adam. Ce n’est pas la peine de pleurnicher comme une jouvencelle pour si peu. »

Son ton n’en restait pas moins tranchant, alors qu’elle contournait de nouveau la table dans le sens inverse avant de se percher de nouveau sur la surface place, face à Adam, les pieds dans le vide, jambes croisées. Elle n’avait pas retrouvé le sourire, cependant. Son visage restait impénétrable, égale à elle-même.

«T’es trouble de bipolarité ne me regarde pas vraiment et je n’ai aucune envie de connaître tous tes soucis psychologique. Il y’aurait de quoi me rendre folle. Puis, honnêtement, je n’en ai rien à faire.»

Cette fois-ci, elle laissa un mince sourire étirer ses lèvres, légèrement amusée, mais toujours sur ses gardes, comme si Adam n’était rien d’autre qu’un chien enragé prêt à bondir sur elle.

« Tu devrais peut-être t’abstenir de toucher à quoique ce soit, trésor, les esprits faibles sont les proies préférées des méchants fantômes »

Son visage s’anima soudainement, grimaçant une mimique moqueuse alors qu’elle s’amusait ouvertement à ses dépens, un amusement qui, pour une fois, se propagea dans ses prunelles sombres.

avatar
Quinn Harper
✗ I Feel Wicked;
But the sun also shines on the wicked

♦ HIBOUX POSTÉS : 1774
♦ ARRIVÉE : 17/02/2010
♦ HUMEUR : Impassible

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Against all odds | Adam

Message par Adam Meyer le Sam 19 Mai - 10:45

    « Je t'ai frappé?
    -Vous êtes perspicace, monsieur le directeur »

    Son esprit se remettait doucement en marche, et il avait du mal à comprendre ce qu'il venait de se passer. L'espace d'un instant, il avait senti sa conscience lui échapper, et une autre avait pris le relais, plus sombre et vicieuse. Lui qui s'imaginait avoir entièrement et irrémédiablement sombré prenait soudain conscience à quel point il restait sobre par rapport à cet autre qui venait de dicter ses gestes. Il se sentait étrangement pathétique, à peine plus abouti qu'un enfant qui croit jouer aux durs. Il ne put que prononcer quelques mots de plus avant d'être rattrapé par sa crainte du pathétique. Il tachait de rester fort et maître de ses émotions, mais il se sentait cruellement perdre pied. Ça ne sentait pas bon du tout, il devait rapidement se reprendre avant de basculer dans la folie.

    « C’est bon Adam. Ce n’est pas la peine de pleurnicher comme une jouvencelle pour si peu. »

    Adam tiqua. La méchanceté que Quinn avait mis dans ses propos n'aurait pas dû avoir sa place dans leur conversation aux vues de leur relation, mais ça eut le mérite de le remettre sur les rails. La méchanceté participait désormais de son caractère, et c'était une chose si facile qu'il aurait du réussir à y penser tout seul. Il regarda le petit manège de Quinn qui reprenait place sur la table, silencieux.

    « Tes trouble de bipolarité ne me regardent pas vraiment et je n’ai aucune envie de connaître tous tes soucis psychologiques. Il y’aurait de quoi me rendre folle. Puis, honnêtement, je n’en ai rien à faire. »

    La petite était vexée, Adam le sentait au ton de sa voix. Il venait de la frapper, elle avait de quoi le prendre mal, mais il se doutait que ce n'était pas seulement ça. Quinn n'avait jamais été de ces gens que l'on peut décrypter en un instant, et cet aspect plaisait particulièrement au nouveau directeur. Néanmoins, elle avait trop tendance à se cacher derrière son indifférence, pour ne pas donner le moindre signe de victoire à son adversaire. Ce pouvait être une bonne technique, mais en l’occurrence Adam était loin de se laisser duper.

    « Tu devrais peut-être t’abstenir de toucher à quoique ce soit, trésor, les esprits faibles sont les proies préférées des méchants fantômes. »

    Alors c'était ainsi qu'elle voulait se défendre, en s'amusant de lui et en le rabaissant? Mauvais choix. Il n'était plus le jeune torturé qu'elle s'était amusée à détruire de l'intérieur pour permettre à Clyde de le reconstruire ensuite à son image. Il répondit à son sourire mauvais par un rictus acerbe. Il ne fit d'abord aucun geste, se contentant de répliquer, mordant:

    « Moi qui croyais que tu avais le monopole! »
    Il s'approcha d'elle sans la moindre hésitation, et attrapa sèchement son menton. Ses lèvres frôlaient presque son visage lorsqu'il ajouta d'un ton amer: « Tu me brises le cœur, bourreau de ma vie. Mes problèmes ne te regardent plus? Tu en as assez de jouer avec moi? » Ses lèvres se fendirent d'un sourire caustique. « Il est peut-être tant d'inverser les rôles. » Cette fois ci, son sourire se fit plus franc et il laissa éclater l'amusement qu'il tirait soudain de la situation. « La claque n'était qu'un avant goût, ma belle... »

    Quelque chose, ou quelque qu'un, fit écho à ses paroles au plus profond de lui, et une flamme sombre dansa par delà ses prunelles claires. Sa main lâcha le menton de Quinn pour venir se ficher dans son cou, et il la fit brutalement descendre de son perchoir, tout en saisissant étroitement sa taille. Elle pouvait se débattre, ou rendre les armes. C'était son choix, mais Adam savait d'avance que les deux lui apporteraient pleinement satisfaction.
avatar
Adam Meyer
Good boy get bad
Garden, cruel love.

♦ HIBOUX POSTÉS : 1488
♦ ARRIVÉE : 16/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Against all odds | Adam

Message par Quinn Harper le Dim 27 Mai - 2:10

Si Adam avait été un ami quelques secondes plutôt, il était passé dans le camp adverse dans le temps de le dire. La colère qu’elle ressentait contre lui à ce moment précis étouffait son affection pour lui. Elle se laissa simplement porter par l’irritation qu’il faisait naître en elle. Perchée sur sa table, ignorant les bouts de bois qui charcutaient sa chair, elle l’observait entre méfiance et animosité. Ses yeux sombres ne le quittant pas, froids et calculateurs. Certes, elle était vexée, elle lui en voulait, Adam ne se tromperait pas s’il l’affirmait, mais ce n’était pas vraiment ce qui la perturbait dans toute cette histoire. Elle tenta vainement d’ignorer la boule d’angoisse qui prenait place au creux de son estomac. Il y avait bien longtemps qu’elle n’avait pas sentit cette sensation de peur glaciale qui prenait le dessus sur tous ses autres sens. Ses doigts cherchèrent le bois rassurant de sa baguette de façon mécanique. Le rictus qu’il affichait aurait suffit à lui glacé le sang si elle n’avait pas vu bien pire, si elle n’avait pas regardé le diable dans les yeux. Avant même qu’elle ne puisse répliquer, qu’elle ne puisse bouger, il fut près d’elle, ses doigts refermés sur son menton à lui faire mal. Elle se mordit la langue sous le geste violent de son supérieur mais ne broncha pas pour autant.

« Moi qui croyais que tu avais le monopole! » Elle vrilla ses prunelles sombres dans les yeux clairs de son vis-à-vis. Quinn s’était raidit, tentant de le faire lâcher prise sans grand succès. Ses lèvres étaient si près des siennes que la jeune femme pouvait en sentir la chaleur et ses doigts se crispèrent un peu plus sur sa baguette. « Tu me brises le cœur, bourreau de ma vie. Mes problèmes ne te regardent plus? Tu en as assez de jouer avec moi? » Elle se garda bien de répondre qu’il y avait longtemps qu’elle ne jouait plus avec lui, qu’il avait déjà dépassé le stade du simple passe-temps amusant. Adam aurait dû le savoir. Il savait comment elle avait l’habitude de jouer avec les gens, de les manipuler jusqu’à ce qu’ils soient aussi docile et confiant que de bon petits chiots avant de brisés leurs convictions, leurs rêves et de les laisser en mille morceaux sur le pavé. Ce n’était pas le cas avec lui. Elle l’avait formé, elle s’était attachée à lui, comme jamais elle n’avait cru possible de le faire. « Il est peut-être tant d'inverser les rôles. » Quinn sursauta légèrement devant ses paroles, ses yeux sombres s’illuminant brièvement sous la panique. Riait-il d’elle? Était-ce simplement une moquerie de mauvais goût destiné à la faire réagir? Pourtant, elle ne trouvait pas la situation amusante. « Ose et ta blondinette va te retrouver en miette devant sa porte au petit matin. » Sa voix était sifflante et pourtant elle lui paraissait lointaine, comme étouffé par son angoisse soudaine devant l’amusement que semblait ressentir Adam. Celui-ci avait un sourire qu’elle jugea effrayant sur le coup, bien que ce ne fût pas la première fois qu’elle le voyait sourire de la sorte. « La claque n'était qu'un avant goût, ma belle... »

La main brûlante du directeur sur la peau de son cou alors qu’il la remit brutalement sur pied lui arrachant un léger grognement de douleur alors que le bois usée râpât ses cuisses. Ses mains se posèrent sur le torse d’Adam, le repoussant tant bien que mal alors qu’il la gardait contre elle en la maintenant par la taille. N’arrivant pas à se détacher de lui, sa baguette se planta dans le flanc de son soit disant ami. « endoloris. » souffla-t-elle doucement sans aucune pitié. Après tout ne l’avait-il pas cherché? « Ça suffit. » finit-elle par craché d’un ton sans appel alors qu’elle poussa son « ami » vers la porte de sortie du bout de la baguette. «Tu sais que si tu veux jouer les maniaques, tu vas y perdre quelque chose? Ne viens pas t’en plaindre par la suite, je t’aurais d’ors et déjà prévenu. »
avatar
Quinn Harper
✗ I Feel Wicked;
But the sun also shines on the wicked

♦ HIBOUX POSTÉS : 1774
♦ ARRIVÉE : 17/02/2010
♦ HUMEUR : Impassible

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Against all odds | Adam

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum